Grand Prix automobile des États-Unis 2012

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Grand Prix des États-Unis 2012

Tracé de la course

Drapeau Circuit des Amériques

Données de la course
Nombre de tours 56
Longueur du circuit 5,513 km
Distance de course 308,405 km
Résultats
Vainqueur Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton,
McLaren-Mercedes,
h 35 min 55 s 269
(vitesse moyenne : 192,912 km/h)
Pole position Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel,
Red Bull-Renault,
min 35 s 657
(vitesse moyenne : 207,479 km/h)
Record du tour en course Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel,
Red Bull-Renault,
min 39 s 347
(vitesse moyenne : 199,773 km/h)

Le Grand Prix automobile des États-Unis 2012 (2012 Formula 1 United States Grand Prix), disputé le 18 novembre 2012 sur le circuit des Amériques, est la 877e épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950. Il s'agit de la trente-septième édition du Grand Prix des États-Unis et de la dix-neuvième manche du championnat 2012.

Sur un circuit que tous les pilotes découvrent puisqu'il accueille la Formule 1 pour la première fois, Sebastian Vettel se montre particulièrement à l'aise, dominant les trois séances d'essais libres et les trois sessions qualificatives pour s'adjuger la pole position. Au cours du Grand Prix, faute d'avoir pu prendre assez d'avance sur ses poursuivants, il est néanmoins devancé par Lewis Hamilton qui s'offre une victoire pour son avant-dernière course chez McLaren. Fernando Alonso, seul pilote avec Vettel à pouvoir encore prétendre au titre mondial, profite de la pénalité volontaire de son équipier pour gagner une place sur la grille, remonte plusieurs positions en course et termine finalement troisième. Au classement du championnat du monde, il compte désormais 260 points, soit 13 de retard sur Vettel (273 points) : le titre de champion se jouera donc lors de la dernière course, au Brésil. À l'issue de la course, dix-huit des vingt-cinq pilotes en lice au championnat ont marqué au moins un point.

Chez les constructeurs, l'écurie Red Bull Racing (440 points) est sacrée championne du monde pour la troisième année consécutive : avec 77 points d'avance sur son premier poursuivant, Ferrari, l'écurie autrichienne ne peut plus être rejointe en tête du classement, la deuxième place pouvant encore revenir à Ferrari ou à McLaren. À la fin du Grand Prix, neuf des douze écuries engagées au championnat ont marqué des points, Caterham, Marussia et HRT n'en ayant toujours pas inscrit.

Essais libres[modifier | modifier le code]

Première séance, vendredi de 9 h à 10 h 30[modifier | modifier le code]

Temps réalisés par les six premiers de la première séance d'essais libres[1]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 1 min 38 s 125
2 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton McLaren-Mercedes 1 min 39 s 543 + 1 s 408
3 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 1 min 40 s 337 + 2 s 212
4 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button McLaren-Mercedes 1 min 40 s 528 + 2 s 403
5 Drapeau de l'Australie Mark Webber Red Bull-Renault 1 min 40 s 650 + 2 s 525
6 Drapeau du Brésil Felipe Massa Ferrari 1 min 40 s 966 + 2 s 841

La température ambiante est de 12 °C au départ de la première séance d'essais libres du Grand Prix des États-Unis à Austin. Comme aucun pilote n'a jamais roulé sur ce circuit, ceux-ci vont avoir besoin de beaucoup temps de roulage pour apprendre le tracé. À cet effet, Pirelli a prévu de fournir un train de pneus durs supplémentaire pour la première journée. Si les pilotes s'élancent très vite en piste afin de boucler un premier tour d'installation derrière Kimi Räikkönen, il faut attendre plus de vingt minutes pour que Kamui Kobayashi fixe le temps de référence en 1 min 54 s 846. Mark Webber améliore en 1 min 48 s 182 quand Nico Hülkenberg semble particulièrement en difficulté et part rapidement en tête-à-queue (il en effectuera plusieurs autres durant la séance)[2],[3],[4],[5].

Kobayashi améliore en 1 min 45 s 866 mais Webber reprend la tête en deux temps (1 min 44 s 839 puis 1 min 43 s 672). Lewis Hamilton tourne ensuite en 1 min 42 s 603, cède un temps sa place à Fernando Alonso (1 min 41 s 365) puis repasse en tête à la faveur de deux tours bouclés en 1 min 40 s 918 puis 1 min 40 s 175 alors qu'il reste encore une demi-heure avant le drapeau à damier[2],[3],[4],[5].

En fin de séance, si Hamilton améliore encore son meilleur temps à trois reprises (1 min 40 s 116, 1 min 39 s 687 et finalement 1 min 39 s 670), Sebastian Vettel réalise, dans les derniers instants de la séance, le meilleur tour en 1 min 38 s 692, puis améliore en 1 min 38 s 125 sous le drapeau à damier[2],[3],[4],[5].

Deuxième séance, vendredi de 13 h à 14 h 30[modifier | modifier le code]

Temps réalisés par les six premiers de la deuxième séance d'essais libres[6]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 1 min 37 s 718
2 Drapeau de l'Australie Mark Webber Red Bull-Renault 1 min 38 s 475 + 0 s 757
3 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 1 min 38 s 483 + 0 s 765
4 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton McLaren-Mercedes 1 min 38 s 748 + 1 s 030
5 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button McLaren-Mercedes 1 min 38 s 786 + 1 s 068
6 Drapeau du Brésil Felipe Massa Ferrari 1 min 39 s 029 + 1 s 311

La température ambiante est de 21 °C au départ de la deuxième séance d'essais libres. Les pilotes s'élancent très vite en piste sur un circuit encore très glissant mais dont la piste s'améliore peu à peu grâce au balayage de la poussière par le passage des monoplaces et par le dépôt progressif de gomme pneumatique. Sergio Pérez établit le premier temps de référence en 1 min 43 s 418[7],[8],[9],[10].

Sebastian Vettel, qui a laissé son plus proche rival à plus d'une seconde lors de la séance précédente, tourne en 1 min 40 s 790. Lewis Hamilton améliore en 1 min 40 s 744 avant d'être relayé en tête par Mark Webber (1 min 40 s 743), Jenson Button (1 min 40 s 678), Fernando Alonso (1 min 40 s 431) et Nico Rosberg en deux temps (1 min 40 s 096 puis 1 min 39 s 842)[7],[8],[9],[10].

Mark Webber repasse ensuite en tête avec deux tours bouclés en 1 min 39 s 485 et 1 min 39 s 277, cède un temps sa position à Felipe Massa (1 min 39 s 106 et 1 min 39 s 061), avant de tourner en 1 min 38 s 958 puis 1 min 38 s 475. Alors qu'il reste encore quarante minutes dans la séance, certains pilotes montent en piste avec leurs pneus tendres. Pendant ce temps, Vettel est à l'arrêt dans son stand à cause d'un problème de pression d'eau. Une fois sa monoplace réparée, le pilote allemand, lui aussi en pneus tendres, se replace en tête du classement en 1 min 37 s 718. S'il reste encore vingt minutes dans cette séance, personne ne parvient à battre son temps[7],[8],[9],[10].

Jean-Éric Vergne et Heikki Kovalainen se sont légèrement touchés, sans autre conséquence qu'une casse de l'aileron avant sur la Toro Rosso et une crevaison au pneu arrière droit sur la Caterham. Pastor Maldonado termine la session au ralenti, victime d'un ennui de moteur[7],[8],[9],[10].

Troisième séance, samedi de 9 h à 10 h[modifier | modifier le code]

Temps réalisés par les six premiers de la troisième séance d'essais libres[11]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 1 min 36 s 470
2 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton McLaren-Mercedes 1 min 36 s 748 + 0 s 258
3 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado Williams-Renault 1 min 37 s 001 + 0 s 511
4 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 1 min 37 s 180 + 0 s 690
5 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 1 min 37 s 247 + 0 s 757
6 Drapeau du Brésil Felipe Massa Ferrari 1 min 37 s 262 + 0 s 772

La température ambiante est de 13 °C et la piste est à 15 °C au départ de la dernière séance d'essais libres du Grand Prix, ce qui contrarie fortement les équipes qui éprouvent du mal à faire chauffer leurs pneumatiques, d'autant que Pirelli a décidé de fournir pour cette course les mélanges les plus durs de sa gamme. Les pilotes s'élancent rapidement en piste pour boucler un premier tour d'installation et Jean-Éric Vergne fixe le premier temps de référence en 1 min 43 s 593[12],[13],[14],[15].

Nico Rosberg (1 min 43 s 300) et son coéquipier Michael Schumacher (1 min 42 s 396) occupent un temps la tête mais Vergne, en 1 min 41 s 546, reprend son bien peu après. Rosberg améliore en 1 min 40 s 745 puis Schumacher fait encore mieux, en deux temps : 1 min 40 s 580 puis 1 min 39 s 483. Rosberg repasse en tête (1 min 38 s 589 puis 1 min 38 s 221) mais doit finalement s'incliner devant Jenson Button (1 min 37 s 973, 1 min 37 s 659 puis 1 min 37 s 538). Ce dernier devance Rosberg et Kamui Kobayashi lorsque Lewis Hamilton, en 1 min 37 s 492, prend la tête de la session[12],[13],[14],[15].

À la mi-séance, Vergne s'immobilise en bord de piste et provoque la sortie des drapeaux jaunes, le temps que les commissaires de piste évacuent sa monoplace : tous les autres pilotes décident alors de rentrer au stand pour attendre de meilleures conditions. À un quart d'heure de la fin de session, ils remontent en piste avec leurs pneumatiques les plus tendres car la température est montée à 17 °C. Ainsi chaussé, Sebastian Vettel prend la tête du classement avec un tour bouclé en 1 min 36 s 490. Hamilton est deuxième à plus de deux dixièmes de seconde. Romain Grosjean rencontre un problème de boîte de vitesses sur sa Lotus E20 et voit sa séance écourtée, le temps que ses mécaniciens tentent de réparer la monoplace[12],[13],[14],[15].

Sergio Pérez et Charles Pic se sont légèrement accrochés dans le virage no 7 lorsque le Français a fermé la porte à son rival qui pensait qu'il allait lui laisser le bénéfice de la trajectoire la plus propre : le seul dégât à déplorer est une casse de l'aileron avant de la Sauber C31. Réprimandé pour la seconde fois du week-end après avoir gêné Timo Glock la veille, et déjà averti pour avoir gêné Bruno Senna à Abou Dabi, Pérez est désormais sous le coup d'une pénalité sur la grille de départ[12],[13],[14],[15].

À l'issue de la séance, les commissaires de la FIA décident de ne pas sanctionner Pérez après sa collision[16]. En revanche, Romain Grosjean est pénalisé de cinq places de recul sur la grille de départ en raison d'un changement de boîte de vitesses après ses ennuis lors de la dernière séance d'essais libres[17],[18],[19],[20].

Séance de qualifications[modifier | modifier le code]

Résultats des qualifications[modifier | modifier le code]

Session Q1[modifier | modifier le code]

La température ambiante est de 21 °C et celle de la piste de 31 °C au départ de la séance qualificative du Grand Prix des États-Unis. Les monoplaces de l'écurie HRT Formula One Team, qui éprouve le plus grand mal à faire monter ses pneumatiques en température, sont les premières voitures à s'élancer mais sont rapidement suivies par l'ensemble des concurrents qui rencontrent le même problème, toutefois à un degré moindre[21],[22],[23],[24].

Kimi Räikkönen réalise le temps de référence en 1 min 41 s 058 mais est vite relayé en tête du classement par son coéquipier Romain Grosjean (seul pilote avec Paul di Resta à entamer la séance avec ses pneus les plus tendres) qui tourne en 1 min 39 s 078 et 1 min 37 s 865, puis par Bruno Senna (1 min 37 s 850). Grosjean reprend ensuite le commandement en 1 min 37 s 486 avant de céder face à Sebastian Vettel qui tourne en 1 min 37 s 165. Nico Rosberg chausse in extremis ses pneus tendres pour éviter l'élimination[21],[22],[23],[24].

Les sept pilotes éliminés sont Narain Karthikeyan (victime d'une panne technique durant la séance) et son coéquipier Pedro de la Rosa, Charles Pic et son coéquipier Timo Glock, Vitaly Petrov et son coéquipier Heikki Kovalainen et Daniel Ricciardo[21],[22],[23],[24].

Session Q2[modifier | modifier le code]

Les pilotes remontent en piste dès son ouverture et les pneus les plus tendres sont privilégiés même s'ils ne montent pas en température aussi vite que les pneus durs. Kimi Räikkönen prend le commandement à la faveur de deux tours lancés bouclés en 1 min 37 s 672 et 1 min 37 s 457[25],[26],[23],[24].

Treize minutes plus tard, Lewis Hamilton améliore en 1 min 36 s 795 mais doit céder en toute fin de session face à Sebastian Vettel, auteur de deux tours en 1 min 35 s 971 puis 1 min 35 s 796. Jenson Button rejoint alors son stand au ralenti en annonçant qu'il n'arrive plus à accélérer à cause d'un débattement limité de sa pédale d'accélérateur[25],[26],[23],[24].

Les sept pilotes éliminés sont donc Button, Paul di Resta, Nico Rosberg, Sergio Pérez et son coéquipier Kamui Kobayashi, Jean-Éric Vergne et Bruno Senna[25],[26],[23],[24].

Session Q3[modifier | modifier le code]

Romain Grosjean, qui perdra cinq places sur la grille de départ après avoir fait changer sa boîte de vitesses, réalise le premier temps chronométré en 1 min 37 s 227 mais est vite relayé en tête par Mark Webber (1 min 36 s 845) puis par Lewis Hamilton (1 min 36 s 209)[27],[28],[23],[24].

Sebastian Vettel, en tête lors de toutes les sessions d'essais et lors des deux premières parties de la qualification, s'assure la pole position en deux temps grâce à des temps au tour de 1 min 35 s 877 puis 1 min 35 s 657[27],[28],[23],[24].

Lewis Hamilton termine deuxième alors que Fernando Alonso, seul rival de l'Allemand pour le titre mondial, termine seulement neuvième, derrière son coéquipier Felipe Massa, septième[27],[28],[23],[24].

Déclassement de Felipe Massa[modifier | modifier le code]

À quelques heures du départ du Grand Prix des États-Unis, la Scuderia Ferrari envisage de procéder au changement la boîte de vitesses de Felipe Massa. Ainsi, le Brésilien prendrait cinq places de pénalité sur la grille de départ et, grâce à cette manœuvre, passerait à la onzième place sur la grille de départ tandis que son coéquipier Fernando Alonso, unique rival en lice contre Sebastian Vettel pour le gain de championnat du monde, remonterait de la huitième à la septième position. L'Espagnol gagnerait ainsi une place tandis que les deux monoplaces Ferrari, initialement placées du côté sale de la piste pour le départ, se retrouveraient du côté propre. Felipe Massa reconnaît d'ailleurs : « Ce matin, j'ai fait un départ sur la gauche de la piste et j'étais plus lent que sur une piste mouillée. »[29],[30],[31].

Ferrari décide finalement de ne pas procéder au changement de la boîte de vitesses de Massa mais se contente de briser le scellé apposé par la FIA sur la boîte de vitesses, ce qui suffit à imposer une sanction de cinq places de pénalité. La Scuderia Ferrari profite ainsi d'une sanction réglementaire pour manœuvrer tactiquement et repositionner ses deux monoplaces sur la grille de départ[32],[33].

Grille de départ[modifier | modifier le code]

Résultats des qualifications[34]
Pos. Pilote Écurie Qualifications 1 Qualifications 2 Qualifications 3
1 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel SREC Red Bull-Renault 1 min 36 s 558 1 min 35 s 796 1 min 35 s 657
2 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton SREC McLaren-Mercedes 1 min 37 s 058 1 min 36 s 795 1 min 35 s 766
3 Drapeau de l'Australie Mark Webber SREC Red Bull-Renault 1 min 37 s 215 1 min 36 s 298 1 min 36 s 174
4 Drapeau de la France Romain Grosjean SREC Lotus-Renault 1 min 37 s 486 1 min 36 s 906 1 min 36 s 587
5 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen SREC Lotus-Renault 1 min 38 s 051 1 min 37 s 404 1 min 36 s 708
6 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher SREC Mercedes 1 min 37 s 927 1 min 37 s 102 1 min 36 s 794
7 Drapeau du Brésil Felipe Massa SREC Ferrari 1 min 37 s 667 1 min 36 s 549 1 min 36 s 937
8 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg SREC Force India-Mercedes 1 min 37 s 756 1 min 37 s 066 1 min 37 s 141
9 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso SREC Ferrari 1 min 37 s 968 1 min 37 s 123 1 min 37 s 300
10 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado SREC Williams-Renault 1 min 37 s 537 1 min 37 s 011 1 min 37 s 842
11 Drapeau du Brésil Bruno Senna SREC Williams-Renault 1 min 37 s 520 1 min 37 s 604
12 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button SREC McLaren-Mercedes 1 min 37 s 565 1 min 37 s 616
13 Drapeau du Royaume-Uni Paul di Resta SREC Force India-Mercedes 1 min 38 s 104 1 min 37 s 665
14 Drapeau de la France Jean-Éric Vergne SREC Toro Rosso-Ferrari 1 min 38 s 434 1 min 37 s 879
15 Drapeau du Mexique Sergio Pérez SREC Sauber-Ferrari 1 min 38 s 500 1 min 38 s 206
16 Drapeau du Japon Kamui Kobayashi SREC Sauber-Ferrari 1 min 38 s 418 1 min 38 s 437
17 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg SREC Mercedes 1 min 38 s 862 1 min 38 s 501
18 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo SREC Toro Rosso-Ferrari 1 min 39 s 114
19 Drapeau de l'Allemagne Timo Glock Marussia-Cosworth 1 min 40 s 056
20 Drapeau de la France Charles Pic Marussia-Cosworth 1 min 40 s 664
21 Drapeau de la Russie Vitaly Petrov SREC Caterham-Renault 1 min 40 s 809
22 Drapeau de la Finlande Heikki Kovalainen SREC Caterham-Renault 1 min 41 s 166
23 Drapeau de l'Espagne Pedro de la Rosa HRT-Cosworth 1 min 42 s 011
24 Drapeau de l'Inde Narain Karthikeyan HRT-Cosworth 1 min 42 s 740
Temps minimal à réaliser pour la qualification : 1 min 43 s 317 (107 % de 1 min 36 s 588)
  • Romain Grosjean, auteur du quatrième temps des qualifications, reçoit une pénalité de cinq places pour avoir changé de boîte de vitesses. Il s'élance de la neuvième position sur la grille de départ[17],[18],[19],[20].
  • Felipe Massa, auteur du sixième temps des qualifications, reçoit une pénalité de cinq places après le bris d'un scellé officiel apposé par la FIA sur sa boîte de vitesses. Il s'élance de la onzième position sur la grille de départ[32],[33].
Schéma de la grille de qualification du Grand Prix des États-Unis 2012
La grille de qualification du Grand Prix des États-Unis 2012.
Schéma de la grille de départ du Grand Prix des États-Unis 2012
La grille de départ du Grand Prix des États-Unis 2012.

Course[modifier | modifier le code]

Déroulement de l'épreuve[modifier | modifier le code]

Photographie de Jenson Button au Grand Prix automobile des États-Unis 2012
Jenson Button au Grand Prix automobile des États-Unis 2012.

