Grand Prix automobile du Brésil 2011

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark gold.png Vous lisez un « article de qualité ».

Grand Prix du Brésil 2011

Tracé de la course

Drapeau Autodromo José Carlos Pace

Données de la course
Nombre de tours 71
Longueur du circuit 4,309 km
Distance de course 305,909 km
Résultats
Vainqueur Drapeau de l'Australie Mark Webber,
Red Bull-Renault,
h 32 min 17 s 464
(vitesse moyenne : 198,877 km/h)
Pole position Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel,
Red Bull-Renault,
min 11 s 918
(vitesse moyenne : 215,696 km/h)
Record du tour en course Drapeau de l'Australie Mark Webber,
Red Bull-Renault,
min 15 s 324
(vitesse moyenne : 205,942 km/h)

Le Grand Prix automobile du Brésil 2011 (Formula 1 Grande Prêmio Petrobras do Brasil 2011), disputé le 27 novembre 2011 sur le circuit d'Interlagos, est la 858e épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950 et la dix-neuvième et dernière manche du championnat 2011. Il s'agit de la trente-neuvième édition du Grand Prix comptant pour le championnat du monde, la vingt-neuvième disputée à Interlagos.

La séance de qualifications est marquée par la performance du champion du monde Sebastian Vettel : en décrochant sa quinzième pole position de la saison, il bat le record de Nigel Mansell qui en avait obtenu quatorze lors de la saison 1992. En course, il est néanmoins devancé par son coéquipier Mark Webber qui signe sa seule victoire en 2011 à l'occasion de la dernière épreuve et s'offre par la même occasion la troisième place du championnat du monde avec 258 points. Le podium est complété par le Britannique Jenson Button qui, avec 270 points, termine dauphin de Vettel au volant de sa McLaren. Sur les vingt-huit pilotes en lice au championnat, dix-neuf ont inscrit au moins un point au cours de la saison.

Chez les constructeurs, l'écurie Red Bull Racing, déjà assurée depuis plusieurs courses du titre de championne du monde, termine sa saison en signant le onzième doublé de son histoire, le troisième en 2011. Avec 650 points, l'équipe autrichienne devance largement McLaren (497 points) et Ferrari (375 points). Sur les douze écuries engagées au championnat du monde, neuf ont marqué des points au cours de la saison, Lotus, Virgin et HRT terminant avec un compteur vierge.

Contexte avant le Grand Prix[modifier | modifier le code]

Dernier Grand Prix de Rubens Barrichello[modifier | modifier le code]

Photo de Rubens Barrichello en 2010
Rubens Barrichello dispute à domicile son dernier Grand Prix de Formule 1.

Rubens Barrichello n'a manqué aucune saison de Formule 1 depuis 1993, prenant part à un nombre record de 323 départs dans la discipline (11 victoires, 14 pole positions, 68 podiums, vice-champion du monde en 2002 et 2004)[1]. Même s'il refuse de l'admettre, il dispute son dernier Grand Prix dans sa ville natale de São Paulo car sa place chez Williams est menacée, notamment par un éventuel retour de Kimi Räikkönen, champion du monde 2007[2]. À 40 ans, il est toujours aussi motivé par la course automobile et tente de faire taire les rumeurs : « Je reste positif. Je ne vais pas faire mes adieux. [...] Je ne fais pas ça pour de l'argent ni parce que je veux prolonger l'aventure en Formule 1, je veux continuer parce que c'est ce que j'aime, que je sais que je suis encore très compétitif et que je mérite d'avoir un volant. »[3]

Malgré sa ferme intention de continuer, son compatriote Felipe Massa lui conseille de mettre un terme à sa carrière. En effet, il insiste sur le fait que Barrichello a effectué une formidable carrière en Formule 1, étant le pilote ayant disputé le plus de Grands Prix, ayant remporté de nombreuses courses et piloté pour les meilleures équipes. Si Massa envie la carrière de son compatriote, il lui conseille de quitter la discipline, non pas en raison de son âge ou d'un manque de compétitivité mais plutôt pour ne pas s'abaisser à payer pour continuer à piloter : « Dans la Formule 1 de nos jours, il y a douze équipes et cinq ou six d'entre elles demandent de l'argent pour offrir un baquet. Mon opinion est que je ne le vois pas chercher des sponsors pour courir après tout ce qu'il a réussi en Formule 1. Je lui ai dit de partir et d'utiliser cette dernière course pour faire ses adieux proprement. »[4],[5],[6]

Anticipant le départ du Brésilien, Mark Webber lui rend hommage dans sa chronique hebdomadaire de BBC Sport en insistant sur le fait que Rubens Barrichello est un des grands héros du sport automobile brésilien et qui reste le pilote ayant disputé le plus de Grands Prix de Formule 1. L'Australien loue l'attitude de Barrichello, exemplaire tant sur la piste qu'en dehors : « Rubens est toujours prêt à s'arrêter pour signer un autographe ou faire une photo avec les fans. Il a le sens de la famille bien qu'il soit encore capable de sacrés trucs en piste. Il a eu une carrière incroyable et il a presque toujours le sourire sur son visage. » Toutefois, il déclare ressentir un malaise face à la situation compliquée du Brésilien : « Ce pourrait être sa dernière course en Formule 1. Il dit qu'il ne faut pas la prendre comme un adieu. J'espère qu'il a raison car il est tellement aimé que ses fans, ses concurrents et ses amis, voudront être en mesure de lui donner le grand adieu qu'il mérite. »[7],[8]

Centième Grand Prix de Felipe Massa chez Ferrari[modifier | modifier le code]

Photo de Felipe Massa au Brésil en 2008
Felipe Massa a déjà remporté le Grand Prix du Brésil en 2008.

En Formule 1 depuis 2002, Felipe Massa (151 départs avant ce Grand Prix, 11 victoires, 15 pole positions, 33 podiums, vice-champion du monde en 2008) dispute au Brésil, dans sa ville natale de São Paulo, son centième Grand Prix avec la Scuderia Ferrari[9]. Il est le troisième pilote à accomplir cette performance après Michael Schumacher (180 départs pour la marque) et Rubens Barrichello (102)[10]. Heureux de la confiance accordée par son écurie, il déclare que ce week-end très important car il marque ses dix ans de présence en Formule 1, ses six années de course pour la Scuderia Ferrari et son centième Grand Prix, ce qui fait de lui un des pilotes ayant le plus couru pour cette équipe[11]. Il espère obtenir au moins un podium à domicile pour éviter de rééditer la performance d'Ivan Capelli en 1992, dernier pilote Ferrari à n'avoir obtenu aucun top trois dans une saison[12] : « Quand vous roulez à la maison, c'est comme un championnat à part. Je suis heureux d'avoir déjà gagné deux fois mon Grand Prix [en 2006 et 2008] et je veux maintenant un très bon week-end. Nous avons la même voiture, sans nouveauté mais quand vous êtes à domicile, cela se passe toujours mieux. Vous avez un peu de puissance supplémentaire grâce aux fans. J'espère pouvoir me battre pour le podium. »[13]

Luca di Montezemolo, président de Ferrari, écrit une lettre à son pilote pour l'encourager à la veille du dernier Grand Prix d'une saison particulièrement difficile. Il revient en effet sur ses onze victoires pour le compte de la Scuderia (entre 2006 et 2008), sa contribution à la conquête des deux titres de champions du monde des constructeurs en 2007 (94 points inscrits sur 204) et 2008 (97 points inscrits sur 172) et son titre de vice-champion du monde des pilotes en 2008 (à 1 point de Lewis Hamilton). Di Montezemolo insiste sur les liens étroits tissés entre Massa et Ferrari : « Je suis ravi que tu aies décidé de célébrer cet anniversaire avec un casque spécial portant cent insignes du cheval cabré. Ces dix dernières années ont été très intenses. Avec nous, tu as grandi en tant que pilote et en tant qu'homme et tu fais partie de notre histoire. »[14]

Sécurité et modification du circuit[modifier | modifier le code]

Photo de la Curva do Cafe depuis la tribune qui sera déplacée pour faire place à une zone de dégagement
La Curva do Cafe, virage à gauche très rapide, est bordée par un mur et par une tribune permanente.

Depuis l'édition 2003 qui avait donné lieu à un spectaculaire accident, la question de la sécurité se pose avant chaque Grand Prix du Brésil. Le circuit d'Interlagos comporte plusieurs virages dangereux, dont la Curva do Cafe et la Curva do Sol, où plusieurs pilotes ont perdu la vie en quelques années. Quatre ans après la mort de Rafael Sperafico lors d'une manche de stock-car, l'année 2011 a été particulièrement meurtrière : un motard a péri en février et deux autres pilotes de stock-car, Gustavo Sondermann et Paulo Kunze, ont trouvé la mort en avril à Interlagos[15],[16].

Les voix sont unanimes pour demander de nouvelles zones de dégagement dans les virages à risque, quite à sacrifier certaines tribunes, ainsi Luciano Burti, ancien pilote de Formule 1, déclare : « Nous devons trouver de la place pour cela, essayer de faire des dégagements. La sécurité doit passer avant tout. La solution existe et nous devons nous unir pour que ces changements interviennent avant qu'un autre accident ne se produise. »[15]

Clayton Pinteiro, le président de la fédération brésilienne de sports mécaniques, affirme qu'il a demandé à la FIA d'envoyer un inspecteur et, reconnaissant que les mesures prises en 2007 n'ont pas été efficaces, pense que la seule solution reste d'agrandir la zone de dégagement dans ce virage[17].

Quelques jours après cette demande, la FIA et les autorités locales donnent leur accord pour le remplacement d'une tribune par une zone de dégagement[18]. Mais les travaux devant prendre six mois, les officiels du circuit décident lors d'une réunion avec Charlie Whiting qu'ils auront lieu de janvier à juin 2012, soit quelques mois après le Grand Prix du Brésil[19]. Whiting déclare : « Nous espérons construire une nouvelle entrée des stands et agrandir les dégagements dans le dernier virage mais c'est un travail important qui exige de déplacer quelques tribunes permanentes. Nous avons reçu des garanties de la ville de São Paulo qu'elle soutiendrait ce projet. »[20]

Jean Todt, président de la FIA, assure que, bien que conscient des incidents qui se sont produits à Interlagos dans une autre catégorie automobile, les pilotes de Formule 1 ne sont pas en danger car toutes les mesures seront prises pour éviter que de tels accidents se reproduisent. Il poursuit ainsi : « Depuis dix-sept ans, il n'y a eu aucun mort en Formule 1. Nous savons que c'est un sport dangereux, mais la FIA travaille en permanence pour éviter les accidents et réduire les risques. »[21]

DHL Fastest Lap Award[modifier | modifier le code]

Depuis 2007, l'entreprise postale DHL remet le DHL Fastest Lap Award au pilote qui a signé le plus grand nombre de meilleurs tours en course au cours de la saison. Malgré la domination de son coéquipier Sebastian Vettel et son absence de victoires, Mark Webber reçoit la récompense : avec six meilleurs tours à l'entame du week-end, il ne peut plus être rejoint en tête de ce classement honorifique[22],[23],[24].

Pneumatiques[modifier | modifier le code]

Pour sa première année en Formule 1 depuis 1991, Pirelli conclut au Brésil une saison marquée par un nombre record de dépassements depuis la création du championnat en 1950[25]. Après avoir testé des pneus plus tendres que d'habitude pendant les essais libres du Grand Prix d'Abou Dabi, le manufacturier italien décide de les proposer en course pour la dernière épreuve de l'année. Paul Hembery, directeur de Pirelli Motorsport, annonce en outre qu'il prévoit de fournir des gommes encore plus tendres pour la saison 2012 : « Ce que nous appelons actuellement un « tendre » pourrait devenir un « médium » l'an prochain. [...] L'approche pneumatique sera moins conservatrice, la seconde moitié de la saison ayant démontré à quel point les équipes ont compris nos produits[26].[...] Il serait intéressant d'entendre les remarques des pilotes sur les nouveaux pneumatiques durs et tendres qui leur seront fournis. »[27]

DRS[modifier | modifier le code]

Alors qu'elle avait autorisé deux zones d'utilisation de l'aileron arrière mobile (Drag Reduction System) lors des deux Grands Prix précédents, en Inde et à Abou Dabi, la FIA annonce que le circuit d'Interlagos n'en comptera qu'une seule. L'aileron pourra être activé sur 600 mètres dans la ligne droite entre les virages no 3 et no 4, la ligne de détection de l'écart entre les pilotes se trouvant dans le deuxième virage[28]. Charlie Whiting, directeur de course, estime en effet que la ligne droite principale offre de bonnes opportunités de dépassement et affirme « ne pas vouloir rendre les choses trop faciles »[20],[29].

Essais libres[modifier | modifier le code]

Vendredi matin, séance de 10 h[modifier | modifier le code]

Photo du stand McLaren à Interlagos
Le stand McLaren à Interlagos.
Temps réalisés par les six premiers de la première séance d'essais libres[30]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau de l'Australie Mark Webber Red Bull-Renault 1 min 13 s 811
2 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button McLaren-Mercedes 1 min 13 s 825 + 0 s 014
3 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton McLaren-Mercedes 1 min 13 s 961 + 0 s 150
4 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 1 min 14 s 025 + 0 s 214
5 Drapeau du Brésil Felipe Massa Ferrari 1 min 14 s 507 + 0 s 696
6 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 1 min 14 s 541 + 0 s 730

La température ambiante est de 23 °C et celle de la piste est de 31 °C au départ de la première séance d'essais libres du dernier Grand Prix de la saison. Les pilotes s'élancent immédiatement pour boucler un premier tour d'installation et Michael Schumacher signe le premier temps de référence en 1 min 16 s 778[31],[32].

Ce temps est battu par Bruno Senna en 1 min 16 s 774 puis par son coéquipier Romain Grosjean à deux reprises (1 min 16 s 072 puis 1 min 16 s 069). Felipe Massa améliore a plusieurs reprises (1 min 15 s 774, 1 min 15 s 473 et 1 min 15 s 350) mais Lewis Hamilton fait encore mieux en 1 min 15 s 078, 1 min 14 s 503 et enfin 1 min 14 s 296[31],[32],[33].

Alors qu'il reste encore quarante minutes, Sebastian Vettel prend la tête en 1 min 14 s 025, temps amélioré ensuite par Jenson Button en 1 min 13 s 950 puis 1 min 13 s 825. Peu après, Romain Grosjean immobilise sa Renault à la sortie de l'allée des stands à cause d'un souci de boîte de vitesses[31],[33]. Jean-Éric Vergne, pour sa part, est resté bloqué dans son stand en début de séance à cause d'un problème de SREC[32],[33].

Vendredi après-midi, séance de 14 h[modifier | modifier le code]

Photo de Mark Webber à Interlagos
Mark Webber dans la pitlane d'Interlagos.
Temps réalisés par les six premiers de la deuxième séance d'essais libres[34]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton McLaren-Mercedes 1 min 13 s 392
2 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 1 min 13 s 559 + 0 s 167
3 Drapeau de l'Australie Mark Webber Red Bull-Renault 1 min 13 s 587 + 0 s 195
4 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 1 min 13 s 598 + 0 s 206
5 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher Mercedes 1 min 13 s 723 + 0 s 331
6 Drapeau du Brésil Felipe Massa Ferrari 1 min 13 s 750 + 0 s 358

Le soleil brille, la température ambiante est de 26 °C et celle de la piste est de 47 °C au départ de la seconde séance d'essais libres du Grand Prix du Brésil. Les pilotes s'élancent dès l'ouverture de la piste et Jenson Button signe le premier temps de référence en 1 min 15 s 190[35],[36]. Son coéquipier Lewis Hamilton améliore peu après en 1 min 13 s 852[35],[36],[37].

À la mi-séance, Michael Schumacher, en pneus tendres, prend la tête en 1 min 13 s 723 mais Hamilton reprend son bien en deux temps (1 min 13 s 653 puis 1 min 13 s 392) et personne n'améliore cette performance alors que Sergio Pérez doit abandonner sa monoplace en panne sur la piste, de même que Fernando Alonso[35],[36],[37].

Samedi matin, séance de 11 h[modifier | modifier le code]

Photo de Fernando Alonso lors des essais du samedi à Interlagos
Fernando Alonso lors des essais du samedi.
Temps réalisés par les six premiers de la troisième séance d'essais libres[38]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 1 min 12 s 460
2 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button McLaren-Mercedes 1 min 12 s 547 + 0 s 087
3 Drapeau de l'Australie Mark Webber Red Bull-Renault 1 min 12 s 597 + 0 s 137
4 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton McLaren-Mercedes 1 min 12 s 622 + 0 s 162
5 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 1 min 12 s 765 + 0 s 305
6 Drapeau de l'Allemagne Adrian Sutil Force India-Mercedes 1 min 13 s 113 + 0 s 653

La température ambiante est de 27 °C et la piste est à 37 °C au départ de la dernière séance d'essais libres. La pluie n'est pas au rendez-vous et les équipes ne peuvent pas adapter leurs voitures aux conditions humides prévues pour la course du lendemain. Bruno Senna signe le premier temps de référence en 1 min 16 s 622 puis l'améliore par deux fois en 1 min 16 s 605 et 1 min 15 s 491[39],[40].

Son coéquipier Vitaly Petrov prend les devants en deux temps (1 min 14 s 654 puis 1 min 14 s 489) avant de céder sa place à Lewis Hamilton (1 min 13 s 988) et Sebastian Vettel (1 min 13 s 754). Hamilton reprend le commandement en 1 min 13 s 508 avant d'être battu par son coéquipier Jenson Button (1 min 13 s 442) et Vettel (1 min 13 s 186) à une demi-heure du terme de la session[39],[40],[41].

Quelques minutes plus tard, si certains pilotes montent en piste en pneus tendres, c'est en pneus durs que Mark Webber prend la tête du en 1 min 13 s 154. Peu après, en pneus tendres, Adrian Sutil tourne en 1 min 13 s 113 mais est devancé par Fernando Alonso (1 min 12 s 765), Hamilton (1 min 12 s 622) et Vettel (1 min 12 s 508 puis 1 min 12 s 460)[39],[40],[41].

Sébastien Buemi, victime de soucis techniques, n'a bouclé que trois tours d'installation[39],[40],[41].

Séance de qualifications[modifier | modifier le code]

Résultats des qualifications[modifier | modifier le code]

Session Q1[modifier | modifier le code]

Photo de Jarno Trulli à Interlagos
Jarno Trulli dans son stand à Interlagos.

La pluie redoutée n'est toujours pas présente au début de la première partie des qualifications, la température ambiante est de 27 °C et la piste est à 43 °C. Les pilotes s'élancent en piste dès l'ouverture de la session et Lewis Hamilton signe le premier temps de référence en 1 min 13 s 876[42],[43],[44].

Sebastian Vettel améliore instantanément en 1 min 13 s 687 avant d'être devancé par son coéquipier Mark Webber en 1 min 13 s 467. Jenson Button se hisse alors en tête en 1 min 13 s 281 alors que certains pilotes de milieu du plateau chaussent leurs pneus tendres pour accroître leur chance d'accéder à la deuxième partie des qualifications[42],[44].

Personne ne parvient à améliorer le temps de Button et les sept pilotes éliminés sont Vitantonio Liuzzi, Daniel Ricciardo, Jérôme d'Ambrosio, Timo Glock, Heikki Kovalainen, Jarno Trulli et Pastor Maldonado[44],[42].

Session Q2[modifier | modifier le code]

Photo de Felipe Massa à Interlagos
Felipe Massa à Interlagos.

La pluie fait son apparition aux abords du circuit et les pilotes entrent immédiatement en piste afin de signer un temps avant qu'elle ne devienne humide[43],[45].

Sebastian Vettel signe le premier temps de référence en 1 min 12 s 446 et personne ne parvient à faire mieux, d'autant que les pilotes des équipes de pointe ne reprennent pas la piste après avoir établi un premier tour qualificatif. Michael Schumacher, seulement onzième et non qualifié, est le seul pilote des écuries de pointe à se relancer alors que son coéquipier Nico Rosberg occupe la deuxième place et reste au stand, comme Vettel, Mark Webber, Lewis Hamilton, Jenson Button et Fernando Alonso[45],[44].

Les sept pilotes éliminés sont Sergio Pérez, Kamui Kobayashi, Vitaly Petrov, Sébastien Buemi (victime d'un problème moteur), Jaime Alguersuari, Rubens Barrichello et Paul di Resta[44],[45].

Session Q3[modifier | modifier le code]

Photo de la parade des pilotes à Interlagos
La parade des pilotes à Interlagos.

À l'issue de son premier tour lancé, Sebastian Vettel s'installe en tête du classement en 1 min 12 s 268 et devance Mark Webber, Jenson Button, Fernando Alonso, Lewis Hamilton et Nico Rosberg[43],[44],[46].

Adrian Sutil, Felipe Massa et Bruno Senna ne prennent la piste qu'en fin de session pour un seul tour chronométré tandis que Michael Schumacher s'élance mais rentre immédiatement sans signer le moindre temps[43].

Pour sa deuxième tentative, Vettel améliore son temps en 1 min 11 s 918, ce qui lui permet de signer sa quinzième pole position de la saison et de battre le record de Nigel Mansell établi en 1992[43],[44],[46].

Grille de départ[modifier | modifier le code]

Résultats des qualifications[47]
Pos. Pilote Écurie Qualifications 1 Qualifications 2 Qualifications 3
1 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel SREC Red Bull-Renault 1 min 13 s 664 1 min 12 s 446 1 min 11 s 918
2 Drapeau de l'Australie Mark Webber SREC Red Bull-Renault 1 min 13 s 467 1 min 12 s 658 1 min 12 s 099
3 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button SREC McLaren-Mercedes 1 min 13 s 281 1 min 12 s 820 1 min 12 s 283
4 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton SREC McLaren-Mercedes 1 min 13 s 361 1 min 12 s 811 1 min 12 s 480
5 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso SREC Ferrari 1 min 13 s 969 1 min 12 s 870 1 min 12 s 591
6 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg SREC Mercedes 1 min 14 s 083 1 min 12 s 569 1 min 13 s 050
7 Drapeau du Brésil Felipe Massa SREC Ferrari 1 min 14 s 269 1 min 13 s 291 1 min 13 s 068
8 Drapeau de l'Allemagne Adrian Sutil SREC Force India-Mercedes 1 min 13 s 480 1 min 13 s 261 1 min 13 s 298
9 Drapeau du Brésil Bruno Senna SREC Renault 1 min 14 s 453 1 min 13 s 300 1 min 13 s 761
10 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher SREC Mercedes 1 min 13 s 694 1 min 13 s 571 Pas de temps
11 Drapeau du Royaume-Uni Paul di Resta SREC Force India-Mercedes 1 min 13 s 733 1 min 13 s 584
12 Drapeau du Brésil Rubens Barrichello SREC Williams-Cosworth 1 min 14 s 117 1 min 13 s 801
13 Drapeau de l'Espagne Jaime Alguersuari SREC Toro Rosso-Ferrari 1 min 14 s 225 1 min 13 s 804
14 Drapeau de la Suisse Sébastien Buemi SREC Toro Rosso-Ferrari 1 min 14 s 500 1 min 13 s 919
15 Drapeau de la Russie Vitaly Petrov SREC Renault 1 min 13 s 859 1 min 14 s 053
16 Drapeau du Japon Kamui Kobayashi SREC Sauber-Ferrari 1 min 14 s 571 1 min 14 s 129
17 Drapeau du Mexique Sergio Pérez SREC Sauber-Ferrari 1 min 14 s 430 1 min 14 s 182
18 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado SREC Williams-Cosworth 1 min 14 s 625
19 Drapeau de la Finlande Heikki Kovalainen Lotus-Renault 1 min 15 s 068
20 Drapeau de l'Italie Jarno Trulli Lotus-Renault 1 min 15 s 358
21 Drapeau de l'Italie Vitantonio Liuzzi HRT-Cosworth 1 min 16 s 631
22 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo HRT-Cosworth 1 min 16 s 890
23 Drapeau de la Belgique Jérôme d'Ambrosio Virgin-Cosworth 1 min 17 s 019
24 Drapeau de l'Allemagne Timo Glock Virgin-Cosworth 1 min 17 s 060
Temps minimal à réaliser pour la qualification : 1 min 18 s 410 (107 % de 1 min 13 s 281)
Schéma de la grille de qualification du Grand Prix du Brésil 2011
La grille de qualification et de départ du Grand Prix du Brésil 2011.

Course[modifier | modifier le code]

Déroulement de l'épreuve[modifier | modifier le code]

Photo de Sebastian Vettel qui précède Lewis Hamilton lors du Grand Prix
Sebastian Vettel précède Lewis Hamilton.

Alexander Wurz (69 départs en Grands Prix de Formule 1, 3 podiums, vainqueur des 24 Heures du Mans en 1996 et 2009) a été nommé conseiller par la FIA pour aider dans son jugement le groupe des commissaires de course lors de ce Grand Prix[48],[49].

La température ambiante est de 25 °C et celle de la piste est de 47 °C sur la ligne de départ. Malgré les prévisions pessimistes, la pluie n'est pas présente à Interlagos. À l'extinction des feux, Sebastian Vettel, en pole position, s'engouffre en tête dans le premier virage devant son coéquipier Mark Webber, Jenson Button, Fernando Alonso et Lewis Hamilton qui perd donc une place au profit de son rival espagnol[50].

Au premier passage sur la ligne de départ, Vettel devance Webber, Button, Alonso, Hamilton, Felipe Massa, Nico Rosberg, Adrian Sutil, Bruno Senna, Paul di Resta, Michael Schumacher, Vitaly Petrov, Sébastien Buemi et Kamui Kobayashi. Sebastian Vettel creuse rapidement l'écart sur ses rivaux et, au cinquième passage, possède 3 secondes d'avance sur Webber, 6 s sur Button et Alonso et 7 s sur Hamilton[50].

Dans le neuvième tour, Michael Schumacher attaque Bruno Senna à l'extérieur du premier virage. Senna se rabat sur l'Allemand et casse son aileron avant sur le pneu arrière de Schumacher qui doit rentrer à son stand au ralenti, pneu crevé. Bruno Senna est alors pénalisé d’une drive-through qu'il effectue peu après. Pendant ce temps, Alonso dépasse Button et occupe la troisième place de la course. Senna change ses pneus au douzième tour, Petrov au suivant, Sutil au quatorzième, Button au quinzième, Alonso, Hamilton, Rosberg, Barrichello au suivant, Vettel, di Resta, Maldonado, Kovalainen au dix-septième, Webber au dix-huitième. Au vingt-quatrième tour, lorsque tous les pilotes ont chaussé des gommes neuves, Vettel devance son coéquipier de 3 secondes, Alonso de 8 s, Button de 10 s, Hamilton à 13 s, Massa de 23 s ; suivent Sutil, Rosberg, Petrov et di Resta[50],[51],[52].

Vettel rencontre alors des soucis avec sa boîte de vitesses et son stand lui conseille d'éviter de rétrograder en seconde. Quelques minutes plus tard, Webber rattrape son coéquipier qui le laisse passer à l'entame du vingt-neuvième tour. Petrov change ses pneus dans le trentième tour, Button, Sutil au suivant, Kovalainen au trente-deuxième, Hamilton, Schumacher au trente-troisième, Barrichello au suivant, Alonso au trente-cinquième, Webber au trente-huitième, Vettel au suivant. Pendant cette deuxième vague de changement de pneumatiques, Lewis Hamilton doit abandonner à cause d’un problème de boîte de vitesses. À l'issue des passages par les stands, Webber est toujours en tête devant Vettel, Alonso, Button, Massa, Rosberg et Sutil. Button et Schumacher s'arrêtent pour la dernière fois dans le cinquante-deuxième tour, Alonso au cinquante-quatrième, Webber au cinquante-huitième, Vettel au suivant. Quelques minutes plus tard, Button dépasse Alonso pour le gain de la troisième place[50],[51],[52].

Mark Webber remporte donc sa première victoire de la saison et Sebastian Vettel permet à son écurie de signer un nouveau doublé cette saison. Jenson Button termine troisième de l’épreuve et devance Alonso, Massa, Sutil, Rosberg, di Resta, Kobayashi et Petrov[50],[51],[52].

Classement de la course[modifier | modifier le code]

Classement de la course[53]
Pos. no  Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 2 Drapeau de l'Australie Mark Webber SREC Red Bull-Renault 71 1 h 32 min 17 s 464 (198,877 km/h) 2 25
2 1 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel SREC Red Bull-Renault 71 + 16 s 983 1 18
3 4 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button SREC McLaren-Mercedes 71 + 27 s 638 3 15
4 5 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso SREC Ferrari 71 + 35 s 048 5 12
5 6 Drapeau du Brésil Felipe Massa SREC Ferrari 71 + 1 min 06 s 733 7 10
6 14 Drapeau de l'Allemagne Adrian Sutil SREC Force India-Mercedes 70 + 1 tour 8 8
7 8 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg SREC Mercedes 70 + 1 tour 6 6
8 15 Drapeau du Royaume-Uni Paul di Resta SREC Force India-Mercedes 70 + 1 tour 11 4
9 16 Drapeau du Japon Kamui Kobayashi SREC Sauber-Ferrari 70 + 1 tour 16 2
10 17 Drapeau de la Russie Vitaly Petrov SREC Renault 70 + 1 tour 15 1
11 19 Drapeau de l'Espagne Jaime Alguersuari SREC Toro Rosso-Ferrari 70 + 1 tour 13
12 18 Drapeau de la Suisse Sébastien Buemi SREC Toro Rosso-Ferrari 70 + 1 tour 14
13 17 Drapeau du Mexique Sergio Pérez SREC Sauber-Ferrari 70 + 1 tour 17
14 11 Drapeau du Brésil Rubens Barrichello SREC Williams-Cosworth 70 + 1 tour 12
15 7 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher SREC Mercedes 70 + 1 tour 10
16 20 Drapeau de la Finlande Heikki Kovalainen Lotus-Renault 69 + 2 tours 19
17 9 Drapeau du Brésil Bruno Senna SREC Renault 69 + 2 tours 9
18 21 Drapeau de l'Italie Jarno Trulli Lotus-Renault 69 + 2 tours 20
19 25 Drapeau de la Belgique Jérôme d'Ambrosio Virgin-Cosworth 68 + 3 tours 23
20 22 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo HRT-Cosworth 68 + 3 tours 22
Abd. 23 Drapeau de l'Italie Vitantonio Liuzzi HRT-Cosworth 61 Alternateur 21
Abd. 3 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton SREC McLaren-Mercedes 46 Boîte de vitesses 4
Abd. 12 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado SREC Williams-Cosworth 26 Tête-à-queue 18
Abd. 24 Drapeau de l'Allemagne Timo Glock Virgin-Cosworth 21 Perte de roue 24

Pole position et record du tour[modifier | modifier le code]

Sebastian Vettel signe la trentième pole position de sa carrière, sa première à Interlagos et sa quinzième de la saison. Mark Webber signe le treizième meilleur tour en course de sa carrière, son septième de la saison et son deuxième sur ce circuit.

Tours en tête[modifier | modifier le code]

Profitant de sa pole position, Sebastian Vettel mène la course jusqu'à son premier arrêt au stand où il laisse le commandement à son coéquipier Mark Webber. Lorsque celui-ci s'arrête à son tour, Felipe Massa pointe en tête pendant deux tours et, lorsqu'il effectue son arrêt au stand, Vettel reprend la première place de la course. Il rencontre alors des soucis avec sa boîte de vitesses et se laisse dépasser par son coéquipier Webber à l'entame du vingt-neuvième tour. Les deux coéquipier échangent temporairement leurs positions à la faveur de la deuxième salve d'arrêts aux stands. La situation se reproduit à l'occasion d'une troisième salve de changement de pneumatiques. Finalement, Webber conserve la position de tête jusqu'au drapeau à damier.

Après-course[modifier | modifier le code]

Écuries sur le podium[modifier | modifier le code]

Pour conclure une saison décevante par rapport à celle de son coéquipier Sebastian Vettel, Mark Webber remporte son seul succès de l'année lors de l'ultime épreuve, à la faveur d'une défaillance mécanique sur la monoplace de son coéquipier. Il reconnaît que sa bataille avec Vettel n'a pas été très intense parce qu'il avait un problème mais que ses performances étaient bonnes du fait qu'il se sentait bien dans la voiture. Il déclare : « C'est une victoire importante pour moi et un doublé important pour l'équipe qui finit la saison au sommet. »[57] Grâce à cette victoire, il reprend in extremis la troisième place du championnat du monde et envisage la saison suivante avec sérénité : « Je pense que ça ira mieux. J'ai mal démarré cette année mais je regarderai tous les domaines pour améliorer ce que je dois améliorer. Mais quand la barre est à un si haut niveau, il n'y a pas que Sebastian à surveiller. Il y a aussi Jenson [Button], Fernando [Alonso] et tous les autres qui sont au top niveau. Je suis ravi de me battre contre eux. »[58] Sebastian Vettel subit un problème de boîte de vitesses qui l'oblige à laisser la victoire à son équipier mais parvient contre toute attente à assurer le doublé pour Red Bull. Alors que certains observateurs pensent que ce souci technique est une machination de l'écurie pour offrir à Webber une victoire en 2011, ce que le directeur technique Christian Horner dément catégoriquement[59],[60], Vettel confirme avoir été victime d'un problème technique et devait utiliser des rapports plus hauts pour économiser la boîte de vitesses. Pour autant, il tient à féliciter son coéquipier qui méritait de remporter la course, ainsi que son écurie : « En abordant la saison nous pensions avoir une voiture compétitive et que nous pourrions peut-être gagner quelques courses mais ça a été phénoménal. L'équipe n'a presque pas fait d'erreur et a incroyablement haussé son niveau par rapport aux deux dernières années. »[57],[61]

Martin Whitmarsh, directeur de McLaren Racing, félicite Jenson Button pour avoir selon lui magnifiquement piloté toute l'année, surtout durant la deuxième partie de la saison où il a obtenu huit podiums lors des neuf dernières courses[62]. Le pilote britannique obtient en effet une troisième place satisfaisante qui lui permet d'asseoir son deuxième rang au championnat du monde des pilotes. Il explique que son résultat est liés à ses pneus durs très efficaces qui lui ont permis de doubler Fernando Alonso dans le dernier relais. Il ajoute toutefois : « La troisième place était la meilleure que je pouvais obtenir, c'est comme si je n'avais bouclé que des tours de qualification. [...] J'ai eu douze podiums sur dix-neuf Grands Prix cette saison et il y a beaucoup de points positifs à retenir de cette année. Nous allons avoir un bon hiver et en sortir en nous battant dès la première course. Nous voulons rendre ça difficile pour Red Bull en 2012. »[63],[64] Son coéquipier Lewis Hamilton abandonne en raison d'un problème mécanique mais pense déjà à la saison à venir : « La saison a été très longue et je suis impatient de prendre une pause, de passer du temps avec ma famille et mes amis et de m'entraîner pour bien attaquer la saison prochaine. »[65] Il profite de cette dernière course pour régler son différend avec Felipe Massa, les deux pilotes s'étant accrochés à de nombreuses reprises au cours de l'année. Après une accolade à son rival, il déclare avoir beaucoup de respect pour son adversaire[66].

Écuries dans les points[modifier | modifier le code]

Malgré une Ferrari 150° Italia moins performante que la Red Bull RB7 et la McLaren MP4-26, Fernando Alonso réalise une bonne saison, marquant plus de points qu'en 2010 et échouant à un seul point de la troisième place du championnat du monde des pilotes[67]. Malgré cette déception, il estime avoir géré sa course à la perfection tant au niveau du départ, de la stratégie et du travail de l'équipe dans les stands. Pour lui, le Grand Prix est à l'image de toute la saison : l'équipe a cherché à faire de son mieux, en se battant pour obtenir un podium avec une voiture qui n'est pas aussi bonne que celle des autres écuries de pointe. Il réaffirme sa confiance totale en ses ingénieurs et dans son équipe en déclarant : « Il ne faut pas oublier que nous avons terminé dix fois sur le podium et marqué plus de points que l'année dernière. Perdre la troisième place au championnat des pilotes n'est vraiment pas un gros problème : la première place est la seule qui compte vraiment. »[68],[69] Au contraire de son équipier, Felipe Massa, qui a accompli une saison en demi-teinte, devient le premier pilote Ferrari depuis Ivan Capelli en 1992 à ne monter sur aucun podium sur l'ensemble d'une saison, ne décrochant pas mieux que des cinquièmes places[12]. Tout à sa déception, il tente de relativiser : « Cette course difficile met un terme à un week-end qui n'a pas été très satisfaisant sur le plan technique. [...] J'aurais préféré fêter mon centième Grand Prix pour Ferrari d'une autre manière [...] Je vais tout faire pour ne plus jamais revivre une saison aussi décevante. »[68],[69] Le pilote brésilien prend aussi acte des excuses d'Hamilton et le remercie de son geste[70].

L'équipe Force India réalise une belle performance à Interlagos, plaçant ses deux pilotes dans les points pour assurer sa sixième place au championnat du monde des constructeurs. Adrian Sutil, sixième de la course et neuvième du championnat du monde des pilotes, se réjouit de sa performance qui couronne, selon lui, un très bon week-end au cours duquel tout s'est passé comme prévu. Il révèle que sa neuvième place finale au championnat du monde constituait son objectif de début de saison[71]. Toutefois, malgré de bons résultats pour sa cinquième année dans l'écurie indienne, le pilote allemand n'est pas sûr d'être conservé bien qu'il ait un contrat valide pour la saison 2012. Il déclare avoir fait de son mieux pour son équipe mais « [...] tout va très vite en Formule 1. Je sais comment ça se passe. On n'est jamais sûr à 100 % d'être présent, même avec un contrat. L'argent achète tout, fait et défait les contrats. »[72] En effet, Nico Hülkenberg pourrait faire son retour en Formule 1 après un an d'absence et estime avoir de très grandes chances de revenir à la discipline dès la saison prochaine, au sein de Force India[73]. Paul di Resta, assuré de continuer l'aventure en 2012, conclut une première saison prometteuse en se classant huitième. Il se réjouit de sa première saison en Formule 1, d'autant qu'il a contribué à ce que son équipe se classe sixième du championnat. Il déclare : « L'équipe l'a bien mérité et je veux remercier chacun pour son aide et son soutien au cours de cette année incroyable. »[74]

Aux dires de son vice-président Norbert Haug, Mercedes Grand Prix termine 2011 sur une note décevante, ne réalisant pas une fin de saison parfaite et en n'obtenant pas les résultats attendus lors de l'ultime course de l'année[75]. Nico Rosberg, qui n'a réalisé aucun dépassement en course et termine septième se montre déçu de sa fin de saison où il pensait finir plus haut que la septième place. Il annonce que son écurie devra beaucoup travailler pour développer une meilleure voiture en 2012[76]. Alors qu'il réalise régulièrement les meilleurs premiers tours[77],[78],[79], Michael Schumacher ne prend cette fois pas un bon départ et perd une place au terme de la première boucle. Il est ensuite accroché par Bruno Senna et se retrouve en dernière position avant de terminer quinzième. Cet accrochage lui rappelle le Grand Prix automobile du Brésil 2006, sa dernière course avant sa première retraite qui s'est terminée dans les mêmes circonstances. Tout comme son coéquipier, il nourrit de grands espoirs pour 2012 en déclarant : « Nous attendons la saison prochaine avec beaucoup d'impatience. Tous les gars travaillent d'arrache-pied pour nous amener au niveau où nous devrions être — c'est-à-dire plus près de la victoire. J'espère que l'année prochaine sera le premier pas dans cette direction. »[80]

Kamui Kobayashi, seizième sur la grille de départ et neuvième à l'arrivée, est content de sa performance et fier de son équipe qui a beaucoup travaillé pour rebondir après une mauvaise séance de qualification. Il se réjouit d'avoir marqué des points dans les deux dernières courses de la saison et de finir devant Toro Rosso. Pourtant, il concède avoir souffert lors de la seconde partie de saison et confie que l'équipe devra beaucoup travailler durant l'intersaison pour conserver sa place dans la hiérarchie. Alors que le marché des transferts est en pleine effervescence, il dévoile les plans de son écurie en déclarant : « Je pense que c'est bien de garder les mêmes pilotes dans l'équipe. »[81] Treizième, Sergio Pérez réalise une piètre performance marquée par un tête-à-queue mais tire un bilan positif de sa première saison en Formule 1 : « Aujourd'hui, le principal objectif de l'équipe était de garder la septième place du championnat. Je suis très content qu'il ait été atteint même si je n'ai pas pu y contribuer cette fois-ci. Après tout ce qui s'est passé, je suis content de ma première saison. J'ai beaucoup appris et, fort de cette expérience, je veux faire du bon boulot en 2012. » Peter Sauber, directeur de l'écurie, se félicite d'avoir gagné une place au championnat du monde des constructeurs par rapport à l'année précédente, ce qui est bon pour le moral de l'ensemble de son équipe. Il tient à remercier Kobayashi qui a repris des places dans les premiers tours et a roulé rapidement et régulièrement[82].

Vitaly Petrov se réjouit d'offrir à Renault son premier point depuis Suzuka en remontant cinq positions pour terminer dixième après avoir raté sa séance de qualification. Il reste persuadé de poursuivre avec son équipe actuelle en 2012 en annonçant : « J'aurais voulu inscrire plus de points cette année. [...] J'espère que l'année prochaine nous serons en mesure de faire mieux ensemble. »[83] Malgré une qualification bien meilleure que celle de son coéquipier, Bruno Senna réalise une course décevante devant son public. En effet, il a été victime d'un problème de boîte de vitesses puis coupable d'un accrochage sur Michael Schumacher qui lui a valu un drive-through. Cette pénalité lui vaut de perdre huit places et de terminer dix-septième de son Grand Prix national. Il avoue ressentir une grande déceptionet regrette de n'avoir pu offrir à ses fans une meilleure prestation en course[84]. Éric Boullier, directeur de l'écurie, tente de se satisfaire du résultat même s'il sait que son équipe a failli perdre sa cinquième place au championnat du monde des constructeurs : « Nous pouvons tirer du positif de ce week-end [...] nous avons pris un point lors de cette ultime course de la saison. [...] Toute l'équipe a encore fourni de très gros efforts ce week-end et je remercie chacun pour cela. »[85]

Écuries hors des points[modifier | modifier le code]

La Scuderia Toro Rosso visait la septième place du championnat détenue par Sauber mais ses deux pilotes échouent à la porte des points. Après de bons résultats en Corée et en Inde, l'écurie ne marque aucun point à Abou Dabi et au Brésil et conclut sa saison à trois points de l'équipe suisse. Jaime Alguersuari, onzième de la course, déclare que la course a été difficile pour lui dès son entame car il avait une mauvaise motricité à la sortie des virages lents et éprouvait beaucoup de mal à suivre Buemi et Pérez. Tout comme Petrov chez Renault, il reste confiant quant à son avenir chez Toro Rosso en rappelant qu'il termine la saison avec 26 points alors qu'il n'en avait inscrit que 5 l'année précédente et espère : « poursuivre ces progrès en faisant mieux l'an prochain. »[86] Sébastien Buemi se classe douzième, à dix secondes de son coéquipier mais insiste sur le fait qu'il a fait de son mieux. Il poursuit en disant que si l'équipe technique a bien travaillé, cela ne suffit pas à la rendre suffisamment compétitive. Tout comme son coéquipier, il demeure confiant quant à son avenir chez Toro Rosso en déclarant : « [...] nous devons progresser d'ici l'an prochain si nous voulons faire mieux que ça. »[87]

Photo de Rubens Barrichello à Interlagos
Rubens Barrichello dispute, à domicile, le dernier Grand Prix de sa carrière.

Malgré son souhait de rester en Formule 1 pour la saison 2012, Rubens Barrichello, détenteur du record de départs dans la discipline avec 323 courses depuis 1993, dispute probablement son dernier Grand Prix devant son public. Philosophe après une anonyme quatorzième place au volant d'une monoplace peu performante qu'il estimait incapable de l'amener dans les points, il préfère remercier son écurie et croire en ses chances de conserver son volant en 2012 : « [...] nous avons eu une saison difficile mais nous sommes restés unis. Il y a eu beaucoup de commentaires au cours du week-end mais je crois que je serai de retour la saison prochaine. »[88] Loin des dix-neuf saisons de Barrichello, Pastor Maldonado achève sa première année en Formule 1 par un abandon dû à un tête-à-queue. Avec un seul point inscrit au cours de la saison, qui porte à cinq le total de Williams, le Vénézuélien est déçu d'avoir perdu de nombreuses places pendant l'épreuve, alors qu'il avait pris un bon départ, à cause de mauvais réglages de l'aileron arrière qui l'ont pénalisé en vitesse de pointe dans la longue ligne droite. Il explique que son abandon, après avoir passé son coéquipier Senna dans le vingt-sixième tour, est dû à un survirage[89].

Même si elle n'inscrit aucun point au cours de la saison, l'écurie Team Lotus s'assure pour la deuxième année consécutive la dixième place du championnat des constructeurs, ce qui lui permet de recevoir une importante subvention de la part de la FOM. En effet, la prime passe de 5 millions d'euros à 23 millions. Tony Fernandes, directeur de l'équipe, très ému et au bord des larmes se montre satisfait du travail accompli après deux saisons au plus haut niveau de la compétition automobile. Il souhaite désormais se tourner vers l'avenir, sans pour autant oublier le passé : « Nous avons une vraie base solide sur laquelle construire. [...] On peut dorénavant se tourner vers notre nouvelle vie en tant que Caterham F1 Team et dire au revoir à Team Lotus. J'espère qu'on aura rendu fier Colin Chapman. »[90] Pour ajouter à la joie et à l'émotion de son patron, Heikki Kovalainen a profité au mieux de sa performance en qualification pour terminer seizième devant la Renault de Bruno Senna. Il déclare que son écurie a progressé tout au long de l'année et que la saison se termine idéalement avec la dixième place au championnat[91]. Jarno Trulli, qui dispute vraisemblablement le dernier de ses 252 Grands Prix de Formule 1, termine dix-huitième. Il avoue que sa performance en partie décevante est liée à son mauvais départ. Il se réjouit toutefois d'avoir ensuite pris l'avantage sur toutes les voitures qu'il devait dépasser pour contribuer à ce que l'équipe conserve la dixième place du championnat du monde des constructeurs. Avant de tirer sa révérence en Formule 1, il remercie toute son équipe pour son travail durant toute la saison[92].

Jérôme d'Ambrosio, malgré ses trois tours de retard sur le vainqueur, conclut sa saison par une dix-neuvième place qui le satisfait puisqu'il a effectué une bonne session de qualification et une des meilleures courses de sa carrière, en se classant devant les monoplaces HRT[93]. La déception de Timo Glock contraste avec la joie de son coéquipier : en effet, il abandonne à la suite d'une erreur de son équipe dont il fustige le manque de professionnalisme : « Une façon très décevante de finir la saison. C'est vraiment malheureux de devoir abandonner après avoir perdu la roue arrière gauche après mon premier arrêt mais ce sont des choses qui arrivent. Ce n'est pas ainsi que j'aurais voulu finir la saison mais je veux tout de même remercier l'équipe pour les efforts qu'elle a fournis tout au long de l'année. »[94] Outre sa dernière place au championnat des constructeurs et son incapacité à faire mieux que la quatorzième place, Virgin Racing écope de 5 000 euros d'amende à cause de son erreur dans les stands[95].

Pour la dernière course de la saison, Daniel Ricciardo termine vingtième et dernier pilote classé. Il avoue avoir trop sollicité ses pneumatiques, ce qui l'a obligé à les changer plus tôt qu'initialement prévu par la stratégie d'équipe. Il revient sur sa première saison complète en Formule 1 en déclarant être content de la façon dont elle s'est passée en lui permettant d'apprendre beaucoup[96]. Vitantonio Liuzzi part pour finir devant son équipier mais abandonne à dix tours de l'arrivée en raison d'un problème d'alternateur : « J'étais dernier dans le premier virage mais j'ai réussi à me rattraper durant le premier tour. [...] J'ai été en mesure de me battre avec les Virgin et c'est dommage d'avoir eu cette panne d'alternateur en fin de course car nous voulions terminer la saison sur un bon résultat. »[97]

Classements généraux à l'issue de la course[modifier | modifier le code]

Pilotes[98]
Pos. Pilote Écurie Points
Champion Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 392
2 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button McLaren-Mercedes 270
3 Drapeau de l'Australie Mark Webber Red Bull-Renault 258
4 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 257
5 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton McLaren-Mercedes 227
6 Drapeau du Brésil Felipe Massa Ferrari 118
7 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 89
8 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher Mercedes 76
9 Drapeau de l'Allemagne Adrian Sutil Force India-Mercedes 42
10 Drapeau de la Russie Vitaly Petrov Renault 37
11 Drapeau de l'Allemagne Nick Heidfeld Renault 34
12 Drapeau du Japon Kamui Kobayashi Sauber-Ferrari 30
13 Drapeau du Royaume-Uni Paul di Resta Force India-Mercedes 27
14 Drapeau de l'Espagne Jaime Alguersuari Toro Rosso-Ferrari 26
15 Drapeau de la Suisse Sébastien Buemi Toro Rosso-Ferrari 15
16 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Sauber-Ferrari 14
17 Drapeau du Brésil Rubens Barrichello Williams-Cosworth 4
18 Drapeau du Brésil Bruno Senna Renault 2
19 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado Williams-Cosworth 1
Constructeurs[99]
Pos. Écurie Points
Champion Drapeau de l'Autriche Red Bull-Renault 650
2 Drapeau du Royaume-Uni McLaren-Mercedes 497
3 Drapeau de l'Italie Scuderia Ferrari 375
4 Drapeau de l'Allemagne Mercedes Grand Prix 165
5 Drapeau du Royaume-Uni Renault F1 Team 73
6 Drapeau de l'Inde Force India-Mercedes 69
7 Drapeau de la Suisse Sauber-Ferrari 44
8 Drapeau de l'Italie Toro Rosso-Ferrari 41
9 Drapeau du Royaume-Uni Williams-Cosworth 5

Statistiques[modifier | modifier le code]

Le Grand Prix du Brésil 2011 représente :

Au cours de ce Grand Prix :

  • Sebastian Vettel bat le record du nombre de pole positions en décrochant sa quinzième pole de la saison. Le précédent record datait de 1992 et appartenait à Nigel Mansell[105].
  • Jenson Button passe la barre des 800 points inscrits en championnat du monde (811 points)[106] ;

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Rubens BARRICHELLO », sur statsf1.com (consulté le 26 février 2012)
  2. « Barrichello sera comme chez lui », sur espnf1.com,‎ 21 novembre 2011 (consulté le 26 février 2012)
  3. Gregory Demoen, « Barrichello refuse de voir le Brésil comme sa dernière course », sur toilef1.com,‎ 21 novembre 2011 (consulté le 26 février 2012)
  4. (pt) Bruno Vicaria, « Massa afirma que aconselhou Barrichello a parar », sur totalrace.com.br,‎ 22 novembre 2011 (consulté le 26 février 2012)
  5. Matthieu Piccon, « Felipe Massa incite Rubens Barrichello à prendre sa retraite », sur businessf1.fr,‎ 23 novembre 2011 (consulté le 26 février 2012)
  6. « Massa conseille à Barrichello de s'arrêter », sur news.sportauto.fr,‎ 24 novembre 2011 (consulté le 26 février 2012)
  7. (en) Mark Webber, « Mark Webber column - Barrichello », sur bbc.co.uk,‎ 24 novembre 2011 (consulté le 26 février 2012)
  8. Jean-Michel Setbon, « Webber rend hommage à Rubens Barrichello », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 24 novembre 2011 (consulté le 26 février 2012)
  9. « Felipe MASSA », sur statsf1.com (consulté le 27 février 2012)
  10. « Ferrari - Pilotes », sur statsf1.com (consulté le 27 février 2012)
  11. Jean-Michel Setbon, « Massa va fêter son 100e GP chez Ferrari », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 22 novembre 2011 (consulté le 27 février 2012)
  12. a et b « Massa comme Capelli ? », sur lequipe.fr,‎ 25 novembre 2011 (consulté le 14 février 2012)
  13. Olivier Ferret, « Felipe Massa aimerait retrouver le podium à domicile », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 24 novembre 2011 (consulté le 27 février 2012)
  14. Olivier Ferret, « Montezemolo écrit à Massa pour sa 100e en rouge », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 24 novembre 2011 (consulté le 27 février 2012)
  15. a et b Sandrine Bouchard, « La question de la sécurité d'Interlagos revient au premier plan », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 5 avril 2011 (consulté le 5 avril 2012)
  16. Daniel Thys, « Encore un week-end tragique à Interlagos », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 21 avril 2011 (consulté le 5 avril 2012)
  17. Sandrine Bouchard, « Interlagos : La Curva do Cafe devrait être modifiée », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 6 avril 2011 (consulté le 5 avril 2012)
  18. Olivier Ferret, « Yas Marina et Interlagos seront bien modifiés », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 11 avril 2011 (consulté le 5 avril 2012)
  19. Olivier Ferret, « Les changements à Interlagos reportés à 2012 », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 16 mai 2011 (consulté le 5 avril 2012)
  20. a et b Yannick Hedou, « Whiting parle du DRS et des travaux à Interlagos », sur fan-f1.com,‎ 23 novembre 2011 (consulté le 5 avril 2012)
  21. « Todt satisfait de la sécurité d'Interlagos », sur espnf1.com,‎ 17 août 2011 (consulté le 5 avril 2012)
  22. « Mark WEBBER - Meilleurs tours », sur statsf1.com (consulté le 27 février 2012)
  23. (en) Formula One Management, « Webber wins DHL Fastest Lap Award », sur formula1.com,‎ 26 novembre 2011 (consulté le 27 février 2012)
  24. Clément Sellier, « Le trophée du DHL Fastest Lap pour Webber », sur fan-f1.com,‎ 26 novembre 2011 (consulté le 27 février 2012)
  25. Olivier Ferret, « Pirelli conclut la saison avec 2 nouveaux pneus », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 21 novembre 2011 (consulté le 25 février 2012)
  26. « De nouveaux pneus en course au Brésil », sur news.sportauto.fr,‎ 22 novembre 2011 (consulté le 25 février 2012)
  27. Clément Sellier, « Un nouveau pneu tendre au Brésil », sur fan-f1.com,‎ 21 novembre 2011 (consulté le 25 février 2012)
  28. « L'aileron mobile dans une seule zone au Brésil », sur news.sportauto.fr,‎ 24 novembre 2011 (consulté le 23 février 2012)
  29. « Une seule zone DRS au Brésil », sur espnf1.com,‎ 23 novembre 2011 (consulté le 23 février 2012)
  30. (en) Formula One Management, « FORMULA 1 GRANDE PRÊMIO PETROBRAS DO BRASIL 2011 Practice 1 », sur formula1.com,‎ 25 novembre 2011 (consulté le 25 novembre 2011)
  31. a, b et c Daniel Thys, « Webber prend la tête au Brésil », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 25 novembre 2011 (consulté le 25 novembre 2011)
  32. a, b et c (en) Formula One Management, « Practice One - Webber fastest for Red Bull at Interlagos », sur formula1.com,‎ 25 novembre 2011 (consulté le 25 novembre 2011)
  33. a, b et c Julien Delfosse, « EL1 : Webber termine en tête devant les McLaren », sur toilef1.com,‎ 25 novembre 2011 (consulté le 25 novembre 2011)
  34. (en) Formula One Management, « FORMULA 1 GRANDE PRÊMIO PETROBRAS DO BRASIL 2011 Practice 2 », sur formula1.com,‎ 25 novembre 2011 (consulté le 25 novembre 2011)
  35. a, b et c Daniel Thys, « Hamilton s'installe en tête à Interlagos », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 25 novembre 2011 (consulté le 25 novembre 2011)
  36. a, b et c (en) Formula One Management, « Practice Two - Hamilton pips Vettel at Interlagos », sur formula1.com,‎ 25 novembre 2011 (consulté le 25 novembre 2011)
  37. a et b Gregory Demoen, « EL2 : Hamilton répond à Webber », sur toilef1.com,‎ 25 novembre 2011 (consulté le 25 novembre 2011)
  38. (en) Formula One Management, « FORMULA 1 GRANDE PRÊMIO PETROBRAS DO BRASIL 2011 Practice 3 », sur formula1.com,‎ 26 novembre 2011 (consulté le 26 novembre 2011)
  39. a, b, c et d Daniel Thys, « Vettel prend les devants à São Paulo », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 26 novembre 2011 (consulté le 26 novembre 2011)
  40. a, b, c et d (en) Formula One Management, « Final practice - Vettel leads Button at Interlagos », sur formula1.com,‎ 26 novembre 2011 (consulté le 26 novembre 2011)
  41. a, b et c Julien Delfosse, « EL3 - Red Bull et McLaren dans un mouchoir de poche », sur toilef1.com,‎ 26 novembre 2011 (consulté le 26 novembre 2011)
  42. a, b et c Daniel Thys, « Vettel signe sa 15e pole de l'année ! Q1 - 20 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 26 novembre 2011 (consulté le 26 novembre 2011)
  43. a, b, c, d et e Gregory Demoen, « Qualifs : Vettel bat un record vieux de 19 ans ! », sur toilef1.com,‎ 26 novembre 2011 (consulté le 26 novembre 2011)
  44. a, b, c, d, e, f et g (en) Formula One Management, « Qualifying - Vettel claims sensational record pole in Brazil », sur formula1.com,‎ 26 novembre 2011 (consulté le 26 novembre 2011)
  45. a, b et c Daniel Thys, « Vettel signe sa 15e pole de l'année ! Q2 - 15 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 26 novembre 2011 (consulté le 26 novembre 2011)
  46. a et b Daniel Thys, « Vettel signe sa 15e pole de l'année ! Q3 - 10 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 26 novembre 2011 (consulté le 26 novembre 2011)
  47. (en) Formula One Management, « FORMULA 1 GRANDE PRÊMIO PETROBRAS DO BRASIL 2011 Qualifying », sur formula1.com,‎ 26 novembre 2011 (consulté le 26 novembre 2011)
  48. Olivier Ferret, « Wurz fait son retour en tant que 4e commissaire », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 23 novembre 2011 (consulté le 27 février 2012)
  49. « Wurz sera commissaire au Brésil », sur news.sportauto.fr,‎ 23 novembre 2011 (consulté le 27 février 2012)
  50. a, b, c, d et e Daniel Thys, « Première victoire 2011 pour Mark Webber », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 28 novembre 2011)
  51. a, b et c Gregory Demoen, « Course : Webber sauve sa saison », sur toilef1.com,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 28 novembre 2011)
  52. a, b et c (en) Formula One Management, « Race - Webber posts first win of 2011 at final round », sur formula1.com,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 28 novembre 2011)
  53. (en) Formula One Management, « FORMULA 1 GRANDE PRÊMIO PETROBRAS DO BRASIL 2011 Race », sur formula1.com,‎ 27 novembbre 2011 (consulté le 27 novembre 2011)
  54. « Brésil 2011 Qualification », sur statsf1.com,‎ 26 novembre 2011 (consulté le 26 novembre 2011)
  55. « Brésil 2011 Meilleurs tours », sur statsf1.com,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 27 novembre 2011)
  56. « Brésil 2011 Tours en tête », sur statsf1.com,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 27 novembre 2011)
  57. a et b « Une victoire « importante » pour Webber », sur news.sportauto.fr,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 14 février 2012)
  58. Olivier Ferret, « Webber ravi de terminer la saison sur une victoire », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 14 février 2012)
  59. Olivier Ferret, « Horner : "Nous n'avons pas feint le problème de Vettel" », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 28 novembre 2011 (consulté le 14 février 2012)
  60. « Vettel a failli ne pas voir l'arrivée », sur news.sportauto.fr,‎ 28 novembre 2011 (consulté le 14 février 2012)
  61. Daniel Thys, « Vettel n'est pas trop déçu », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 14 février 2012)
  62. Jean-Michel Setbon, « Whitmarsh : "Une saison assez décente" », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 28 novembre 2011 (consulté le 14 février 2012)
  63. « Un dernier podium pour Button », sur news.sportauto.fr,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 14 février 2012)
  64. Jean-Michel Setbon, « Jenson Button n'aurait pu faire mieux », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 14 février 2012)
  65. Jean-Michel Setbon, « Hamilton reste positif malgré son abandon », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 14 février 2012)
  66. « Hamilton et Massa enterrent la hache de guerre », sur news.sportauto.fr,‎ 28 novembre 2011 (consulté le 14 février 2012)
  67. Jean-Michel Setbon, « Domenicali : "Alonso méritait mieux" », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 28 novembre 2011 (consulté le 14 février 2012)
  68. a et b Daniel Thys, « Alonso a manqué le podium de peu », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 14 février 2012)
  69. a et b « Alonso satisfait de sa course », sur news.sportauto.fr,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 14 février 2012)
  70. Olivier Ferret, « Hamilton et Massa se sont réconciliés », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 28 novembre 2011 (consulté le 14 février 2012)
  71. « Sutil ravi de battre Rosberg », sur news.sportauto.fr,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 15 février 2012)
  72. Olivier Ferret, « Sutil ne peut pas faire plus pour convaincre », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 15 février 2012)
  73. Jean-Michel Setbon, « Hulkenberg a des chances "élevées" de faire son retour en F1 », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 28 novembre 2011 (consulté le 15 février 2012)
  74. Sandrine Bouchard, « Force India termine bien la saison », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 15 février 2012)
  75. Sandrine Bouchard, « Mercedes attendait mieux de ce dernier Grand Prix », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 16 février 2012)
  76. « Schumacher n'en veut pas à Senna », sur news.sportauto.fr,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 16 février 2012)
  77. Gregory Demoen, « Départs : Schumacher au top, Webber à la dérive », sur toilef1.com,‎ 20 septembre 2011 (consulté le 16 février 2012)
  78. (de) « 42 Positionen: Schnellstarter Schumi ist die Nummer eins », sur sport1.de,‎ 1er novembre 2011 (consulté le 16 février 2012)
  79. « Schumacher, meilleur attaquant », sur espnf1.com,‎ 2 novembre 2011 (consulté le 16 février 2012)
  80. Sandrine Bouchard, « Schumacher : Un hiver long et rude nous attend », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 29 novembre 2011 (consulté le 16 février 2012)
  81. « Kobayashi finit bien la saison », sur news.sportauto.fr,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 16 février 2012)
  82. Sandrine Bouchard, « Sauber accroche la septième place du championnat », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 16 février 2012)
  83. Daniel Thys, « Renault : un point et puis c'est tout », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 17 février 2012)
  84. « Petrov remonte, Senna dégringole », sur news.sportauto.fr,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 17 février 2012)
  85. Olivier Ferret, « Lotus Renault GP a sauvé sa cinquième place de justesse », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 28 novembre 2011 (consulté le 17 février 2012)
  86. « Pas de points pour Toro Rosso », sur news.sportauto.fr,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 20 février 2012)
  87. Daniel Thys, « Toro Rosso s'incline face à Sauber », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 20 février 2012)
  88. « Barrichello croit en ses chances de rester », sur news.sportauto.fr,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 20 février 2012)
  89. Sandrine Bouchard, « Barrichello s'est amusé à Interlagos », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 20 février 2012)
  90. Olivier Ferret, « Une dixième place qui vaut 23 millions d'euros », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 28 novembre 2011 (consulté le 20 février 2012)
  91. « Kovalainen ne pouvait pas faire mieux », sur news.sportauto.fr,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 20 février 2012)
  92. Daniel Thys, « Lotus termine le championnat à la 10e place », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 20 février 2012)
  93. Sandrine Bouchard, « D'Ambrosio a battu Ricciardo », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 21 février 2012)
  94. « Glock déçu de finir la saison sur un abandon », sur news.sportauto.fr,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 21 février 2012)
  95. Olivier Ferret, « 5000 euros d'amende pour le pitstop râté de Glock », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 28 novembre 2011 (consulté le 21 février 2012)
  96. Daniel Thys, « Une seule HRT à l'arrivée », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 21 février 2012)
  97. « Souci d'alternateur pour Liuzzi », sur news.sportauto.fr,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 21 février 2012)
  98. « Brésil 2011 Championnat pilotes », sur statsf1.com,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 27 novembre 2011)
  99. « Brésil 2011 Championnat constructeurs », sur statsf1.com,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 27 novembre 2011)
  100. « Sebastian VETTEL Pole Positions », sur statsf1.com,‎ 26 novembre 2011 (consulté le 26 novembre 2011)
  101. « Mark WEBBER Victoires », sur statsf1.com (consulté le 27 novembre 2011)
  102. « Red Bull Victoires », sur statsf1.com (consulté le 27 novembre 2011)
  103. « Red Bull Doublés », sur statsf1.com (consulté le 27 novembre 2011)
  104. « Renault Victoires », sur statsf1.com (consulté le 27 novembre 2011)
  105. « Statistiques Pilotes - Pole positions dans une année », sur statsf1.com,‎ 26 novembre 2011 (consulté le 26 novembre 2011)
  106. « Jenson BUTTON Points », sur statsf1.com,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 27 novembre 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 10 juillet 2012 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.