Pierre Arcand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pierre Arcand
Illustration.
Fonctions
Président du Conseil du trésor
Ministre québécois de l'Administration gouvernementale et de la Révision permanente des programmes
En fonction depuis le
(11 mois et 6 jours)
Premier ministre Philippe Couillard
Gouvernement Couillard
Prédécesseur Pierre Moreau
Député de Mont-Royal
En fonction depuis le
(11 ans, 5 mois et 22 jours)
Élection 26 mars 2007
Réélection 8 décembre 2008
4 septembre 2012
7 avril 2014
Législature 38e, 39e, 40e et 41e
Prédécesseur Philippe Couillard
Ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles
Ministre responsable du Plan Nord, responsable des régions des Laurentides et de Lanaudière
portefeuille de la Côte-Nord ajouté le

(3 ans, 5 mois et 18 jours)
Premier ministre Philippe Couillard
Gouvernement Couillard
Prédécesseur Martine Ouellet
Successeur Pierre Moreau
Ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs

(2 ans, 1 mois et 8 jours)
Premier ministre Jean Charest
Gouvernement Charest
Prédécesseur Line Beauchamp
Successeur Daniel Breton
Ministre des Relations internationales
Ministre responsable de la Francophonie

(1 an, 7 mois et 23 jours)
Premier ministre Jean Charest
Gouvernement Charest
Prédécesseur Monique Gagnon-Tremblay
Successeur Monique Gagnon-Tremblay
Biographie
Date de naissance (66 ans)
Lieu de naissance St-Hyacinthe (Canada)
Nationalité Canadienne
Parti politique Parti libéral du Québec
Profession Homme d'affaires

Pierre Arcand, né le à Saint-Hyacinthe, est un homme politique canadien. Il est le député libéral provincial de Mont-Royal depuis 2007. Il est l'ancien président directeur général de Corus Québec.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Saint-Hyacinthe, Pierre Arcand a grandi dans cette ville rurale de l'axe Montréal, Québec. Il y fait ses études au Séminaire de Saint-Hyacinthe d'où il obtient son diplôme en 1970. Il poursuit ses études au CÉGEP de Saint-Hyacinthe et gradue en 1973. Celui-ci se dirige ensuite vers l'École des Hautes Études Commerciales de Montréal (HEC) et se destine vers une carrière de journalisme.

Dès 1978, alors qu'il n'a que 27 ans, Pierre Arcand est nommé directeur des nouvelles de la station CKAC et au réseau Télémédia. Quelques années plus tard, en 1984, il est promu vice-président de même que directeur général de la station et vice-président sénior du réseau. Il est nommé, en 1987, Nouveau Performant par la Chambre de commerce de Montréal. Il est membre du conseil d’administration de Tel-Aide de 1983 à 1986, et de la Fondation pour enfants diabétiques de 1997 à 2006.

En 1988, Pierre Arcand décide d'acquérir deux stations de Radio, soit CFQR (aujourd'hui 92.5 The Beat) et CFCF (aujourd'hui CIWN). Quelques années plus tard, il poursuit dans la même lignée en devenant propriétaire de quatre autres stations : CKVL, CKOI, CIEL et CIME-FM[1].

En 2002, Pierre Arcand, un homme comptant plus de 20 années d’expérience de radio, a été nommé président de Corus Québec Radio, une société affiliée jadis à Corus Entertainment propriétaire de 14 stations à travers le Québec.

Pierre Arcand possède, certes, plusieurs filiations dans le monde des communications, il est le frère aîné de l'animateur Paul Arcand, le conjoint de la productrice et directrice des programmes à Télé-Québec Dominique Chaloult, le gendre de Francine Chaloult (attachée de presse de Céline Dion) et le neveu de l'actrice Suzanne Lévesque.

Sa carrière dans les médias l'a amené à découvrir plusieurs talents qui sont aujourd'hui célèbres, pensons seulement à Normand Brathwaite, Lucien Francoeur, François Pérusse, etc.[2]

Élections 2007[modifier | modifier le code]

C'est à l'élection de 2007 qu'il est approché par le Parti libéral du Québec. Perçu par les analystes comme un candidat vedette, celui-ci se présente dans la circonscription électorale de Mont-Royal où il succède au député démissionnaire Philippe Couillard. Il remporte ses élections haut la main avec plus de 70 % des suffrages totaux, ce qui est l'une des plus fortes majorités au Québec[3]. Il se représente en 2008 où il obtient un second mandat de la population de Mont-Royal avec une majorité encore plus forte[4].

Pour son premier mandat, il siège en tant qu’adjoint parlementaire au ministre du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation. Il devient aussi adjoint parlementaire au ministre du Tourisme d’avril 2007 à avril 2008, ainsi qu’à la ministre des Finances et présidente du Conseil du trésor. De plus, il a occupé le poste de vice-président de la Commission de l’éducation jusqu’en 2008.

Élections 2008[modifier | modifier le code]

Le 8 décembre 2008, Pierre Arcand est réélu pour un second mandat dans la circonscription de Mont-Royal avec plus de 76 % des voix. Le gouvernement libéral remporte une victoire majoritaire et M. Arcand est promu sur le Conseil des ministres.

Ministre des relations internationales[modifier | modifier le code]

Réélu en décembre 2008, il est nommé Ministre des Relations internationales et ministre responsable de la Francophonie jusqu'au 10 août 2010.

Ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs[modifier | modifier le code]

À la suite d'un remainiement ministériel le 11 août 2010, M. Arcand est nommé Ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, poste qu'il occupe pendant plus de 2 ans. Il fut aussi membre du Comité ministériel de la prospérité économique et du développement durable du 15 janvier 2009 jusqu'à l'élection du 4 septembre 2012.

Élections 2012[modifier | modifier le code]

Pierre Arcand annonce en juin 2012 via le réseau social Twitter se représenter aux prochaines élections générales, alors que certains journalistes émettaient des doutes sur sa candidature, bien que celui-ci eut été investi un mois plus tôt. Le 4 septembre 2012, il une fois de plus réélu dans son comté de Mont-Royal avec 66 % des voix et par une majorité écrasante de 13 500 votes. Le député de Mont-Royal est alors nommé porte-parole de l'opposition officielle en matière de commerce extérieur et pour Montréal.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]