La température ambiante est de 24 °C et la piste est à 31 °C au départ du Grand Prix. Sebastian Vettel part depuis la pole position alors que Fernando Alonso, son unique rival pour le titre mondial, est à la septième place sur la grille. À l'extinction des feux, Vettel prend un départ parfait et s'engouffre en tête dans le premier virage devant Mark Webber, Lewis Hamilton et Alonso qui a dépassé plusieurs concurrents. Au premier passage sur la ligne de chronométrage, Vettel devance Webber, Hamilton, Alonso, Michael Schumacher, Nico Hülkenberg, Kimi Räikkönen, Romain Grosjean, Paul di Resta, Felipe Massa, Sergio Pérez, Bruno Senna, Pastor Maldonado, Nico Rosberg et Jenson Button[35],[36],[37],[38].

Schumacher perd rapidement pied en se faisant dépasser par Hülkenberg et Grosjean tandis que Lewis Hamilton harcèle Mark Webber pour le gain de la deuxième place jusqu'à le doubler dans le troisième tour. Au quatrième passage sur la ligne, Vettel précède Hamilton (à 2 secondes et demie), Webber (à 3 s), Alonso (à 6 s) ; suivent Hülkenberg, Grosjean, Räikkönen, di Resta, Schumacher et Massa. À l'avant, Vettel et Hamilton tournent dans les mêmes temps quand Webber, Alonso et les pilotes qui les suivent perdent progressivement des secondes. Quelques instants plus tard, Grosjean part à la faute et remonte en piste à la dixième place. Il se fait ensuite dépasser par Pérez et Senna[35],[36],[37],[38].

En tête de la course, Hamilton revient peu à peu sur Vettel : au septième passage, l'écart n'est plus que de 2 secondes entre les deux pilotes, et tombe à 1 s 6 deux tours plus tard. Grosjean rentre au stand au neuvième tour pour changer ses pneus alors que Schumacher intimide très fortement Button pour l'empêcher de le doubler. Au douzième passage, Vettel a toujours moins de deux secondes d'avance sur Hamilton ; Webber suit à 7 s et Alonso à 22 s. Ils précèdent Hülkenberg, Räikkönen, Massa, di Resta, Pérez et Senna. Quelques secondes plus tard, Räikkönen double Hülkenberg : il est le pilote le plus rapide en piste[35],[36],[37],[38].

Kamui Kobayashi change ses pneus au treizième tour et Schumacher au tour suivant alors qu'en tête l'écart Vettel-Hamilton est inférieur à la seconde. Au quinzième tour, Jean-Éric Vergne abandonne à cause d'une suspension avant détruite. Une boucle plus tard, Mark Webber tombe en panne de SREC puis abandonne peu après à cause d'un récurrent problème d'alternateur. Hülkenberg change ses pneus au dix-septième tour tandis que Vettel accroît son avantage sur Hamilton à plus de trois secondes. Hamilton et Alonso s'arrêtent pour changer de pneus au vingtième tour et Alonso perd beaucoup de temps. Vettel, di Resta et Maldonado s'arrêtent au tour suivant, Pérez au vingt-deuxième, Räikkönen au vingt-quatrième (pour lui aussi, l'arrêt est très long). Au trente-et-unième passage, Vettel devance Hamilton de 2 secondes, Button de 24 s, Alonso de 29 s et Räikkönen de 38 s ; suivent Massa, Grosjean, Rosberg, Hülkenberg et Senna. Seuls Button et Rosberg n'ont pas encore changé leurs pneus[35],[36],[37],[38].

Au trente-troisième passage, Hamilton est revenu à 1 s 2 de Vettel et va bientôt pouvoir utiliser son aileron arrière mobile. Au tour suivant, l'écart tombe à 6 dixièmes de seconde. Rosberg et Button effectuent alors leur unique changement de pneus et Alonso récupère la troisième place : le titre mondial n'est donc toujours pas acquis à Vettel. Felipe Massa attaque Räikkönen et le passe dans le trente-neuvième tour. Hamilton prend enfin l'avantage sur Vettel dans le quarante-deuxième tour. Au passage suivant sur la ligne, Hamilton possède 1 s 3 d'avance sur Vettel, 31 s sur Alonso, 42 s sur Massa, 48 s sur Räikkönen, 49 s sur Button et 50 s sur Grosjean ; suivent Hülkenberg, Senna et Maldonado[35],[36],[37],[38].

Hamilton ne parvient pourtant pas à s'échapper alors que, plus loin dans le classement, les deux pilotes Williams menacent la huitième place d'Hülkenberg. À cinq tours du terme, Maldonado passe son coéquipier Senna de manière très autoritaire. Lewis Hamilton résiste jusqu'au drapeau à damier et remporte la victoire, devant Sebastian Vettel et Fernando Alonso ; suivent pour les points Massa, Button, Räikkönen, Grosjean, Hülkenberg, Maldonado et Senna[35],[36],[37],[38].

Classement de la course[modifier | modifier le code]

Classement de la course[39]
Pos. no  Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 4 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton SREC McLaren-Mercedes 56 1 h 35 min 55 s 269 (192,912 km/h) 2 25
2 1 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel SREC Red Bull-Renault 56 + 0 s 675 1 18
3 5 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso SREC Ferrari 56 + 39 s 229 7 15
4 6 Drapeau du Brésil Felipe Massa SREC Ferrari 56 + 46 s 013 11 12
5 3 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button SREC McLaren-Mercedes 56 + 56 s 432 12 10
6 9 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen SREC Lotus-Renault 56 + 1 min 04 s 425 4 8
7 10 Drapeau de la France Romain Grosjean SREC Lotus-Renault 56 + 1 min 10 s 313 8 6
8 12 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg SREC Force India-Mercedes 56 + 1 min 13 s 792 6 4
9 18 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado SREC Williams-Renault 56 + 1 min 14 s 525 9 2
10 19 Drapeau du Brésil Bruno Senna SREC Williams-Renault 56 + 1 min 15 s 133 10 1
11 15 Drapeau du Mexique Sergio Pérez SREC Sauber-Ferrari 56 + 1 min 24 s 341 15
12 16 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo SREC Toro Rosso-Ferrari 56 + 1 min 24 s 871 18
13 8 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg SREC Mercedes 56 + 1 min 25 s 510 17
14 14 Drapeau du Japon Kamui Kobayashi SREC Sauber-Ferrari 55 + 1 tour 16
15 11 Drapeau du Royaume-Uni Paul di Resta SREC Force India-Mercedes 55 + 1 tour 13
16 7 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher SREC Mercedes 55 + 1 tour 5
17 21 Drapeau de la Russie Vitaly Petrov SREC Caterham-Renault 55 + 1 tour 21
18 20 Drapeau de la Finlande Heikki Kovalainen SREC Caterham-Renault 55 + 1 tour 22
19 24 Drapeau de l'Allemagne Timo Glock Marussia-Cosworth 55 + 1 tour 19
20 25 Drapeau de la France Charles Pic Marussia-Cosworth 54 + 2 tours 20
21 22 Drapeau de l'Espagne Pedro de la Rosa HRT-Cosworth 54 + 2 tours 23
22 23 Drapeau de l'Inde Narain Karthikeyan HRT-Cosworth 54 + 2 tours 24
Abd. 2 Drapeau de l'Australie Mark Webber SREC Red Bull-Renault 16 Alternateur 3
Abd. 17 Drapeau de la France Jean-Éric Vergne SREC Toro Rosso-Ferrari 14 Suspension 14

Pole position et record du tour[modifier | modifier le code]

Sebastian Vettel réalise la trente-sixième pole position de sa carrière, sa première aux États-Unis et sa sixième de la saison[40]. Il réalise également le quinzième meilleur tour en course de sa carrière, son premier aux États-Unis et son sixième de la saison[41].

Tours en tête[modifier | modifier le code]

Dominateur des essais libres et qualificatifs, Sebastian Vettel fait honneur à sa pole position en convervant la tête dans le premier virage mais ne parvient pas à creuser l'écart sur Lewis Hamilton, qui ne pointe jamais à plus de deux secondes. Le pilote britannique finit d'ailleurs par se rapprocher à moins d'une seconde et dépasse Vettel grâce à son DRS. Il conserve ensuite sa position jusqu'à l'arrivée, remportant sa quatrième victoire de la saison[44].

Classements généraux à l'issue de la course[modifier | modifier le code]

Pilotes[45]
Pos. Pilote Écurie Points
1 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 273
2 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 260
3 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Lotus-Renault 206
4 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton McLaren-Mercedes 190
5 Drapeau de l'Australie Mark Webber Red Bull-Renault 167
6 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button McLaren-Mercedes 163
7 Drapeau du Brésil Felipe Massa Ferrari 107
8 Drapeau de la France Romain Grosjean Lotus-Renault 96
9 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 93
10 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Sauber-Ferrari 66
11 Drapeau du Japon Kamui Kobayashi Sauber-Ferrari 58
12 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg Force India-Mercedes 53
13 Drapeau du Royaume-Uni Paul di Resta Force India-Mercedes 46
14 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado Williams-Renault 45
15 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher Mercedes 43
16 Drapeau du Brésil Bruno Senna Williams-Renault 31
17 Drapeau de la France Jean-Éric Vergne Toro Rosso-Ferrari 12
18 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Toro Rosso-Ferrari 10
Constructeurs[46]
Pos. Écurie Points
Champion Drapeau de l'Autriche Red Bull-Renault 440
2 Drapeau de l'Italie Ferrari 367
3 Drapeau du Royaume-Uni McLaren-Mercedes 353
4 Drapeau du Royaume-Uni Lotus-Renault 302
5 Drapeau de l'Allemagne Mercedes 136
6 Drapeau de la Suisse Sauber-Ferrari 124
7 Drapeau de l'Inde Force India-Mercedes 99
8 Drapeau du Royaume-Uni Williams-Renault 76
9 Drapeau de l'Italie Toro Rosso-Ferrari 22

Statistiques[modifier | modifier le code]

Le Grand Prix des États-Unis 2012 représente :

Au cours de ce Grand Prix :

  • Michael Schumacher devient le pilote ayant parcouru le plus de kilomètres en course (80 902 km). Il bat le précédent record établi par Rubens Barrichello (80 607 km)[54].
  • Emerson Fittipaldi (144 Grands Prix entre 1970 et 1980, 14 victoires, 6 poles positions, 6 meilleurs tours, 35 podiums, 281 points et champion du monde 1972 et 1974 ; champion CART 1989 ; vainqueur des 500 miles d'Indianapolis en 1989 et 1993) est nommé assistant des commissaires de course.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Formula One Management, « 2012 FORMULA 1 UNITED STATES GRAND PRIX Practice 1 », sur formula1.com,‎ 16 novembre 2012 (consulté le 16 novembre 2012)
  2. a, b et c Daniel Thys, « F1 - Libres 1 : Vettel impose son rythme », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 16 novembre 2012 (consulté le 16 novembre 2012)
  3. a, b et c Grégory Demoen, « EL1 : Vettel (déjà) dominateur », sur f1i.com,‎ 16 novembre 2012 (consulté le 16 novembre 2012)
  4. a, b et c (en) Formula One Administration, « Practice One - Vettel fastest on US return », sur formula1.com,‎ 16 novembre 2012 (consulté le 16 novembre 2012)
  5. a, b et c Guillaume Navarro, « EL1 – Aucun cowbow ne dompte le taureau ailé », sur toilef1.com,‎ 16 novembre 2012 (consulté le 16 novembre 2012)
  6. (en) Formula One Management, « 2012 FORMULA 1 UNITED STATES GRAND PRIX Practice 2 », sur formula1.com,‎ 16 novembre 2012 (consulté le 17 novembre 2012)
  7. a, b, c et d Daniel Thys, « F1 - Libres 2 : Vettel loin devant tout le monde », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 16 novembre 2012 (consulté le 17 novembre 2012)
  8. a, b, c et d Grégory Demoen, « EL2 : Vettel poursuit sa domination au COTA », sur f1i.com,‎ 16 novembre 2012 (consulté le 17 novembre 2012)
  9. a, b, c et d (en) Formula One Administration, « Practice Two - Vettel the clear leader in Austin », sur formula1.com,‎ 16 novembre 2012 (consulté le 17 novembre 2012)
  10. a, b, c et d Cédric Dupont, « EL2 - Rien ne perturbe Sebastian Vettel », sur toilef1.com,‎ 16 novembre 2012 (consulté le 17 novembre 2012)
  11. (en) Formula One Management, « 2012 FORMULA 1 UNITED STATES GRAND PRIX Practice 3 », sur formula1.com,‎ 17 novembre 2012 (consulté le 17 novembre 2012)
  12. a, b, c et d Daniel Thys, « F1 - Libres 3 : Vettel sur un petit nuage », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 17 novembre 2012 (consulté le 17 novembre 2012)
  13. a, b, c et d Grégory Demoen, « EL3 : Vettel moins dominateur », sur f1i.com,‎ 17 novembre 2012 (consulté le 17 novembre 2012)
  14. a, b, c et d (en) Formula One Administration, « Final practice - Vettel still riding high for Red Bull in Austin », sur formula1.com,‎ 17 novembre 2012 (consulté le 17 novembre 2012)
  15. a, b, c et d Guillaume Navarro, « EL3 - Vettel devant, Pérez en zone rouge », sur toilef1.com,‎ 17 novembre 2012 (consulté le 17 novembre 2012)
  16. Olivier Ferret, « F1 - L'incident Perez - Pic classé sans suite », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 17 novembre 2012 (consulté le 17 novembre 2012)
  17. a et b Olivier Ferret, « FF1 - Cinq places de pénalité pour Grosjean », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 17 novembre 2012 (consulté le 17 novembre 2012)
  18. a et b Grégory Demoen, « Cinq places de pénalité pour Grosjean », sur f1i.com,‎ 17 novembre 2012 (consulté le 17 novembre 2012)
  19. a et b Brice Germain, « Cinq places de pénalité pour Grosjean », sur toilef1.com,‎ 17 novembre 2012 (consulté le 17 novembre 2012)
  20. a et b (en) Formula One Administration, « Gearbox penalty for Grosjean », sur formula1.com,‎ 17 novembre 2012 (consulté le 17 novembre 2012)
  21. a, b et c Daniel Thys, « F1 - Vettel remporte la bataille de la pole - Q1 20 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 17 novembre 2012 (consulté le 17 novembre 2012)
  22. a, b et c Guillaume Navarro, « Q1 - Vettel devant, Marrussia bat Caterham », sur toilef1.com,‎ 17 novembre 2012 (consulté le 17 novembre 2012)
  23. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) Formula One Administration, « Qualifying - Vettel pushed all the way for Austin pole », sur formula1.com,‎ 17 novembre 2012 (consulté le 17 novembre 2012)
  24. a, b, c, d, e, f, g, h et i Grégory Demoen, « Qualifs : Vettel en pole devant Hamilton, Alonso à la rue », sur f1i.com,‎ 17 novembre 2012 (consulté le 17 novembre 2012)
  25. a, b et c Daniel Thys, « F1 - Vettel remporte la bataille de la pole - Q2 15 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 17 novembre 2012 (consulté le 17 novembre 2012)
  26. a, b et c Guillaume Navarro, « Q2 - Vettel fait mal, Button sur le carreau », sur toilef1.com,‎ 17 novembre 2012 (consulté le 17 novembre 2012)
  27. a, b et c Daniel Thys, « F1 - Vettel remporte la bataille de la pole - Q3 10 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 17 novembre 2012 (consulté le 17 novembre 2012)
  28. a, b et c Cédric Dupont, « Qualifs : Vettel en pole, Alonso 8ème sur la grille », sur toilef1.com,‎ 17 novembre 2012 (consulté le 17 novembre 2012)
  29. Olivier Ferret, « F1 - Massa prendrait 5 places de pénalité... bien calculées », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 18 novembre 2012 (consulté le 18 novembre 2012)
  30. Benjamin Vinel, « Massa change de boîte, Alonso du côté propre ? », sur toilef1.com,‎ 18 novembre 2012 (consulté le 18 novembre 2012)
  31. Grégory Demoen, « Ferrari envisage de changer la boîte de Massa », sur f1i.com,‎ 18 novembre 2012 (consulté le 18 novembre 2012)
  32. a et b Olivier Ferret, « F1 - Pénalité confirmée pour Massa », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 18 novembre 2012 (consulté le 18 novembre 2012)
  33. a et b Cédric Dupont, « GP des États-Unis : La nouvelle grille de départ », sur toilef1.com,‎ 18 novembre 2012 (consulté le 18 novembre 2012)
  34. (en) Formula One Administration, « 2012 FORMULA 1 UNITED STATES GRAND PRIX Qualifying », sur formula1.com,‎ 17 novembre 2012 (consulté le 17 novembre 2012)
  35. a, b, c, d, e et f Daniel Thys, « F1 - La victoire pour Hamilton, Red Bull champion ! », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 18 novembre 2012 (consulté le 21 novembre 2012)
  36. a, b, c, d, e et f Grégory Demoen, « Course : Victoire d'Hamilton, Red Bull sacrée, le titre pilotes au Brésil », sur f1i.com,‎ 18 novembre 2012 (consulté le 21 novembre 2012)
  37. a, b, c, d, e et f Guillaume Navarro, « Course USA : Hamilton gagne, le titre 2012 en jeu au Brésil ! », sur toilef1.com,‎ 18 novembre 2012 (consulté le 21 novembre 2012)
  38. a, b, c, d, e et f (en) Formula One Management, « Race - Hamilton king of America as title fight rages on », sur formula1.com,‎ 18 novembre 2012 (consulté le 21 novembre 2012)
  39. (en) Formula One Management, « 2012 FORMULA 1 UNITED STATES GRAND PRIX », sur formula1.com,‎ 18 novembre 2012 (consulté le 18 novembre 2012)
  40. « Lewis HAMILTON Pole positions », sur statsf1.com,‎ 17 novembre 2012 (consulté le 17 novembre 2012)
  41. « Sebastian VETTEL Meilleurs tours », sur statsf1.com,‎ 18 novembre 2012 (consulté le 18 novembre 2012)
  42. « États-Unis 2012 Qualifications », sur statsf1.com,‎ 17 novembre 2012 (consulté le 17 novembre 2012)
  43. « États-Unis 2012 Meilleurs tours », sur statsf1.com,‎ 18 novembre 2012 (consulté le 18 novembre 2012)
  44. « États-Unis 2012 Tours en tête », sur statsf1.com,‎ 18 novembre 2012 (consulté le 18 novembre 2012)
  45. « États-Unis 2012 Championnat Pilotes », sur statsf1.com,‎ 18 novembre 2012 (consulté le 18 novembre 2012)
  46. « États-Unis 2012 Championnat Constructeurs », sur statsf1.com,‎ 18 novembre 2012 (consulté le 18 novembre 2012)
  47. « Sebastian VETTEL Grands Prix disputés », sur statsf1.com,‎ 18 novembre 2012 (consulté le 18 novembre 2012)
  48. « Sebastian VETTEL Pole positions », sur statsf1.com,‎ 17 novembre 2012 (consulté le 17 novembre 2012)
  49. « Lewis HAMILTON Victoires », sur statsf1.com,‎ 18 novembre 2012 (consulté le 18 novembre 2012)
  50. « McLaren Victoires », sur statsf1.com,‎ 18 novembre 2012 (consulté le 18 novembre 2012)
  51. « Mercedes Victoires », sur statsf1.com,‎ 18 novembre 2012 (consulté le 18 novembre 2012)
  52. « Renault Podiums », sur statsf1.com,‎ 18 novembre 2012 (consulté le 18 novembre 2012)
  53. Olivier Ferret, « Red Bull, champion du monde des constructeurs pour la 3ème fois », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 18 novembre 2012 (consulté le 18 novembre 2012)
  54. « Statistiques Pilotes Grands Prix km parcourus », sur statsf1.com,‎ 18 novembre 2012 (consulté le 19 novembre 2012)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :