Grand Prix automobile de Monaco 2012

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Grand Prix de Monaco 2012

Tracé de la course

Drapeau Circuit de Monaco

Données de la course
Nombre de tours 78
Longueur du circuit 3,34 km
Distance de course 260,52 km
Résultats
Vainqueur Drapeau de l'Australie Mark Webber,
Red Bull-Renault,
h 46 min 6 s 557
(vitesse moyenne : 147,312 km/h)
Pole position Drapeau de l'Australie Mark Webber,
Red Bull-Renault,
min 14 s 381
(vitesse moyenne : 161,654 km/h)
Record du tour en course Drapeau du Mexique Sergio Pérez,
Sauber-Ferrari,
min 17 s 296
(vitesse moyenne : 155,558 km/h)

Le Grand Prix automobile de Monaco 2012 (Formula 1 Grand Prix de Monaco 2012), disputé le 27 mai 2012 sur le circuit de Monaco, est la 864e épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950. Il s'agit de la cinquante-neuvième édition du Grand Prix de Monaco comptant pour le championnat du monde de Formule 1 et de la sixième manche du championnat 2012.

Lors des qualifications, le septuple champion du monde Michael Schumacher réalise le meilleur temps pour la première fois depuis son retour en Formule 1. Il écope toutefois d'une pénalité de cinq places pour un accrochage lors du Grand Prix précédent et la pole position revient à Mark Webber. Le pilote australien en fait bon usage : il ne cède sa place que quelques tours, à la suite de l'unique vague d'arrêts au stand, et remporte une course marquée par l'absence totale de dépassements. Nico Rosberg et Fernando Alonso complètent le podium, ce dernier reprenant au passage la tête du championnat du monde des pilotes. Pour la première fois depuis la création du championnat du monde en 1950, les six premières courses de la saison sont remportées par six pilotes différents. À l'issue de la course, dix-huit des vingt-quatre pilotes en lice au championnat ont marqué au moins un point.

Chez les constructeurs, Red Bull Racing conforte sa place en tête du championnat avec 146 points, prenant déjà de l'avance sur McLaren (108 points), Ferrari et Lotus (86 points chacune). À la fin du Grand Prix, neuf des douze écuries engagées au championnat ont marqué des points, Caterham, Marussia et HRT n'en ayant pas encore inscrit.

Essais libres[modifier | modifier le code]

Première séance, le jeudi de 10 h à 11 h 30[modifier | modifier le code]

Photo de Fernando Alonso avec un casque « collector » à Monaco
Fernando Alonso porte un casque « collector » pour le Grand Prix de Monaco.
Temps réalisés par les six premiers de la première séance d'essais libres[1]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 1 min 16 s 265
2 Drapeau de la France Romain Grosjean Lotus-Renault 1 min 16 s 630 + 0 s 365
3 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Sauber-Ferrari 1 min 16 s 711 + 0 s 446
4 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton McLaren-Mercedes 1 min 16 s 747 + 0 s 482
5 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado Williams-Renault 1 min 16 s 760 + 0 s 495
6 Drapeau du Brésil Felipe Massa Ferrari 1 min 16 s 843 + 0 s 578

La température de l'air est de 22 °C et la piste est à 28 °C au départ de la première séance d'essais libres du Grand Prix de Monaco. Pour la première fois de la saison, aucun pilote de réserve ne prend la piste car les titulaires ont besoin d'un maximum de temps de roulage pour affiner leurs réglages sur ce tracé atypique. Les pilotes s'élancent très vite en piste pour effectuer un premier tour d'installation et Sergio Pérez, victime d'un violent accident l'année précédente en qualifications, établit le premier temps de référence de la journée en 1 min 39 s 497[2],[3],[4].

Il faut attendre plus de vingt minutes pour que Jean-Éric Vergne améliore, à huit reprises (1 min 30 s 858, 1 min 27 s 491, 1 min 23 s 961, 1 min 22 s 207, 1 min 21 s 361, 1 min 20 s 418, 1 min 19 s 788 et 1 min 19 s 086). Son compatriote Romain Grosjean le relaie en haut du classement en 1 min 18 s 820 puis cède un temps sa place à Michael Schumacher (1 min 18 s 654) avant de reprendre à tête à la mi-séance en 1 min 17 s 645 puis 1 min 17 s 188[2],[3],[4].

Quelques minutes plus tard, Felipe Massa touche légèrement le rail et doit rentrer au stand pour vérifier sa monoplace. Son coéquipier Fernando Alonso prend la tête en 1 min 17 s 126 mais ce temps est à nouveau amélioré par Romain Grosjean en 1 min 16 s 751. Lewis Hamilton le bat en 1 min 16 s 747 mais Grosjean tourne alors en 1 min 16 s 630. Il s'incline toutefois face à Fernando Alonso qui améliore à deux reprises, en 1 min 16 s 495 puis 1 min 16 s 265 alors que Heikki Kovalainen explose son moteur à la sortie du tunnel. La direction de course interrompt immédiatement la session sur drapeau rouge alors qu'il reste encore huit minutes. Finalement, la séance est définitivement close. Kimi Räikkönen, victime de problèmes de direction, n'a effectué qu'un seul tour d'installation durant toute la matinée[2],[3],[4].

Deuxième séance, le jeudi de 14 h à 15 h 30[modifier | modifier le code]

Photo de Michael Schumacher à Monaco
Michael Schumacher au Grand Prix de Monaco 2012.
Temps réalisés par les six premiers de la deuxième séance d'essais libres[5]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button McLaren-Mercedes 1 min 15 s 746
2 Drapeau de la France Romain Grosjean Lotus-Renault 1 min 16 s 138 + 0 s 392
3 Drapeau du Brésil Felipe Massa Ferrari 1 min 16 s 602 + 0 s 856
4 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 1 min 16 s 661 + 0 s 915
5 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado Williams-Renault 1 min 16 s 820 + 1 s 074
6 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 1 min 17 s 021 + 1 s 275

La température ambiante est de 23 °C et la piste est à 31 °C au moment départ de la deuxième séance d'essais libres. Comme lors de la première séance, Sergio Pérez s'installe immédiatement en tête du classement en 1 min 18 s 000. Son coéquipier chez Sauber, Kamui Kobayashi, améliore en 1 min 17 s 504 mais est rapidement battu par Michael Schumacher (1 min 17 s 349), Jenson Button (1 min 17 s 095), Fernando Alonso (1 min 16 s 944), Pastor Maldonado (1 min 16 s 820), à nouveau Alonso (1 min 16 s 661) et à nouveau Button (1 min 15 s 374), premier pilote à chausser des pneus tendres[6],[7],[8].

Alors qu'il reste encore une heure et quart, une averse s'abat sur le circuit, provoquant le retour au stand de l'ensemble des pilotes en piste. Il faut attendre vingt minutes pour que Timo Glock se relance en piste, suivi par Kimi Räikkönen et Alonso. La piste reste légèrement humide par endroits et les pilotes comprennent qu'ils ne pourront pas améliorer leurs performances dans ces conditions, d'autant qu'une nouvelle averse, plus légère, éclate[6],[7],[8].

Certains pilotes se relancent alors en pneus intermédiaires pour effectuer un test de roulage avec ces pneus car il est envisageable que les conditions météorologiques du samedi, durant la qualification, puissent nécessiter l'usage de tels pneus. Les deux pilotes Williams, Bruno Senna et Pastor Maldonado, effectuent une sortie de piste au virage Mirabeau mais réussissent à prendre l'échappatoire sans toucher les rails de sécurité. Pérez et Felipe Massa sont victimes de la même mésaventure un peu plus tard, sans dommage non plus, ce qui n'est pas le cas d'Heikki Kovalainen qui doit abandonner sa monoplace endommagée[6],[7],[8].

La piste ne cesse de s'humidifier et tous les pilotes terminent la séance en pneus intermédiaires, sans parvenir à améliorer le temps établi avant la pluie par Button, qui devance Romain Grosjean, Felipe Massa, Fernando Alonso et Pastor Maldonado[6],[7],[8].

Troisième séance, le samedi de 11 h à 12 h[modifier | modifier le code]

Photo de Pastor Maldonado après son accrochage à Monaco
Pastor Maldonado après son accrochage avec Sergio Pérez à Monaco.
Temps réalisés par les six premiers de la deuxième séance d'essais libres[9]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 1 min 15 s 159
2 Drapeau du Brésil Felipe Massa Ferrari 1 min 15 s 197 + 0 s 038
3 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 1 min 15 s 209 + 0 s 050
4 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 1 min 15 s 210 + 0 s 051
5 Drapeau de la France Romain Grosjean Lotus-Renault 1 min 15 s 445 + 0 s 286
6 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button McLaren-Mercedes 1 min 15 s 471 + 0 s 312

La température ambiante est de 24 °C et la piste est à 31 °C au départ de la dernière séance d'essais libres du Grand Prix de Monaco. Les pilotes s'élancent immédiatement en piste afin de boucler un tour d'installation. Cette séance pourrait n'être que peu utile pour préparer la qualification car des averses sont annoncées pour l'après-midi. Kimi Räikkönen réalise le premier tour chronométré en 1 min 21 s 162, temps rapidement battu par Michael Schumacher en 1 min 20 s 473[10],[11],[12].

Räikkönen reprend ensuite son bien en 1 min 18 s 993 mais est alors battu par Nico Rosberg (1 min 18 s 923). Räikkönen améliore en deux temps (1 min 18 s 039 puis 1 min 17 s 865) avant de céder le commandement à Paul di Resta (1 min 17 s 390) puis à Romain Grosjean (1 min 16 s 812, 1 min 16 s 359 et 1 min 15 s 811). Les premiers pilotes rentrent au stand pour mettre des pneus tendres à mi-séance et, ainsi chaussé, Nico Rosberg s'installe en tête en 1 min 15 s 751 et 1 min 15 s 159, temps qui ne sera pas amélioré[10],[11],[12].

Lors de cette séance, Sergio Pérez, Sebastian Vettel et Timo Glock effectuent une sortie de piste, sans dommage pour leur monoplace. À cinq minutes de la fin, Paul di Resta part en glissade au freinage de la chicane du tunnel et endommage son aileron avant. À trois minutes du drapeau à damier, Pastor Maldonado tape le rail au virage du casino, détruit sa suspension et répand des débris sur la piste, ce qui provoque l'interruption définitive anticipée de la session[10],[11],[12].

Lors de cette sortie de piste, Maldonado entre en collision avec la Sauber C31 de Sergio Pérez, qui se plaignait depuis plusieurs tours du comportement du Vénézuélien, et est jugé coupable de l'accrochage. Cet incident, considéré comme évitable par les commissaires de la FIA, lui vaut une pénalité de dix places sur la grille de départ du Grand Prix[13],[14],[15].

Séance de qualifications[modifier | modifier le code]

Résultats des qualifications[modifier | modifier le code]

Session Q1[modifier | modifier le code]

Photo de Jenson Button à Monaco
Jenson Button à Monaco en 2012.

La température ambiante est de 23 °C et la piste est à 39 °C au départ de la séance de qualification. La pluie redoutée n'est pas au rendez-vous. Les pilotes s'élancent très vite en piste et Charles Pic établit le premier tour chronométré en 1 min 22 s 752, temps aussitôt battu par Pastor Maldonado (1 min 19 s 773), Kamui Kobayashi (1 min 18 s 308) et Fernando Alonso (1 min 17 s 128) avant que Sergio Pérez tape le muret et provoque une interruption de la séance[16],[17],[18].

Il reste un quart d'heure lorsque la séance est relancée, et tous les pilotes hormis Pérez se lancent sur la piste dès son ouverture. Michael Schumacher prend la tête en 1 min 16 s 441 mais son temps est amélioré par son coéquipier Nico Rosberg (1 min 15 s 929). Schumacher reprend un temps la tête (1 min 15 s 873) mais Nico Hülkenberg, en pneus tendres, améliore en 1 min 15 s 418[16],[17],[18].

En manque de performance, Kimi Räikkönen et Sebastian Vettel rentrent au stand à trois minutes de la fin, chaussent des pneus tendres et parviennent à se qualifier pour l'étape suivante. Les sept pilotes éliminés sont Sergio Pérez, Narain Karthikeyan, Charles Pic, Pedro de la Rosa, Timo Glock, Vitaly Petrov et Heikki Kovalainen[16],[17],[18].

Session Q2[modifier | modifier le code]

Les pilotes se relancent en piste dès son ouverture, tous chaussés désormais en pneus tendres. Jean-Éric Vergne tourne en 1 min 16 s 885 mais laisse immédiatement la tête à Nico Rosberg (1 min 15 s 022). Le pilote français tape alors le rail à la sortie du tunnel et rentre au stand au ralenti[19],[17],[18].

Felipe Massa améliore en 1 min 14 s 911 et réalise ainsi le meilleur temps de la session. Les sept pilotes éliminés sont Jean-Éric Vergne, Bruno Senna, Daniel Ricciardo, Paul di Resta, Kamui Kobayashi, Nico Hülkenberg et Jenson Button[17],[19],[18].

Session Q3[modifier | modifier le code]

Photo de Michael Schumacher à Monaco
Michael Schumacher réalise le meilleur temps des qualifications, mais ne décroche pas pour autant la pole position à cause d'une pénalité de cinq places.

Pastor Maldonado s'installe en tête en 1 min 15 s 254 mais Romain Grosjean améliore aussitôt en 1 min 14 s 639 avant que Nico Rosberg n'établisse un tour lancé en 1 min 14 s 572. Les pilotes Ferrari et Sebastian Vettel ne sont pour leur part pas encore sortis de leur stand[20],[17],[18].

Felipe Massa s'élance alors devant Fernando Alonso et Sebastian Vettel qui rentre aussitôt sans boucler de tour chronométré. En fin de séance, Mark Webber prend l'avantage en 1 min 14 s 381 lorsque Michael Schumacher réalise un tour en 1 min 14 s 301, meilleur temps de la séance de qualification, et devance Mark Webber, Nico Rosberg, Lewis Hamilton et Romain Grosjean[17],[20],[18].

Pour autant, la pole position revient à Mark Webber puisque Schumacher a été pénalisé de cinq places sur la grille de départ à cause de son accrochage avec Bruno Senna au Grand Prix précédent[17],[20],[18].

Grille de départ[modifier | modifier le code]

Résultats des qualifications[21]
Pos. Pilote Écurie Qualifications 1 Qualifications 2 Qualifications 3
1 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher SREC Mercedes 1 min 15 s 873 1 min 15 s 062 1 min 14 s 301
2 Drapeau de l'Australie Mark Webber SREC Red Bull-Renault 1 min 16 s 013 1 min 15 s 035 1 min 14 s 381
3 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg SREC Mercedes 1 min 15 s 900 1 min 15 s 022 1 min 14 s 448
4 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton SREC McLaren-Mercedes 1 min 16 s 063 1 min 15 s 166 1 min 14 s 583
5 Drapeau de la France Romain Grosjean SREC Lotus-Renault 1 min 15 s 718 1 min 15 s 219 1 min 14 s 639
6 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso SREC Ferrari 1 min 16 s 153 1 min 15 s 128 1 min 14 s 948
7 Drapeau du Brésil Felipe Massa SREC Ferrari 1 min 15 s 983 1 min 14 s 911 1 min 15 s 049
8 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen SREC Lotus-Renault 1 min 15 s 889 1 min 15 s 322 1 min 15 s 199
9 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado SREC Williams-Renault 1 min 16 s 017 1 min 15 s 026 1 min 15 s 245
10 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel SREC Red Bull-Renault 1 min 15 s 757 1 min 15 s 234 Pas de temps
11 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg SREC Force India-Mercedes 1 min 15 s 418 1 min 15 s 421
12 Drapeau du Japon Kamui Kobayashi SREC Sauber-Ferrari 1 min 15 s 648 1 min 15 s 508
13 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button SREC McLaren-Mercedes 1 min 16 s 399 1 min 15 s 536
14 Drapeau du Brésil Bruno Senna SREC Williams-Renault 1 min 15 s 923 1 min 15 s 709
15 Drapeau du Royaume-Uni Paul di Resta SREC Force India-Mercedes 1 min 16 s 062 1 min 15 s 718
16 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo SREC Toro Rosso-Ferrari 1 min 16 s 360 1 min 15 s 878
17 Drapeau de la France Jean-Éric Vergne SREC Toro Rosso-Ferrari 1 min 16 s 491 1 min 16 s 885
18 Drapeau de la Finlande Heikki Kovalainen SREC Caterham-Renault 1 min 16 s 538
19 Drapeau de la Russie Vitaly Petrov SREC Caterham-Renault 1 min 17 s 404
20 Drapeau de l'Allemagne Timo Glock Marussia-Cosworth 1 min 17 s 947
21 Drapeau de l'Espagne Pedro de la Rosa HRT-Cosworth 1 min 18 s 096
22 Drapeau de la France Charles Pic Marussia-Cosworth 1 min 18 s 476
23 Drapeau de l'Inde Narain Karthikeyan HRT-Cosworth 1 min 19 s 310
Temps minimal à réaliser pour la qualification : 1 min 20 s 697 (107 % de 1 min 15 s 418)
24 Drapeau du Mexique Sergio Pérez SREC Sauber-Ferrari Pas de temps
  • Michael Schumacher, auteur du meilleur temps des qualifications, est pénalisé de cinq places sur la grille de départ pour avoir provoqué un accident lors du Grand Prix d'Espagne. Il s'élance depuis la sixième position sur la grille.
  • Pastor Maldonado, auteur du neuvième temps des qualifications, est pénalisé de dix places sur la grille de départ pour avoir provoqué un accident lors de la troisième séance d'essais libres. Il reçoit aussi une pénalité de cinq places pour avoir changé de boîte de vitesses au cours du week-end et s'élance finalement depuis la dernière position[22].
  • Sergio Pérez, qui n'a pas réalisé de tour chronométré en qualification, obtient une dérogation des commissaires de course et peut participer au Grand Prix. Il doit s'élancer de la dernière position sur la grille de départ mais gagne une place en raison des pénalités de Maldonado et part avant-dernier.
Schéma de la grille de qualification du Grand Prix de Monaco 2012
La grille de qualification du Grand Prix de Monaco 2012.
Schéma de la grille de départ du Grand Prix de Monaco 2012
La grille de départ du Grand Prix de Monaco 2012.

Course[modifier | modifier le code]

Déroulement de l'épreuve[modifier | modifier le code]

Photo de Mark Webber talonné par Nico Rosberg, à Monaco
Dans le dernier tour de course, Mark Webber, futur vainqueur, est talonné par Nico Rosberg, second sous le drapeau à damier.

La température de l'air est de 22 °C et la piste est à 35 °C au départ du Grand Prix de Monaco. Si le soleil brille, la pluie est annoncée à partir de la mi-course, en quantité limitée. Mark Webber est en pole position pour la première fois de la saison et partage la première ligne avec Nico Rosberg. Alors que tous les pilotes du haut de la grille sont en pneus tendres, Sebastian Vettel, neuvième, est le seul à avoir choisi de s'élancer en pneus durs. À l'extinction des feux, Webber conserve la tête de la course devant Nico Rosberg, Lewis Hamilton, Fernando Alonso, Felipe Massa et Sebastian Vettel. Romain Grosjean rate son envol à cause d'un souci d’embrayage et est légèrement touché par Alonso sur sa droite. Il se décale alors vers la gauche de la piste où Schumacher s'est déjà engouffré et le percute : si Schumacher parvient à poursuivre sa route, le Français casse sa suspension arrière gauche, part en tête-à-queue et abandonne. Cet accident a des conséquences à l'arrière du peloton : si certains concurrents réussissent à couper la chicane pour éviter Grosjean immobilisé en pleine trajectoire, Pastor Maldonado, Pedro de la Rosa et Kamui Kobayashi abandonnent tous les trois à la suite de contacts provoqués par un carambolage. La voiture de sécurité entre aussitôt en piste pour permettre aux commissaires de piste d'évacuer les nombreux débris[23],[24],[25].

Derrière la voiture de sécurité, Webber devance Rosberg, Hamilton, Alonso, Massa, Vettel, Kimi Räikkönen, Schumacher, Nico Hülkenberg, Bruno Senna, Paul di Resta, Daniel Ricciardo, Heikki Kovalainen, Jenson Button, Timo Glock, Charles Pic, Jean-Éric Vergne, Sergio Pérez, Vitaly Petrov, Narain Karthikeyan et Kobayashi, qui ne va pas tarder à abandonner[23],[24],[25].

La course est relancée au troisième tour et Mark Webber, derrière lequel s'est formé un train de monoplaces, parvient peu à peu à creuser un écart sur ses poursuivants. Au treizième tour, l'Australien a presque 2 secondes d'avance sur Rosberg, 3 s sur Hamilton, 6 s sur Alonso, 7 s sur Massa, 8 s sur Vettel, 9 s sur Räikkönen et Schumacher, 10 s sur Hülkenberg et 12 s sur Senna[23],[24],[25].

Vergne s'arrête le premier changer ses pneus au dix-septième tour tandis que les autres pilotes retardent au maximum leur arrêt car la pluie est annoncée. Ainsi, Rosberg s'arrête dix tours plus tard, Webber, Hamilton, Räikkönen, Hülkenberg, Senna au vingt-neuvième tour, Alonso, Kovalainen et Glock au suivant, Massa au trente-et-unième tour, Schumacher et Pérez au trente-quatrième et di Resta au suivant. Seul Sebastian Vettel, parti en pneus durs, ne s'est pas arrêté et mène désormais la course devant Webber, Rosberg, Alonso, Hamilton et Massa. Avec ses pneus durs usagés, Vettel est plus rapide d'une seconde au tour que ses poursuivants qui ont des pneus durs neufs. Vettel s'arrête au quarante-sixième tour et reprend la piste devant Lewis Hamilton, en quatrième position[23],[24],[25].

Au quarante-septième passage, Webber possède 1 seconde d'avance sur Rosberg, 2 secondes sur Alonso, 3 secondes sur Vettel et 4 secondes sur Hamilton ; suivent Massa, Schumacher, Vergne, di Resta et Hülkenberg. Tous les pilotes baissent alors leur rythme de course pour aller jusqu'au drapeau à damier sans avoir à changer une nouvelle fois de pneumatiques. À une quinzaine de tours de l'arrivée, Michael Schumacher commence à avoir des ennuis de pression d'essence et se fait dépasser par Jean-Éric Vergne qui accède à la septième place. Schumacher est ensuite doublé par Paul di Resta et son coéquipier Nico Hülkenberg avant d'abandonner au soixante-troisième tour[23],[24],[25].

Alors qu'il reste douze tours, la pluie tant annoncée fait son apparition, de façon très sporadique, sur le circuit. Mark Webber, par prudence, ralentit et tous ses poursuivants comblent leur retard sur lui. Nico Rosberg est désormais à moins d'une seconde de l'Australien au soixante-huitième tour. À huit tours du terme, il n'y a plus que 3 secondes d'écart entre Webber, toujours premier, et Massa, sixième. Si l'averse s'intensifie, la piste n'est toujours pas assez humide pour chausser des pneus intermédiaires. Pour autant, Vergne rentre changer ses pneus au soixante-dixième tour et ressort des stands en pneus intermédiaires, désormais hors des points. Heikki Kovalainen, douzième, doit également passer par les stands car il a cassé son aileron avant en défendant sa position face à Button[23],[24],[25].

Mark Webber remporte la victoire, ce qui fait de lui le sixième vainqueur différent en six Grands Prix. Rosberg termine deuxième et Fernando Alonso complète le podium ; suivent pour l'attribution des points : Sebastian Vettel, Lewis Hamilton, Felipe Massa, Paul di Resta, Nico Hülkenberg, Kimi Räikkönen et Bruno Senna[23],[24],[25].

Classement de la course[modifier | modifier le code]

Classement de la course[26]
Pos. no  Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 2 Drapeau de l'Australie Mark Webber SREC Red Bull-Renault 78 1 h 46 min 06 s 557 (147,312 km/h) 1 25
2 8 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg SREC Mercedes 78 + 0 s 643 2 18
3 5 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso SREC Ferrari 78 + 0 s 947 5 15
4 1 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel SREC Red Bull-Renault 78 + 1 s 343 9 12
5 4 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton SREC McLaren-Mercedes 78 + 4 s 101 3 10
6 6 Drapeau du Brésil Felipe Massa SREC Ferrari 78 + 6 s 195 7 8
7 11 Drapeau du Royaume-Uni Paul di Resta SREC Force India-Mercedes 78 + 41 s 537 14 6
8 12 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg SREC Force India-Mercedes 78 + 42 s 562 10 4
9 9 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen SREC Lotus-Renault 78 + 44 s 036 8 2
10 19 Drapeau du Brésil Bruno Senna SREC Williams-Renault 78 + 44 s 516 13 1
11 15 Drapeau du Mexique Sergio Pérez SREC Sauber-Ferrari 77 + 1 tour 24
12 17 Drapeau de la France Jean-Éric Vergne SREC Toro Rosso-Ferrari 77 + 1 tour 16
13 20 Drapeau de la Finlande Heikki Kovalainen SREC Caterham-Renault 77 + 1 tour 17
14 24 Drapeau de l'Allemagne Timo Glock Marussia-Cosworth 77 + 1 tour 19
15 23 Drapeau de l'Inde Narain Karthikeyan HRT-Cosworth 76 + 2 tours 22
16 3 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button SREC McLaren-Mercedes 70 Crevaison 12
Abd. 16 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo SREC Toro Rosso-Ferrari 65 Direction 15
Abd. 25 Drapeau de la France Charles Pic Marussia-Cosworth 64 Panne électrique 21
Abd. 7 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher SREC Mercedes 63 Pression d'essence 6
Abd. 21 Drapeau de la Russie Vitaly Petrov SREC Caterham-Renault 15 Panne électrique 18
Abd. 14 Drapeau du Japon Kamui Kobayashi SREC Sauber-Ferrari 5 Casse de suspension après accident 11
Abd. 22 Drapeau de l'Espagne Pedro de la Rosa HRT-Cosworth 1 Casse d'aileron arrière après accident 20
Abd. 18 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado SREC Williams-Renault 0 Accrochage 24
Abd. 10 Drapeau de la France Romain Grosjean SREC Lotus-Renault 0 Casse de suspension arrière après accrochage 4

Pole position et record du tour[modifier | modifier le code]

Mark Webber réalise la dixième pole position de sa carrière, sa deuxième à Monaco et sa première de la saison. Sergio Pérez réalise le premier meilleur tour en course de sa carrière.

Tours en tête[modifier | modifier le code]

Parti en pole position, Mark Webber réalise un bon départ et conserve sa première place jusqu'à la première salve d'arrêts au stand. Les deux pilotes Ferrari, Fernando Alonso et Felipe Massa, s'en emparent pendant un tour chacun avant de la céder à Sebastian Vettel qui a choisi une stratégie décalée. Quand il s'arrête à son tour, Webber reprend la première place et reste en tête jusqu'à l'arrivée malgré la pression de ses rivaux[29].

Classements généraux à l'issue de la course[modifier | modifier le code]

Pilotes[30]
Pos. Pilote Écurie Points
1 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 76
2 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 73
3 Drapeau de l'Australie Mark Webber Red Bull-Renault 73
4 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton McLaren-Mercedes 63
5 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 59
6 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Lotus-Renault 51
7 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button McLaren-Mercedes 45
8 Drapeau de la France Romain Grosjean Lotus-Renault 35
9 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado Williams-Renault 29
10 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Sauber-Ferrari 22
11 Drapeau du Royaume-Uni Paul di Resta Force India-Mercedes 21
12 Drapeau du Japon Kamui Kobayashi Sauber-Ferrari 19
13 Drapeau du Brésil Bruno Senna Williams-Renault 15
14 Drapeau du Brésil Felipe Massa Ferrari 10
15 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg Force India-Mercedes 7
16 Drapeau de la France Jean-Éric Vergne Toro Rosso-Ferrari 4
17 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Toro Rosso-Ferrari 2
18 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher Mercedes 2
Constructeurs[31]
Pos. Écurie Points
1 Drapeau de l'Autriche Red Bull-Renault 146
2 Drapeau du Royaume-Uni McLaren-Mercedes 108
3 Drapeau de l'Italie Ferrari 86
4 Drapeau du Royaume-Uni Lotus-Renault 86
5 Drapeau de l'Allemagne Mercedes 61
6 Drapeau du Royaume-Uni Williams-Renault 44
7 Drapeau de la Suisse Sauber-Ferrari 41
8 Drapeau de l'Inde Force India-Mercedes 28
9 Drapeau de l'Italie Toro Rosso-Ferrari 6

Statistiques[modifier | modifier le code]

Le Grand Prix de Monaco 2012 représente :

Au cours de ce Grand Prix :

  • Pour la première fois depuis la création du championnat du monde en 1950, les six premières courses sont remportées par six pilotes différents[37].
  • Nigel Mansell (187 Grands Prix, 31 victoires, 32 pole positions, 30 meilleurs tours, 59 podiums, 482 points, champion du monde 1992) est nommé assistant des commissaires de course.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Formula One Administration, « FORMULA 1 GRAND PRIX DE MONACO 2012 Practice 1 », sur formula1.com,‎ 24 mai 2012 (consulté le 25 mai 2012)
  2. a, b et c Daniel Thys, « F1 - Libres 1 : Alonso met du rouge sur Monaco », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 24 mai 2012 (consulté le 25 mai 2012)
  3. a, b et c Grégory Demoen, « EL1 : Alonso mène les débats devant Grosjean », sur f1i.com,‎ 11 mai 2012 (consulté le 16 mai 2012)
  4. a, b et c (en) Formula One Administration, « Practice One - Alonso sets early Monaco pace », sur formula1.com,‎ 24 mai 2012 (consulté le 25 mai 2012)
  5. (en) Formula One Administration, « FORMULA 1 GRAND PRIX DE MONACO 2012 Practice 2 », sur formula1.com,‎ 24 mai 2012 (consulté le 25 mai 2012)
  6. a, b, c et d Daniel Thys, « F1 - Libres 2 : Button prend les devants avant la pluie », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 24 mai 2012 (consulté le 25 mai 2012)
  7. a, b, c et d Grégory Demoen, « EL2 : Button et Grosjean se faufilent entre les gouttes », sur f1i.com,‎ 11 mai 2012 (consulté le 16 mai 2012)
  8. a, b, c et d (en) Formula One Administration, « Practice Two - Button tops rain-hit Monaco session », sur formula1.com,‎ 24 mai 2012 (consulté le 25 mai 2012)
  9. (en) Formula One Administration, « FORMULA 1 GRAND PRIX DE MONACO 2012 Practice 3 », sur formula1.com,‎ 26 mai 2012 (consulté le 26 mai 2012)
  10. a, b et c Daniel Thys, « F1 - Libres 3 : au tour de Rosberg de pointer en tête », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 26 mai 2012 (consulté le 26 mai 2012)
  11. a, b et c Grégory Demoen, « EL3 : Rosberg en tête, Maldonado dans le rail », sur f1i.com,‎ 26 mai 2012 (consulté le 26 mai 2012)
  12. a, b et c (en) Formula One Administration, « Final practice - Rosberg leads, Maldonado crashes », sur formula1.com,‎ 26 mai 2012 (consulté le 26 mai 2012)
  13. Daniel Thys, « F1 - 10 places de pénalité pour Maldonado », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 26 mai 2012 (consulté le 26 mai 2012)
  14. (en) Formula One Administration, « Maldonado takes grid penalty after Perez incident », sur formula1.com,‎ 26 mai 2012 (consulté le 26 mai 2012)
  15. Grégory Demoen, « Lourde sanction pour Maldonado », sur f1i.com,‎ 26 mai 2012 (consulté le 26 mai 2012)
  16. a, b et c Daniel Thys, « F1 - La pole pour Webber, le meilleur temps pour Schumacher - Q1 - 20 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 26 mai 2012 (consulté le 26 mai 2012)
  17. a, b, c, d, e, f, g et h Grégory Demoen, « Qualifs : Schumacher en pole position… mais pénalisé », sur f1i.com,‎ 26 mai 2012 (consulté le 26 mai 2012)
  18. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Formula One Management, « Qualifying - Schumacher fastest, Webber on pole », sur formula1.com,‎ 26 mai 2012 (consulté le 26 mai 2012)
  19. a et b Daniel Thys, « F1 - La pole pour Webber, le meilleur temps pour Schumacher - Q2 - 15 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 26 mai 2012 (consulté le 26 mai 2012)
  20. a, b et c Daniel Thys, « F1 - La pole pour Webber, le meilleur temps pour Schumacher - Q3 - 10 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 26 mai 2012 (consulté le 26 mai 2012)
  21. (en) Formula One Administration, « FORMULA 1 GRAND PRIX DE MONACO 2012 Qualifying », sur formula1.com,‎ 26 mai 2012 (consulté le 26 mai 2011)
  22. « Maldonado encore pénalisé », sur news.sportauto.fr,‎ 26 mai 2012 (consulté le 27 mai 2012)
  23. a, b, c, d, e, f et g Daniel Thys, « F1 - Webber décroche une victoire logique à Monaco », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 27 mai 2012 (consulté le 30 mai 2012)
  24. a, b, c, d, e, f et g Grégory Demoen, « Webber s’impose, Grosjean et Schumacher abandonnent », sur toilef1.com,‎ 27 mai 2012 (consulté le 30 mai 2012)
  25. a, b, c, d, e, f et g (en) Formula One Management, « Race - Webber makes it six winners from six races », sur formula1.com,‎ 27 mai 2012 (consulté le 30 mai 2012)
  26. (en) Formula One Management, « FORMULA 1 GRAND PRIX DE MONACO 2012 », sur formula1.com,‎ 27 mai 2012 (consulté le 27 mai 2012)
  27. « Monaco 2012 Grille de départ », sur statsf1.com,‎ 26 mai 2012 (consulté le 26 mai 2012)
  28. « Monaco 2012 Meilleurs tours », sur statsf1.com,‎ 27 mai 2012 (consulté le 27 mai 2012)
  29. « Monaco 2012 Tours en tête », sur statsf1.com,‎ 27 mai 2012 (consulté le 27 mai 2012)
  30. « Monaco 2012 Championnat Pilotes », sur statsf1.com,‎ 27 mai 2012 (consulté le 27 mai 2012)
  31. « Monaco 2012 Championnat Constructeurs », sur statsf1.com,‎ 27 mai 2012 (consulté le 27 mai 2012)
  32. « Mark WEBBER Pole positions », sur statsf1.com,‎ 26 mai 2012 (consulté le 26 mai 2012)
  33. « Mark WEBBER Victoires », sur statsf1.com,‎ 26 mai 2012 (consulté le 26 mai 2012)
  34. « Sergio PEREZ Meilleurs tours », sur statsf1.com,‎ 26 mai 2012 (consulté le 26 mai 2012)
  35. « Red Bull Victoires », sur statsf1.com,‎ 27 mai 2012 (consulté le 27 mai 2012)
  36. « Renault Victoires », sur statsf1.com,‎ 27 mai 2012 (consulté le 27 mai 2012)
  37. « Webber, 6e vainqueur en 6 courses ! », sur sport.fr,‎ 27 mai 2012 (consulté le 28 mai 2012)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :