Leucoaraiose

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Démence vasculaire sous-corticale
Classification et ressources externes
Leucoaraiose1.jpg
IRM : lésions vasculaires multiples disséminées (flèches).
CIM-10 F01.2
CIM-9 290.4
DiseasesDB 8393
MedlinePlus 000746
eMedicine med/3150  neuro/227
MeSH D015161
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La leucoaraiose (ou leucoaraïose) est une maladie du système nerveux central provoquée par des altérations vasculaires (micro-angiosclérose) avec épaississement fibrohyalin, au niveau de la substance blanche du cerveau et qui évolue progressivement vers des troubles neurologiques invalidants. Ce terme vient du grec leukos : « blanc » et araios : « rare ».

Décrite par Vladimir Hachinski en 1987, c'est une maladie fréquente qui est connue sous la dénomination de démence vasculaire sous-corticale.

Premiers signes[modifier | modifier le code]

La maladie s'installe plus ou moins brutalement chez un sujet de plus de 65 ans qui se plaint de céphalées répétées et qui présente des troubles cognitifs de plus en plus marqués (perte de mémoire, difficulté à accomplir des tâches et des raisonnements complexes) sans trouble moteur ni sensitif. Des troubles de l'humeur (dépression) du sujet et un désintérêt pour ce qui l'entoure apparaissent peu à peu[1].

La maladie apparaît souvent chez un sujet hypertendu ou au décours d'un accident cardio-vasculaire (maladie athéromateuse, angine de poitrine…).

Examen radiologique[modifier | modifier le code]

L'imagerie par résonance magnétique (IRM) en phase T2, et la tomodensitométrie (scanner) montrent la présence de lésions de la substance blanche, disséminées dans le cerveau ; ces images, sous forme d'un hypersignal, témoignent des lésions vasculaires. Ces lésions vont plus ou moins confluer avec l'évolution de la maladie et aboutir à donner une image de « cerveau en gruyère ».

Évolution[modifier | modifier le code]

Elle se fait progressivement vers une dégradation des fonctions intellectuelles (il était autrefois question d'état de « démence sénile »). Sa physiopathologie diffère légèrement de celle de la maladie de Binswanger (décrite par Otto Binswanger)[2] et il ne faut pas la confondre avec la maladie d'Alzheimer, mais elle peut être associée à cette dernière.

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2013). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

La démence vasculaire sous-corticale est la deuxième cause la plus fréquente des démences en Europe et en Amérique du Nord. Elle représente 50 % des démences au Japon et 20 % à 40 % en Europe pour seulement 15 % en Amérique Latine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Démotivation et dysfonctionnements frontaux chez le sujet âgé : place de la leucoaraïose : P. THOMAS, C. HAZIF-THOMAS, F. SACCARDY, P. VANDERMARQ, in L’Encéphale, 2004 [PDF]
  2. (en) « Binswanger's disease is not a single entity » Neurological Sciences 2000 Volume 21, Number 6, 343-348, DOI:10.1007/s100720070048

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Feuillets de radiologie ISSN 0181-9801 CODEN FERAD3
  • (en) Olszewski J. « Subcortical arteriosclerotic encephalopathy. Review of the literature on the so-called Binswanger's disease and presentation of two cases » World Neurol. 1962; volume 3, pages 359–75.
  • (en) « Vascular Cognitive Impairment » Nature Clinical Practice Neurology 2006;2:538-547. DOI:10.1038/ncpneuro0294