Qinghai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Qinghai (homonymie).

35° 00′ 00″ N 96° 00′ 00″ E / 35, 96

Qinghai
Carte indiquant la localisation du Qinghai (en rouge) à l'intérieur de la Chine
Carte indiquant la localisation du Qinghai (en rouge) à l'intérieur de la Chine
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Autres noms chinois : 青海 ; pinyin : Qīnghǎi
Tibétain : མཚོ་སྔོན་ (mTsho-sngon)
Mongol : Köke Naγur
Abréviation , qīng
Statut politique Province
Capitale Xining
Démographie
Population 5 626 722 hab. (2010)
Densité 7,9 hab./km2
Rang 30e
Nationalités Hans (54 %)
Tibétains (23 %)
Hui (16 %)
Tu (4 %)
Salar (1,8 %)
Mongols (1,8 %)
Géographie
Superficie 716 693 km2
Rang 4e
Économie
PIB (2004) 46 570  (29e)
PIB/hab. 8 277 Ұ (19e)

Le Qinghai (chinois : 青海 ; pinyin : Qīnghǎi ; littéralement : « mer bleue/verte » [tɕʰiŋ.xaɪ]) est une province du nord-ouest de la République populaire de Chine. Elle tire son nom du lac Qinghai, le plus grand lac salé du pays. Elle est connue aussi en Occident, depuis au moins le XVIIIe siècle jusqu'à la 1re moitié du XXe siècle, sous le nom mongol de ce lac, Kokonor[1],[2].

Elle est bordée au nord-est par le Gansu, au nord-ouest par le Xinjiang, au sud-est par le Sichuan et au sud-ouest par la région autonome du Tibet. Elle a pour capitale et chef-lieu de province Xining (chinois simplifié : 西宁 ; pinyin : xīníng). La préfecture la plus peuplée est Haidong, située dans la partie est de la province.

La province est le creuset d'un grand nombre de groupes ethniques dont les Han, les Tibétains, les Hui, les Tu, les Mongols et les Salars.

Le Qinghai recouvre la plus grande partie de l'ancienne province tibétaine de l'Amdo et, au sud, le nord du Kham, autre ancienne province tibétaine. Certaines cartes occidentales montrent qu'il porte déjà le nom de Qinghai sous la dynastie Qing. La région est devenue officiellement province de la République de Chine (1912-1949) en 1928, statut qui fut confirmé en 1949, à la fondation de la République populaire de Chine[3].

Le nom mongol de la province est Kökenaγur ᠬᠥᠬᠡᠨᠠᠭᠤᠷ « le lac bleu »). Elle s'appelle également Tso-ngön (tibétain : མཚོ་སྔོན, Wylie : mTsho-sngon་ ) en tibétain.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers habitants connus sont le peuple tibétain Qiang (羌), aujourd'hui minoritaires au Tibet et au Qinghai, et plutôt présents dans la province du Sichuan.

Tuyuhun et Seize Royaumes[modifier | modifier le code]

Le royaume Tuyuhun (329 – 663) possède une grande partie de Ouest et Sud de l'actuelle région de Qinghai. Les membres de l'ethnie Tu (Monguor 土族) sont vraisemblablement les descendants de ce royaume[4]. La partie Nord-Est, pendant la période des Seize Royaumes est sur le territoire Han du Liang antérieur (320 - 376). À partir de 376, celui-ci se soumet à l'état du Qin antérieur, qui le contrôlera jusqu'à 394.

En 635, la dynastie Tang, prend le pouvoir sur Tuyuhun.

Empire du Tibet[modifier | modifier le code]

En 663, le roi du Tibet, Songtsen Gampo (663672), envahit Tuyuhun et renverse le pouvoir. Il envahit également la région au nord du lac de Qinghai et prend ainsi le pouvoir sur la majeure partie de l'actuelle province de Qinghai, intégrée à l'Empire du Tibet.

Empire Tangout[modifier | modifier le code]

Empire Tangout en vert, Song en orange

Du XIe au XIIIe siècle, le nord-est de la province de Qinghai fait partie de l'Empire tangout (ou Dynastie des Xia occidentaux). La partie Sud Ouest est contrôlée par la dynastie Song, dynastie Han.

Empire mongol[modifier | modifier le code]

Le Prince Mongol Köden contrôle la région que les mongols appellent Kokonor en 1239[5],[6].

Dynastie Ming[modifier | modifier le code]

L'empire Ming sans ses états vassalisés sous l'empereur Yongle[7]. Qinhai est intégré à la Chine, mais pas au Tibet.

Du XIVe au XVIIe siècle, une grande partie de cette région est directement contrôlée par la dynastie Ming, Han[8]

En 1371, La dynastie Ming transforme le Xining Zhou en Xining Wei, puis installe quatre Weis (défenses) de plus, connus comme étant les 4 Weis de Saiwai. C'est un territoire délimité au sud par Golmud (Gelimu en pinyin), au nord par les Monts Qilian, l'ouest y compris le Bassin de Chaidamu (équivalent la province Qinghai actuelle). En 1488, les Ming renforcent la garnison à Xining, contrôlent les tribus mongoles et tibétaines, Xining administre les quatre Weis à partir de cette année-là[9].

Au début du XVIe siècle, la tribu mongole des Qoshots, exerce sa souveraineté sur la région du Qinghai pendant 70 ans environ[1],[10],[11]. Güshi Khan renverse le pouvoir des bonnets rouges et bon et établit Lobsang Gyatso de l'école Sakya, 5e dalaï-lama et comme chef temporel du Tibet en 1642 sous protectorat Qoshot appartient à cette tribu[12].

Dynastie Qing[modifier | modifier le code]

En 1700 en France, la province est décrite, dans une carte de Guillaume Deslile et de l'Académie royale des sciences, comme faisant partie du « Royaume de Tanyu Canpion », séparé du Tibet, mais tous deux intégrés à la Tartarie occidentale, elle-même, partie de la Tartarie chinoise, le lac bleu (ou mer bleue) est alors traduit en « Mer noire »[13].

En 1723, le chef des Mongols Qoshot Lobjang Danjin (罗布藏丹津) se révolte, le pouvoir des Qing nomme Nian Gengyao, alors gouverneur des provinces du Sichuan et Shaanxi, et Yue Zhongqi, alors commandant d'armée de la province du Sichuan, comme commandants d'une expédition punitive. En 1724, la région de Qinghai est pacifiée. Quatre ans plus tard, en 1726, la dynastie Qing décide d'installer deux ambans en Ü-Tsang (Tibet, Tsang-藏)[14],[15],[16].

Pendant la Révolte de Dungan (1895–1896), suite aux ordres de deux soufis de la même secte, différents groupes ethniques musulmans des provinces de Qinghai et Gansu se rebellent contre la dynastie Qing. Les wahhabi ont inspiré l'organisation Yihewani puis l'ont rejointe et organisé la révolte, qui est écrasée par les musulmans loyalistes.

République de Chine[modifier | modifier le code]

À l'époque de la République de Chine, la province de Qinghai n'est pas contrôlée par Lhassa[17].

Jeep de l'armée américaine utilisée par le clan Hui des Ma avant 1949, Résidence de Ma Bufang à Xining, aujourd'hui Musée.

En 1913, les Britanniques convoquent une Conférence à Simla, en Inde, pour discuter du statut du Tibet[18]. Y assistent les représentants de la Grande-Bretagne, de la Chine, et du Tibet. Elle s'ouvre le 6 octobre 1913 sous l'égide de Henry McMahon dans le contexte de l'empire colonial britannique. Les Tibétains aspiraient à voir leur indépendance et l'intégrité de leur territoire reconnus, tandis que les Chinois voulaient intégrer à leur territoire les zones tibétaines orientales du Kham conquises par les troupes du général Zhao Erfeng en 1908. Henry Mac-Mahon propose, le 11 mars 1914, un accord, la Convention de Simla, définissant la frontière entre l'Inde et le Tibet par la ligne McMahon et divisant le Tibet en « Tibet extérieur » sous l'administration du gouvernement du dalaï-lama et « Tibet Intérieur » où Lhassa aura l'autorité spirituelle uniquement. L'Amdo fait partie du « Tibet intérieur »[19]. Les deux secteurs seraient considérés comme étant sous la « suzeraineté » de la Chine et non plus sa « souveraineté »[20],[21]. Les trois représentants paraphent l'accord le 27 avril 1914[22] mais le gouvernement du Guomindang rejette immédiatement le paraphe de son délégué, ce qui invalide l'accord[23].

La ligne Mac-Mahon est acceptée par le 13e dalaï-lama comme elle l'est par le 14e dalaï-lama, et présentée sur les cartes publiées par l'actuelle Administration centrale tibétaine en exil à Dharamsala, comme frontière sud du Tibet[24].

Malgré la contestation des frontières orientales du Tibet entre Lhassa et la République de Chine ainsi que les autres divergences d'opinions[25], il n'existe pas de désaccord sur le point de la souveraineté chinoise en Amdo[26].

Entre 1911 et 1949, les seigneurs de la guerre Ma, musulmans Hui originaires de la province du Gansu, auparavant fidèles à la cour Qing pour la direction de cette région, administrent la province de Qinghai, ainsi que le Gansu et le Ningxia pour le compte de la République de Chine[27]. Ma Bufang dirige le Qinghai, depuis sa résidence de Xining, devenue aujourd'hui musée (Résidence Qinghai-Xining de Ma Bufang, 青海西宁马步芳公馆). Ma Qi et Ma Bufang répriment les rébellions goloks (1917-1949)[28].

En 1928, le seigneur de guerre Ma Bufang se saisit de la partie nord-est de l'Amdo, région où vit une importante population chinoise[29]. La région devient officiellement province chinoise en 1929, statut qui sera confirmé en 1949, à la fondation de la République populaire de Chine[30].

République populaire de Chine[modifier | modifier le code]

Grande mosquée du bourg de Duoba

Selon Patrick French, le dernier découpage administratif de septembre 1965 a vu la totalité de l'Amdo annexée aux provinces voisines du Qinghai et du Gansu, tandis qu'une partie importante du Kham était incorporée au Sichuan et au Yunnan. La partie restante du Tibet, composée de l'Ü-Tsang et d'une petite portion du Kham, a été dénommée par les autorités chinoises Xizang Zizhiqu (西藏自治区) « Région autonome du Tibet ». Ses bords coïncident à peu près avec la région qui était indépendante de facto entre les deux guerres mondiales[31], et qui fut historiquement administrée par les dalaï-lamas sous la dynastie Qing[32]. Aujourd'hui la Chine ne se réfère qu'à cette région lorsqu'elle parle du Tibet, mais le 14e dalaï-lama considère que le territoire du Tibet doit conserver les frontières sur lesquelles ont historiquement régné ses prédécesseurs, donc celles d'avant 1949[33].

Dans l’encyclopédie Universalis, les universitaires Guy Mennessier, Thierry Sanjuan et Pierre Trolliet indiquent que le Qinghai est une « province détachée du Tibet »[34].

Les données officielles sur la période de la Grande famine (1958-1961) rapportées par le journaliste et historien chinois Yang Jisheng font état d'un taux de mortalité supérieur à 40 pour mille dans la province en 1960. Elles estiment le nombre de morts non naturelles à 102 900, pour une population d'environ 2,44 millions d'habitants. De nombreux cas de cannibalisme ont eu lieu. Les efforts de récupération de céréales prétendument cachées ont conduit à l'arrestation de 63 064 personnes entre 1958 et 1960, soit plus de 2 % de la population de cette époque[35].

Le mercredi 14 avril 2010, la région a subi un violent séisme dont l'épicentre était situé sur la ville-district de Yushu.

En 2010 et 2012, des lycéens ont manifesté pour la défense de la langue tibétaine dans les préfectures autonomes tibétaines du Golok, du Hainan et du Huangnan[36],[37].

Alors que des Tibétains s'immolent par le feu depuis mars 2011, 6 d'entre eux se sont immolés dans la province du Qinghai : 1 dans le Golog[38], 1 dans le Yushu, 1 dans le Haixi, 3 dans le Hainan[39],[40],[41].

Géographie[modifier | modifier le code]

paysage aride sur le plateau du lac Qinghai

La province de Qinghai est une des quatre grandes aires géographiques du plateau du Tibet. Occupant la partie nord-est de celui-ci, elle comprend le Lac Qinghai, lac salé qui lui a donné son nom, de nombreux massifs montagneux et des vallées creusées par les fleuves.

Du fait de la haute altitude, l'oxygène est rare et le temps très sec, la végétation y est donc également très rare.

La plus grande partie de la région est faite de prairies où peuvent brouter yaks, consommés et utilisé pour faire des vêtements par les différentes ethnies tibétaines (Zang, Golok) et mongoles (Tu), ainsi que les moutons, élevés et consommés principalement par les populations musulmanes Hui et Salar.

Les principales plantes cultivées sont l'Orge du Tibet et le colza. Quelques autres plantes, d'usage principalement médicinales sont utilisées en médecine traditionnelle, depuis récemment des serres ont été construite autour de villages situés à l'Est du Mont Riyue, permettant également des cultures maraîchères.

L'ensoleillement annuel a permis de développer l'énergie solaire, que ce soit, par exemple, par des panneaux photovoltaïques ou par des chauffe-eau solaire.

Ces facteurs climatiques ne permettent pas à la région un grand développement économique, ni d'éviter des carences alimentaires à la population.

Divisions administratives[modifier | modifier le code]

Total des divisions :

Délimitations administratives de la province de Qinghai # Nom en français Nom en hanzi Nom en pinyin Siège gouvernemental Population[42].
Qinghai
villes-préfectures
3 Xining 西宁市 Xīníng Shì District de Chengzhong 2,208,708
4 Haidong 海东市 Hǎidōng Shì District de Ledu 1,396,846
préfectures autonomes
1 Préfecture autonome mongole et tibétaine de Haixi 海西蒙古族藏族自治州 Hǎixī Měnggǔzú Zàngzú Zìzhìzhōu Delingha 489,338
2 Préfecture autonome tibétaine de Haibei 海北藏族自治州 Hǎiběi Zàngzú Zìzhìzhōu Xian de Haiyan 273,304
5 Préfecture autonome tibétaine de Hainan 海南藏族自治州 Hǎinán Zàngzú Zìzhìzhōu Xian de Gonghe 441,689
6 Préfecture autonome tibétaine de Huangnan 黄南藏族自治州 Huángnán Zàngzú Zìzhìzhōu Xian de Tongren 256,716
7 Préfecture autonome tibétaine de Yushu 玉树藏族自治州 Yùshù Zàngzú Zìzhìzhōu Xian de Yushu 378,439
8 Préfecture autonome tibétaine golog 果洛藏族自治州 Guǒluò Zàngzú Zìzhìzhōu Xian de Maqên 181,682

Économie[modifier | modifier le code]

Vente de fourrures d'animaux sauvages par des Tibétains zang

Démographie[modifier | modifier le code]

Famille tibétaine zang (ou mongole ?) et couple Hui au bord du lac Qinghai, image de la diversité des populations de la province.

Le recensement 2010 donne la répartition suivante[43] :

Par tranche d'âge[43]
Tranche d'âge Population Pourcentage par rapport à 2000
0-14 1 177 107 20,92 % -5,7 %
15-64 4 094 933 72,78 % +3,73 %
65- 354 682 6,30 % +1,97 %

Par peuplade[modifier | modifier le code]

Il y a 5 626 722 (5,6 millions) d'habitants dans la province, dont 2 983 516 (2,9 millions, 53,02 %) personnes issues de l'ethnie Han et 2 643 206 (2,6 millions, 46,98 %) personnes issues des minorités.

Il est à noter que :

  • parmi les minorités tibétaines, certaines, comme les ngolok, sont comptabilisées dans les Zang (terme généralement traduit par Tibétain); d'autres minorités tibétaines, comme les Qiang, les Lisu, sont comptabilisées comme minorité différente et peuvent donc se retrouver ici dans la catégorie « Autres ».
  • Dans le groupe Mongol sont comptabilisées plus d'une dizaine de minorités différentes d'origine mongole et, de la même façon, la population Yugur du Qinghai ayant des origines mongoles est comptabilisée comme minorité différente et sera donc classée ici dans « Autres ».
Par peuple[43]
Nom du peuple Population Pourcentage
Han 2 983 516 53,02 %
Tibétain zang 1 375 062 24,44 %
Hui 834 298 14,83 %
Tu 204 413 3,63 %
Salar 107 089 1,90 %
Mongol 99 815 1,77 %
Autres 22 529 0,40 %
Total 5 626 722 100 %

Villes[modifier | modifier le code]

À part Xining, sa capitale, dont la population urbaine est de 1,2 million d'habitants en 2010[44], le Qinghai est très peu peuplé et peu urbanisé : la population agricole étant importante dans cette province. Au recensement du 1er novembre 2000 il ne comptait que deux autres villes dont la population urbaine dépassait 50 000 habitants. Ce recensement donne les populations urbaines pour les villes de Xining, Golmud et Delingha et les populations urbaines de leurs districts pour les autres villes.

Population urbaine[45]
Ville 1/7/1990 1/11/2000
Xining 592 115 854 466
Golmud (Ge'ermu) 38 114 114 330
Delingha 26 993 54 622
District de Ping'an 22 139 37 415
District de Huangzhong 29 418 36 593
District de Gonghe 52 762 34 091
District de Huangyuan 22 280 31 042
District de Ledu 16 788 29 280
District de Yushu 13 091 25 960

Santé[modifier | modifier le code]

Article connexe : Malnutrition au Tibet.

En raison du faible taux d'oxygène (hypoxie), réduit des deux tiers, dans les zones à plus de 3 000 mètres d'altitude, il est généralement conseillé de monter graduellement sur le plateau Tibétain, de ne pas consommer d'alcool avant la montée, et il est déconseillé d'y aller en cas de rhume[46].

Dans une analyse du profil nutritionnel de la Chine au milieu des années 1990 publiée le 19 avril 1999, l'organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, plus connue sous le sigle FAO, signalait l'existence de carences nutritionnelles importantes au Qinghai, province comportant des zones de peuplement tibétain. Il était indiqué un lien entre le retard de croissance et l'insuffisance pondérale. Au regard de la classification de l'Organisation mondiale de la santé, la prévalence du retard de croissance des enfants était supérieure à 40 %, faisant de la province du Qinghai l'une des plus affectées en Chine[47].

La mortalité infantile moyenne en Chine était de 20,6 ‰, et variait de 8,2 à 49,5 ‰ dans les différentes provinces, le Qinghai étant l’une des plus affectées. En 1996, le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans était de 47 ‰ et le Tibet était une des régions les plus affectées[48].

Les problèmes cardiaques congénitaux chez les enfants de 4 à 18 ans sont également importants dans cette région et participent à une mortalité infantile plus élevée[49],[50].

La faible concentration d'oxygène en altitude et la faible végétation due au climat peuvent participer à ces phénomènes.

Une étude publiée en 2004 sur les enfants Han nés au Qinghai suggère que s'ajoute à l'hypoxie de l'altitude, induisant une plus grande cage thoracique et davantage d'hémoglobine, l’existence d’une faiblesse nutritionnelle en rapport avec la situation économique de la région[51],[52].

Énergie[modifier | modifier le code]

Solaire[modifier | modifier le code]

dans le village de Kesu'er cun (克素尔村), entre le lac Qinghai et Xining.

En raison de l'altitude et donc de la plus faible densité de l'air, l'énergie solaire est abondante sur les hauteurs de la province de Qinghai. On y trouve les plus grandes Centrales solaires photovoltaïques de Chine avec :

Éolien[modifier | modifier le code]

L'énergie éolienne est également utilisé à l'échelle locale, grâce à des éoliennes d'une dizaine de mètres placées dans certains villages.

Nucléaire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Arme nucléaire au Tibet.
中国鱼雷发射实验 – Site de lancement de la torpille du premier essai nucléaire chinois

le village nucléaire (chinois : 原子城 ; pinyin : Yuanzi cheng) était le principal centre de recherche sur les armements nucléaires. C'est là, entre 1958 et 1964, que furent mises au point la première bombe atomique et, deux ans plus tard, la première bombe à hydrogène, lesquelles furent testées sur le site de Lop Nor au Xinjiang[53]. Le centre a été fermé en 1987 et abrite depuis 1993 un musée sur l'arme nucléaire chinoise et son histoire, accessible au publique[54].

Dans le document intitulé Le Tibet, cent questions et réponses publié en 1988 et dans sa version de 2001, la Chine indique qu'elle n'a jamais déployé d'armes nucléaires ni stocké de déchets nucléaires dans la région autonome du Tibet ou Xizang, ce que reconnaît Thierry Dodin, un des auteurs de Authenticating Tibet[55].

Selon International Campaign for Tibet, au moins trois bases de missiles nucléaires se trouvaient au Tibet en 1993[56]. Faisant état de ce rapport, le New York Times signale qu'il est impossible de confirmer de façon indépendante certaines de ses affirmations[57].

Des bases de missiles nucléaires stratégiques DF-4 seraient installées depuis les années 1980 près de Delingha, chef-lieu de la préfecture autonome mongole et tibétaine de Haixi, de Da Qaidam et de Xiao Qaidam dans le bassin de Qaidam[58],[59],[60],[61],[62]

Selon le gouvernement tibétain en exil citant Tashi Chutter, à Drotsang à proximité de Kokonor, une usine de missiles navals a été construite en 1986 et largement développée en 1995. Les essais s'effectuaient dans le lac Kokonor[63].

Culture[modifier | modifier le code]

Les arts Regong, nés dans la préfecture autonome tibétaine de Huangnan, ont été inscrits en 2009 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité[64].

À voir[modifier | modifier le code]

  • Le monastère de Kumbum ou Kumbum Jampa Ling (tibétain: sku 'bum byams pa gling, en chinois, Ta'er Si 塔尔寺, tǎ'ěr sì), grand monastère de l'école Gelugpa du bouddhisme tibétain.
  • Mèngdá Tian Chi, lac sur une montagne dans une réserve naturelle sur les bords du Fleuve Jaune (黄河, huáng hé).
  • Le lac Qinghai, (ou lac Bleu) également connu sous le nom mongol de Kokonor, qui a donné son nom à la province, (青海湖, qīnghǎi hú), le plus grand lac salé de Chine.

Transports[modifier | modifier le code]

Liaison ferroviaire avec Lhassa[modifier | modifier le code]

Une liaison ferroviaire entre Lhassa et Golmud a été ouverte en juillet 2006. Les voitures sont pressurisées et très résistantes pour supporter les vents de sable, la foudre, les rayons ultraviolets, etc.

Éducation[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Personnalités célèbres[modifier | modifier le code]

Le 14e dalaï-lama est né en 1935 dans le Qinghai, au village de Qijiachuan (nom chinois) ou Taktser (nom tibétain), entre Xining et le monastère de Labrang.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (de) File:Map China c1798.jpg Carte de l'allemand Johann Christian Hüttner de 1798, le nommant « Kokonor Choschot Oelöths » (en référence aux Oïrats khoshuts.
  2. (en)File:1861 Johnson Map of China - Geographicus - China-johnson-1861.jpg carte de Johnson en 1861 donnant les noms Qinghai ou Kokonor à la région et au lac et précisant également Hoshoits (khoshuts) au nord du Lac et Tourgouths au sud du lac).
  3. Chine, 8e édition, traduit et adapté de l'ouvrage China (11th edition), Lonely Planet Publications, 2009, p. 916.
  4. Judy Bonavia & Mathieu Salem, Route de la soie : De Xi'an à Kashgar, Éditions Olizane, 2006, p. 126.
  5. (en) Alex McKay, The History of Tibet , 2003, p. 320]
  6. (en) Turrell V. Wylie, [1] The First Mongol Conquest of Tibet Reinterpreted, Harvard Journal of Asiatic Studies, Vol. 37, No. 1 (June 1977), p. 103-133.
  7. source : History and Commercial Atlas of China, Harvard University Press, 1905.
  8. Carte de la dynastie Ming chinoise en 1415, Université de Harvard, édition 1935 : sur cette carte d'origine occidentale, la partie nord-est de la province actuelle du Qinghai est incluse dans l'empire de Chine.
  9. Les documents officiels historiques de la province du Qinghai 明洪武六年(1371年)改西宁州为卫,下辖6千户所。以后又设“塞外四卫”:安定、阿端、曲先、罕东(地当今海北州刚察西部至柴达木西部,南至格尔木,北达甘肃省祁连山北麓地区)。
  10. les documents historiques officiels de la province du Qinghai 16世纪初,厄鲁特蒙古4部之一的和硕特部移牧青海,一度成为统治青海的民族。Au début du XVIe siècle, une tribu mongole, les khoshuts, est souveraine au Qinghai pendant un temps.
  11. Le lama et l'empereur, étude réalisée par le département Humanités et Sciences Sociales de l'École polytechnique, p. 43 : Les Qoshot, établis entre l'actuelle Urumqi et le Kokonor, ont la mainmise sur le Tibet depuis l'opération de Gushri Khan.
  12. René Grousset, « L’Empire des steppes — Attila, Gengis-khan, Tamerlan », Classiques de l'Université du Québec à Chicoutimi, page 645 : « Dans une première expédition (vers 1639 ?), il entra au Tibet, et défit tous les ennemis du dalaï-lama, tant partisans du clergé rouge que sectateurs de la vieille sorcellerie bon-po. Au cours d’une deuxième campagne, il fit prisonnier le de-srid de gTsang (vers 1642 ?), occupa Lhassa et proclama le dalaï lama Nag-dbang bLo-bzang souverain du Tibet central (Dbus et Tsang). Comme signe de la souveraineté temporelle à lui conférée par le prince khochot, bLo-bzang se fit construire une résidence sur l’emplacement du palais des anciens rois du Tibet, au Potala de Lhassa (1643-1645). En revanche, Gouchi-khan, déjà maître du Koukou-nor, du Tsaïdam et du Tibet septentrional, fut reconnu par le pontife, à Lhassa même, comme protecteur et vicaire temporel de l’Église Jaune. Jusqu’à sa mort en 1656, il fut vraiment, comme l’appelait la cour de Pékin, « le khan des Tibétains »
  13. File:Delisle - L'Asie.jpg Carte de l'Asie de Deslile en 1700
  14. [2] 1723年10月,清政府任命陕甘总督年羹尧为抚远大将军、四川提督岳钟琪为奋威将军,调集西宁、固原、宁夏等处满州兵、绿营兵和土默特、鄂尔多斯等处蒙古兵进军平叛。1724年(雍正二年)初,奋威将军岳钟琪亲率五千精骑,兼程西进,于2月22曰在柴达木突袭罗布藏丹津营地,罗布藏丹津投奔到准噶尔部的策旺阿拉布坦那里去了。En 1723, le gouvernement de la dynastie Qing nomme Nian Gengyao et Yue Zhongqi (deux généraux Han) commandants et apporte de nombreuses troupes mandchoues et mongoles, pour réprimer la révolte de Lobjang Danjin (罗布藏丹津). Le 22 février 1724, 5000 cavaliers dirigés par le général Yue Zhongqi, attaquent le camp de Lobjang Danjin. Lobjang Danjin réussit à s'échapper et se rend chez les Djüngars.
  15. Dans son Histoire du Tibet, Laurent Deshayes, page 218, présente les limites des provinces chinoises en 1900.
  16. Histoire de la création des Ambans 雍正元年(1723年),罗布藏丹津公开叛乱后,清廷一方面令川陕总督年羹尧为抚远大将军驻扎西宁,以四川提督岳钟琪为奋威将军参办军务,进行武装讨伐。雍正二年(1724年)清政府平定罗布藏丹津之乱于青海后,四年(1726年)议准设立驻藏大臣二人,常川驻藏。
  17. Heinrich Harrer, 7 ans d'Aventures au Tibet, traduction de Henry Daussy, Éditions Arthaud, Paris, 1983, 1996, 1997, p. 118 : « … le père du dalaï-lama nous explique que dans son district natal, celui d'Amdo, inclus dans la province chinoise de Tsinghai… ». p. 272 : le 10e panchen-lama (né en Amdo) est originaire d'une province chinoise.
  18. India's China War, New York, Pantheon, 1970.
  19. «Histoire du Tibet» de Laurent Deshayes, page 218.
  20. "Convention Between Great Britain, China, and Tibet, Simla (1914)"
  21. Un suzerain est un État qui a une certaine autorité sur un état dépendant.
  22. (en) Calvin, James Barnard, "The China-India Border War", Marine Corps Command and Staff College, April 1984.
  23. (en) Melvyn C. Goldstein, A History of Modern Tibet, 1913-1951: The Demise of the Lamaist State, Berkeley, University of California Press, 1989, p. 75 : « The British and Tibetan plenipotentiaries were willing to sign the draft accord, but I-fan Chan, the Chinese plenipotentiary, refused. After considerable pressure from the British, he initialed the draft and then referred it to his government, which immediately repudiated his initialing. »
  24. (en) Tawang not China's
  25. Claude Arpi, Tibet, le pays sacrifié, Calmann-Lévy, 2000, chap. 11, p. 126.
  26. Laurent Deshayes, Histoire du Tibet, p. 271.
  27. (zh) 附錄:甘、寧、青三馬家族世系簡表, bibliothèque de l'Université nationale Chenghi de Taïwan.
  28. (en) Bianca Horlemann, Tibetans and Muslims in Northwest China: Economic and Political Aspects of a Complex Historical Relationship, Asian Highlands Perspectives, 21, 2012, p. 141-186.
  29. (en) A-mdo, in Encyclopædia Britannica Online, 2006. Consulté le 7 décembre 2006.
  30. Chine, 8e édition, traduit et adapté de l'ouvrage China (11th edition), 2009, p. 916.
  31. (en) TIBET, TIBET, A PERSONAL HISTORY OF A LOST LAND By Patrick French : « French argues, for the Tibetans to base their claim on roughly the area of the current TAR, whose borders generally coincide with those of the de facto independent state between the two world wars ».
  32. «Histoire du Tibet» de Laurent Deshayes, p. 218.
  33. Tibet, Tibet, de Patrick French, traduit de l'anglais par William Oliver Desmond, Éditions Albin Michel, 2005, p. 24.
  34. Encyclopédie Universalis, Chine : cadre naturel.
  35. Yang Jisheng, Stèles. La Grande famine en Chine, 1958-1961, Seuil, 2012, p. 455.
  36. Le Monde, Des collégiens tibétains manifestent dans le Qinghai pour la défense de leur langue, Brice Pedroletti, 25 octobre 2010.
  37. Brice Pedroletti, Pour l'anniversaire du soulèvement de Lhassa, la crise atteint un nouveau paroxysme au Tibet, 14 mars 2012
  38. Tibet: un moine s'est immolé par le feu à Darlag, le 15e depuis mars, RTBF, 8 janvier 2012.
  39. Tsering Woeser, Le moine Jamyang Palden s’immole le 14 mars, devenant le 28e cas d’immolation au Tibet!, 18 mars 2012
  40. Associated Press, Un moine s'immole dans une région tibétaine du nord-ouest de la Chine 98.5fm, 16 mars 2014
  41. Pierre Guerrini (journaliste de Médiapart) 126, Phagmo Samdrup, un tibétain de 29 ans s'enflamme
  42. « Communiqué of the National Bureau of Statistics of People's Republic of China on Major Figures of the 2010 Population Census (No. 1) », National Bureau of Statistics of China,‎ avril 28, 2011 (consulté le 29 avril 2011)
  43. a, b et c (zh) 青海省2010年第六次人口普查主要数据公报 Statistiques 2010, sur le site de l'office national des statistiques de Chine.
  44. (en) Données du recensement chinois de 2010, sur le site Geohive.
  45. city population.de
  46. Santé et sécurité Tibet, sur le guide du routard.
  47. Profil nutritionnel de la Chine, FAO.
  48. télécharger : Aperçu complet, FAO « The infant mortality rate averaged 20.6‰ in the country, and varied from 8.2 to 49.5‰ in the different provinces, with Qinghai, Ningxia, Yunnan, Xinjiang and Guizhou being the most affected. In 1996, the under five mortality rate was on average 47‰ and the most affected provinces were Tibet, Jiangxi, Xinjiang and Yunnan. »
  49. (en) Epidemiological survey of congenital heart disease among people aged from 4 to 18 in Haidong area of Qinghai province.
  50. Chine: des enfants souffrant de maladies cardiaques reçoivent des soins médicaux
  51. (en) Growth of Han Migrants at High Altitude in Central Asia.
  52. Résumé.
  53. La première base de recherche sur les armes nucléaires de la Chine ouverte au public, sur www.french.xinhuanet.com, 3 mai 2007 : « La base, berceau des premières bombes atomiques et à hydrogène de la Chine. ».
  54. Modèle:Zn 原子城 青海湖畔的两弹基地
  55. (en) Thierry Dodin, in Anne-Marie Blondeau, Katia Buffetrille, Wei Jing, Authenticating Tibet: Answers to China's 100 Questions, University of California Press, 2008, 364 p., p. 284 : « It is reported that China has deployed nuclear weapons and dumped nuclear waste in Tibet, damaging the environment there. Is that true? No. "On the contrary », « the authors deny that there have ever been nuclear weapons or disposal of nuclear wastes "in the TAR" (Question 32, 2001). [...] there are indeed no such reports in the case of the TAR [...]. »
  56. (en) Tibetan Environment, International Campaign for Tibet : « Today there are at least 3 or 4 nuclear missile launch sites in Tibet housing an unknown number of warheads. »
  57. (en) Sheryl WuDUNN, Nuclear dump site reported in Tibet, The New York Times, 19 avril 1993 : « It is impossible to independently confirm some of the report's assertions. »
  58. The People's Liberation Army as Organization, James C. Mulvenon, Andrew N. D. Yang, chap. 11 : The Chinese Second Artillery Corps: Transition to credible deterrence, pp. 542-543 (voir en ligne [PDF])
  59. Second Artillery Corps, Nuclear Threat Initiative
  60. Chinese Nuclear Forces and U.S. Nuclear War Planning, FAS & NRDC, novembre 2006, pp. 67-70 [PDF]
  61. DF-4 Intermediate-range ballistic missile, sinodefence.com, mai 2006
  62. Xiao Qaidam [Hsiao-ch'ai-tan / Smaller Tsaidam 37°31'N 95°25'E]
  63. (en) Environment and Development Desk; Department of Information and International Relations; Central Tibetan Administration, Chapter 7: Nuclear Threats, 26 avril 2000 « Anti-Frigate Missile Centre at Drotsang.A new missile production centre is located at Drotsang (Ch. Ledu; 36.05N, 102.5E), 63 km east of Siling. The secret code number of this centre is 430. It was originally set up in 1986 and was massively expanded in 1995. It is a surrogate of the Ninth Academy and has been producing anti-frigate missiles which are being tested in Lake Kokonor (Chutter 1998). »
  64. UNESCO : Les arts Regong : Inscrit en 2009 sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]