Administration territoriale de la République populaire de Chine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.

La République populaire de Chine est subdivisée en plusieurs niveaux administratifs.

Niveaux[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

La constitution de la République populaire de Chine présente trois niveaux hiérarchiques pour l'administration du pays : provincial, district et cantonal. Toutefois, deux niveaux supplémentaires ont été ajoutés en pratique : le niveau préfectoral sous le niveau provincial, et le niveau communal sous le niveau cantonal.

La liste suivante résume les différentes subdivisions au 31 décembre 2005 :

  1. Niveau provincial (省级行政区, 33) :
  2. Niveau préfectoral (地级行政区, 333) :
  3. Niveau districtal (县级行政区, 2 862) :
  4. Niveau cantonal (乡级行政区, 41 636) :
  5. Niveau communal (村级自治组织) :
    • Communautés résidentielles (社区居民委员会, jūmínwěiyuánhùi, 80 717)[1]
    • Villages (村民委员会, cūnmínwěiyuánhùi, 623 669)[2] ou groupes de villages (村民小组, cūnmínxiǎozǔ) :
      • Villages administratives (行政村, xíngzhèngcūn)
      • Villages naturels (自然村, zìráncūn)

Niveau provincial[modifier | modifier le code]

Le gouvernement de la RPC dirige directement 22 provinces, 5 régions autonomes, 4 municipalités et 2 régions administratives spéciales, ces régions composent le niveau provincial.

Provinces (省, shěng)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Provinces de Chine.

Les provinces forment la division majoritaire du 1er niveau de l'échelon. Leurs frontières ont été, pour la plupart, établies durant les dynasties Yuan, Ming et Qing. Les modifications apportées depuis concernent surtout le Nord-Est de la Chine, à l'arrivée au pouvoir du président Mao Zedong.

Culturellement, les provinces servent de repères aux Chinois. À chaque province sont associés des clichés qui qualifient les habitants, les coutumes, la cuisine locale…

Chaque province est dirigée par un gouverneur.

Nom Abréviation Chef-lieu
Français Chinois Pinyin
Anhui 安徽 Ānhūi Wǎn Hefei
Fujian 福建 Fújiàn Mǐn Fuzhou
Gansu 甘肃 Gānsù Gān ou 陇 Lǒng Lanzhou
Guangdong 广东 Guǎngdōng Yuè Guangzhou
Guizhou 贵州 Gùizhōu Qián ou 贵 gùi Guiyang
Hainan 海南 Hǎinán Qióng Haikou
Hebei 河北 Héběi Shijiazhuang
Heilongjiang 黑龙江 Hēilóngjiāng Hēi Harbin
Henan 河南 Hénán Zhengzhou
Hubei 湖北 Húběi È Wuhan
Hunan 湖南 Húnán Xiāng Changsha
Jiangsu 江苏 Jiāngsū Nankin
Jiangxi 江西 Jiāngxī Gàn Nanchang
Jilin 吉林 Jílín Changchun
Liaoning 辽宁 Liáoníng Liáo Shenyang
Qinghai 青海 Qīnghǎi Qīng Xining
Shaanxi 陕西 Shǎnxī Shǎn ou 秦 Qín Xi'an
Shandong 山东 Shāndōng Jinan
Shanxi 山西 Shānxī Jìn Taiyuan
Sichuan 四川 Sìchuān Chuān ou 蜀 Shǔ Chengdu
Yunnan 云南 Yúnnán Diān ou 云 Yún Kunming
Zhejiang 浙江 Zhèjiāng Zhè Hangzhou
Taïwan[3] 台灣 Táiwān Tái Taipei

Régions autonomes (自治区 zìzhìqū)[modifier | modifier le code]

Les régions autonomes chinoises regroupent chacune une population importante de minorité ethnique en Chine. Elles ont un statut équivalent aux provinces et sont au nombre de cinq. Cependant, elles bénéficient d'une plus grande autonomie comme la possibilité de fonder un gouvernement local.

Les régions autonomes sont dirigés par des présidents originaires de l'ethnie en question.

Nom local Nom (chinois et pinyin) Nationalité Abréviation Capitale
Gvangjsih Bouxcuengh Swcigih Région autonome zhuang de Guangxi
(广西壮族自治区
Guǎngxī Zhuàngzú Zìzhìqū)
Zhuang
Guì
Nanning
ᠥᠪᠦᠷ ᠮᠣᠨᠺᠤᠯᠤᠨ ᠥᠪᠡᠷᠲᠡᠺᠡᠨ ᠵᠠᠰᠠᠬᠤ ᠣᠷᠤᠨ
Öbür Mongghul-un Öbertegen Jasaqu Orun
Région autonome de Mongolie-Intérieure
(内蒙古自治区
Nèiměnggǔ Zìzhìqū)
Mongol 内蒙古
Nèiměnggǔ
Hohhot
Région autonome hui de Ningxia
(宁夏回族自治区
Níngxià Húizú Zìzhìqū)
Hui
Níng
Yinchuan
شىنجاڭ ئۇيغۇر ئاپتونوم رايونى
Shinjang Uyghur Aptonom Rayoni
Région autonome ouïgoure de Xinjiang
(新疆维吾尔自治区
Xīnjiāng Wéiwú'ěr Zìzhìqū)
Ouïghour
Xīn
Ürümqi
བོད་རང་སྐྱོང་ལྗོངས
Bod.raṅ.skyoṅ.ljoṅs
Région autonome du Tibet
(西藏自治区
Xīzàng Zìzhìqū)
Tibétain
Zàng
Lhassa

Municipalités (直辖市 zhíxiáshì)[modifier | modifier le code]

Les municipalités de la RPC sont de grandes villes dont les ordres viennent directement du gouvernement central au lieu de la province où elles se trouvent, c'est d'ailleurs pour cela qu'elles sont du niveau provincial. Elles s'étendent non seulement sur la zone urbaine, mais aussi sur les zones péri-urbaines et rurales environnantes.

Il existe actuellement 4 municipalités qui sont dirigées par des maires.

Nom (chinois et pinyin) Abréviation
Chongqing (重庆 Chóngqìng)
Pékin (北京 Běijīng) Jīng
Shanghai (上海 Shànghǎi)
Tianjin (天津 Tiānjīn) Jīn

Région administrative spéciale (特别行政区 tèbié xíngzhèngqū)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Région administrative spéciale.

La RPC compte 2 Régions administratives spéciales (RAS) que sont Hong Kong et Macao.

Ce statut a été spécialement créé en vue de la rétrocession de ces deux îles à la Chine en 1997 et 1999 et permet une autonomie très vaste des territoires concernés : Hong Kong et Macao disposent de leur propres monnaie, passeport, système juridique…, leurs langues officielles sont l'anglais et le cantonais pour Hong Kong (ancienne concession anglaise), le portugais et le cantonais pour Macao (ancienne concession portugaise).

Les RAS sont dirigées par des chefs de l'exécutif.

Nom (chinois et pinyin) Abréviation
Hong Kong (香港 Xiānggǎng) Gǎng
Macao (澳門 Àomén) Ào

Niveau préfectoral[modifier | modifier le code]

Un cran en dessous des provinces, se trouve le niveau préfectoral qui regroupe des villes-préfectures (283) ainsi que des préfectures autonomes (30) et des préfectures (17). En Mongolie-Intérieure, il existe également une subdivision du niveau préfectoral, appelée ligue, qui a surtout une valeur symbolique puisque la quasi-totalité des ligues a été remplacée par des villes-préfectures.

Depuis 1983, les villes-préfectures ont progressivement remplacé les autres divisions au niveau préfectoral, devenant aujourd'hui le composant majoritaire.

Toutes ces subdivisions sont dirigées soit par les provinces, soit par les régions autonomes en République Populaire de Chine.

Préfectures (地区 dìqū)[modifier | modifier le code]

Les préfectures furent, jusque dans les années 1980, la division majoritaire (ce qui explique le nom du niveau). Elles ont presque toutes été remplacées ou converties en villes-préfectures. Il n'en subsiste plus que 17, principalement dans les régions de Xinjiang et du Tibet.

Les préfectures sont dirigées par un bureau d'administration.

Préfectures autonomes (自治州 zìzhìzhōu)[modifier | modifier le code]

La diversité ethnique de la Chine a conduit, au parti communiste, à créer des préfectures regroupant ces nationalités, voire des districts et cantons. Chacune d'elles profite d'une autonomie supérieure aux autres préfectures.

Villes-préfectures (地级市 dìjíshì)[modifier | modifier le code]

Il s'agit donc de la région préfectorale le plus fréquente, on en dénombre 283. Les villes-préfectures sont composées, en général, d'un centre urbain possédant une banlieue rurale. De nombreuses provinces ne contiennent que des villes-préfectures.

Ligues (盟 méng)[modifier | modifier le code]

Les ligues sont équivalents aux préfectures mais ne se trouvent que dans la région autonome de Mongolie-Intérieure. Quasiment toutes remplacées par les villes-préfectures, il n'en subsiste que trois actuellement.

Niveaux districtal, cantonal et communal[modifier | modifier le code]

Toutes les régions du rang préfectoral sont ensuite découpées, le plus souvent, par des districts, qui ont donc donné la dénomination « niveau districtal ». On dénombre 1464 dictricts, 117 districts autonomes, 374 villes-districts et 852 districts urbains à travers la Chine. En Mongolie-Intérieure, il y a 49 bannières et 3 bannières autonomes.

Chacune de ces divisions sont constitués de cantons et bourgs (niveau cantonal), eux-mêmes regroupant villages et communautés résidentielles (niveau communal).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. China Statistical Yearbook 2007, Ch. 23-28 Basic Conditions of Civil Affairs Agencies"
  2. China Statistical Yearbook 2007, Ch. 23-28, op.cit.
  3. La RPC contrôle les 22 provinces de la Chine continentale et considère Taïwan comme sa 23e province où elle n'exerce pas son autorité (voir Statut de Taïwan).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]