Frédéric Bastien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Frédéric Bastien
Frédéric Bastien au Ninkasi Simple Malt.png
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Frédéric Bastien est un historien, professeur, journaliste et homme politique québécois (Canada), auteur notamment du livre La Bataille de Londres. Dessous, secrets et coulisses du rapatriement constitutionnel.

Le , il annonce officiellement qu'il sera candidat à la chefferie du Parti québécois[1]. Il est défait le 9 octobre 2020.

Jeunesse, études et premiers engagements politiques[modifier | modifier le code]

Né en 1969 d'une mère ayant été proche de l'Union Nationale et d'un père qui avait sympathisé avec le RIN, il réside et étudie à Laval-des-Rapides. Frédéric Bastien distribue des tracts lors des élections de 1976 alors qu'à 7 ans il accompagne ses parents péquistes. Il s'encarte ensuite au PQ et milite d'abord dans sa circonscription de Laval-des-Rapides jusqu'en 1994[2].

Frédéric Bastien est titulaire d'un doctorat en histoire et politique internationale de l'Institut universitaire de hautes études internationales de Genève[3] et a écrit deux livres traitant des relations Paris-Québec-Ottawa depuis la Révolution tranquille. Il est actuellement professeur d'histoire au cégep anglophone Collège Dawson à Montréal.

L'auteur de La Bataille de Londres[modifier | modifier le code]

Thèse[modifier | modifier le code]

Dans La Bataille de Londres. Dessous, secrets et coulisses du rapatriement constitutionnel, Frédéric Bastien prétend que le rapatriement de la constitution du Canada en 1982 a constitué un "coup d'État" en raison de l'ingérence du pouvoir judiciaire canadien dans le processus de rapatriement[4]. et l'irrespect du principe fondamental de la séparation des pouvoirs exécutif et judiciaire[5].

Ces allégations ont été portées à l'attention de la juge en chef du Canada, Beverley McLachlin, qui a entrepris d'examiner la question. En avril 2013, la Cour suprême du Canada a lancé une enquête interne sur les allégations du livre[6], mais la Cour a conclu son examen après avoir déclaré n'avoir pas trouvé de documents pertinents dans ses archives[7].

Réaction[modifier | modifier le code]

Alexandre Cloutier, ministre délégué aux Affaires intergouvernementales canadiennes, à la Francophonie canadienne et à la Gouvernance souverainiste de 2012 à 2014, a affirmé que La Bataille de Londres "montre jusqu'où le premier ministre Pierre Elliott Trudeau était prêt à aller et quels moyens il était prêt à utiliser pour imposer la Constitution aux Québécois, des gestes qui sont extrêmement graves"[8].

Interrogé sur la controverse lors d'une visite au Québec, le premier ministre canadien Stephen Harper a rejeté les allégations de Frédéric Bastien en déclarant : "Je pense que toute la population en a assez de cette discussion"[9].

Selon la Dorchester Review, Bastien "a réussi à remettre en question la légitimité historique et l'éthique du gouvernement Trudeau... révélant ainsi un nouvel éclairage sur la chicane avec laquelle la Charte des droits et libertés a été imposée aux Canadiens, qui n'en avaient pas besoin et ne l'ont jamais demandée". "Trudeau's Chief Judicial Activist", The Dorchester Review (printemps/été 2013, p. 94).

Actions juridiques en faveur du Québec[modifier | modifier le code]

Frédéric Bastien est connu pour ses nombreux recours juridiques pour défendre les droits du Québec[10], qu'il estime menacés par le régime canadien et l'activisme politique de certains juges[11]

En décembre 2019, il a porté plainte devant le Conseil canadien de la magistrature contre la juge en chef de la Cour d'appel du Québec Nicole Duval-Hesler qui entend la cause sur la suspension de la loi 21. Selon lui, la juge a manqué à son devoir de réserve par ses propos durant l'audience, mais aussi par son appartenance à l'association de juristes Lord Reading qui s'est prononcé contre la loi. Frédéric Bastien souligne également que la juge a proposé ses services en vue de sa retraite prochaine au cabinet des plaignants comme l'affirme un article du Journal de Montréal[12]. Fin avril 2020, le conseil canadien de la magistrature déclare sa plainte éteinte car la juge n'est plus en activité. Elle a en effet prit sa retraite en avril 2020. S'indignant contre cette réponse trop tardive du conseil, et selon lui opportune, F. Bastien porte plainte en mai 2020 devant la Cour fédérale du Canada afin qu'elle renverse la décision du Conseil canadien de la magistrature. Il demande l'abolition de ce conseil selon lui trop partisan.

Le 23 janvier 2020, il menace de porter plainte contre deux juges de la cour suprême qui seront officiellement participants à un événement de l'association Lord Reading, qui a pris des positions politiques partisanes en s'opposant à la loi 21. Un jour après, l'association annule la participation des deux juges. Frédéric Bastien attribue ce revirement à son intervention[13]. Bastien estime également qu'il a contribué au rejet par la Cour suprême de la demande de suspension pour motifs d'urgence de la loi 21 en rappelant à la cour son devoir d'impartialité[14]

En janvier 2020, il porte plainte contre la commission scolaire English Montreal qu'il accuse d'avoir outrepassé son mandat en engageant une contestation judiciaire contre la loi 21 ainsi qu'en assumant les coûts de démarche et en demandant et acceptant des fonds du Programme fédéral de contestation judiciaire pour financer ces actions.Frédéric Bastien contre s'indigne en effet que les impôts que les Québécois versent au fédéral puissent être distribués par le gouvernement canadien pour financer des contestations de lois du Québec. Le 6 février, la commission scolaire renonce au financement du fédéral. Suite à ce remboursement, qui est dû, selon le journal La Presse, à l'action de Bastien, le gouvernement du Québec envisage de porter plainte également contre la commission et demande au gouvernement fédéral une réforme du programme de contestation judiciaire.[15]

Engagement au PQ sous Jean-François Lisée[modifier | modifier le code]

À partir de 2016, et jusqu'en 2018, Frédéric Bastien propose ses conseils avisés dans le cadre de la prochaine élection nationale,Il préside un comité qui est chargé de conseiller le chef du parti québécois Jean-François Lisée sur de nouvelles revendications en matière constitutionnelle à même de redonner un objectif concret à un vote péquiste dans la perspective de l'abandon par Lisée de la convocation d'un référendum dans un premier mandat majoritaire.selon Bastien, lisez se montre hésitant, ce que l'intéressé confirme dans un de ses ouvrages, mais également enthousiaste par moment. En définitive, les propositions de Bastien pour porter le combat sur le terrain constitutionnel ne sont pas retenues[16].

candidat à l'investiture péquiste pour la circonscription de Mercier, il n'est finalement pas retenu par Lisée qui souhaite investir moins d'hommes, malgré le fait que Bastien fait état de bons contacts avec les militants locaux. Selon Bastien, Lisée lui aurait finalement déclaré après la campagne se repentir du candidat finalement investi et "regretter de n'avoir pas écouté un historien"[10].

Publication d'Après le naufrage : Jugements sur l'état du PQ et les causes de ses échecs[modifier | modifier le code]

En 2019, après que le PQ ait connu, tout comme le PLQ, la plus lourde défaite électorale de son histoire, il publie un ouvrage analysant les raisons profondes de ses échecs[17].

Il critique également la stratégie de Lisée : en voulant récupérer les électeurs passés à QS par une réorientation à gauche, il a fait perdre au PQ des voix sur sa droite au profit de la CAQ, de même que par le passé, des orientations opposées ont fait perdre au PQ des électeurs au profit de QS.

Pour pouvoir continuer à réunir l'ensemble des souverainistes quelques soient leurs convictions, le parti doit cesser ces revirements qui perturbent les électeurs. Il doit donc axer son action non pas par rapport à l'axe gauche-droite mais sur la contestation du régime canadien notamment par des revendications constitutionnelles et un discours nationaliste qui s"oppose au multiculturalisme canadien. Or, si il s'accorde avec Jean-Francois Lisée sur le fait qu'un référendum dans un premier mandat n'est pas envisageable, il reproche à ce dernier de n'avoir pas compensé cette impossibilité par la promesse de revendications constitutionnelles. Cette absence a, selon Bastien, vidé le vote PQ de son sens[16].

Le livre reçoit des critiques positives, le verbe de Frédéric Bastien et l'acuité de son diagnostic est notamment salué par Joseph Facal, ancien ministre péquiste, dans le Journal de Montréal[18].

Candidat à la chefferie du Parti québécois[modifier | modifier le code]

En , il annonce qu'il se porte candidat pour succéder à Jean-François Lisée comme chef du Parti québécois.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Prix patriote de l'année (2013)

Prix de l'essai Richard-Arès (2014)


Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Relations particulières: la France face au Québec après de Gaulle (1999), Éditions du Boréal (ISBN 9782890529762)
  • Le poids de la coopération:le rapport France-Québec (2006), Québec Amérique (ISBN 9782764405123)
  • La Bataille de Londres: Dessous, secrets et coulisses du rapatriement constitutionnel (2013), Éditions du Boréal (ISBN 9782764622278)
  • The Battle of London: Trudeau, Thatcher, and the Fight for Canada's Constitution (2014), Dundurn Press (en) (ISBN 9781459723290)

Après le Naufrage : Refonder le Parti québécois (2019), Éditions du Boréal (ISBN 9782764625842)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Radio-Canada, « L’historien Frédéric Bastien brigue la chefferie du Parti québécois », sur Radio-Canada.ca (consulté le 26 janvier 2020)
  2. Frédéric Bastien, « "L’Évolution de la constitution canadienne " Conférence à Laval-des-Rapides en 2018. », sur www.youtube.com, (consulté le 11 juin 2020)
  3. Isabelle Beaulieu, « Le prix de l’essai Richard-Arès pour Frédéric Bastien », sur Revue Les libraires, (consulté le 11 juin 2020)
  4. (en) Chantal Hébert, « new_book_raises_troubling_issue », sur www.thestar.com
  5. (en) Canadian Press, « Frederic Bastien raises questions about top court's review into Constitution allegations », sur https://www.macleans.ca, (consulté le 11 juin 2020)
  6. (en) CBC, « Top-court-to-investigate-alleged-judicial-meddling-in-1982-constitution », sur www.cbc.ca, (consulté le 11 juin 2020)
  7. (en) CBC, « op-court-says-it-has-no-docs-on-constitution-repatriation-claims », sur www.cbc.ca, (consulté le 11 juin 2019)
  8. (en) National Post, « probe-called-after-book-alleges-supreme-court-interference-into-1982-constitutional-coup-deta », sur www.nationalpost.com, (consulté le 11 juin 2020)
  9. (en) CBC, « Harper says people are fed up with constitutional battles », sur cbc.ca, (consulté le 11 juin 2020)
  10. a et b "Une nation fait sens" - Entrevue avec Frédéric Bastien (lire en ligne)
  11. TVA Nouvelles, « Entrevue avec le candidat à la direction du PQ Frédéric Bastien du 24 février 2020 », sur https://www.tvanouvelles.ca, (consulté le 13 juin 2020)
  12. « plainte contre la juge Hesler », sur https://www.droit-inc.com, (consulté en 2019)
  13. F. Bastien, « twitt », sur www.twitter.com, (consulté le 11 juin 2020)
  14. Frédéric Bastien, « publication », sur www.facebook.com, (consulté le 11 juin 2020)
  15. « Loi 21: Legault en remet contre English-Montreal et Trudeau », sur La Presse, (consulté le 13 juin 2020)
  16. a et b Frédéric Bastien, Après le naufrage : repenser le parti québécois, Montréal, Editions du Boréal, , 232 p. (ISBN 9782764625842, lire en ligne), pp 5-25
  17. « Après le naufrage », sur www.editionsboreal.qc.ca (consulté le 13 juin 2020)
  18. Joseph Facal, « PQ: renflouer le navire? », sur Le Journal de Montréal (consulté le 13 juin 2020)


Liens externes[modifier | modifier le code]