Grand Prix automobile de Belgique 2012

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Grand Prix de Belgique 2012

Tracé de la course

Drapeau Circuit de Spa-Francorchamps

Données de la course
Nombre de tours 44
Longueur du circuit 7,004 km
Distance de course 308,176 km
Résultats
Vainqueur Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button,
McLaren-Mercedes,
h 29 min 8 s 530
(vitesse moyenne : 207,344 km/h)
Pole position Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button,
McLaren-Mercedes,
min 47 s 573
(vitesse moyenne : 234,393 km/h)
Record du tour en course Drapeau du Brésil Bruno Senna,
Williams-Renault,
min 52 s 822
(vitesse moyenne : 233,488 km/h)

Le Grand Prix automobile de Belgique 2012 (2012 Formula 1 Shell Belgian Grand Prix), disputé le 2 septembre 2012 sur le circuit de Spa-Francorchamps, est la 870e épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950. Il s'agit de la soixante-septième édition du Grand Prix de Belgique comptant pour le championnat du monde de Formule 1, la cinquante-quatrième se tenant à Spa-Francorchamps, et de la douzième manche du championnat 2012.

Le départ de la course est marqué par un accrochage entre Romain Grosjean et Lewis Hamilton qui provoque un carambolage dont Fernando Alonso et Sergio Pérez font aussi les frais. Alors que la voiture de sécurité fait son apparition pour permettre aux commissaires de course d'évacuer les débris des quatre monoplaces endommagées, Jenson Button profite de sa pole position pour se porter en tête. Il mène l'intégralité des tours de course et remporte sa deuxième victoire de la saison. Sebastian Vettel, auteur d'une belle remontée, se classe deuxième devant Kimi Räikkönen et Nico Hülkenberg, auteur de son meilleur résultat dans la discipline. Malgré son abandon prématuré, Alonso reste en tête du championnat du monde des pilotes avec 164 points, même si Vettel comble une partie de son retard (140 points). À l'issue de la course, dix-huit des vingt-quatre pilotes en lice au championnat ont marqué au moins un point.

Chez les constructeurs, Red Bull Racing, avec 272 points, devance toujours McLaren (218 points), Lotus (207 points) et Ferrari (199 points). À la fin du Grand Prix, neuf des douze écuries engagées au championnat ont marqué des points, Caterham, Marussia et HRT n'en ayant pas encore inscrit.

Après investigation des commissaires de course, Romain Grosjean est reconnu coupable de l'accident du départ et écope d'une suspension d'une course : il ne peut prétendre disputer le Grand Prix d'Italie, la semaine suivante à Monza. C'est la première fois depuis la saison 1994 que la FIA inflige une telle sanction à un pilote.

Contexte avant le Grand Prix[modifier | modifier le code]

Essais libres[modifier | modifier le code]

Première séance, le vendredi de 10 h à 11 h 30[modifier | modifier le code]

Temps réalisés par les six premiers de la première séance d'essais libres[1]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau du Japon Kamui Kobayashi Sauber-Ferrari 2 min 11 s 329
2 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado Williams-Renault 2 min 11 s 941 + 0 s 552
3 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Toro Rosso-Ferrari 2 min 12 s 004 + 0 s 615
4 Drapeau de la France Jean-Éric Vergne Toro Rosso-Ferrari 2 min 12 s 824 + 1 s 435
5 Drapeau de l'Australie Mark Webber Red Bull-Renault 2 min 13 s 191 + 1 s 802
6 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Sauber-Ferrari 2 min 13 s 861 + 2 s 472

La température de l'air est de 12 °C, la piste est à 13 °C et il pleut à verse au départ de la première séance d'essais libres du Grand Prix de Belgique. Dans ces conditions dantesques, les pilotes bouclent un premier tour d'installation à vitesse réduite et chaussés de pneus pluie. Kamui Kobayashi réalise le premier tour chronométré en 2 min 17 s 705 et il faut attendre plus de quarante minutes et une légère accalmie météorologique pour que Daniel Ricciardo améliore à deux reprises en 2 min 14 s 520 puis 2 min 13 s 244[2],[3],[4],[5].

Jean-Éric Vergne prend ensuite la tête en 2 min 13 s 179 mais Kobayashi améliore en 2 min 12 s 015 et Ricciardo en 2 min 12 s 004. Pastor Maldonado se hisse en tête en 2 min 11 s 941 mais Kamui Kobayashi réalise finalement la meilleure performance de la session en 2 min 11 s 389[2],[3],[4],[5].

De nombreux pilotes ne cherchent pas à boucler le moindre tour chronométré, surtout après que les prévisions météorologiques ont indiqué que le reste du week-end devrait être sec : il n'y a ainsi que peu d'intérêt à rouler sur une piste détrempée. Dans les derniers instants de la séance, Michael Schumacher glisse dans le Raidillon de l'Eau Rouge mais réussit à garder le contrôle de sa monoplace grâce aux dégagements en bitume de part et d'autre de la montée. Dans l'ultime phase de la séance, tous les pilotes se présentent en piste pour les dernières secondes. Pastor Maldonado et Paul di Resta subissent la même mésaventure que Schumacher[2],[3],[4],[5].

Après la sortie du drapeau à damier, Felipe Massa abandonne sa monoplace à la chicane de l'arrêt de bus dans un panache de fumée[2],[3],[4],[5].

Deuxième séance, le vendredi de 14 h à 15 h 30[modifier | modifier le code]

Temps réalisés par les six premiers de la deuxième séance d'essais libres[6]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau de la France Charles Pic Marussia-Cosworth 2 min 49 s 354
2 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Toro Rosso-Ferrari 2 min 49 s 750 + 0 s 396
3 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 2 min 50 s 497 + 1 s 143
4 Drapeau du Royaume-Uni Paul di Resta Force India-Mercedes 2 min 51 s 333 + 1 s 979
5 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado Williams-Renault 2 min 51 s 660 + 2 s 306
6 Drapeau de l'Allemagne Timo Glock Marussia-Cosworth 2 min 52 s 076 + 2 s 722

La température de l'air est de 11 °C et la piste est à 12 °C au départ de la deuxième séance d'essais du Grand prix de Belgique. Comme durant la matinée, la pluie est incessante et, pour corser le tableau, désormais un vent très important s'est levé. La piste est quasiment impraticable et aucun pilote ne s'élance à l'ouverture de la session, même pour effectuer un simple tour d'installation[7],[8],[9],[10].

Peu après la mi-séance, Nico Rosberg est le premier pilote à prendre la piste. Les conditions sont telles que l'Allemand doit ralentir en ligne droite à cause des rivières qui traversent la piste de part en part, notamment après Pouhon. Rosberg rentre aux stands dès la fin de son premier tour mais reprend la piste après un rapide arrêt, suivi quelques instants plus tard par son coéquipier Michael Schumacher et Heikki Kovalainen, qui sort de la piste au virage des Combes. Le Finlandais ne touche rien et peut rejoindre son stand à vitesse modérée. S'ils parviennent à boucler plusieurs tours d'affilée, Rosberg et Schumacher regagnent leur stand sans avoir pu tenter d'effectuer le moindre tour lancé[7],[8],[9],[10].

À vingt-cinq minutes du terme, Lewis Hamilton s'élance, suivi par Nico Hülkenberg, Sebastian Vettel et Jenson Button, mais aucun ne parvient à réaliser de tour lancé. Quelques pilotes apparaissent alors en piste les uns après les autres à un quart d'heure de la fin de la séance, dont Felipe Massa qui dispose d'un nouveau moteur après la casse du matin[7],[8],[9],[10].

Au terme de la séance, plusieurs pilotes réalisent des essais de départ sur piste humide. Désormais, chaque essai de départ oblige le pilote à boucler un tour complet, ce qui permet à la FIA de prendre en compte les temps réalisés. Charles Pic réalise ainsi le meilleur temps de la séance en 2 min 49 s 354, à plus de 30 secondes du temps établi par Kamui Kobayashi dans la matinée, et à plus d'une minute de la pole position de l'année précédente. Les dix pilotes ayant signé un temps sont, outre Pic, Daniel Ricciardo, Fernando Alonso, Paul di Resta, Pastor Maldonado, Timo Glock, Kamui Kobayashi, Jean-Éric Vergne, Nico Hülkenberg et Sergio Pérez[7],[8],[9],[10].

Troisième séance, le samedi de 10 h à 11 h[modifier | modifier le code]

Temps réalisés par les six premiers de la troisième séance d'essais libres[11]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 1 min 48 s 542
2 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Lotus-Renault 1 min 48 s 683 + 0 s 141
3 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Sauber-Ferrari 1 min 48 s 850 + 0 s 308
4 Drapeau du Japon Kamui Kobayashi Sauber-Ferrari 1 min 48 s 863 + 0 s 321
5 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button McLaren-Mercedes 1 min 49 s 091 + 0 s 549
6 Drapeau du Brésil Felipe Massa Ferrari 1 min 49 s 092 + 0 s 550

La température ambiante est de 12 °C et la piste est à 19 °C au départ de la dernière séance d'essais libres. Comme prévu par les services météorologiques, le soleil est au rendez-vous et il ne pleut pas. Les pilotes ne tardent pas à s'élancer en piste, en pneus pour piste sèche, pour la première fois du week-end. Mark Webber réalise le premier temps de référence en 1 min 56 s 957 dès le début de la session[12],[13],[14],[15].

Ce temps est amélioré par Bruno Senna à trois reprises (1 min 53 s 647, 1 min 52 s 562 puis 1 min 51 s 741) puis par Fernando Alonso en deux temps (1 min 50 s 936 et 1 min 50 s 690). Sergio Pérez prend alors la tête en 1 min 49 s 637 avant d'être battu par Romain Grosjean en 1 min 49 s 580 et Mark Webber en 1 min 49 s 164[12],[13],[14],[15].

En fin de séance, Sergio Pérez reprend la tête en 1 min 48 s 850 mais Fernando Alonso établit finalement la meilleure performance en 1 min 48 s 542. Nico Rosberg s'est pour sa part arrêté en piste dès le premier quart d'heure à cause d'un problème de boîte de vitesses. Kimi Räikkönen se plaint du réglage de sa monoplace car il estime que les suspensions sont trop dures pour lui. Heikki Kovalainen est victime d'un problème avec son aileron arrière mobile qui ne fonctionne pas et Jenson Button manque d'appui à l'avant[12],[13],[14],[15].

Séance de qualifications[modifier | modifier le code]

Résultats des qualifications[modifier | modifier le code]

Session Q1[modifier | modifier le code]

La température ambiante est de 16 °C, la piste est à 28 °C et le soleil brille au départ de la séance qualificative du Grand Prix de Belgique. Mark Webber et Nico Rosberg ont chacun reçu une pénalité de cinq places sur la grille de départ pour changement anticipé de boîte de vitesses. Si les Marussia F1 Team sont les premières voitures en piste, Paul di Resta signe le premier temps de référence en 1 min 50 s 033[16],[17],[18],[19].

Sergio Pérez prend ensuite la tête du classement avec un tour en 1 min 49 s 642 mais son temps est battu par Fernando Alonso en 1 min 49 s 401. Jenson Button, qui dispose d'un réglage d'aileron (avec très peu d'appui) très différent de son coéquipier Lewis Hamilton qui préfère un appui maximum, améliore en 1 min 49 s 250 puis Pastor Maldonado, en pneus tendres, tourne en 1 min 48 s 993. Maldonado gêne ensuite Nico Hülkenberg dans son tour rapide : l'incident est examiné par les commissaires de course sous la houlette de Eliseo Salazar (ancien pilote de Formule 1, 24 Grands Prix de 1981 à 1983) et Maldonado écope de trois places de pénalité sur la grille de départ[20],[16],[17],[18],[19].

À l'issue de la session, les sept pilotes éliminés sont Narain Karthikeyan, Pedro de la Rosa, Charles Pic, Timo Glock, Vitaly Petrov, Heikki Kovalainen et Nico Rosberg, qui n'a pas cherché à améliorer son temps, se sachant déjà pénalisé de cinq places sur la grille[16],[17],[18],[19].

Session Q2[modifier | modifier le code]

Les dix-sept pilotes qualifiés reprennent immédiatement la piste dès son ouverture et Sergio Pérez réalise le premier tour chronométré en 1 min 48 s 880. Mark Webber améliore en 1 min 48 s 662 mais doit céder sa place à Fernando Alonso (1 min 48 s 598) puis à Lewis Hamilton (1 min 48 s 563). Kimi Räikkönen tourne alors en 1 min 48 s 414 avant d'être battu par Jenson Button, qui a fait effectuer une petite réparation sur son aileron arrière, en 1 min 47 s 654[21],[22],[18],[19].

Dans les dernières minutes, tous les pilotes se relancent sauf les deux premiers du classement, Button et Räikkönen. Sebastian Vettel, virtuellement éliminé, est sous pression : il ne lui reste plus qu'une possibilité de boucler un autre tour lancé, tout comme Michael Schumacher et Felipe Massa. Alors que Bruno Senna perd le contrôle de sa monoplace, sans gravité, dans le virage de Pouhon, aucun des trois pilotes sus-cités ne parvient à se qualifier pour la troisième phase[21],[22],[18],[19].

Les éliminés sont donc Senna, Schumacher, Jean-Éric Vergne, son coéquipier Daniel Ricciardo, Massa, Nico Hülkenberg et Vettel[21],[22],[18],[19].

Session Q3[modifier | modifier le code]

La température est désormais de 17 °C dans l'air et 30 °C sur la piste quand les dix pilotes qualifiés prennent le départ de la troisième session. Kimi Räikkönen réalise le premier temps chronométré en 1 min 48 s 205. Quelques instants plus tard, Jenson Button améliore en 1 min 47 s 686[23],[24],[18],[19].

À trois minutes du drapeau à damier, seuls Button et Räikkönen ont réalisé un tour chronométré. Tous les pilotes se lancent alors en piste pour un seul tour rapide. Jenson Button prend la piste le dernier, pour une seconde tentative, et est le seul à parvenir à améliorer son temps, tournant en 1 min 47 s 573. Il réalise sa première pole position au volant d'une McLaren, la huitième de sa carrière et sa première à Spa[23],[24],[18],[19].

Pilote le plus rapide dans le second secteur, Kamui Kobayashi réalise le deuxième temps de la session à quelques secondes de la fin et part ainsi en première ligne pour la première fois de sa carrière. Il devance Pastor Maldonado, Kimi Räikkönen, Sergio Pérez et Fernando Alonso. Mark Webber, septième mais pénalisé, s'élance de la douzième position. Hamilton, Romain Grosjean et Paul di Resta complètent la feuille des temps[23],[24],[18],[19].

Grille de départ[modifier | modifier le code]

Résultats des qualifications[25]
Pos. Pilote Écurie Qualifications 1 Qualifications 2 Qualifications 3
1 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button SREC McLaren-Mercedes 1 min 49 s 250 1 min 47 s 654 1 min 47 s 573
2 Drapeau du Japon Kamui Kobayashi SREC Sauber-Ferrari 1 min 49 s 686 1 min 48 s 569 1 min 47 s 871
3 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado SREC Williams-Renault 1 min 48 s 993 1 min 48 s 780 1 min 47 s 893
4 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen SREC Lotus-Renault 1 min 49 s 546 1 min 48 s 414 1 min 48 s 205
5 Drapeau du Mexique Sergio Pérez SREC Sauber-Ferrari 1 min 49 s 642 1 min 47 s 980 1 min 48 s 219
6 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso SREC Ferrari 1 min 49 s 401 1 min 48 s 598 1 min 48 s 313
7 Drapeau de l'Australie Mark Webber SREC Red Bull-Renault 1 min 49 s 859 1 min 48 s 546 1 min 48 s 392
8 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton SREC McLaren-Mercedes 1 min 49 s 605 1 min 48 s 563 1 min 48 s 394
9 Drapeau de la France Romain Grosjean SREC Lotus-Renault 1 min 50 s 126 1 min 48 s 714 1 min 48 s 538
10 Drapeau du Royaume-Uni Paul di Resta SREC Force India-Mercedes 1 min 50 s 033 1 min 48 s 729 1 min 48 s 890
11 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel SREC Red Bull-Renault 1 min 49 s 722 1 min 48 s 792
12 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg SREC Force India-Mercedes 1 min 49 s 362 1 min 48 s 855
13 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher SREC Mercedes 1 min 49 s 742 1 min 49 s 081
14 Drapeau du Brésil Felipe Massa SREC Ferrari 1 min 49 s 588 1 min 49 s 147
15 Drapeau de la France Jean-Éric Vergne SREC Toro Rosso-Ferrari 1 min 49 s 763 1 min 49 s 354
16 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo SREC Toro Rosso-Ferrari 1 min 49 s 572 1 min 49 s 543
17 Drapeau du Brésil Bruno Senna SREC Williams-Renault 1 min 49 s 958 1 min 50 s 088
18 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg SREC Mercedes 1 min 50 s 181
19 Drapeau de la Finlande Heikki Kovalainen SREC Caterham-Renault 1 min 51 s 739
20 Drapeau de la Russie Vitaly Petrov SREC Caterham-Renault 1 min 51 s 967
21 Drapeau de l'Allemagne Timo Glock Marussia-Cosworth 1 min 52 s 336
22 Drapeau de l'Espagne Pedro de la Rosa HRT-Cosworth 1 min 53 s 030
23 Drapeau de la France Charles Pic Marussia-Cosworth 1 min 53 s 493
24 Drapeau de l'Inde Narain Karthikeyan HRT-Cosworth 1 min 54 s 989
Temps minimal à réaliser pour la qualification : 1 min 56 s 622 (107 % de 1 min 48 s 993)
  • Mark Webber, auteur du septième temps des qualifications, reçoit une pénalité de cinq places pour avoir changé de boîte de vitesses et s'élance de la douzième position sur la grille[26],[27].
  • Nico Rosberg, auteur du dix-huitième temps des qualifications, reçoit une pénalité de cinq places pour avoir changé de boîte de vitesses et s'élance de la vingt-troisième position sur la grille[26],[28].
  • Pastor Maldonado, auteur du troisième temps des qualifications, reçoit une pénalité de trois places pour avoir gêné Nico Hülkenberg pendant la session Q1 et s'élance de la sixième place sur la grille[26],[29].
Schéma de la grille de qualification du Grand Prix de Belgique 2012
La grille de qualification du Grand Prix de Belgique 2012.
Schéma de la grille de départ du Grand Prix de Belgique 2012
La grille de départ du Grand Prix de Belgique 2012.

Course[modifier | modifier le code]

Déroulement de l'épreuve[modifier | modifier le code]

Le départ du Grand Prix de Belgique est donné sous le soleil, par une température de 20 °C dans l'air et de 33 °C en piste. Sur la grille de départ, Kamui Kobayashi, en première ligne aux côtés de Jenson Button, voit ses freins évacuer une fumée épaisse à cause d'une surchauffe moteur. Alors que les feux de départ ne se sont pas encore éteints, Pastor Maldonado, en proie à des soucis avec son embrayage, vole de départ sous les yeux ébahis du directeur de course Charlie Whiting. Button conserve sa position de tête alors que Kobayashi, toujours en délicatesse avec ses freins, manque son envol. Tous les pilotes derrière lui cherchent à se décaler vers la droite de la grille pour éviter de l'accrocher. Dans la manœuvre, Romain Grosjean tasse Lewis Hamilton et leurs roues s'engrènent : la monoplace d'Hamilton est entraînée dans l'arrière de la monoplace de Grosjean puis les deux voitures décollent et percutent violemment Fernando Alonso, victime collatérale, avec Sergio Pérez, de l'accrochage initial. Alonso met un long moment à s'extraire de son cockpit avec l'aide du docteur Gary Hartstein arrivé depuis la voiture médicale[30],[31],[32],[33].

Maldonado et Kobayashi, dont les monoplaces sont également endommagées, passent par leur stand dès le tour suivant alors que la voiture de sécurité fait son apparition pour permettre l'évacuation des monoplaces et des nombreux débris de carbone répandus à l'épingle de la Source. Derrière la voiture de sécurité, Jenson Button devance Kimi Räikkönen, Nico Hülkenberg, Paul di Resta, Michael Schumacher, Daniel Ricciardo, Jean-Éric Vergne, Mark Webber, Bruno Senna, Heikki Kovalainen, Felipe Massa, Sebastian Vettel et Nico Rosberg. La voiture de sécurité s'efface à l'entame du cinquième tour et Button prend rapidement de l'avance sur le second, Nico Hülkenberg, parti de la onzième place en pneus durs, et Kimi Räikkönen. Maldonado abandonne au virage des Combes, son aileron avant étant endommagé. Après huit boucles, Button compte 5 secondes d'avance sur Hülkenberg tandis que Räikkönen a des problèmes avec son train avant au freinage. Michael Schumacher, qui a dépassé Paul di Resta en piste, est désormais quatrième à 6 secondes. Sebastian Vettel double alors successivement Felipe Massa, son coéquipier Mark Webber et Bruno Senna pour pointer en cinquième position[30],[31],[32],[33].

Dans le onzième tour, Schumacher dépasse Räikkönen et prend la troisième place tandis que di Resta est le premier à s'arrêter pour chausser des pneus durs. Räikkönen, Webber et Timo Glock l'imitent au tour suivant, Ricciardo, Massa et Petrov au douzième, Hülkenberg au treizième, Kovalainen et Karthikeyan au suivant. Dans les stands, Kovalainen est libéré trop tôt par son chef-mécanicien et percute Narain Karthikeyan qui rentre vers son box (il peut repartir mais abandonnera au trente-et-unième tour après une légère sortie de piste qui l'envoie dans le muret). Vergne et Pedro de la Rosa s'arrêtent au quinzième tour tandis que Button mène la course en solitaire : au quinzième passage sur la ligne, il possède 12 secondes d'avance sur Schumacher et 18 secondes sur Vettel : les trois hommes de tête retardent le plus possible leur passage par les stands et partent vraisemblablement pour effectuer une stratégie à un seul arrêt facilitée par le rythme lent du début de la course[30],[31],[32],[33].

Bruno Senna et Charles Pic s'arrêtent afin de changer leurs pneus au seizième tour, Schumacher au dix-neuvième, Button et Rosberg au vingtième et Vettel au suivant. À la faveur des arrêts aux stands, Räikkönen reprend l'avantage sur Hülkenberg. À l'avant du classement, Mark Webber revient sur la troisième place d'Hülkenberg, entraînant dans son sillage son coéquipier Sebastian Vettel. Hülkenberg, Webber et Massa s'arrêtent au vingt-septième tour pour changer de pneus, Räikkönen et Ricciardo au suivant et Vergne au vingt-neuvième. Quelques minutes plus tard, Schumacher prend l'avantage sur Räikkönen qui manque de vitesse de pointe[30],[31],[32],[33].

À dix tours de l'arrivée, Michael Schumacher, troisième, se trouve désormais sous la pression de Räikkönen, Hülkenberg, Webber et Massa, les cinq pilotes se tenant en moins de deux secondes. Räikkönen attaque Schumacher juste en bas du Raidillon de l'Eau Rouge et le passe. Surpris par cette manœuvre audacieuse, l'Allemand se fait dépasser par Hülkenberg dans la foulée et doit finalement observer un second arrêt au trente-cinquième tour car ses pneus sont à l'agonie : il rétrograde au septième rang de l'épreuve. Son coéquipier Rosberg a également dû repasser par les stands au tour précédent, tout comme Senna au trente-neuvième tour[30],[31],[32],[33].

En tête de la course, après avoir passé les quarante-quatre tours en tête, Jenson Button obtient sa deuxième victoire de la saison, devançant sur le podium Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen. Suivent pour les points : Hülkenberg, Massa, Webber, Schumacher, Vergne, Ricciardo et di Resta[30],[31],[32],[33].

Classement de la course[modifier | modifier le code]

Classement de la course[34]
Pos. no  Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 3 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button SREC McLaren-Mercedes 44 1 h 29 min 08 s 530 (207,344 km/h) 1 25
2 1 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel SREC Red Bull-Renault 44 + 13 s 624 10 18
3 9 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen SREC Lotus-Renault 44 + 25 s 334 3 15
4 12 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg SREC Force India-Mercedes 44 + 27 s 843 11 12
5 6 Drapeau du Brésil Felipe Massa SREC Ferrari 44 + 29 s 845 14 10
6 2 Drapeau de l'Australie Mark Webber SREC Red Bull-Renault 44 + 31 s 244 12 8
7 7 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher SREC Mercedes 44 + 53 s 374 13 6
8 17 Drapeau de la France Jean-Éric Vergne SREC Toro Rosso-Ferrari 44 + 58 s 865 15 4
9 16 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo SREC Toro Rosso-Ferrari 44 + 1 min 02 s 982 16 2
10 11 Drapeau du Royaume-Uni Paul di Resta SREC Force India-Mercedes 44 + 1 min 03 s 783 9 1
11 8 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg SREC Mercedes 44 + 1 min 05 s 111 23
12 19 Drapeau du Brésil Bruno Senna SREC Williams-Renault 44 + 1 min 11 s 529 17
13 14 Drapeau du Japon Kamui Kobayashi SREC Sauber-Ferrari 44 + 1 min 56 s 119 2
14 21 Drapeau de la Russie Vitaly Petrov SREC Caterham-Renault 43 + 1 tour 20
15 24 Drapeau de l'Allemagne Timo Glock Marussia-Cosworth 43 + 1 tour 21
16 25 Drapeau de la France Charles Pic Marussia-Cosworth 43 + 1 tour 23
17 20 Drapeau de la Finlande Heikki Kovalainen SREC Caterham-Renault 43 + 1 tour 19
18 22 Drapeau de l'Espagne Pedro de la Rosa HRT-Cosworth 43 + 1 tour 22
Abd. 23 Drapeau de l'Inde Narain Karthikeyan HRT-Cosworth 30 Sortie de piste 24
Abd. 18 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado SREC Williams-Renault 3 Accrochage 6
Abd. 15 Drapeau du Mexique Sergio Pérez SREC Sauber-Ferrari 0 Carambolage au départ 4
Abd. 5 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso SREC Ferrari 0 Carambolage au départ 5
Abd. 4 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton SREC McLaren-Mercedes 0 Carambolage au départ 7
Abd. 10 Drapeau de la France Romain Grosjean SREC Lotus-Renault 0 Carambolage au départ 8

Pole position et record du tour[modifier | modifier le code]

Jenson Button réalise la huitième pole position de sa carrière, sa première en Belgique, sa première depuis la saison 2009 et sa première pour le compte de l'écurie McLaren Racing. Bruno Senna signe son premier meilleur tour en course pour son trente-huitième départ en Grand Prix de Formule 1.

Tours en tête[modifier | modifier le code]

Parti en pole position, Jenson Button profite de son avantage pour éviter le carambolage du départ et se retrouver en tête derrière la voiture de sécurité. Dès le restart, il prend assez d'avance sur ses poursuivants pour ne pas être inquiété. Gérant ses pneumatiques pour repousser son arrêt au stand au dernier moment, il ne cède jamais sa première place et termine les quarante-quatre tours en solitaire, gardant toujours une bonne marge sur le second[37].

Classements généraux à l'issue de la course[modifier | modifier le code]

Pilotes[38]
Pos. Pilote Écurie Points
1 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 164
2 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 140
3 Drapeau de l'Australie Mark Webber Red Bull-Renault 132
4 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Lotus-Renault 131
5 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton McLaren-Mercedes 117
6 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button McLaren-Mercedes 101
7 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 77
8 Drapeau de la France Romain Grosjean Lotus-Renault 76
9 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Sauber-Ferrari 47
10 Drapeau du Brésil Felipe Massa Ferrari 35
11 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher Mercedes 35
12 Drapeau du Japon Kamui Kobayashi Sauber-Ferrari 33
13 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg Force India-Mercedes 31
14 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado Williams-Renault 29
15 Drapeau du Royaume-Uni Paul di Resta Force India-Mercedes 28
16 Drapeau du Brésil Bruno Senna Williams-Renault 24
17 Drapeau de la France Jean-Éric Vergne Toro Rosso-Ferrari 8
18 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Toro Rosso-Ferrari 4
Constructeurs[39]
Pos. Écurie Points
1 Drapeau de l'Autriche Red Bull-Renault 272
2 Drapeau du Royaume-Uni McLaren-Mercedes 218
3 Drapeau du Royaume-Uni Lotus-Renault 207
4 Drapeau de l'Italie Ferrari 199
5 Drapeau de l'Allemagne Mercedes 112
6 Drapeau de la Suisse Sauber-Ferrari 80
7 Drapeau de l'Inde Force India-Mercedes 59
8 Drapeau du Royaume-Uni Williams-Renault 53
9 Drapeau de l'Italie Toro Rosso-Ferrari 12

Statistiques[modifier | modifier le code]

Le Grand Prix de Belgique 2012 représente :

Au cours de ce Grand Prix :

  • Sebastian Vettel passe la barre des 900 points inscrits en championnat du monde (913 points) ;
  • Mark Webber passe la barre des 800 points inscrits en championnat du monde (801,5 points);
  • Kimi Räikkönen passe la barre des 700 points inscrits en championnat du monde (710 points).
  • Eliseo Salazar (24 Grands Prix entre 1981 et 1983, 3 points) est nommé assistant des commissaires de course.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Formula One Administration, « 2012 FORMULA 1 SHELL BELGIAN GRAND PRIX Practice 1 », sur formula1.com,‎ 31 août 2012 (consulté le 31 août 2012)
  2. a, b, c et d Daniel Thys, « F1 - Libres 1 : Kobayashi se joue de la pluie », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 31 août 2012 (consulté le 31 août 2012)
  3. a, b, c et d Grégory Demoen, « EL1 : Matinée calme en raison de la pluie », sur f1i.com,‎ 31 août 2012 (consulté le 31 août 2012)
  4. a, b, c et d (en) Formula One Administration, « Practice One - Kobayashi on top at sodden Spa », sur formula1.com,‎ 31 août 2012 (consulté le 31 août 2012)
  5. a, b, c et d Michaël Duforest, Adrien Rikir, Guillaume Navarro, « EL1 - La pluie accueille les pilotes à Spa-Francorchamps », sur toilef1.com,‎ 31 août 2012 (consulté le 31 août 2012)
  6. (en) Formula One Administration, « 2012 FORMULA 1 SHELL BELGIAN GRAND PRIX Practice 2 », sur formula1.com,‎ 31 août 2012 (consulté le 31 août 2012)
  7. a, b, c et d Daniel Thys, « F1 - Libres 2 : Trop d'eau et pas de chrono », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 31 août 2012 (consulté le 31 août 2012)
  8. a, b, c et d Grégory Demoen, « EL2 : De la pluie, de la pluie et encore de la pluie ! », sur f1i.com,‎ 31 août 2012 (consulté le 31 août 2012)
  9. a, b, c et d (en) Formula One Administration, « Practice Two - Pic and Marussia lead Belgian washout », sur formula1.com,‎ 31 août 2012 (consulté le 31 août 2012)
  10. a, b, c et d Michaël Duforest, « EL2 - De la pluie, toujours de la pluie... », sur toilef1.com,‎ 31 août 2012 (consulté le 31 août 2012)
  11. (en) Formula One Administration, « 2012 FORMULA 1 SHELL BELGIAN GRAND PRIX Practice 3 », sur formula1.com,‎ 1er septembre 2012 (consulté le 1er septembre 2012)
  12. a, b et c Daniel Thys, « F1 - Libres 3 : Alonso prend la tête sur le sec », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 1er septembre 2012 (consulté le 1er septembre 2012)
  13. a, b et c Grégory Demoen, « EL3 : Alonso profite du soleil à Spa », sur f1i.com,‎ 1er septembre 2012 (consulté le 1er septembre 2012)
  14. a, b et c (en) Formula One Administration, « Final practice - Alonso savours the Spa sunshine », sur formula1.com,‎ 1er septembre 2012 (consulté le 1er septembre 2012)
  15. a, b et c Michaël Duforest, « EL3 - Du soleil, enfin ! », sur toilef1.com,‎ 1er septembre 2012 (consulté le 1er septembre 2012)
  16. a, b et c Daniel Thys, « F1 - Première pole de Button avec McLaren - Q1 20 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 1er septembre 2012 (consulté le 1er septembre 2012)
  17. a, b et c Guillaume Navarro, « Q1 - Maldonado devant, Rosberg out », sur toilef1.com,‎ 1er septembre 2012 (consulté le 1er septembre 2012)
  18. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) Formula One Administration, « Qualifying - Button clinches his first McLaren pole », sur formula1.com,‎ 1er septembre 2012 (consulté le 1er septembre 2012)
  19. a, b, c, d, e, f, g, h et i Grégory Demoen, « Qualifs : Button en pole devant Kobayashi », sur f1i.com,‎ 1er septembre 2012 (consulté le 1er septembre 2012)
  20. Olivier Ferret, « F1 - Eliseo Salazar, 4ème commissaire à Spa », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 29 août 2012 (consulté le 1er septembre 2012)
  21. a, b et c Daniel Thys, « F1 - Première pole de Button avec McLaren - Q2 15 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 1er septembre 2012 (consulté le 1er septembre 2012)
  22. a, b et c Guillaume Navarro, « Q2 - Vettel et Schumacher ne seront pas en Q3 ! », sur toilef1.com,‎ 1er septembre 2012 (consulté le 1er septembre 2012)
  23. a, b et c Daniel Thys, « F1 - Première pole de Button avec McLaren - Q3 10 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 1er septembre 2012 (consulté le 1er septembre 2012)
  24. a, b et c Guillaume Navarro, « Qualifs - Button en pole, Kobayashi s'invite au festin ! », sur toilef1.com,‎ 1er septembre 2012 (consulté le 1er septembre 2012)
  25. (en) Formula One Administration, « 2012 FORMULA 1 SHELL BELGIAN GRAND PRIX Qualifying », sur formula1.com,‎ 1er septembre 2012 (consulté le 1er septembre 2012)
  26. a, b et c « Belgique 2012 Grille de départ », sur statsf1.com,‎ 1er septembre 2012 (consulté le 1er septembre 2012)
  27. « Webber pénalisé de cinq places », sur news.sportauto.fr,‎ 1er septembre 2012 (consulté le 17 septembre 2012)
  28. « Rosberg pénalisé à son tour », sur news.sportauto.fr,‎ 1er septembre 2012 (consulté le 17 septembre 2012)
  29. « Maldonado pénalisé de trois places », sur news.sportauto.fr,‎ 1er septembre 2012 (consulté le 17 septembre 2012)
  30. a, b, c, d, e et f Daniel Thys, « F1 - Victoire en solitaire de Jenson Button », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 2 septembre 2012 (consulté le 2 septembre 2012)
  31. a, b, c, d, e et f Grégory Demoen, « Course : Button remporte un Grand Prix de Belgique survolté », sur f1i.com,‎ 2 septembre 2012 (consulté le 2 septembre 2012)
  32. a, b, c, d, e et f Guillaume Navarro, « Course : Button gagne, le championnat s'ouvre en grand ! », sur toilef1.com,‎ 2 septembre 2012 (consulté le 2 septembre 2012)
  33. a, b, c, d, e et f (en) Formula One Management, « Race - Button wins after first-corner carnage at Spa », sur formula1.com,‎ 2 septembre 2012 (consulté le 2 septembre 2012)
  34. (en) Formula One Administration, « 2012 FORMULA 1 SHELL BELGIAN GRAND PRIX », sur formula1.com,‎ 2 septembre 2012 (consulté le 2 septembre 2012)
  35. « Belgique 2012 Qualifications », sur statsf1.com,‎ 1er septembre 2012 (consulté le 1er septembre 2012)
  36. « Belgique 2012 Meilleurs tours », sur statsf1.com,‎ 2 septembre 2012 (consulté le 2 septembre 2012)
  37. « Belgique Tours en tête », sur statsf1.com,‎ 2 septembre 2012 (consulté le 2 septembre 2012)
  38. « Allemagne 2012 Championnat Pilotes », sur statsf1.com,‎ 7 septembre 2012 (consulté le 7 septembre 2012)
  39. « Allemagne 2012 Championnat Constructeurs », sur statsf1.com,‎ 7 septembre 2012 (consulté le 7 septembre 2012)
  40. « Jenson BUTTON Pole positions », sur statsf1.com,‎ 1er septembre 2012 (consulté le 1er septembre 2012)
  41. « Jenson BUTTON Victoires », sur statsf1.com,‎ 2 septembre 2012 (consulté le 2 septembre 2012)
  42. « McLaren Victoires », sur statsf1.com,‎ 2 septembre 2012 (consulté le 2 septembre 2012)
  43. « Mercedes Victoires », sur statsf1.com,‎ 2 septembre 2012 (consulté le 2 septembre 2012)
  44. « Bruno SENNA Meilleurs tours », sur statsf1.com,‎ 1er septembre 2012 (consulté le 1er septembre 2012)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :