Grand Prix automobile de Singapour 2008

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

1° 17′ 22″ N 103° 51′ 32″ E / 1.28944, 103.85889 ()

Grand Prix de Singapour 2008

Tracé de la course

Drapeau Circuit urbain de Singapour

Données de la course
Nombre de tours 61
Longueur du circuit 5,073 km
Distance de course 309,316 km
Résultats
Vainqueur Drapeau de l'EspagneFernando Alonso,
Renault,
h 57 min 16 s 304
(vitesse moyenne : 158,139 km/h)
Pole position Drapeau du Brésil Felipe Massa,
Ferrari,
min 44 s 801
(vitesse moyenne : 174,056 km/h)
Record du tour en course Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen,
Ferrari,
min 45 s 599
(vitesse moyenne : 172,140 km/h)

Le Grand Prix de Singapour 2008, disputé sur le circuit urbain de Singapour le 28 septembre 2008, est la 800e course du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950 et la quinzième manche du championnat 2008.

Première manche du championnat du monde organisée à Singapour, l'épreuve revêt également un caractère historique en étant la toute première course de Formule 1 disputée en nocturne[1]. Cette course est marquée par l'accident volontaire de Nelson Piquet Jr au treizième tour de course, alors que son coéquipier chez Renault Fernando Alonso l'emporte. Cela donnera lieu au scandale du Crashgate. Il sera prouvé que le directeur de l'écurie Flavio Briatore et l'ingénieur Pat Symonds avaient planifié cet accident pour favoriser la victoire du pilote espagnol (provoquant la sortie de la voiture de sécurité juste après son arrêt au stand). Briatore sera radié à vie du monde de la Formule 1 et Symonds suspendu pour cinq ans.

Déroulement de la course[modifier | modifier le code]

Essais libres[modifier | modifier le code]

Vendredi soir 19 h 30[modifier | modifier le code]

L'incident de ravitaillement de Felipe Massa.
Pos Pilote Écurie Chrono Écart
1 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton McLaren-Mercedes 1 min 45 s 518
2 Drapeau du Brésil Felipe Massa Ferrari 1 min 45 s 598 0 s 080
3 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 1 min 45 s 961 0 s 443
4 Drapeau de la Finlande Heikki Kovalainen McLaren-Mercedes 1 min 46 s 463 0 s 945
5 Drapeau de la Pologne Robert Kubica BMW Sauber 1 min 46 s 618 1 s 100
6 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Williams-Toyota 1 min 46 s 710 1 s 192

Vendredi soir 21 h 30[modifier | modifier le code]

Pour la quatrième fois consécutive, Kimi Raïkkonen n'inscrit aucun point.
Pos Pilote Écurie Chrono Écart
1 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Renault 1 min 45 s 654
2 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton McLaren-Mercedes 1 min 45 s 752 0 s 098
3 Drapeau du Brésil Felipe Massa Ferrari 1 min 45 s 793 0 s 139
4 Drapeau de la Finlande Heikki Kovalainen McLaren-Mercedes 1 min 45 s 797 0 s 143
5 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Williams-Toyota 1 min 46 s 164 0 s 510
6 Drapeau de la Pologne Robert Kubica BMW Sauber 1 min 46 s 384 0 s 730

Samedi soir 19 h 00[modifier | modifier le code]

Pos Pilote Écurie Chrono Écart
1 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Renault 1 min 44 s 506
2 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton McLaren-Mercedes 1 min 45 s 119 0 s 613
3 Drapeau du Brésil Felipe Massa Ferrari 1 min 45 s 246 0 s 740
4 Drapeau du Brésil Nelsinho Piquet Renault 1 min 45 s 249 0 s 743
5 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Williams-Toyota 1 min 45 s 386 0 s 880
6 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button Honda 1 min 45 s 409 0 s 903

Grille de départ[modifier | modifier le code]

Pos Pilote Écurie Qualifications 1 Qualifications 2 Qualifications 3
1 Drapeau du Brésil Felipe Massa Ferrari 1 min 44 s 519 1 min 44 s 014 1 min 44 s 801
2 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton McLaren-Mercedes 1 min 44 s 501 1 min 44 s 932 1 min 45 s 465
3 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 1 min 44 s 282 1 min 44 s 232 1 min 45 s 617
4 Drapeau de la Pologne Robert Kubica BMW Sauber 1 min 44 s 740 1 min 44 s 519 1 min 45 s 779
5 Drapeau de la Finlande Heikki Kovalainen McLaren-Mercedes 1 min 44 s 311 1 min 44 s 207 1 min 45 s 873
6 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Toro Rosso-Ferrari 1 min 45 s 042 1 min 44 s 261 1 min 46 s 244
7 Drapeau de l'Allemagne Timo Glock Toyota 1 min 45 s 184 1 min 44 s 441 1 min 46 s 328
8 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Williams-Toyota 1 min 45 s 103 1 min 44 s 429 1 min 46 s 611
9 Drapeau de l'Allemagne Nick Heidfeld BMW Sauber 1 min 45 s 548 1 min 44 s 520 1 min 45 s 964
10 Drapeau du Japon Kazuki Nakajima Williams-Toyota 1 min 45 s 127 1 min 44 s 826 1 min 47 s 547
11 Drapeau de l'Italie Jarno Trulli Toyota 1 min 45 s 642 1 min 45 s 011
12 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button Honda 1 min 45 s 660 1 min 45 s 180
13 Drapeau de l'Australie Mark Webber Red Bull-Renault 1 min 45 s 493 1 min 45 s 283
14 Drapeau du Royaume-Uni David Coulthard Red Bull-Renault 1 min 46 s 028 1 min 45 s 320
15 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Renault 1 min 44 s 971 Pas de temps
16 Drapeau du Brésil Nelsinho Piquet Renault 1 min 46 s 037
17 Drapeau de la France Sébastien Bourdais Toro Rosso-Ferrari 1 min 46 s 389
18 Drapeau du Brésil Rubens Barrichello Honda 1 min 46 s 583
19 Drapeau de l'Allemagne Adrian Sutil Force India-Ferrari 1 min 47 s 940
20 Drapeau de l'Italie Giancarlo Fisichella Force India-Ferrari Pas de temps
La grille de départ du Grand Prix

Classement de la course[modifier | modifier le code]

Le podium du Grand Prix.
Fernando Alonso et Renault (qui n'avait plus gagné depuis le GP du Japon 2006) signent une victoire qui fera scandale un an plus tard
La monoplace de Nelsinho Piquet, volontairement crashée par son pilote, sur ordre de son écurie, afin de favoriser le résultat de son coéquipier Alonso
Pos No Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 5 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Renault 61 1 h 57 min 16 s 304 (158,139 km/h) 15 10
2 7 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Williams-Toyota 61 + 2 s 957 8 8
3 22 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton McLaren-Mercedes 61 + 5 s 917 2 6
4 12 Drapeau de l'Allemagne Timo Glock Toyota 61 + 8 s 155 7 5
5 15 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Toro Rosso-Ferrari 61 + 10 s 268 6 4
6 3 Drapeau de l'Allemagne Nick Heidfeld BMW Sauber 61 + 11 s 101 9 3
7 9 Drapeau du Royaume-Uni David Coulthard Red Bull-Renault 61 + 16 s 387 14 2
8 8 Drapeau du Japon Kazuki Nakajima Williams-Toyota 61 + 18 s 489 10 1
9 16 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button Honda 61 + 19 s 885 12
10 23 Drapeau de la Finlande Heikki Kovalainen McLaren-Mercedes 61 + 26 s 902 5
11 4 Drapeau de la Pologne Robert Kubica BMW Sauber 61 + 27 s 975 4
12 14 Drapeau de la France Sébastien Bourdais Toro Rosso-Ferrari 61 + 29 s 432 17
13 2 Drapeau du Brésil Felipe Massa Ferrari 61 + 35 s 170 1
14 21 Drapeau de l'Italie Giancarlo Fisichella Force India-Ferrari 61 + 43 s 571 20
15 1 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 57 Accident 3
Abd. 11 Drapeau de l'Italie Jarno Trulli Toyota 50 Hydraulique 11
Abd. 20 Drapeau de l'Allemagne Adrian Sutil Force India-Ferrari 49 Accident 19
Abd. 10 Drapeau de l'Australie Mark Webber Red Bull-Renault 29 Boîte de vitesses 13
Abd. 17 Drapeau du Brésil Rubens Barrichello Honda 14 Électricité 18
Abd. 6 Drapeau du Brésil Nelsinho Piquet Renault 13 Accident 16


Profitant de sa pole position, Felipe Massa s'échappe peu à peu, poursuivi par Lewis Hamilton qui perd progressivement son avance sur Kimi Räikkönen.

Le tournant de la course a lieu au 13e tour lorsque Nelsinho Piquet part à la faute et crashe sa monoplace contre un muret. La voiture de sécurité est envoyée en piste pour une longue neutralisation de l'épreuve juste après que Fernando Alonso est entré aux stands pour ravitailler.

Le ravitaillement de Massa tourne à la catastrophe lorsque celui-ci, suite à une erreur de son équipe, arrache le tuyau d'alimentation en essence : il reprend la piste en dernière position. À ce moment de la course, Nico Rosberg est en tête devant Jarno Trulli et Giancarlo Fisichella mais les deux Italiens n'ont pas encore ravitaillé tandis que l'Allemand écope d'un drive-through pour avoir ravitaillé alors que la pit-lane était fermée (il en sera de même pour Robert Kubica). Si Rosberg réussit à sauver une troisième place, le Polonais sombre dans le classement tandis qu'Alonso, qui, lui, a ravitaillé au bon moment, prend la tête de la course et signe le premier succès de Renault F1 Team depuis deux ans.

Rosberg réussit à préserver sa deuxième place devant Hamilton. En fin de course, Adrian Sutil heurte le muret, ce qui provoque une nouvelle sortie du safety-car et Räikkönen part également à la faute en tentant de dépasser Timo Glock pour le gain de la quatrième place. Sebastian Vettel, Nick Heidfeld, David Coulthard et Kazuki Nakajima se partagent les derniers points tandis que les pilotes Ferrari réalisent la mauvaise opération du jour en se classant tous deux hors des points.

Pole position et record du tour[modifier | modifier le code]

Tours en tête[modifier | modifier le code]

Classements généraux à l'issue de la course[modifier | modifier le code]

Pilotes
Pos Pilote Écurie Points
1 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton McLaren-Mercedes 84
2 Drapeau du Brésil Felipe Massa Ferrari 77
3 Drapeau de la Pologne Robert Kubica BMW Sauber 64
4 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 57
5 Drapeau de l'Allemagne Nick Heidfeld BMW Sauber 56
6 Drapeau de la Finlande Heikki Kovalainen McLaren-Mercedes 51
7 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Renault 38
8 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Toro Rosso-Ferrari 27
9 Drapeau de l'Italie Jarno Trulli Toyota 26
10 Drapeau de l'Allemagne Timo Glock Toyota 20
11 Drapeau de l'Australie Mark Webber Red Bull-Renault 20
12 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Williams-Toyota 17
13 Drapeau du Brésil Nelsinho Piquet Renault 13
14 Drapeau du Brésil Rubens Barrichello Honda 11
15 Drapeau du Japon Kazuki Nakajima Williams-Toyota 9
16 Drapeau du Royaume-Uni David Coulthard Red Bull-Renault 8
17 Drapeau de la France Sébastien Bourdais Toro Rosso-Ferrari 4
18 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button Honda 3
19 Drapeau de l'Italie Giancarlo Fisichella Force India-Ferrari 0
20 Drapeau de l'Allemagne Adrian Sutil Force India-Ferrari 0
21 Drapeau du Japon Takuma Satō Super Aguri-Honda 0
22 Drapeau du Royaume-Uni Anthony Davidson Super Aguri-Honda 0
Constructeurs
Pos Écurie Points
1 Drapeau du Royaume-Uni McLaren-Mercedes 135
2 Drapeau de l'Italie Ferrari 134
3 Drapeau de l'Allemagne BMW Sauber 120
4 Drapeau de la France Renault 51
5 Drapeau du Japon Toyota 46
6 Drapeau de l'Italie Toro Rosso-Ferrari 31
7 Drapeau de l'Autriche Red Bull-Renault 28
8 Drapeau du Royaume-Uni Williams-Toyota 26
9 Drapeau du Japon Honda 14
10 Drapeau de l'Inde Force India-Ferrari 0
11 Drapeau du Japon Super Aguri-Honda 0

Polémique du Grand Prix automobile de Singapour 2008[modifier | modifier le code]

Depuis le 30 août 2009, ce Grand Prix fait l'objet d'une enquête officielle de la Fédération internationale de l'automobile car l'écurie Renault est soupçonnée de tricherie. La sortie de route de Nelsinho Piquet aurait été planifiée par Flavio Briatore et Pat Symonds afin de favoriser la victoire de son coéquipier Fernando Alonso. Ce dernier a ravitaillé au 12e tour de la course, juste avant l'accident de Piquet et la sortie de la voiture de sécurité. Alonso a ainsi eu l'opportunité de dépasser les autres concurrents par le biais des passages aux stands.

Le 16 septembre 2009, quelques jours avant son audition devant le Conseil Mondial du Sport Automobile de la FIA, Renault limoge Pat Symonds et Flavio Briatore et annonce ne pas contester les allégations de la FIA concernant le Grand Prix de Singapour 2008[3].

Le 21 septembre, le tribunal de la FIA énonce son verdict : « A l'occasion d'une réunion extraordinaire du Conseil Mondial du Sport Automobile tenue à Paris le 21 septembre 2009, ING Renault F1 Team a reconnu que l'équipe avait planifié avec son pilote Nelson Piquet Jr de causer délibérément un accident lors du Grand Prix de Singapour 2008, allant à l'encontre du Code Sportif International et de la Règlementation Sportive de la F1. Renault F1 a déclaré lors de l'audience avoir mené une enquête interne qui a trouvé que Flavio Briatore, Pat Symonds et Nelson Piquet Jr avaient conspiré de causer un accident et qu'aucune autre personne de l'équipe n'était impliquée dans la manigance. »[4].

À l'issue de la délibération du Conseil Mondial du Sport Automobile, Flavio Briatore et Pat Symonds sont reconnus coupables de tricherie : Briatore est radié à vie du monde de la Formule 1 et Symonds écope d'une exclusion de 5 ans. L'écurie Renault, quant à elle, est suspendue deux saisons avec sursis[5].

Le 5 janvier 2010, le tribunal de grande instance de Paris, saisi par Flavio Briatore, donne raison à l'Italien qui contestait sa radiation à vie. La décision de la FIA est jugée irrégulière par la cour française qui annule la radiation à vie prononcée par la FIA, et la condamne à 15000 euros de dommages et intérêts. Le TGI a également enjoint la FIA à notifier ses membres et licenciés du retrait de ces dispositions dans les quinze jours, sous astreinte de 10 000 euros par jour de retard. Le jugement doit aussi être publié dans la presse. L'ancien directeur technique Pat Symonds, suspendu pour cinq ans, a également obtenu gain de cause et 5 000 € d'indemnités[6],[7]

Le 11 janvier 2010, la FIA décide de faire appel de la décision rendue le 5 janvier par le tribunal de grande instance de Paris[8].

Le 12 avril 2010, Flavio Briatore et Pat Symonds ont chacun fait une offre au président de la FIA en vue de mettre un terme aux procédures judiciaires en cours. Reconnaissant leur responsabilité dans l'accident volontaire de Nelsinho Piquet, ils ont exprimé leurs regrets, présenté leurs excuses à la FIA et se sont engagés à s'abstenir de toute fonction en F1 jusqu'à fin 2012 et dans toute autre compétition de la FIA jusqu'à la fin de saison 2011. En retour, ils ont demandé à la FIA de renoncer à la procédure d'appel en cours ainsi qu'à toute nouvelle action à leur encontre. Jean Todt, président de la FIA a estimé qu’il est dans l'intérêt de la FIA d'accepter cette solution qui met un point final au Singaporegate[9].


Statistiques[modifier | modifier le code]

  • 800e Grand Prix du championnat du monde de Formule 1.
  • 1er Grand Prix disputé en nocturne.
  • 14e pole position de sa carrière pour Felipe Massa.
  • 20e victoire de sa carrière pour Fernando Alonso, la première depuis Monza en 2007.
  • 34e victoire pour Renault en tant que constructeur, la première depuis le Grand Prix du Japon en 2006.
  • 114e victoire pour Renault en tant que motoriste.
  • Nico Rosberg effectue ses premiers kilomètres en tête d'un Grand Prix (11 tours, soit 56 km).
  • 25e arrivée consécutive parmi les pilotes classés pour Nick Heidfeld qui bat le record établi par Michael Schumacher entre les GP de Hongrie en 2001 et de Malaisie en 2003.
  • Pour la première fois depuis 46 Grands Prix (Australie 2006), aucune Ferrari ne se classe dans les points.
  • L'ancien pilote de Formule 1 Alexander Wurz était exceptionnellement au volant de la voiture médicale en remplacement du docteur français Jacques Tropenat indisponible suite à une infection de l'oreille lui provoquant des vertiges. Son copilote était toujours le docteur Gary Hartstein.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) GP de Singapour - La permission de minuit eurosport.fr, 24 septembre 2008
  2. (en) Heidfeld hit with grid penalty autosport.com, 28 septembre 2008
  3. Renault et le "Singapourgate", sur f1-live.com, consulté le 16/09/09
  4. Délibéré du Conseil Mondial du Sport Automobile, sur gpupdate.net, consulté le 21/09/09
  5. [1], sur lemonde.fr, consulté le 21/09/09
  6. Briatore gagne face à la FIA sur f1.gpupdate.net, consulté le 5 décembre 2010
  7. Briatore gagne face à la FIA sur fr.espnf1.com, consulté le 5 décembre 2010
  8. La FIA fait appel, sur autohebdo.fr, consulté le 11 janvier 2010
  9. Dénouement de l'affaire, sur toilef1.com, consulté le 12 avril 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]