Schizotypie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La schizotypie est un concept proposé par Sandor Rado durant la période où l'on essayait de réfléchir à la nature de fond de la schizophrénie et comment elle peut se présenter sous des formes dégradées.

Origine du terme[modifier | modifier le code]

Rado forme un néologisme à partir de "schizophrenic" et "phénotype" (et non pas "génotype" comme cela a été traduit par d'autres auteurs).

« Lorsqu'on soumet les manifestations patentes de la schizophrénie à une analyse psychodynamique minutieuse, on découvre un ensemble de traits psychodynamiques sous-jacents (...) que l'on peut mettre en évidence chez le patient tout au long de sa vie. Ce qui permet de le définir comme un schizotype de la naissance à la mort, et nous autorise à considérer son histoire de vie comme une succession d'états schizotypiques. On peut appeler organisation schizotypique l'ensemble des traits psychodynamiques particuliers aux schizotypes. »

— Sandor Rado, 1953

Signification[modifier | modifier le code]

Ce n'est pas un diagnostic mais une forme d'organisation du psychisme. Pour Rado, il y a deux choses fondamentales, deux défauts qui fondent une organisation schizotypique :

  • Déficience de la capacité intégrative du plaisir
  • Diathèse proprioceptive

Le premier de ces défauts se manifeste par une faiblesse de la capacité motivante du plaisir ; le second, par une propension à une distorsion de la conscience du soi corporel.

Ce sont deux axes organisationnels qui vont se manifester par la suite sous forme de symptômes. À propos de la schyzotypie décompensée (schizophrénie pseudo-névrotique) il écrit :

« The organism now ceases to have a definite selfhood ; (...) psychodynamic life is now the interaction of a fragmented organism with a fragmented environment. »

— Rado, 1953

La schizotypie (tout comme la schizoïdie) ne doit pas être conçue simplement comme une "forme atténuée de la maladie", mais comme décrivant les perturbations de l'existence qui sont au cœur de la pathologie schizophrénique.

Pour le DSM, la schizotypie est un trouble de la personnalité (groupe A) ; cette définition n'a qu'une très vague ressemblance avec celle proposée à l'origine par S. Rado. C'est une tout autre mentalité que celle du DSM qui est derrière ce concept.

Notes et références[modifier | modifier le code]