Xian de Haiyan (Qinghai)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Idéogrammes chinois Cette page contient des caractères chinois. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Haiyan.
Hǎiyàn Xiàn
海晏县
Localisation de la ville de Xihai dans le district de Haiyan (en rose) et la préfecture de Haibei (en jaune)
Localisation de la ville de Xihai dans le district de Haiyan (en rose) et la préfecture de Haibei (en jaune)
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Province Qinghai
Préfecture Haibei
Chef-lieu Xihai
Statut administratif Xian
Code postal 812200[1]
Démographie
Population 30 585 hab. (1999)
Géographie
Coordonnées 37° 03′ 00″ N 100° 46′ 59″ E / 37.05, 100.78337° 03′ 00″ Nord 100° 46′ 59″ Est / 37.05, 100.783  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Chine

Voir la carte administrative de Chine
City locator 14.svg
Hǎiyàn Xiàn

Géolocalisation sur la carte : Chine

Voir la carte topographique de Chine
City locator 14.svg
Hǎiyàn Xiàn

Le xian de Haiyan (Tib: ཧའེ་ཡན་, 海晏县 ; pinyin : Hǎiyàn Xiàn) est un district administratif de la province du Qinghai en Chine. Il est placé sous la juridiction de la préfecture autonome tibétaine de Haibei. Son chef-lieu est la ville de Xihai (西海郡).

Démographie[modifier | modifier le code]

La population du district était de 30 585 habitants en 1999[2].

Ancien site de production d'armes nucléaires[modifier | modifier le code]

Le premier site chinois consacré à la fois à la recherche et à la production d'armes nucléaires a été implanté entre la ville de Xihai et le lac Qinghai, dans la prairie de Jingyintan, à la fin des années 1950. Cette base militaire secrète, connue sous les noms de Neuvième Académie ou d'Usine 221, comprenait, sur une superficie d'environ 1 000 km², toutes sortes d'installations de surface et souterraines, laboratoires, centres de production et de stockage. Le site a été fermé en 1987 et déclassifié en 1993. Certaines parties ont depuis été ouvertes au public sous forme de musée[3],[4].

L'activité du site a provoqué une pollution du sol par divers produits radioactifs. Par ailleurs, compte tenu de sa proximité du lac Qinghai (une quinzaine de kilomètres), et de l'existence d'une liaison ferrée directe, il est très probable que le lac ait été utilisé comme décharge pour divers déchets, dont des déchets radioactifs[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Codes postaux et téléphoniques du Qinghai, (en) China Zip Code/ Telephone Code, ChinaTravel
  2. (en) National Population Statistics Materials by County and City - 1999 Period, in China County & City Population 1999, Harvard China Historical GIS
  3. (en) « Mao's atomic secrets revealed at last », The Sunday Telegraph,‎ 20 septembre 2003 (consulté le 9 septembre 2007)
  4. (en) « A nuclear attraction », The Standard, China Business Newspaper,‎ 30 juin 2007 (consulté le 9 septembre 2007)
  5. (en) « Tibet: Environment and Development Issues », Tibet Environmental Watch,‎ 26 avril 2000 (consulté le 9 septembre 2007)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Andreas Gruschke: The Cultural Monuments of Tibet’s Outer Provinces: Amdo - Volume 1. The Qinghai Part of Amdo, White Lotus Press, Bangkok 2001.
  • Tsering Shakya: The Dragon in the Land of Snows. A History of Modern Tibet Since 1947, London 1999, ISBN 0-14-019615-3

Liens externes[modifier | modifier le code]