Grand Prix automobile du Japon 2012

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Grand Prix du Japon 2012

Tracé de la course

Drapeau Circuit de Suzuka

Données de la course
Nombre de tours 53
Longueur du circuit 5,807 km
Distance de course 307,471 km
Résultats
Vainqueur Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel,
Red Bull-Renault,
h 28 min 56 s 242
(vitesse moyenne : 207,430 km/h)
Pole position Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel,
Red Bull-Renault,
min 30 s 839
(vitesse moyenne : 230,135 km/h)
Record du tour en course Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel,
Red Bull-Renault,
min 35 s 774
(vitesse moyenne : 218,276 km/h)

Le Grand Prix automobile du Japon 2012 (2012 Formula 1 Japanese Grand Prix), disputé le 7 octobre 2012 sur le circuit de Suzuka, est la 873e épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950. Il s'agit de la vingt-huitième édition du Grand Prix du Japon comptant pour le championnat du monde de Formule 1, la vingt-sixième disputée à Suzuka, et de la quinzième manche du championnat 2012.

Auteur de sa quatrième pole position consécutive à Suzuka, Sebastian Vettel prend un bon envol et conserve son avantage, au contraire du leader du championnat du monde Fernando Alonso qui abandonne dès le premier virage. Vettel gère son avance tout au long de la course et ne cède jamais sa première place ; à une boucle de l'arrivée, il réalise de plus le meilleur temps au tour, ce qui lui permet d'obtenir le deuxième Grand Chelem (pole position, victoire, meilleur tour, tous les tours en tête) de sa carrière après le Grand Prix d'Inde 2011. À l'arrivée, l'Allemand devance Felipe Massa, qui monte sur le podium pour la première fois depuis deux ans, et Kamui Kobayashi, qui y monte pour la première fois en Formule 1. Grâce à sa victoire conjuguée à l'abandon Alonso, Vettel revient à 4 points du leader au classement des pilotes (194 points contre 190) : à ce stade de la saison, il est vraisemblable que le titre se joue entre les deux hommes. À l'issue de la course, dix-huit des vingt-cinq pilotes en lice au championnat ont marqué au moins un point.

Chez les constructeurs, Red Bull Racing (324 points) creuse l'écart sur ses poursuivants, McLaren (283 points) pointant à 41 longueurs, devant Ferrari (263 points) et Lotus (239 points). À la fin du Grand Prix, neuf des douze écuries engagées au championnat ont marqué des points, Caterham, Marussia et HRT n'en ayant pas encore inscrit.

Essais libres[modifier | modifier le code]

Première séance, vendredi de 10 h à 11 h 30[modifier | modifier le code]

Photographie d'Aguri Suzuki en démonstration sur la Larousse Lola LC90 en ouverture du Grand Prix
Aguri Suzuki en démonstration sur la Larousse Lola LC90 en ouverture du Grand Prix.
Photographie de Giedo Van der Garde lors de la première session d'essais libres du du Grand Prix
Giedo Van der Garde lors de la première session d'essais libres.
Temps réalisés par les six premiers de la première séance d'essais libres[1]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button McLaren-Mercedes 1 min 34 s 507
2 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton McLaren-Mercedes 1 min 34 s 740 + 0 s 233
3 Drapeau de l'Australie Mark Webber Red Bull-Renault 1 min 34 s 856 + 0 s 349
4 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 1 min 35 s 059 + 0 s 552
5 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher Mercedes 1 min 35 s 122 + 0 s 615
6 Drapeau du Japon Kamui Kobayashi Sauber-Ferrari 1 min 35 s 199 + 0 s 692

La température de l'air est de 25 °C, la piste est à 35 °C et le soleil brille au départ de la première séance d'essais libres du Grand Prix du Japon. Il faut attendre plus de vingt minutes après le début de la séance pour que Lewis Hamilton ne fixe le premier tour chronométré en 1 min 37 s 435, temps immédiatement amélioré en 1 min 37 s 008 puis 1 min 34 s 910. Les pilotes Ferrari se contentent pour le moment de tester l'aérodynamique de leur monoplace, à grand renfort de flo-vis, une peinture fluorescente qui permet de visualiser le flux d'air sur la monoplace[2],[3],[4],[5].

La séance est particulièrement calme et Mark Webber prend ensuite la tête du classement en 1 min 34 s 856 mais Jenson Button, en 1 min 34 s 507, établit le meilleur temps de la matinée. Nico Rosberg est victime d'un problème et doit abandonner sa monoplace en piste à quelques minutes de la fin[2],[3],[4],[5].

Deuxième séance, vendredi de 14 h à 15 h 30[modifier | modifier le code]

Photographie de l'accident de Paul di Resta lors de la deuxième séance d'essais libres
L'accident de Paul di Resta lors de la deuxième séance d'essais libres.
Photographie de l'accident de Michael Schumacher lors de la deuxième séance d'essais libres
L'accident de Michael Schumacher lors de la deuxième séance d'essais libres.
Photographie de l'accident de Timo Glock et Heikki Kovalainen lors de la deuxième séance d'essais libres
Timo Glock et Heikki Kovalainen lors de la deuxième séance d'essais libres.
Temps réalisés par les six premiers de la deuxième séance d'essais libres[6]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau de l'Australie Mark Webber Red Bull-Renault 1 min 32 s 493
2 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton McLaren-Mercedes 1 min 32 s 707 + 0 s 214
3 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 1 min 32 s 836 + 0 s 343
4 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg Force India-Mercedes 1 min 32 s 987 + 0 s 494
5 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 1 min 33 s 093 + 0 s 600
6 Drapeau de la France Romain Grosjean Lotus-Renault 1 min 33 s 107 + 0 s 614

La température ambiante est de 27 °C et la piste est à 39 °C au départ de la deuxième séance d'essais libres. Le problème rencontré par Nico Rosberg lors de la première séance d'essais a été détecté et l'Allemand doit poursuivre avec un nouveau bloc moteur à la suite d'un souci de pression d'huile sur le moteur initial. Les pilotes s'élancent en piste dès son ouverture et Romain Grosjean établit le temps de référence en 1 min 34 s 514 juste avant que Paul di Resta ne mette deux roues dans l'herbe et sorte de la piste dans le virage Spoon et ne plante sa monoplace dans le gravier, contre le mur de protection. La voiture est fortement endommagée à l'avant et la séance est interrompue sur drapeau rouge. Le pilote est emmené au centre médical du circuit pour plusieurs examens rapides avant de réapparaître dans son stand une dizaine de minutes plus tard, alors que la séance a déjà été relancée[7],[8],[9],[10].

Fernando Alonso se porte en tête avec un tour bouclé en 1 min 34 s 287, Jenson Button améliore en 1 min 34 s 150 et Sebastian Vettel fait encore mieux, en deux temps : 1 min 34 s 080 puis 1 min 33 s 961. À la mi-séance, certains pilotes sortent leurs pneus tendres et, ainsi chaussé, Jenson Button se replace en tête du classement en 1 min 33 s 349[7],[8],[9],[10].

Romain Grosjean reprend ensuite la tête en 1 min 33 s 107 alors que son coéquipier Kimi Räikkönen rencontre des ennuis avec son SREC, ce qui affecte le système de refroidissement de sa monoplace : le Finlandais passe la quasi-totalité de la session dans les stands. Le temps de Grosjean est ensuite battu par Vettel en 1 min 32 s 836, Lewis Hamilton (1 min 32 s 707) et Mark Webber (1 min 32 s 493) qui établit le meilleur temps de cette session. À dix minutes du drapeau à damier, Michael Schumacher commet la même erreur, au même endroit, que Paul di Resta en début de séance, et échoue à son tour contre le mur de pneus. Dans les derniers instants de la séance, Vitaly Petrov sort de la piste dans le premier virage après avoir perdu son aileron arrière dans la ligne droite[7],[8],[9],[10].

Troisième séance, samedi de 11 h à 12 h[modifier | modifier le code]

Photographie du véhicule de sécurité et du véhicule médical lors du GP du Japon
La voiture et sécurité et le véhicule médical sur le circuit de Suzuka.
Temps réalisés par les six premiers de la troisième séance d'essais libres[11]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 1 min 32 s 136
2 Drapeau de l'Australie Mark Webber Red Bull-Renault 1 min 32 s 371 + 0 s 235
3 Drapeau du Brésil Felipe Massa Ferrari 1 min 32 s 824 + 0 s 688
4 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher Mercedes 1 min 32 s 918 + 0 s 782
5 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Sauber-Ferrari 1 min 32 s 920 + 0 s 784
6 Drapeau du Japon Kamui Kobayashi Sauber-Ferrari 1 min 32 s 924 + 0 s 788

La température ambiante est de 24 °C et la piste est à 36 °C au départ de la dernière séance d'essais libres du Grand Prix du Japon. Les pilotes s'élancent en piste dès son ouverture pour boucler un premier tour d'installation et Nico Rosberg fixe le temps de référence en 1 min 35 s 169. Son coéquipier Michael Schumacher améliore cette performance en deux temps (1 min 34 s 234 puis 1 min 34 s 008) mais Pastor Maldonado fait encore mieux en 1 min 33 s 999[12],[13],[14],[15].

Les pilotes McLaren se portent alors en tête du classement, d'abord avec Jenson Button (1 min 33 s 621) puis avec Lewis Hamilton (1 min 33 s 569). À la mi-séance, Sebastian Vettel passe en tête avec un tour bouclé en 1 min 33 s 215. À vingt minutes du terme, Nico Hülkenberg part à la faute dans la deuxième partie de la courbe Degner et tape le mur de pneus : si la monoplace ne semble pas très endommagée, la séance est terminée pour le pilote allemand[12],[13],[14],[15].

La plupart des pilotes choisit de monter des pneus tendres pour préparer la qualification de l'après-midi et, ainsi chaussé, Michael Schumacher prend la tête du classement en 1 min 32 s 918. Mark Webber fait un peu mieux (1 min 32 s 371) avant que son coéquipier Vettel ne fixe le meilleur temps de la session en 1 min 32 s 136[12],[13],[14],[15].

Séance de qualifications[modifier | modifier le code]

Résultats des qualifications[modifier | modifier le code]

Session Q1[modifier | modifier le code]

Photographie des pipes d'admission du système de double DRS de la Mercedes F1 W03
Vue des pipes d'admission du système de double DRS à l'avant de la Mercedes AMG F1 W03.

La température ambiante est de 26 °C et celle de la piste est à 36 °C au départ de la séance de qualification pour le Grand Prix du Japon. Les pilotes, tous chaussés en pneus tendres, prennent aussitôt la piste dès son ouverture et Paul di Resta établit le temps de référence en 1 min 33 s 661[16],[17],[18],[19].

Kimi Räikkönen, qui tout comme son coéquipier a renoncé à utiliser le double DRS pourtant testé à plusieurs reprises, améliore en 1 min 33 s 507 mais est battu par Romain Grosjean qui tourne en 1 min 33 s 328. Felipe Massa réalise un tour en 1 min 32 s 946 mais doit s'effacer derrière Sebastian Vettel (1 min 32 s 608[16],[17],[18],[19].

Räikkönen repasse en tête à la faveur d'un tour bouclé en 1 min 32 s 221 quand les deux pilotes Sauber se hissent en haut du classement, d'abord par Sergio Pérez (1 min 32 s 147) puis par Kamui Kobayashi (1 min 32 s 042). Finalement, Romain Grosjean, en 1 min 32 s 029, réalise le meilleur temps de la séance alors que Michael Schumacher, toujours au-delà de la limite des 107 % qualificatifs dans les dernières minutes, réussit in extremis à passer en Q2 avec le seizième temps de la séance. Jean-Éric Vergne est pour sa part sanctionné de trois places de recul sur la grille de départ pour avoir gêné Bruno Senna dans son tour lancé[16],[17],[18],[19].

Les sept pilotes éliminés sont Narain Karthikeyan, Pedro de la Rosa, Charles Pic, Timo Glock, Vitaly Petrov, Heikki Kovalainen et Bruno Senna.

Session Q2[modifier | modifier le code]

Photographie de Fernando Alonso et Paul di Resta lors de la deuxième session de qualification
Fernando Alonso et Paul di Resta lors de la deuxième partie des qualifications.

La compétition est rude entre les dix-sept participants à la deuxième partie des qualifications. Tous les pilotes prennent la piste en pneus tendres pour accroître leur chances d'accéder à la troisième session de qualification. Kamui Kobayashi, le régional de l'étape, établit le premier tour chronométré en 1 min 32 s 368, temps immédiatement battu par Sebastian Vettel en 1 min 31 s 501. L'Allemand, qui n'a effectué que six tours depuis le début des qualifications, vient de réaliser le meilleur temps de cette session[20],[21],[18],[19].

Michael Schumacher reste longtemps bloqué dans son stand et ne peut pas poursuivre la lutte pour accéder en Q3. Fernando Alonso, pourtant moins à l'aise en piste que son coéquipier Felipe Massa depuis le début du week-end, se hisse en haut du classement malgré plusieurs blocages de roue au freinage durant la séance. Massa peine à améliorer ses temps et rate d'un cheveu sa qualification[20],[21],[18],[19].

Les sept pilotes éliminés sont donc Jean-Éric Vergne et son coéquipier Daniel Ricciardo, Nico Rosberg et son coéquipier Michael Schumacher, Pastor Maldonado, Paul di Resta et Felipe Massa.

Session Q3[modifier | modifier le code]

Photographie de Kimi Räikkönen en dérive dans les dernières minutes de la session
Kimi Räikkönen en difficulté dans les dernières minutes de la dernière session de qualification.

Sebastian Vettel et son coéquipier Mark Webber, Jenson Button et son coéquipier Lewis Hamilton, Kimi Räikkönen et son coéquipier Romain Grosjean s'élancent dès l'ouverture de la piste quand Fernando Alonso, Nico Hülkenberg et les deux pilotes Sauber Kamui Kobayashi et Sergio Pérez restent dans leur stand[22],[23],[18],[19].

Räikkönen réalise le premier tour lancé en 1 min 32 s 208 avant d'être battu par Button (1 min 31 s 294) et Vettel (1 min 30 s 839). Alonso, Hülkenberg, Kobayashi et Pérez s'élancent en piste pour un seul tour lancé alors qu'il ne reste que deux minutes avant le drapeau à damier. Kimi Räikkönen sort de la piste dans la courbe Spoon et les drapeaux jaunes sont sortis, ce qui limite les performances des concurrents en piste. Personne ne parvient à battre le temps de Vettel qui obtient la pole position. Son équipier Mark Webber prendra le départ à ses côtés en première ligne, Kamui Kobayashi et Romain Grosjean se partageant la deuxième ligne[22],[23],[18],[19].

À l'issue de la séance, les commissaires de course doivent statuer sur un litige entre Sebastian Vettel et Fernando Alonso lors de la Q3. Bien qu'il apparaisse que Vettel ait gêné Alonso lors de son tour rapide, il n'est pas sanctionné par une pénalité sur la grille de départ, comme Vergne peu avant, mais simplement réprimandé[24],[25],[26].

Grille de départ[modifier | modifier le code]

Résultats des qualifications[27]
Pos. Pilote Écurie Qualifications 1 Qualifications 2 Qualifications 3
1 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel SREC Red Bull-Renault 1 min 32 s 608 1 min 31 s 501 1 min 30 s 839
2 Drapeau de l'Australie Mark Webber SREC Red Bull-Renault 1 min 32 s 951 1 min 31 s 950 1 min 31 s 090
3 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button SREC McLaren-Mercedes 1 min 33 s 077 1 min 31 s 772 1 min 31 s 290
4 Drapeau du Japon Kamui Kobayashi SREC Sauber-Ferrari 1 min 32 s 042 1 min 31 s 886 1 min 31 s 700
5 Drapeau de la France Romain Grosjean SREC Lotus-Renault 1 min 32 s 029 1 min 31 s 968 1 min 31 s 898
6 Drapeau du Mexique Sergio Pérez SREC Sauber-Ferrari 1 min 32 s 147 1 min 32 s 169 1 min 32 s 022
7 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso SREC Ferrari 1 min 32 s 459 1 min 31 s 833 1 min 32 s 114
8 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen SREC Lotus-Renault 1 min 32 s 221 1 min 31 s 826 1 min 32 s 208
9 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton SREC McLaren-Mercedes 1 min 33 s 061 1 min 32 s 121 1 min 32 s 327
10 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg SREC Force India-Mercedes 1 min 32 s 828 1 min 32 s 272 Pas de temps
11 Drapeau du Brésil Felipe Massa SREC Ferrari 1 min 32 s 946 1 min 32 s 293
12 Drapeau du Royaume-Uni Paul di Resta SREC Force India-Mercedes 1 min 32 s 898 1 min 32 s 327
13 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher SREC Mercedes 1 min 33 s 349 1 min 32 s 469
14 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado SREC Williams-Renault 1 min 32 s 834 1 min 32 s 512
15 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg SREC Mercedes 1 min 33 s 015 1 min 32 s 625
16 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo SREC Toro Rosso-Ferrari 1 min 33 s 059 1 min 32 s 954
17 Drapeau de la France Jean-Éric Vergne SREC Toro Rosso-Ferrari 1 min 33 s 370 1 min 33 s 368
18 Drapeau du Brésil Bruno Senna SREC Williams-Renault 1 min 33 s 405
19 Drapeau de la Finlande Heikki Kovalainen SREC Caterham-Renault 1 min 34 s 657
20 Drapeau de l'Allemagne Timo Glock Marussia-Cosworth 1 min 35 s 213
21 Drapeau de l'Espagne Pedro de la Rosa HRT-Cosworth 1 min 35 s 385
22 Drapeau de la France Charles Pic Marussia-Cosworth 1 min 35 s 429
23 Drapeau de la Russie Vitaly Petrov SREC Caterham-Renault 1 min 35 s 432
24 Drapeau de l'Inde Narain Karthikeyan HRT-Cosworth 1 min 36 s 734
Temps minimal à réaliser pour la qualification : 1 min 38 s 471 (107 % de 1 min 32 s 029)
  • Michael Schumacher, auteur du treizième temps des qualifications, reçoit une pénalité de dix places pour avoir causé un accident lors du Grand Prix précédent à Singapour. Il s'élance donc de la vingt-troisième place sur la grille de départ[28],[29].
  • Jenson Button, auteur du troisième temps des qualifications, reçoit une pénalité de cinq places pour avoir changé de boîte de vitesses. Il s'élance de la huitième place sur la grille de départ[29],[30].
  • Nico Hülkenberg, auteur du dixième temps des qualifications, reçoit une pénalité de cinq places pour avoir changé de boîte de vitesses. Il s'élance de la quinzième place sur la grille de départ[29],[31].
  • Jean-Éric Vergne, auteur du dix-septième temps des qualifications, reçoit une pénalité de trois places pour avoir gêné Bruno Senna lors de la première phase des qualifications. Il s'élance de la dix-neuvième place sur la grille de départ[29],[32].
Schéma de la grille de qualification du Grand Prix du Japon 2012
La grille de qualification du Grand Prix du Japon 2012.
Schéma de la grille de départ du Grand Prix du Japon 2012
La grille de départ du Grand Prix du Japon 2012.

Course[modifier | modifier le code]

Déroulement de l'épreuve[modifier | modifier le code]

Photographie de l'accident au départ du Grand Prix
Romain Grosjean percute Mark Webber au départ de la course.
Photographie de l'évacuation de la monoplace d'Alonso après l'accident du départ
Évacuation de la monoplace d'Alonso après l'accident du départ.
Photographie de Sebastian Vettel au GP du Japon 2012
Sebastian Vettel remporte le GP du Japon 2012.

Il fait très beau et chaud sur Suzuka au départ du Grand Prix du Japon où les Red Bull sont en première ligne. À l'extinction des feux, Sebastian Vettel, en pole position, s'engouffre en tête dans le premier virage, devant Kamui Kobayashi et Jenson Button, issus de la deuxième ligne. Juste derrière ces pilotes, Fernando Alonso se trouve enfermé à l'extérieur à l'abord du premier virage et doit virer large. Mettant ses roues dans l'herbe, sa monoplace fait une embardée, revient en travers sur la piste et touche légèrement Kimi Räikkönen, ce qui l'envoie en tête-à-queue sur la piste, au milieu de la meute. Le pilote espagnol abandonne quand Räikkönen peut poursuivre sans dommage[33],[34],[35],[36].

Dans le même temps, Romain Grosjean, occupé à contenir Sergio Pérez qui l'attaque sur sa gauche, n'anticipe pas le ralentissement devant lui lié aux frictions du départ et harponne lourdement Mark Webber à la dérive au milieu de la piste. Le Français est sanctionné par un stop-and-go de dix secondes par les commissaires de course quelques minutes plus tard. Bruno Senna pour sa part percute l'arrière de la monoplace de Nico Rosberg, qui doit à son tour abandonner. Le Brésilien est quant à lui puni d'un drive-through par les commissaires de course[33],[34],[35],[36].

Derrière la voiture de sécurité qui est immédiatement entrée en piste, Webber, Grosjean et Senna passent par leur stand pour faire réparer leurs monoplaces tandis que Vettel devance Kobayashi, Button, Felipe Massa, Räikkönen, Sergio Pérez, Lewis Hamilton, Nico Hülkenberg, Pastor Maldonado et Daniel Ricciardo. La course est relancée dès le deuxième passage sur la ligne. Sebastian Vettel contient parfaitement Kobayashi et tous les pilotes parviennent à maintenir leur position face à leurs rivaux. Vettel creuse peu à peu un écart conséquent : au dixième passage, il a un avantage de 6 secondes sur Kobayashi, 8 s sur Button, 9 s sur Massa et 13 s sur Räikkönen[33],[34],[35],[36].

Button, Räikkönen, Hülkenberg et Paul di Resta rentrent changer de pneus dès le treizième tour, Kobayashi et Charles Pic les imitent au tour suivant, Pérez s'arrête au quinzième, Hamilton, Maldonado et Senna au suivant, Vettel, Massa, Ricciardo, Michael Schumacher, Pedro de la Rosa au dix-septième. Quelques instants plus tard, profitant de ses pneus frais, Sergio Pérez tente une attaque sur Button à l'extérieur de l'épingle : il roule sur la partie sale de la piste et abandonne dans le bac à graviers. Au vingtième passage, Vettel possède 10 secondes d'avance sur Massa, 12 s sur Kobayashi, 15 s sur Button ; suivent Räikkönen, Hamilton, Hülkenberg, Maldonado, Webber et Ricciardo. Mark Webber change ses pneus au vingt-sixième tour alors qu'en tête, l'écart entre Vettel et son plus proche poursuivant passe à 13 secondes au vingt-neuvième passage[33],[34],[35],[36].

Räikkönen change ses pneus au trentième tour, Kobayashi, Hamilton, Hülkenberg au suivant, di Resta au trente-deuxième, Maldonado au suivant, Ricciardo et Senna au trente-quatrième, Button au suivant, Massa et Schumacher au trente-sixième et Vettel au suivant[33],[34],[35],[36].

L'Allemand n'a plus qu'à gérer sa course en tête jusqu'au drapeau à damier pour remporter sa troisième victoire de la saison, la deuxième consécutive après la course de Singapour. Derrière lui et Massa, la lutte pour la troisième place s'intensifie à coup de dixièmes de seconde entre Kobayashi et Button qui souhaitent tous deux se mettre en valeur : Kobayashi court devant un public tout acquis à sa cause depuis le début du week-end quand Button, vainqueur l'année précédente, est en couple avec une des icônes locales, Jessica Michibata. Finalement, Felipe Massa et Kamui Kobayashi complètent un podium inhabituel : le Brésilien n'était plus monté sur un podium depuis le Grand Prix de Corée 2010 tandis que le Japonais y monte pour la première fois de sa carrière, qui plus est devant son public. Suivent pour les points Jenson Button, Lewis Hamilton, Kimi Räikkönen, Nico Hülkenberg, Pastor Maldonado, Mark Webber et Daniel Ricciardo[33],[34],[35],[36].

Classement de la course[modifier | modifier le code]

Classement de la course[37]
Pos. no  Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 1 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel SREC Red Bull-Renault 53 1 h 28 min 56 s 242 (207,430 km/h) 1 25
2 6 Drapeau du Brésil Felipe Massa SREC Ferrari 53 + 20 s 639 10 18
3 14 Drapeau du Japon Kamui Kobayashi SREC Sauber-Ferrari 53 + 24 s 538 3 15
4 3 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button SREC McLaren-Mercedes 53 + 25 s 098 8 12
5 4 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton SREC McLaren-Mercedes 53 + 46 s 490 9 10
6 9 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen SREC Lotus-Renault 53 + 50 s 424 7 8
7 12 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg SREC Force India-Mercedes 53 + 51 s 159 15 6
8 18 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado SREC Williams-Renault 53 + 52 s 364 12 4
9 2 Drapeau de l'Australie Mark Webber SREC Red Bull-Renault 53 + 54 s 675 2 2
10 16 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo SREC Toro Rosso-Ferrari 53 + 1 min 06 s 919 14 1
11 7 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher SREC Mercedes 53 + 1 min 07 s 769 23
12 11 Drapeau du Royaume-Uni Paul di Resta SREC Force India-Mercedes 53 + 1 min 23 s 460 11
13 17 Drapeau de la France Jean-Éric Vergne SREC Toro Rosso-Ferrari 53 + 1 min 28 s 645 19
14 19 Drapeau du Brésil Bruno Senna SREC Williams-Renault 53 + 1 min 28 s 709 16
15 20 Drapeau de la Finlande Heikki Kovalainen SREC Caterham-Renault 52 + 1 tour 17
16 24 Drapeau de l'Allemagne Timo Glock Marussia-Cosworth 52 + 1 tour 18
17 21 Drapeau de la Russie Vitaly Petrov SREC Caterham-Renault 52 + 1 tour 22
18 22 Drapeau de l'Espagne Pedro de la Rosa HRT-Cosworth 52 + 1 tour 20
19 10 Drapeau de la France Romain Grosjean SREC Lotus-Renault 51 + 2 tours 4
Abd. 25 Drapeau de la France Charles Pic Marussia-Cosworth 36 Moteur 21
Abd. 23 Drapeau de l'Inde Narain Karthikeyan HRT-Cosworth 32 Fond plat 24
Abd. 15 Drapeau du Mexique Sergio Pérez SREC Sauber-Ferrari 19 Sortie de piste 5
Abd. 5 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso SREC Ferrari 0 Accrochage 6
Abd. 8 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg SREC Mercedes 0 Accrochage 13

Pole position et record du tour[modifier | modifier le code]

Sebastian Vettel décroche la trente-quatrième pole position de sa carrière, sa quatrième consécutive sur le circuit de Suzuka et sa quatrième de la saison. Il réalise également le treizième meilleur tour en course de sa carrière, son quatrième de la saison et son premier sur le circuit de Suzuka.

Tours en tête[modifier | modifier le code]

Sebastian Vettel profite pleinement de sa pole position pour éviter les accrochages de début de course et se porter en tête dans le premier virage. Il s'échappe rapidement devant la meute et prend une confortable avance au fil de la course. En retardant ses arrêts au stand, son équipe lui permet en outre de ne jamais céder sa première place[40].

Classements généraux à l'issue de la course[modifier | modifier le code]

Pilotes[41]
Pos. Pilote Écurie Points
1 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 194
2 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 190
3 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Lotus-Renault 157
4 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton McLaren-Mercedes 152
5 Drapeau de l'Australie Mark Webber Red Bull-Renault 134
6 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button McLaren-Mercedes 131
7 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 93
8 Drapeau de la France Romain Grosjean Lotus-Renault 82
9 Drapeau du Brésil Felipe Massa Ferrari 69
10 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Sauber-Ferrari 66
11 Drapeau du Japon Kamui Kobayashi Sauber-Ferrari 50
12 Drapeau du Royaume-Uni Paul di Resta Force India-Mercedes 44
13 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher Mercedes 43
14 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg Force India-Mercedes 37
15 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado Williams-Renault 33
16 Drapeau du Brésil Bruno Senna Williams-Renault 25
17 Drapeau de la France Jean-Éric Vergne Toro Rosso-Ferrari 8
18 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Toro Rosso-Ferrari 7
Constructeurs[42]
Pos. Écurie Points
1 Drapeau de l'Autriche Red Bull-Renault 324
2 Drapeau du Royaume-Uni McLaren-Mercedes 283
3 Drapeau de l'Italie Ferrari 263
4 Drapeau du Royaume-Uni Lotus-Renault 239
5 Drapeau de l'Allemagne Mercedes 136
6 Drapeau de la Suisse Sauber-Ferrari 116
7 Drapeau de l'Inde Force India-Mercedes 81
8 Drapeau du Royaume-Uni Williams-Renault 58
9 Drapeau de l'Italie Toro Rosso-Ferrari 15

Statistiques[modifier | modifier le code]

Photographie de Kamui Kobayashi fêtant son premier podium en Formule 1 devant son public
Kamui Kobayashi fête son premier podium en Formule 1 devant son public.

Le Grand Prix du Japon 2012 représente :

Au cours de ce Grand Prix :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Formula One Management, « 2012 FORMULA 1 JAPANESE GRAND PRIX PRACTICE 1 », sur formula1.com,‎ 5 octobre 2012 (consulté le 5 octobre 2012)
  2. a et b Daniel Thys, « F1 - Libres 1 : Jenson Button prend la tête », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 5 octobre 2012 (consulté le 5 octobre 2012)
  3. a et b Grégory Demoen, « EL1 : Doublé des pilotes McLaren à Suzuka », sur f1i.com,‎ 5 octobre 2012 (consulté le 5 octobre 2012)
  4. a et b (en) Formula One Administration, « Practice One - McLaren set the Suzuka standard », sur formula1.com,‎ 5 octobre 2012 (consulté le 5 octobre 2012)
  5. a et b Guillaume Navarro, « EL1 - Button honore ses attaches nippones », sur toilef1.com,‎ 5 octobre 2012 (consulté le 5 octobre 2012)
  6. (en) Formula One Management, « 2012 FORMULA 1 JAPANESE GRAND PRIX PRACTICE 2 », sur formula1.com,‎ 5 octobre 2012 (consulté le 5 octobre 2012)
  7. a, b et c Daniel Thys, « F1 - Libres 2 : Mark Webber au top », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 5 octobre 2012 (consulté le 5 octobre 2012)
  8. a, b et c Grégory Demoen, « EL2 : Webber le plus rapide, Schumacher sort de la piste », sur f1i.com,‎ 5 octobre 2012 (consulté le 5 octobre 2012)
  9. a, b et c (en) Formula One Administration, « Practice Two - Webber moves ahead in Japan », sur formula1.com,‎ 5 octobre 2012 (consulté le 5 octobre 2012)
  10. a, b et c Guillaume Navarro, « EL2 - Webber devant, Schumacher et Di Resta dans le mur », sur toilef1.com,‎ 5 octobre 2012 (consulté le 5 octobre 2012)
  11. (en) Formula One Management, « 2012 FORMULA 1 JAPANESE GRAND PRIX PRACTICE 3 », sur formula1.com,‎ 6 octobre 2012 (consulté le 6 octobre 2012)
  12. a, b et c Daniel Thys, « F1 - Libres 3 : Doublé des Red Bull », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 6 octobre 2012 (consulté le 6 octobre 2012)
  13. a, b et c Grégory Demoen, « EL3 : Les Red Bull annoncent la couleur », sur f1i.com,‎ 6 octobre 2012 (consulté le 6 octobre 2012)
  14. a, b et c (en) Formula One Administration, « Final practice - Vettel heads Red Bull one-two », sur formula1.com,‎ 6 octobre 2012 (consulté le 6 octobre 2012)
  15. a, b et c Guillaume Navarro, « EL3 - Les Red Bull affichent leur rythme sur un tour », sur toilef1.com,‎ 6 octobre 2012 (consulté le 6 octobre 2012)
  16. a, b et c Daniel Thys, « F1 - Sebastian Vettel en pole à Suzuka - Q1 20 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 6 octobre 2012 (consulté le 6 octobre 2012)
  17. a, b et c Guillaume Navarro, « Q1 - Grosjean devant, Schumacher passe d’un souffle », sur toilef1.com,‎ 6 octobre 2012 (consulté le 6 octobre 2012)
  18. a, b, c, d, e, f et g (en) Formula One Administration, « Qualifying - Vettel claims fourth successive Suzuka pole », sur formula1.com,‎ 6 octobre 2012 (consulté le 6 octobre 2012)
  19. a, b, c, d, e, f et g Grégory Demoen, « Qualifs : Doublé Red Bull, Räikkönen dans les graviers », sur f1i.com,‎ 6 octobre 2012 (consulté le 6 octobre 2012)
  20. a et b Daniel Thys, « F1 - Hamilton en pole, Maldonado à ses côtés - Q2 15 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 6 octobre 2012 (consulté le 6 octobre 2012)
  21. a et b Guillaume Navarro, « Q2 - Lotus, Red Bull, McLaren et Sauber placent leurs billes », sur toilef1.com,‎ 6 octobre 2012 (consulté le 6 octobre 2012)
  22. a et b Daniel Thys, « F1 - Sebastian Vettel en pole à Suzuka - Q3 10 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 6 octobre 2012 (consulté le 6 octobre 2012)
  23. a et b Guillaume Navarro, « Qualifications - Red Bull blinde la première ligne avec autorité », sur toilef1.com,‎ 6 octobre 2012 (consulté le 6 octobre 2012)
  24. Olivier Ferret, « F1 - Vettel s'en tire avec une simple réprimande », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 6 octobre 2012 (consulté le 6 octobre 2012)
  25. Grégory Demoen, « Vettel convoqué chez les commissaires », sur f1i.com,‎ 6 octobre 2012 (consulté le 6 octobre 2012)
  26. Grégory Demoen, « Vettel conserve sa pole », sur f1i.com,‎ 6 octobre 2012 (consulté le 6 octobre 2012)
  27. (en) Formula One Administration, « 2012 FORMULA 1 JAPANESE GRAND PRIX Qualifying », sur formula1.com,‎ 6 octobre 2012 (consulté le 6 octobre 2012)
  28. « Schumacher sera pénalisé à Suzuka », sur news.sportauto.fr,‎ 23 septembre 2012 (consulté le 6 octobre 2012)
  29. a, b, c et d « Japon 2012 Grille de départ », sur statsf1.com,‎ 6 octobre 2012 (consulté le 6 octobre 2012)
  30. « Button pénalisé de cinq places sur la grille », sur sport365.fr,‎ 2 octobre 2012 (consulté le 6 octobre 2012)
  31. « Hülkenberg pénalisé de cinq places », sur news.sportauto.fr,‎ 6 octobre 2012 (consulté le 6 octobre 2012)
  32. (en) « Vergne penalised for blocking Senna », sur formula1.com,‎ 6 octobre 2012 (consulté le 6 octobre 2012)
  33. a, b, c, d, e et f Daniel Thys, « F1 - Victoire tranquille de Vettel à Suzuka », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 7 octobre 2012 (consulté le 7 octobre 2012)
  34. a, b, c, d, e et f Grégory Demoen, « Course : Vettel domine, Alonso abandonne », sur f1i.com,‎ 7 octobre 2012 (consulté le 7 octobre 2012)
  35. a, b, c, d, e et f Guillaume Navarro, « Course : Vettel 25 / Alonso 0 », sur toilef1.com,‎ 7 octobre 2012 (consulté le 7 octobre 2012)
  36. a, b, c, d, e et f (en) Formula One Management, « Race - Vettel wins at Suzuka to slash Alonso's title advantage », sur formula1.com,‎ 7 octobre 2012 (consulté le 7 octobre 2012)
  37. (en) Formula One Management, « 2012 FORMULA 1 JAPANESE GRAND PRIX », sur formula1.com,‎ 7 octobre 2012 (consulté le 7 octobre 2012)
  38. « Japon 2012 Qualification », sur statsf1.com,‎ 6 octobre 2012 (consulté le 6 octobre 2012)
  39. « Japon 2012 Meilleurs tours », sur statsf1.com,‎ 7 octobre 2012 (consulté le 7 octobre 2012)
  40. « Japon 2012 Tours en tête », sur statsf1.com,‎ 7 octobre 2012 (consulté le 7 octobre 2012)
  41. « Japon 2012 Championnat Pilotes », sur statsf1.com,‎ 7 octobre 2012 (consulté le 7 octobre 2012)
  42. « Japon 2012 Championnat Constructeurs », sur statsf1.com,‎ 7 octobre 2012 (consulté le 7 octobre 2012)
  43. « Sebastian VETTEL Pole positions », sur statsf1.com,‎ 6 octobre 2012 (consulté le 6 octobre 2012)
  44. « Sebastian VETTEL Victoires », sur statsf1.com,‎ 7 octobre 2012 (consulté le 7 octobre 2012)
  45. « Statistiques Pilotes Hat trick (pole position, meilleur tour et victoire) VETTEL Sebastian », sur statsf1.com,‎ 7 octobre 2012 (consulté le 7 octobre 2012)
  46. « Divers Grand chelem (pole position, meilleur tour, victoire et en tête de bout en bout) VETTEL Sebastian », sur statsf1.com,‎ 7 octobre 2012 (consulté le 7 octobre 2012)
  47. « Red Bull Victoires », sur statsf1.com,‎ 7 octobre 2012 (consulté le 7 octobre 2012)
  48. « Renault Victoires », sur statsf1.com,‎ 7 octobre 2012 (consulté le 7 octobre 2012)
  49. « Kamui KOBAYASHI Podiums », sur statsf1.com,‎ 7 octobre 2012 (consulté le 7 octobre 2012)
  50. « Pedro De La ROSA Grands Prix disputés », sur statsf1.com,‎ 8 octobre 2012 (consulté le 8 octobre 2012)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :