Grand Prix automobile de Singapour 2012

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Grand Prix de Singapour 2012

Tracé de la course

Drapeau Circuit urbain de Singapour

Données de la course
Nombre de tours 59 (course interrompue après deux heures)
Longueur du circuit 5,073 km
Distance de course 299,170 km
Résultats
Vainqueur Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel,
Red Bull-Renault,
h 0 min 26 s 144
(vitesse moyenne : 149,044 km/h)
Pole position Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton,
McLaren-Mercedes,
min 46 s 362
(vitesse moyenne : 171,704 km/h)
Record du tour en course Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg,
Force India-Mercedes,
min 51 s 033
(vitesse moyenne : 164,481 km/h)

Le Grand Prix automobile de Singapour 2012 (2012 Formula 1 SingTel Singapore Grand Prix), disputé le 23 septembre 2012 sur le circuit urbain de Singapour, est la quatorzième manche du championnat 2012. Il s'agit de la cinquième édition du Grand Prix de Singapour comptant pour le championnat du monde.

Sur le tracé urbain qui voit le Grand Prix se dérouler de nuit, Lewis Hamilton, auteur du meilleur temps des qualifications, prend un bon envol et gère son avance jusqu'à être victime d'un problème de boîte de vitesses. Après l'abandon du Britannique, Sebastian Vettel, champion du monde en titre mais sevré de victoires depuis Bahreïn, fait la course en tête. L'épreuve est marquée par deux interventions de la voiture de sécurité qui ralentissent le peloton au point d'empêcher la course d'aller à son terme et d'être arrêtée au bout de deux heures. À la faveur de sa victoire, Vettel se replace en deuxième position du championnat du monde des pilotes avec 165 points mais Fernando Alonso, troisième de l'épreuve, possède toujours une belle avance en tête avec 194 points. À l'issue de la course, dix-huit des vingt-cinq pilotes en lice au championnat ont marqué au moins un point.

Chez les constructeurs, l'abandon d'Hamilton conjugué à la victoire de Vettel profite à Red Bull Racing (297 points), qui reprend ses distances avec ses poursuivants. Deuxième, McLaren (261 points) accuse désormais 38 points de retard sur la tête mais devance toujours Ferrari (245 points) et Lotus (217 points). À la fin du Grand Prix, neuf des douze écuries engagées au championnat ont marqué des points, Caterham, Marussia et HRT n'en ayant pas encore inscrit.

Essais libres[modifier | modifier le code]

Première séance, vendredi soir de 18 h 30 à 20 h[modifier | modifier le code]

Photographie de Narain Karthikeyan à Singapour
Narain Karthikeyan abandonne sur accident à Singapour.
Photographie de Pedro de la Rosa à Singapour
Pedro de la Rosa, en terminant dix-septième, égale son meilleur résultat de la saison à Singapour.
Temps réalisés par les six premiers de la première séance d'essais libres[1]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 1 min 50 s 566
2 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton McLaren-Mercedes 1 min 50 s 615 + 0 s 049
3 Drapeau de la Grande-Bretagne Jenson Button McLaren-Mercedes 1 min 51 s 459 + 0 s 893
4 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 1 min 51 s 525 + 0 s 959
5 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado Williams-Renault 1 min 51 s 576 + 1 s 010
6 Drapeau de l'Australie Mark Webber Red Bull-Renault 1 min 51 s 655 + 1 s 089

La température de l'air et de la piste est de 29 °C au départ de la première séance d'essais libres du Grand Prix de Singapour. Comme un orage s'est abattu sur le circuit le matin et que la piste est encore humide, les pilotes effectuent leur tour d'installation en pneus intermédiaires. Nico Rosberg prend pour sa part la piste en pneus pluie car il a des difficultés à maîtriser sa voiture et manque même d'être percuté par son équipier Michael Schumacher, lui aussi en délicatesse avec sa tenue de route. Après un quart d'heure, Timo Glock fixe le temps de référence en 2 min 24 s 476[2],[3],[4],[5].

Plusieurs pilotes se relaient en tête du classement : Jean-Éric Vergne tourne en 2 min 09 s 854 et améliore ensuite en 2 min 04 s 866, Romain Grosjean le bat avec un tour bouclé en 2 min 03 s 568 mais Nico Hülkenberg fait encore mieux en 2 min 02 s 852 avant que Fernando Alonso ne prenne la tête en 2 min 01 s 573[2],[3],[4],[5].

À la mi-séance, les pilotes profitent de l'assèchement de la piste pour passer en pneus slicks et les performances s'améliorent nettement. Kamui Kobayashi tourne en 2 min 01 s 030 et améliore son temps à chaque tour : 1 min 58 s 550, 1 min 55 s 651 et 1 min 54 s 017. Nico Rosberg prend la tête en 1 min 53 s 416 avant d'être battu par Kimi Räikkönen (1 min 53 s 268 puis 1 min 52 s 716)[2],[3],[4],[5].

Romain Grosjean effectue un passage très appuyé sur les vibreurs du virage no 10 et endommage en partie son système de suspension tandis que Michael Schumacher doit rentrer au stand afin de faire réparer son aileron avant. Sergio Pérez prend le commandement en 1 min 52 s 296 mais en est délogé par Sebastian Vettel en 1 min 51 s 986 et Nico Hülkenberg en 1 min 51 s 864. En fin de séance, Pastor Maldonado réussit à améliorer en 1 min 51 s 756 mais Sebastian Vettel (1 min 51 s 367) et Lewis Hamilton (1 min 51 s 172, 1 min 50 s 615) se hissent en haut du classement. Pastor Maldonado fait un tout-droit dans l'échappatoire après un gros blocage de roue et évite de justesse le muret. Finalement Sebastian Vettel établit le meilleur temps de la séance en 1 min 50 s 566[2],[3],[4],[5].

Deuxième séance, vendredi soir de 22 h à 23 h 30[modifier | modifier le code]

Photographie de Fernando Alonso à Singapour
Fernando Alonso se classe troisième de cette séance d'essais à Singapour.
Photographie de Romain Grosjean à Singapour
Romain Grosjean à Singapour.
Temps réalisés par les six premiers de la deuxième séance d'essais libres[6]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 1 min 48 s 340
2 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button McLaren-Mercedes 1 min 48 s 651 + 0 s 311
3 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 1 min 48 s 896 + 0 s 556
4 Drapeau de l'Australie Mark Webber Red Bull-Renault 1 min 48 s 964 + 0 s 624
5 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton McLaren-Mercedes 1 min 49 s 086 + 0 s 746
6 Drapeau du Royaume-Uni Paul di Resta Force India-Mercedes 1 min 49 s 300 + 0 s 960

La température ambiante est de 28 °C et la piste est à 27 °C au départ de la deuxième séance d'essais libres. Il fait désormais nuit et c'est sous un éclairage artificiel que les pilotes s'élancent pour boucler un premier tour d'installation à l'issue duquel Sergio Pérez fixe le temps de référence en 1 min 54 s 830. Jean-Éric Vergne améliore en 1 min 53 s 632 mais ne conserve pas longtemps la tête : Paul di Resta tourne en 1 min 51 s 414, Jenson Button en 1 min 50 s 837, Lewis Hamilton en 1 min 50 s 561 et Sebastian Vettel, qui pourtant se plaint d'un manque d'adhérence à l'avant lors des freinages, en 1 min 50 s 497[7],[8],[9],[10].

Red Bull Racing essaie des ailerons avant différents pour ses deux pilotes Mark Webber et Sebastian Vettel tandis que la Scuderia Ferrari teste un nouvel aileron arrière. Lewis Hamilton repasse ensuite en tête en 1 min 50 s 074. À la mi-séance, Bruno Senna part en tête-à-queue et tape légèrement le muret après une erreur dans le virage no 21, endommageant la suspension arrière gauche de sa Williams. La séance est interrompue par un drapeau rouge afin de permettre l'évacuation de sa monoplace[7],[8],[9],[10].

La session est relancée pour quarante-cinq minutes et Felipe Massa, en pneus tendres, prend immédiatement la tête en 1 min 50 s 039. La plupart des pilotes choisit de passer aux pneus tendres et, ainsi chaussé, Hamilton repasse en tête en 1 min 49 s 086. Mark Webber améliore en 1 min 48 s 964, Fernando Alonso, qui est revenu à son ancien aileron, le nouveau ne donnant pas satisfaction, en 1 min 48 s 896 et Jenson Button en 1 min 48 s 651. Sergio Pérez manque de peu de percuter le muret mais repart sans problèmes tandis que son coéquipier Kamui Kobayashi part en tête-à-queue, sans toucher les murets. Sebastian Vettel, en 1 min 48 s 340, confirme finalement sa performance de la séance précédente[7],[8],[9],[10].

Troisième séance, samedi soir de de 19 h à 20 h[modifier | modifier le code]

Photographie de Pastor Maldonado à Singapour
Pastor Maldonado abandonne sur panne hydraulique à Singapour.
Photographie de Felipe Massa à Singapour
Felipe Massa termine huitième du GP de Singapour.
Photographie de Paul di Resta à Singapour
Paul di Resta à Singapour.
Temps réalisés par les six premiers de la deuxième séance d'essais libres[11]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 1 min 47 s 947
2 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton McLaren-Mercedes 1 min 48 s 272 + 0 s 325
3 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 1 min 48 s 623 + 0 s 676
4 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg Force India-Mercedes 1 min 48 s 859 + 0 s 912
5 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Lotus-Renault 1 min 48 s 865 + 0 s 918
6 Drapeau du Brésil Felipe Massa Ferrari 1 min 49 s 458 + 1 s 511

La température ambiante est de 30 °C et la piste est à 33 °C, il ne pleut pas et la piste est sèche au départ de la dernière séance d'essais libres du Grand Prix de Singapour. Pedro de la Rosa, qui a terminé avant-dernier de la deuxième séance, à plus de six secondes du meilleur temps de Sebastian Vettel, est pénalisé de cinq places sur la grille de départ car son équipe a procédé au remplacement de sa boîte de vitesses avant le début de cette session[12],[13].

Les pilotes s'élancent immédiatement en piste pour boucler un premier tour d'installation et Kimi Räikkönen fixe le temps de référence en 1 min 52 s 594 avant d'améliorer en 1 min 52 s 018. Nico Hülkenberg prend un temps la tête avec un tour bouclé en 1 min 51 s 201 mais doit s'effacer derrière Lewis Hamilton (1 min 50 s 730) et son coéquipier Jenson Button (1 min 50 s 524). Hamilton améliore en 1 min 50 s 223, Fernando Alonso fait mieux (1 min 50 s 075) mais Sebastian Vettel est encore plus performant (1 min 49 s 614)[14],[15],[16],[17].

En fin de session, les pilotes choisissent de chausser leurs pneus tendres pour préparer la qualification et Vettel réussit à améliorer sa performance en 1 min 47 s 947. Quelques minutes plus tard, Vitaly Petrov immobilise sa Caterham à l'entrée de la voie des stands après avoir cassé sa suspension en tapant le mur dans le dernier virage : la séance est interrompue par un drapeau rouge, trois minutes avant le drapeau à damier, et ne reprend pas. Vettel signe donc le meilleur temps de la session et confirme ses performances établies la veille tandis que son coéquipier Mark Webber, tout comme Sergio Pérez, a légèrement touché un rail : les deux pilotes ont dû rentrer à leur stand, victimes de crevaisons[14],[15],[16],[17].

À l'issue de la séance, Charles Pic reçoit une pénalité de 20 secondes ajoutées à son temps final en course sur décision du collège de commissaires. Le pilote français est accusé d'avoir dépassé une autre voiture après avoir passé quatre drapeaux rouges agités après l'accident de Vitaly Petrov en fin de séance. Cette sanction se double d'une action obligatoire de promotion au bénéfice de la FIA : « Une peine de vingt secondes sera ajoutée au temps de course du pilote en plus de quoi le pilote et son ingénieur devront effectuer une journée au bénéfice de l'action de la FIA pour la sécurité routière, selon les instructions du président de la FIA[18],[19]. »

Séance de qualifications[modifier | modifier le code]

Résultats des qualifications[modifier | modifier le code]

Session Q1[modifier | modifier le code]

Photographie de Charles Pic à Singapour
Charles Pic, sur Marussia, échoue en Q1.

La nuit est tombée sur Singapour au départ de la séance de qualification. La température ambiante est de 28 °C tandis que la température de la piste, de 30 °C, va rapidement baisser tout au long de la séance. Le taux d'humidité devient accablant pour les pilotes puisqu'il atteint les 73 %. Les pilotes s'élancent les uns après les autres dès l'ouverture de la piste et Sergio Pérez effectue le premier tour chronométré en 1 min 52 s 725[20],[21],[22],[23].

Romain Grosjean se porte ensuite en tête en 1 min 52 s 725 mais est battu par Pastor Maldonado en 1 min 49 s 976. Fernando Alonso tourne alors en 1 min 49 s 511 mais Maldonado reprend les rênes en 1 min 49 s 494. Nico Rosberg se porte en tête avec un tour bouclé en 1 min 49 s 463 mais Alonso reprend son bien avec un temps de 1 min 49 s 391 avant d'être battu par Lewis Hamilton en 1 min 48 s 285[20],[21],[22],[23].

Durant les dernières minutes de la session, certains chaussent des pneus tendres pour améliorer leurs performances. En effet, un écart de plus d'une seconde et demie au tour est constaté entre les deux types de pneumatiques Pirelli. Kimi Räikkönen et son coéquipier Romain Grosjean, dont la monoplace est peu en verve sur le tracé singapourien avec les pneus durs, changent donc de pneus et Räikkönen boucle son meilleur tour en 1 min 48 s 169 quand Paul di Resta prend la tête du classement en 1 min 48 s 028 et que Grosjean se hisse encore plus haut sur la feuille des temps (1 min 47 s 688), ce qui contraint de nombreux pilotes à ressortir. Comme précédemment en essais libres, Bruno Senna touche le muret et endommage sa suspension arrière[20],[21],[22],[23].

Les sept pilotes éliminés sont Pedro de la Rosa et son équipier Narain Karthikeyan, Timo Glock et son équipier Charles Pic, Heikki Kovalainen et son équipier Vitaly Petrov, et Kamui Kobayashi[20],[21],[22],[23].

Session Q2[modifier | modifier le code]

Photographie de Kimi Räikkönen à Singapour
Kimi Räikkönen échoue à se qualifier pour la session Q3.

Les dix-sept pilotes en lice s'élancent immédiatement et Fernando Alonso établit le premier tour chronométré en 1 min 48 s 058 mais est aussitôt relayé en tête du classement par Sebastian Vettel (1 min 46 s 791) puis Lewis Hamilton (1 min 46 s 665). Les deux pilotes de l'écurie Lotus F1 Team, Romain Grosjean et Kimi Räikkönen, chaussent leurs pneus les plus tendres dès l'entame de la séance pour maximiser leurs chances de qualification. Romain Grosjean manque un freinage et finit sa route contre un muret avec un choc latéral ; il parvient néanmoins à regagner les stands mais recule en fond de classement et risque de ne pas pouvoir poursuivre en Q3[24],[25],[22],[23].

Dans les derniers instants de la session, tous les pilotes se relancent pour tenter d'améliorer leur temps, sauf les trois premiers du classement que sont Hamilton, Vettel et Jenson Button. À trois minutes de la fin de séance, Romain Grosjean, qui n'est que seizième, peut enfin reprendre la piste et réussit à établir un temps lui permettant d'accéder à la Q3. Mark Webber, sous investigation des commissaires de course pour avoir gêné Timo Glock dans son tour lancé en Q1, échappe à une pénalité. Bruno Senna percute un muret et endommage sérieusement sa monoplace : c'est la troisième fois du week-end qu'il doit abandonner sa session à la suite d'un accident[24],[25],[22],[23].

Personne ne parvient à battre le meilleur temps de Lewis Hamilton et les sept pilotes éliminés sont Bruno Senna, Jean-Éric Vergne, son coéquipier Daniel Ricciardo, Sergio Pérez, Felipe Massa, Kimi Räikkönen et Nico Hülkenberg[24],[25],[22],[23].

Session Q3[modifier | modifier le code]

Photographie de Michael Schumacher à Singapour
Michael Schumacher se qualifie à la neuvième place sur la grille de départ.

Lewis Hamilton, son coéquipier Jenson Button et Sebastian Vettel s'élancent dès l'ouverture de la piste et Hamilton prend la tête dès sa première tentative en bouclant un tour en 1 min 46 s 362, meilleur temps du week-end. Hamilton devance Button (1 min 47 s 238) et Vettel (1 min 47 s 694) alors que les autres pilotes n'ont toujours pas effectué de tour chronométré[26],[27],[22],[23].

À l'exception des deux pilotes Mercedes, Michael Schumacher et Nico Rosberg, qui choisissent de ne pas participer à cette session afin de garder un train de pneus neufs pour la course qui risque d'être marquée par une forte dégradation des gommes, tous les pilotes sont en piste en fin de séance, mais personne ne bat le temps d'Hamilton qui devance finalement Pastor Maldonado, Sebastian Vettel, Jenson Button, Fernando Alonso, Paul di Resta, Mark Webber, Romain Grosjean, Michael Schumacher et Nico Rosberg[26],[27],[22],[23].

Grille de départ[modifier | modifier le code]

Résultats des qualifications[28]
Pos. Pilote Écurie Qualifications 1 Qualifications 2 Qualifications 3
1 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton SREC McLaren-Mercedes 1 min 48 s 285 1 min 46 s 665 1 min 46 s 362
2 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado SREC Williams-Renault 1 min 49 s 494 1 min 47 s 602 1 min 46 s 804
3 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel SREC Red Bull-Renault 1 min 48 s 240 1 min 46 s 791 1 min 46 s 905
4 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button SREC McLaren-Mercedes 1 min 49 s 381 1 min 47 s 661 1 min 46 s 939
5 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso SREC Ferrari 1 min 49 s 391 1 min 47 s 567 1 min 47 s 216
6 Drapeau du Royaume-Uni Paul di Resta SREC Force India-Mercedes 1 min 48 s 028 1 min 47 s 667 1 min 47 s 241
7 Drapeau de l'Australie Mark Webber SREC Red Bull-Renault 1 min 48 s 717 1 min 47 s 513 1 min 47 s 475
8 Drapeau de la France Romain Grosjean SREC Lotus-Renault 1 min 47 s 668 1 min 47 s 529 1 min 47 s 788
9 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher SREC Mercedes 1 min 49 s 546 1 min 47 s 823 Pas de temps
10 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg SREC Mercedes 1 min 49 s 463 1 min 47 s 943 Pas de temps
11 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg SREC Force India-Mercedes 1 min 49 s 547 1 min 47 s 975
12 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen SREC Lotus-Renault 1 min 48 s 169 1 min 48 s 261
13 Drapeau du Brésil Felipe Massa SREC Ferrari 1 min 49 s 767 1 min 48 s 344
14 Drapeau du Mexique Sergio Pérez SREC Sauber-Ferrari 1 min 49 s 055 1 min 48 s 505
15 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo SREC Toro Rosso-Ferrari 1 min 49 s 023 1 min 48 s 774
16 Drapeau de la France Jean-Éric Vergne SREC Toro Rosso-Ferrari 1 min 49 s 564 1 min 48 s 849
17 Drapeau du Brésil Bruno Senna SREC Williams-Renault 1 min 49 s 809 Pas de temps
18 Drapeau du Japon Kamui Kobayashi SREC Sauber-Ferrari 1 min 49 s 933
19 Drapeau de la Russie Vitaly Petrov SREC Caterham-Renault 1 min 50 s 846
20 Drapeau de la Finlande Heikki Kovalainen SREC Caterham-Renault 1 min 51 s 137
21 Drapeau de l'Allemagne Timo Glock Marussia-Cosworth 1 min 51 s 370
22 Drapeau de la France Charles Pic Marussia-Cosworth 1 min 51 s 762
23 Drapeau de l'Inde Narain Karthikeyan HRT-Cosworth 1 min 52 s 372
24 Drapeau de l'Espagne Pedro de la Rosa HRT-Cosworth 1 min 53 s 355
Temps minimal à réaliser pour la qualification : 1 min 55 s 226 (107 % de 1 min 47 s 668)
  • Pedro de la Rosa, auteur du vingt-quatrième temps des qualifications, reçoit une pénalité de cinq places pour avoir changé de boîte de vitesses. Cette sanction ne change pas sa position sur la grille puisqu'il était dernier des pilotes en lice pour la qualification[29].
  • Bruno Senna, auteur du dix-septième temps des qualifications, reçoit une pénalité de cinq places pour avoir changé de boîte de vitesses à l'issue de la séance de qualification. Il s'élance de la vingt-deuxième place sur la grille de départ[30].
Schéma de la grille de qualification du Grand Prix de Singapour 2012
La grille de qualification du Grand Prix de Singapour 2012.
Schéma de la grille de départ du Grand Prix de Singapour 2012
La grille de départ du Grand Prix de Singapour 2012.

Course[modifier | modifier le code]

Déroulement de l'épreuve[modifier | modifier le code]

Photographie de Romain Grosjean à Singapour
Blocage de roue au freinage pour Romain Grosjean.
Photographie de Lewis Hamilton à Singapour
Lewis Hamilton abandonne alors qu'il mène le Grand Prix.
Photographie de Sebastian Vettel à Singapour
Sebastian Vettel remporte le GP de Singapour.

La nuit est déjà tombée au moment où les voitures s'alignent sur la grille de départ. À l'extinction des feux, Lewis Hamilton, en pole position, prend immédiatement la tête de la course quand Pastor Maldonado, deuxième sur la grille, perd quelques places au profit de Sebastian Vettel et Jenson Button. Plus loin dans le peloton, Vitaly Petrov est heurté par son coéquipier Heikki Kovalainen et doit faire changer son aileron avant tandis que Felipe Massa est victime d'une crevaison. Les deux hommes repassent par leur stand dès la fin du tour et chaussent des pneus durs[31],[32],[33],[34].

Au premier passage sur la ligne, Hamilton devance Vettel, Button, Maldonado, Fernando Alonso, Paul di Resta, Mark Webber, Romain Grosjean, Nico Rosberg, Michael Schumacher, Kimi Räikkönen, Nico Hülkenberg et Sergio Pérez. Hamilton et Vettel s'échappent immédiatement, Button suit à plus de 5 secondes dès le troisième tour, Maldonado est à près de 7 secondes et Alonso à 9 secondes. À l'arrière, Felipe Massa, en pneus neufs, est le plus rapide en piste[31],[32],[33],[34].

Au septième passage, Hamilton a 2 secondes sur Vettel, 6 s sur Button, 9 s sur Maldonado, 12 s sur Alonso, 15 s sur di Resta, 16 s sur Webber, 19 s sur Grosjean, 20 s sur Rosberg et 22 s sur Schumacher. Mark Webber s'arrête le premier changer ses pneus dès le huitième tour quant Button revient sur son coéquipier, lui aussi en difficulté avec ses pneus. Timo Glock tape légèrement le mur mais peut continuer. Vettel et Senna s'arrêtent au dixième tour, Alonso, Schumacher et Daniel Ricciardo au suivant, Hamilton, di Resta, Rosberg, Jean-Éric Vergne et Heikki Kovalainen au douzième, Maldonado, Räikkönen et Timo Glock au suivant, Button, Grosjean et Kamui Kobayashi au quatorzième, Charles Pic au seizième, Hülkenberg, Pérez, Pedro de la Rosa et Petrov au dix-huitième[31],[32],[33],[34].

Au dix-neuvième passage, Hamilton a toujours 2 secondes d'avance sur Vettel ; suivent Button à 5 s, Maldonado à 9 s, Alonso à 14 s, di Resta à 21 s, Webber à 23 s, Rosberg et Grosjean à 28 s et Schumacher à 35 s. Dans le vingt-deuxième tour, Lewis Hamilton immobilise sa McLaren en piste : il ne peut plus passer ses vitesses et doit abandonner. Sebastian Vettel hérite de la première place devant Button, Maldonado et Alonso[31],[32],[33],[34].

Vergne change ses pneus au vingt-quatrième tour, Bruno Senna au suivant, Webber au vingt-huitième, Maldonado et Alonso au suivant, Ricciardo au trente-et-unième et Räikkönen au trente-deuxième, juste avant que la voiture de sécurité n’entre en piste à la suite d'une sortie de piste de Narain Karthikeyan qui a percuté un mur de protection. Vettel, Button, di Resta, Rosberg, Grosjean, Maldonado, Schumacher, Senna et Massa profitent de la neutralisation de la course pour changer de pneus tandis qu'Alonso reste en piste. Au trente-quatrième passage, derrière la voiture de sécurité : Vettel précède Button, Alonso, di Resta, Hülkenberg, Webber, Pérez, Rosberg, Grosjean, Maldonado, Vergne, Schumacher, Räikkönen, Ricciardo, Senna, Kovalainen, Massa, Kobayashi, Glock, Pic, Petrov et de la Rosa. Alors que le peloton roule à vitesse réduite derrière la voiture de sécurité, Pastor Maldonado est contraint à l'abandon à cause d'un problème hydraulique. La course est relancée à l'entame du trente-huitième tour et quelques instants plus tard Schumacher rate un freinage et harponne Vergne alors en lutte contre Pérez : les deux pilotes abandonnent et la voiture de sécurité reprend aussitôt la piste : Webber, Hülkenberg, Pérez, Petrov et de la Rosa en profitent pour changer à leur tour de pneus[31],[32],[33],[34].

La course est relancée à l'entame du quarante-deuxième tour. Vettel est en tête devant Button, Alonso, di Resta, Rosberg, Grosjean, Räikkönen, Ricciardo, Massa, Senna, Kobayashi, Kovalainen, Webber, Hülkenberg, Pérez, Glock, Pic, de la Rosa et Petrov. Romain Grosjean, qui précède son coéquipier, reçoit la consigne de s'effacer car le Finlandais est toujours en lice pour le titre mondial. Quelques instants plus tard, Pérez et Hülkenberg s'accrochent légèrement mais continuent tous les deux leur course. Peu après, Hülkenberg s'accroche à nouveau, légèrement, avec Kobayashi tandis que la bataille entre Senna et Massa est intense : Massa réussit in extremis à éviter un accrochage quand Senna se rabat sur lui, ne l'ayant pas vu, alors qu'il est en passe d'être doublé[31],[32],[33],[34].

En tête, Vettel augmente son avance sur Button alors que la course est raccourcie de deux tours à cause du retard pris par les deux interventions de la voiture de sécurité. Vettel obtient sa deuxième victoire cette saison et reprend dix points à Fernando Alonso qui termine troisième derrière Jenson Button ; suivent pour les points Paul di Resta, Nico Rosberg, Kimi Räikkönen, Romain Grosjean, Felipe Massa, Daniel Ricciardo et Mark Webber[31],[32],[33],[34].

À l'issue de l'épreuve, Mark Webber, dixième sous le drapeau à damier écope d'une pénalité de 20 secondes sur tapis vert en raison d'un dépassement illicite sur Kamui Kobayashi au cinquantième tour. Il rétrograde ainsi en onzième position et perd le point de la dixième place que récupère Sergio Pérez[35].

Classement de la course[modifier | modifier le code]

Classement de la course[36]
Pos. no  Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 1 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel SREC Red Bull-Renault 59 2 h 00 min 26 s 144 (149,044 km/h) 3 25
2 3 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button SREC McLaren-Mercedes 59 + 8 s 959 4 18
3 5 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso SREC Ferrari 59 + 15 s 227 5 15
4 11 Drapeau du Royaume-Uni Paul di Resta SREC Force India-Mercedes 59 + 19 s 063 6 12
5 8 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg SREC Mercedes 59 + 34 s 784 10 10
6 9 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen SREC Lotus-Renault 59 + 35 s 759 12 8
7 10 Drapeau de la France Romain Grosjean SREC Lotus-Renault 59 + 36 s 698 8 6
8 6 Drapeau du Brésil Felipe Massa SREC Ferrari 59 + 42 s 829 13 4
9 16 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo SREC Toro Rosso-Ferrari 59 + 45 s 820 15 2
10 15 Drapeau du Mexique Sergio Pérez SREC Sauber-Ferrari 59 + 50 s 619 14 1
11 2 Drapeau de l'Australie Mark Webber SREC Red Bull-Renault 59 + 1 min 07 s 175 (dont 20 s de pénalité) 7
12 24 Drapeau de l'Allemagne Timo Glock Marussia-Cosworth 59 + 1 min 31 s 918 20
13 14 Drapeau du Japon Kamui Kobayashi SREC Sauber-Ferrari 59 + 1 min 37 s 141 17
14 12 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg SREC Force India-Mercedes 59 + 1 min 39 s 413 11
15 20 Drapeau de la Finlande Heikki Kovalainen SREC Caterham-Renault 59 + 1 min 47 s 467 19
16 25 Drapeau de la France Charles Pic Marussia-Cosworth 59 + 2 min 12 s 925 (dont 20 s de pénalité) 21
17 22 Drapeau de l'Espagne Pedro de la Rosa HRT-Cosworth 58 + 1 tour 24
18 19 Drapeau du Brésil Bruno Senna SREC Williams-Renault 57 Moteur 22
19 21 Drapeau de la Russie Vitaly Petrov SREC Caterham-Renault 57 + 2 tours 19
Abd. 17 Drapeau de la France Jean-Éric Vergne SREC Toro Rosso-Ferrari 39 Collision avec Schumacher 16
Abd. 7 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher SREC Mercedes 39 Collision avec Vergne 9
Abd. 18 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado SREC Williams-Renault 36 Hydraulique 2
Abd. 23 Drapeau de l'Inde Narain Karthikeyan HRT-Cosworth 30 Accident 23
Abd. 4 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton SREC McLaren-Mercedes 22 Boîte de vitesses 1

Pole position et record du tour[modifier | modifier le code]

Lewis Hamilton signe la vingt-quatrième pole position de sa carrière, sa deuxième à Singapour et sa cinquième de la saison[37]. Nico Hülkenberg réalise son premier meilleur tour en course depuis ses débuts en Formule 1[38]. Il s'agit du deuxième meilleur tour en course de l'histoire de son écurie Force India[39].

Tours en tête[modifier | modifier le code]

Auteur de la pole position, Lewis Hamilton prend un bon envol et occupe la première place jusqu'à son arrêt au stand. Son coéquipier Jenson Button, qui a retardé son changement de pneumatiques, s'empare de la tête pour trois boucles avant de rentrer à son tour. Hamilton reprend sa position mais est victime d'un problème de boîte de vitesses au vingt-deuxième tour. Alors deuxième, Sebastian Vettel récupère le commandement et le tient jusqu'au drapeau à damier, malgré deux interventions de la voiture de sécurité[42].

Classements généraux à l'issue de la course[modifier | modifier le code]

Pilotes[43]
Pos. Pilote Écurie Points
1 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 194
2 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 165
3 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Lotus-Renault 149
4 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton McLaren-Mercedes 142
5 Drapeau de l'Australie Mark Webber Red Bull-Renault 132
6 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button McLaren-Mercedes 119
7 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 93
8 Drapeau de la France Romain Grosjean Lotus-Renault 82
9 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Sauber-Ferrari 66
10 Drapeau du Brésil Felipe Massa Ferrari 51
11 Drapeau du Royaume-Uni Paul di Resta Force India-Mercedes 44
12 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher Mercedes 43
13 Drapeau du Japon Kamui Kobayashi Sauber-Ferrari 35
14 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg Force India-Mercedes 31
15 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado Williams-Renault 29
16 Drapeau du Brésil Bruno Senna Williams-Renault 25
17 Drapeau de la France Jean-Éric Vergne Toro Rosso-Ferrari 8
18 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Toro Rosso-Ferrari 6
Constructeurs[44]
Pos. Écurie Points
1 Drapeau de l'Autriche Red Bull-Renault 297
2 Drapeau du Royaume-Uni McLaren-Mercedes 261
3 Drapeau de l'Italie Ferrari 245
4 Drapeau du Royaume-Uni Lotus-Renault 231
5 Drapeau de l'Allemagne Mercedes 136
6 Drapeau de la Suisse Sauber-Ferrari 101
7 Drapeau de l'Inde Force India-Mercedes 75
8 Drapeau du Royaume-Uni Williams-Renault 54
9 Drapeau de l'Italie Toro Rosso-Ferrari 14

Statistiques[modifier | modifier le code]

Photographie du circuit de Singapour la nuit
Le circuit de Singapour, la nuit.

Le Grand Prix de Singapour 2012 représente :

Au cours de ce Grand Prix :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Formula One Management, « 2012 FORMULA 1 SINGTEL SINGAPORE GRAND PRIX PRACTICE 1 », sur formula1.com,‎ 21 septembre 2012 (consulté le 21 septembre 2012)
  2. a, b, c et d Daniel Thys, « F1 - Libres 1 : Vettel tire le premier », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 21 septembre 2012 (consulté le 21 septembre 2012)
  3. a, b, c et d Grégory Demoen, « EL1 : Vettel et Hamilton dans un mouchoir de poche », sur f1i.com,‎ 21 septembre 2012 (consulté le 21 septembre 2012)
  4. a, b, c et d (en) Formula One Administration, « Practice One - Vettel off to a flyer in Singapore », sur formula1.com,‎ 21 septembre 2012 (consulté le 21 septembre 2012)
  5. a, b, c et d Michaël Duforest, « EL1 : Vettel en patron », sur toilef1.com,‎ 21 septembre 2012 (consulté le 21 septembre 2012)
  6. (en) Formula One Management, « 2012 FORMULA 1 SINGTEL SINGAPORE GRAND PRIX PRACTICE 2 », sur formula1.com,‎ 21 septembre 2012 (consulté le 21 septembre 2012)
  7. a, b et c Daniel Thys, « F1 - Libres 2 : Vettel confirme à Singapour », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 21 septembre 2012 (consulté le 21 septembre 2012)
  8. a, b et c Grégory Demoen, « EL2 : Vettel confirme devant Button et Alonso », sur f1i.com,‎ 21 septembre 2012 (consulté le 21 septembre 2012)
  9. a, b et c (en) Formula One Administration, « Practice Two - Vettel dominates day one in Singapore », sur formula1.com,‎ 21 septembre 2012 (consulté le 21 septembre 2012)
  10. a, b et c Michaël Duforest, « EL2 - Vettel toujours en tête », sur toilef1.com,‎ 21 septembre 2012 (consulté le 21 septembre 2012)
  11. (en) Formula One Management, « 2012 FORMULA 1 SINGTEL SINGAPORE GRAND PRIX PRACTICE 3 », sur formula1.com,‎ 22 septembre 2012 (consulté le 22 septembre 2012)
  12. (en) Formula One Administration, « Gearbox penalty for De la Rosa », sur toilef1.com,‎ 22 septembre 2012 (consulté le 22 septembre 2012)
  13. Grégory Demoen, « Cinq places de pénalité pour de la Rosa », sur f1i.com,‎ 22 septembre 2012 (consulté le 22 septembre 2012)
  14. a et b Daniel Thys, « F1 - Libres 3 : Vettel reste au top », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 22 septembre 2012 (consulté le 22 septembre 2012)
  15. a et b Grégory Demoen, « EL3 : Le triplé pour Vettel », sur f1i.com,‎ 22 septembre 2012 (consulté le 22 septembre 2012)
  16. a et b (en) Formula One Administration, « Final practice - Vettel makes it three from three », sur formula1.com,‎ 22 septembre 2012 (consulté le 22 septembre 2012)
  17. a et b Guillaume Navarro, « EL3 : Vettel triple la mise », sur toilef1.com,‎ 22 septembre 2012 (consulté le 22 septembre 2012)
  18. Matthias Vauthier, « F1 - Charles Pic pénalisé de 20 secondes avant le départ », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 22 septembre 2012 (consulté le 22 septembre 2012)
  19. (en) Formula One Administration, « Pic given time penalty for Singapore race », sur formula1.com,‎ 22 septembre 2012 (consulté le 22 septembre 2012)
  20. a, b, c et d Daniel Thys, « F1 - Hamilton en pole, Maldonado à ses côtés - Q1 20 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 22 septembre 2012 (consulté le 22 septembre 2012)
  21. a, b, c et d Guillaume Navarro, « Q1 - Grosjean devant en supertendres, Kobayashi out », sur toilef1.com,‎ 22 septembre 2012 (consulté le 22 septembre 2012)
  22. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) Formula One Administration, « Qualifying - Hamilton blasts to Singapore pole », sur formula1.com,‎ 22 septembre 2012 (consulté le 22 septembre 2012)
  23. a, b, c, d, e, f, g, h et i Grégory Demoen, « Qualifs : Hamilton en pole devant un surprenant Maldonado », sur f1i.com,‎ 22 septembre 2012 (consulté le 22 septembre 2012)
  24. a, b et c Daniel Thys, « F1 - Hamilton en pole, Maldonado à ses côtés - Q2 15 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 22 septembre 2012 (consulté le 22 septembre 2012)
  25. a, b et c Guillaume Navarro, « Q2 - Räikkönen ne passe pas », sur toilef1.com,‎ 8 septembre 2012 (consulté le 8 septembre 2012)
  26. a et b Daniel Thys, « F1 - Hamilton en pole, Maldonado à ses côtés - Q3 10 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 22 septembre 2012 (consulté le 22 septembre 2012)
  27. a et b Guillaume Navarro, « Qualifications - La pole pour Lewis ; Maldonado impressionne », sur toilef1.com,‎ 22 septembre 2012 (consulté le 22 septembre 2012)
  28. (en) Formula One Administration, « FORMULA 1 SINGTEL SINGAPORE Qualifying », sur formula1.com,‎ 22 septembre 2012 (consulté le 22 septembre 2012)
  29. « De la Rosa pénalisé de cinq places », sur news.sportauto.fr,‎ 22 septembre 2012 (consulté le 23 septembre 2012)
  30. « Senna pénalisé de cinq places », sur espnf1.com,‎ 23 septembre 2012 (consulté le 23 septembre 2012)
  31. a, b, c, d, e, f et g Daniel Thys, « F1 - Vettel s’impose de nuit à Singapour », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 23 septembre 2012 (consulté le 24 septembre 2012)
  32. a, b, c, d, e, f et g Grégory Demoen, « Course : Vettel s’impose, Hamilton abandonne », sur f1i.com,‎ 23 septembre 2012 (consulté le 24 septembre 2012)
  33. a, b, c, d, e, f et g Guillaume Renard, « Course - Vettel s’impose, Alonso assure à Singapour », sur toilef1.com,‎ 23 septembre 2012 (consulté le 24 septembre 2012)
  34. a, b, c, d, e, f et g (en) Formula One Management, « Race - resurgent Vettel wins action-packed Singapore round », sur formula1.com,‎ 23 septembre 2012 (consulté le 24 septembre 2012)
  35. « Webber perd sa 10ème place », sur news.sportauto.fr,‎ 23 septembre 2012 (consulté le 23 septembre 2012)
  36. (en) Formula One Administration, « 2012 FORMULA 1 SINGTEL SINGAPORE GRAND PRIX », sur formula1.com,‎ 23 septembre 2012 (consulté le 23 septembre 2012)
  37. a et b « Lewis HAMILTON Pole positions », sur statsf1.com,‎ 22 septembre 2012 (consulté le 22 septembre 2012)
  38. a et b « Nico HÜLKENBERG Meilleurs tours », sur statsf1.com,‎ 23 septembre 2012 (consulté le 23 septembre 2012)
  39. « FORCE INDIA Meilleurs tours », sur statsf1.com,‎ 23 septembre 2012 (consulté le 23 septembre 2012)
  40. « Singapour 2012 Grille de départ », sur statsf1.com,‎ 22 septembre 2012 (consulté le 22 septembre 2012)
  41. « Singapour 2012 Meilleurs tours », sur statsf1.com,‎ 23 septembre 2012 (consulté le 23 septembre 2012)
  42. « Singapour 2012 Tours en tête », sur statsf1.com,‎ 23 septembre 2012 (consulté le 23 septembre 2012)
  43. « Singapour 2012 Championnat Pilotes », sur statsf1.com,‎ 23 septembre 2012 (consulté le 23 septembre 2012)
  44. « Singapour 2012 Championnat Constructeurs », sur statsf1.com,‎ 23 septembre 2012 (consulté le 23 septembre 2012)
  45. « Sebastian VETTEL Victoires », sur statsf1.com,‎ 23 septembre 2012 (consulté le 23 septembre 2012)
  46. « Red Bull Victoires », sur statsf1.com,‎ 23 septembre 2012 (consulté le 23 septembre 2012)
  47. « Renault Victoires », sur statsf1.com,‎ 23 septembre 2012 (consulté le 23 septembre 2012)
  48. « F1 - Cyril Abiteboul va diriger Caterham », sur Sport Auto,‎ 21 septembre 2012 (consulté le 22 mars 2014)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :