Administration centrale tibétaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Administration centrale tibétaine
Image illustrative de l'article Administration centrale tibétaine

Devise : « Espérer le meilleur, mais se préparer au pire »

Création 28 avril 1959
Siège Dharamsala, Inde
Langue(s) Tibétain
Sikyong (Premier ministre) Dr. Lobsang Sangay
Site web
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CTA.
Politique au Tibet
Image illustrative de l'article Administration centrale tibétaine

L'Administration centrale tibétaine (anglais : Central Tibetan Administration – CTA), également appelé Gouvernement tibétain en exil, est le gouvernement en exil conduit par le premier ministre tibétain, Lobsang Sangay et installé à Dharamsala (en Inde). Il se donne pour mission de prendre en charge les réfugiés tibétains et de « restaurer la liberté au Tibet ».

Dès l'arrivée des Tibétains en Inde, le gouvernement indien leur a donné un large degré d'autonomie dans la conduite des affaires internes de leur communauté, permettant au gouvernement tibétain en exil de gérer programmes sociaux, impôt volontaire, écoles, perspectives d'emploi, et d'autres aspects[1].

Aucun pays, l'Inde y compris, n'a officiellement reconnu à ce jour le gouvernement tibétain en exil[2],[3],[4],[5]. En 1966, l'Inde avait pris la décision de reconnaître le gouvernement tibétain en exil au retour du premier ministre indien Lâl Bahâdur Shâstrî de Tachkent, mais celui-ci y succomba d'une crise cardiaque[6],[7]. Selon Astrid Fossier, aujourd'hui, seule l’Inde, qui a accordé en 1959 l’asile au 14e dalaï-lama, aux membres de son gouvernement et aux milliers de Tibétains exilés, exprime une position claire à l’égard du gouvernement tibétain en exil[pas clair][8].

Toutefois, le gouvernement tibétain en exil a des représentations étrangères, dénommées Bureau du Tibet, dans 11 pays, fonctionnant en tant qu’agences officielles à New Delhi, Katmandou, Genève, New York, Tokyo, Londres, Moscou, Bruxelles, Canberra, Pretoria et Taipei[9].

Selon Ursula Bernis[10], du fait de l'affirmation, dans le préambule de la Charte de 1991, de l'union des affaires religieuses et politiques, le gouvernement tibétain en exil s'inscrit dans la continuité du gouvernement Ganden Potang du Tibet établi par le 5e dalaï-lama en 1642. Le dalaï-lama continue à être le chef non élu du gouvernement et le système politique reste privé d'opposition institutionnalisée. Les efforts de démocratisation ne se sont pas étendus à la séparation de la religion et de la politique[11].

Pour autant, en avril 2001, à la demande du dalaï-lama, la Charte fut amendée de façon à permettre l'élection du Premier ministre tibétain par les Tibétains en exil[12]. En mars 2011, le dalaï-lama en semi-retraite depuis 2001, prit sa retraite politique complète[13].

Fondation[modifier | modifier le code]

Drapeau du Tibet, créé en 1916 par le 13e dalaï-lama et ayant servi à des fins militaires et officielles jusqu'en 1951, il continue à être employé par le Gouvernement tibétain en exil, mais est interdit depuis 1959 en République populaire de Chine.

Le gouvernement tibétain en exil fut proclamé le 29 avril 1959. Initialement basé à Mussoorie, dans l'Uttarakhand au nord de l'Inde, il fut transféré à Dharamsala en 1960 grâce à l'accord du gouvernement indien. Après sa fuite du Tibet en 1959, le 14e dalaï-lama, qui fut suivi de la plupart des membres de son gouvernement, décida de reconstituer un gouvernement en exil dont la mission serait à la fois de prendre en charge les réfugiés tibétains et de « restaurer la liberté » au Tibet. Le 14e dalaï-lama est depuis 1959 le détenteur du pouvoir exécutif de ce gouvernement en exil. Cependant, il affirme avoir instauré progressivement un régime démocratique. Ainsi, les autorités tibétaines en exil créèrent le 2 septembre 1960 le Parlement tibétain en exil. Le 10 mars 1963, la Constitution, fondée sur la Déclaration universelle des droits de l'homme, fut promulguée et appliquée au sein du gouvernement tibétain en exil.

La question de la séparation du religieux et du politique[modifier | modifier le code]

Selon Dominique Bari, journaliste à L'Humanité, la constitution du Tibet lie sphère religieuse et sphère politique, se terminant par une résolution spéciale, approuvée en 1991, qui proclame l'obligation politico-religieuse de « la foi » et de « l'allégeance » à l'égard de sa sainteté le dalaï-lama, appelé à « rester avec nous à jamais comme notre chef suprême spirituel et temporel » [14].

Cette union des affaires religieuses et politiques, affirmée dans le préambule de la constitution, s'inscrit, d'après Ursula Bernis, dans la continuité du gouvernement Ganden Potang du Tibet établi par le 5e dalaï-lama en 1642. Le dalaï-lama continue à être le chef non élu du gouvernement et le système politique reste privé d'opposition institutionnalisée. Les efforts de démocratisation ne se sont pas étendus à la séparation de la religion et de la politique[11].

Selon la thèse de Julien Cleyet-Marel, docteur en Droit Public à l'université Aix Marseille III, Groupe d'études et de recherches sur la justice constitutionnelle (GERJC), la Charte constitutionnelle tibétaine a pour but de permettre, par un processus lent et graduel, la responsabilisation des Tibétains pour la politique du Tibet, afin de créer une cohésion sociale et politique du peuple tibétain par des institutions démocratiques même en l'absence du dalaï-lama[15]. De plus, le dalaï-lama est favorable à la séparation de l'Église et de l'État, et a pris la décision de ne plus occuper de fonction dans l’administration tibétaine à son retour au Tibet[16]. Il a exprimé son souhait, lors de son éventuel retour au Tibet, d'une séparation complète de l'Église et de l'État allant jusqu’au retrait des religieux aussi bien de la candidature à des postes politiques que des votes, dans un entretien avec l’écrivain Thomas Laird[17].

Selon Matthieu Ricard, le projet d'autonomie du dalaï-lama s'inscrit dans un cadre démocratique et laïque[18].

Cependant, en 1993, le dalaï-lama affirma qu'il était partisan de la démocratie laïque et qu'il ne serait pas partie prenante du gouvernement du Tibet lorsque ce dernier aura recouvré sa liberté[19]. En 2003, Kelsang Gyaltsen affirma que le dalaï-lama était favorable à la séparation de l'Église et de l'État, et qu'il avait pris la décision de ne plus occuper de fonction dans l’administration tibétaine à son retour au Tibet[20]. Dans un entretien avec l’écrivain Thomas Laird publié en 2007, le dalaï-lama a exprimé son souhait d'une séparation complète de l'Église et de l'État allant jusqu’au retrait des religieux aussi bien de la candidature à des postes politiques que des votes[17]. En mars 2011, le 14e dalaï-lama, qui dès 1990 amorça une démocratisation progressive du régime, modifiant la constitution en 2001 pour que le gouvernement soit dirigé par un premier ministre élu par les Tibétains en exil[21], demanda au Parlement tibétain en exil un amendement constitutionnel permettant d'acter sa retraite politique[22], pour lui l'institution des dalaï-lamas est dépassée et doit laisser place à la démocratie[23].

Suite à la retraite politique du dalaï-lama, des amendements élaborés par le Parlement à l'invitation du dalaï-lama durent être apportés à la Charte. Le nouveau préambule de la Charte affirme « la garantie de continuité de l’Administration centrale tibétaine dans son rôle d’entité gouvernante légitime et représentante du peuple tibétain tout entier, qui est le détenteur de la souveraineté. »[24].

La question de la reconnaissance internationale[modifier | modifier le code]

Ainsi que le signale Martine Bulard, journaliste au Monde diplomatique, en charge de l’Asie, aucun pays n'a officiellement reconnu le gouvernement tibétain en exil et le Tibet n'a jamais été répertorié par les Nations unies comme « pays à décoloniser », que ce soit avant ou après 1971, date de l'entrée de la Chine populaire au sein de cette organisation internationale[3]. Pour Barry Sautman, aucun État ne reconnaît le GTE ni l'assertion que le Tibet était indépendant[4].

Ursula Bernis est d'avis que le gouvernement tibétain à Dharamsala n'est pas, en toute légitimité, un gouvernement selon les normes juridiques et internationales[25].

Cependant, comme l'explique Fiona McConnell, même si le gouvernement tibétain en exil n'a fait l'objet d'aucune reconnaissance internationale et n'exerce aucune souveraineté de jure sur un territoire que ce soit au Tibet ou en exil, cette administration en exil clame sa légitimité en tant que représentant officiel du peuple tibétain, exécute nombre de fonctions de type étatique en rapport avec sa « communauté » en diaspora et tente de se faire entendre de la communauté internationale[26].

Seule l’Inde, qui a accordé en 1959 l’asile au dalaï-lama, aux membres de son gouvernement et aux milliers de Tibétains exilés, exprima une position claire à l’égard du gouvernement tibétain en exil[pas clair]. De cette position découla en partie le conflit qui l’oppose à la Chine[8].

Le gouvernement tibétain en exil ouvrit des bureaux du Tibet pour faciliter ses contacts extérieurs. Le Népal qui avait maintenu un consulat à Lhassa depuis le XVIIIe siècle fut le premier pays à accepter cette représentation[27].

Tsepon W.D. Shakabpa rapporta au dalaï-lama que le premier ministre indien Lâl Bahâdur Shâstrî lui avait fait part, lors d'un entretien en 1966, du fait que l'Inde avait décidé de reconnaître le gouvernement tibétain en exil à son retour de Tachkent, mais celui-ci y succomba d'une crise cardiaque[6]. Juchen Thupten Namgyal confirme cette information. Sa mort prématurée, comme celle de Jayaprakash Narayan, une autre personnalité politique indienne soutenant le Tibet, semble être un manque de chance, mais Claude Arpi suppose qu'elles pourraient être liées à une autre facteur[7].

Selon Anne-Marie Blondeau, les gouvernements, ne souhaitant pas affronter la République populaire de Chine en raison de la compétition internationale dont ses marchés font l’objet, évitent de prendre parti en évoquant le « statut peu clair » du Tibet et n’abordent pas l’autodétermination des Tibétains, même s’ils évoquent les violations des droits de l'homme au Tibet[28].

Entre 2002 et 2009, la Fondation des échanges Taïwan-Tibet a servi de canal de communication semi-officiel entre Taïwan et le gouvernement tibétain en exil à Dharamsala, en Inde[29].

Les États-Unis ont créé la fonction de coordinateur spécial pour le Tibet le 30 octobre 1997, elle fut inscrite en 2002 dans le Tibetan Policy Act[30],[31],[32],[33],[34].

Selon Pierre-Antoine Donnet, la position soviétique a varié selon sa politique envers la Chine. Dans les années 1960 marquées par la rupture sino-soviétique, Moscou mis en doute le caractère historique de la souveraineté de la Chine sur le Tibet[35].

Le Parlement tibétain en exil[modifier | modifier le code]

Entrée du Parlement tibétain en exil

Le Parlement tibétain en exil est l'organe législatif du gouvernement tibétain en exil et il comprend entre 43 et 46 membres élus :

  • 10 députés pour chacune des 3 provinces traditionnelles du Tibet historique, le Kham, le Ü-Tsang et l’Amdo,
  • 2 députés pour chacune des 4 écoles principales du bouddhisme tibétain ainsi que la tradition Bön
  • 2 députés représentent la diaspora tibétaine en Europe ;
  • 1 député représente la diaspora tibétaine en Amérique du Nord
  • 1 à 3 députés nommés par le dalaï-lama représentent la culture, les sciences ou le service de la communauté (en).

L’assemblée est présidée par un président et un vice-président élus tous les cinq ans par les députés en leur sein. Les sessions de l’assemblée se tiennent tous les 6 mois. Cependant le dalaï-lama peut convoquer l’assemblée en cas d’urgence d’un niveau national. Lorsque l’assemblée ne siège pas, un comité de douze membres gère les affaires courantes, constitué de deux membres par province, un membre par école bouddhiste et un nommé par le dalaï-lama.

Pour rester en liaison constante avec la population en exil, des assemblées locales ont été instituées dans chaque communauté de plus de 160 personnes. Ces assemblées locales sont l’exacte réplique du parlement tibétain. Enfin, c’est le parlement qui est habilité à élire le Cabinet tibétain, le Kashag, ou Conseil des ministres.

Le Kashag[modifier | modifier le code]

Entrée du ministère de l’information et des relations internationales

Le Kashag, le cabinet des ministres du gouvernement tibétain, est le corps exécutif majeur de l’Administration Centrale Tibétaine. Il a été subordonné au dalaï-lama jusqu'en 1990, puis les ministres (Kalon) ont été élus par l'Assemblée des députés tibétains[36]. Le Kashag réunit les ministres et le dalaï-lama pour prendre toutes décisions en lien avec la communauté des réfugiés tibétains. Il a également la responsabilité d'informer le monde de la question du Tibet.

S'appuyant sur un article de Lobsang Sangay, le politologue et juriste Barry Sautman affirme que dans chaque cabinet, de 1991 à 2001, il y a eu au moins un ministre appartenant à la famille du dalaï-lama[37]. Selon Ursula Bernis, au Tibet, les membres de la famille du dalaï-lama n'avaient pas le droit d'occuper un poste officiel ; cela a changé avec l'exil[38].

Depuis 2001, les ministres sont nommés par le Premier ministre tibétain, président du Kashag (Kalon Tripa), dont l'élection par les Tibétains en exil au suffrage universel a été instaurée. Le 20 août 2001, le Professeur Samdhong Rinpoché fut élu Premier ministre du gouvernement tibétain en exil. C'était la première fois que le Premier ministre était choisi au suffrage direct, à la suite des réformes annoncées par le dalaï-lama cette même année.

Le ministère de la santé gère l'hôpital Delek[39].

Cabinet actuel (16 septembre 2011)[modifier | modifier le code]

  1. Lobsang Sangay - premier ministre (élu le 27 avril 2011) - ministère de l’éducation[40]
  2. Dolma Gyari - ministre de l'Intérieur
  3. Dickyi Choeyang - ministère de l’information et des relations internationales
  4. Pema Chinnjor - ministère de la religion et ministère de la culture
  5. Ngodup Dongchung - ministère de la sécurité
  6. Tsering Dhondup - ministère des finances
  7. Tsering Wangchuk - ministère de la santé

Cabinet précédent[modifier | modifier le code]

  1. Samdhong Rinpoché - premier ministre
  2. Kesang Yangkyi Takla - ministère de l’information et des relations internationales
  3. Thupten Lungrik - ministère de l’éducation
  4. Tsering Phuntsok - ministère de la religion et ministère de la culture
  5. Ngodup Dongchung - ministère de la sécurité
  6. Tsering Dhondup - ministère des finances
  7. Chope Paljor Tsering - ministère de la santé

En outre :

  • Tempa Tsering - représentant du dalaï-lama à New Delhi
  • Lobsang Nyandak- représentant du dalaï-lama aux USA
  • Tashi Wangdi- représentant du dalaï-lama en Europe
  • La Commission suprême de justice, qui est l’organe judiciaire le plus élevé du CTA. Selon la constitution, cette commission est responsable de la gestion de tous les différends civils (divorce, différends commerciaux, etc.) au sein de la communauté tibétaine en exil. Cette commission n’a cependant pas compétence en matière pénale auprès de la communauté tibétaine. Ainsi, lorsqu’un Tibétain commet un délit par exemple, c’est la justice indienne qui se saisira de l’affaire, la commission suprême de justice tibétaine n’étant pas habilitée à juger ce type d’infraction.

Les commissions autonomes[modifier | modifier le code]

Il existe trois commissions autonomes :

  • la commission de l’élection, qui organise et supervise l’élection de tous les corps électifs, et notamment ceux du premier ministre et des membres de l’Assemblée des Députés ;
  • la commission du service public, qui recrute et nomme les fonctionnaires civils, par exemple les secrétaires des bureaux du Tibet à l’étrangers (350 personnes aujourd’hui) ;
  • et enfin la commission d’audit, responsable de la comptabilité des départements de l’administration et des structures qui en dépendent telles que les hôpitaux, les coopératives, etc.

Les réformes démocratiques[modifier | modifier le code]

Pour Jampal Chosang, représentant du dalaï-lama en France, le système politique des exilés tibétains a évolué pour devenir une démocratie[41]. Selon le Groupe interparlementaire d'amitié - France-Tibet du Sénat, la politique des Tibétains en exil préfigure un Tibet démocratique, un véritable ferment pour l'ouverture de la Chine dans son aspiration à rejoindre la communauté des nations[42].

La démocratisation du régime tibétain a été débutée dès l'arrivée en exil, et réalisée progressivement par le 14e dalaï-lama. Le 2 septembre 1960 le dalaï-lama annonça l'établissement d'une forme démocratique de gouvernement pour les Tibétains vivant en exil. Cette même année, une ébauche de la Constitution du Tibet fut écrite, et des représentants des trois provinces tibétaines et des écoles du Bouddhisme tibétain ont été élus au Parlement tibétain en exil. Dans les débats sur la Constitution, le dalaï-lama s'est exprimé en faveur d'un état laïc pour la politique tibétaine. Pour lui, l'union de valeurs spirituelles et laïques pourrait se réaliser par un engagement pour la non-violence et la paix[43]. En 1964, les tibétains en exil a élu les membres de l'Assemblée pour la première fois. En 1990, il décida la dissolution de la 10e Assemblée et du Kashag afin de demander au Parlement de nommer démocratiquement les membres du Cabinet. Auparavant, les Kalons (ministres) du Kashag, étaient directement nommés par le dalaï-lama. En 1990 les membres de l'Assemblée ont élu les ministres (Kalons) pour la première fois. Le 14 juin 1991, la 11e Assemblée devint l’autorité législative de la communauté en exil, incluant dans son mandat l’élection du Kashag. La même année, l’Assemblée publia la Charte des Tibétains en exil énonçant les droits et devoirs de la communauté et posant les bases d’un système démocratique efficace garantissant le respect des droits individuels et collectifs et adapté aux particularités du Tibet. En 1991, la « Constitution pour un futur Tibet libre » a été promulguée. Plus récemment, en 2001, pour la première fois, le Premier Ministre (Kalon Tripa), a été élu au suffrage universel. C'est le Professeur Samdhong Rinpoché qui a été choisi par la population tibétaine en exil[44],[45].

La dernière étape des réformes démocratiques fut la rédaction d’un document intitulé « Les lignes directrices de la politique du Tibet futur et les traits fondamentaux de sa Constitution ». Ce texte serait appliqué dès le retrait des troupes chinoises du Tibet. Les principaux points de cette constitution sont les suivants :

  • Mise en place d’un gouvernement intérimaire. Ce gouvernement de transition aura pour rôle d’organiser une Constituante qui sera chargée de rédiger une nouvelle constitution sur la base du projet préparé en exil.
  • Le dalaï-lama n’occupera plus le poste de chef de l’État.
  • Un chef de l’État intérimaire sera désigné. Il aura les mêmes prérogatives que le dalaï-lama.
  • Le pouvoir législatif sera confié à l’Assemblée nationale tibétaine constituée de deux chambres. La chambre basse sera composée de membres élus au suffrage universel direct tandis que la chambre haute sera composée de membres élus par les assemblées provinciales et de membres directement nommés par le président.
  • Le chef de l’État et le vice-président seront élus par les chambres haute et basse de l’assemblée nationale tibétaine. Ils seront détenteurs du pouvoir exécutif.
  • La cour suprême de justice sera la plus haute instance judiciaire du pays.
  • La politique du Tibet libre aura une orientation sociale fondée sur les principes de non violence.
  • Une grande importance en politique sera accordée à l’environnement.
  • Le Tibet sera transformé en zone de paix démilitarisée et neutre.

Trois axes symbolisent la lutte pour la paix du gouvernement tibétain : maintenir les liens unissant les Tibétains malgré les conditions de l’exil, préserver l’identité culturelle tibétaine et apprendre à chacun les valeurs et le respect des droits de l’homme.

Le remplacement du 14e dalaï-lama, Tenzin Gyatso, par le 17e Karmapa, Orgyen Trinley Dorje évoqué[46].

Les relations internationales[modifier | modifier le code]

Le gouvernement tibétain en exil a des représentations étrangères, dénommées Bureau du Tibet, dans 11 pays, fonctionnant en tant qu’agences officielles en Inde, au Népal, en Suisse, aux États-Unis, au Japon, en Angleterre, en Russie, en Belgique, en Australie, en Afrique du Sud, et à Taïwan[9].

Allemagne[modifier | modifier le code]

Le 23 septembre 2007, la chancelière allemande Angela Merkel a reçu le dalaï-lama, déclarant à cette occasion soutenir sa « politique en faveur d'une autonomie culturelle et religieuse ». Cette rencontre a toutefois été qualifiée de « privée » par le gouvernement allemand[47].

République populaire de Chine[modifier | modifier le code]

Des représentants chinois et tibétains se sont rencontrés à sept reprises entre 2002 et 2008 sans qu'aucune ébauche de solution n'ait été trouvée. Les discussions n’ont pas encore permis d’avancer dans la mise en œuvre des négociations tant attendues par les Tibétains et ceux qui sont solidaires de leur lutte[48].

Après la 5e visite, dans sa déclaration du 10 mars 2006, le 14e dalaï-lama a réitéré son engagement de longue date en faveur de l'approche de la « Voie médiane » afin de résoudre la question tibétaine. Il a déclaré qu'il ne revendiquait qu'une autonomie authentique pour le peuple tibétain, comme la constitution chinoise le garantit. Le dalaï-lama a affirmé que cette 5e visite « a permis aux deux parties de déterminer avec précision les principales différences de vue qui demeurent entre nous » et que les parties « ont aussi pris la mesure des conditions nécessaires à la résolution de ces différences ». Les envoyés ont également fait part aux autorités chinoises du souhait du dalaï-lama de visiter la Chine lors d'un pèlerinage et de prendre connaissance des changements et du développement en Chine. Le dalaï-lama a pressé les autorités chinoises de manifester leur intérêt pour le dialogue actuel par des « gestes significatifs ».

Du côté de la Chine, le président (à l'époque) du gouvernement populaire de de la Région autonome du Tibet, Jampa Phuntsok, a reconnu que les discussions entre les envoyés du dalaï-lama et le gouvernement chinois n'avaient pas encore produit de négociations substantielles. Après la visite en Chine des envoyés du dalaï-lama le mois dernier, un porte-parole du Ministère chinois des Affaires étrangères a minimisé l'importance de la visite en affirmant que « des Tibétains de l'étranger visitaient leur mère-patrie en leur qualité personnelle ». Les attaques verbales de la Chine envers le dalaï-lama, y compris les accusations de séparatisme, se sont poursuivies.

Le 29 juin au 5 juillet 2007, deux émissaires du dalaï-lama, Lodi Gyari et Kelsang Gyaltsen, se rendent en Chine pour lS₣ 7.75 (eur 6)e visite de discussions sur le Tibet dont la première eu lieu en 2002[49]. Lodi Gyari donna une interview quelques mois auparavant[50].

La 7e rencontre s'est produite le dimanche 4 mai 2008, pour la première fois depuis 10 mois et depuis les Troubles au Tibet en 2008, à Shenzhen dans la province de Canton[51]. Les émissaires du dalaï-lama se sont entretenus avec le dalaï-lama, et ils ont fait une conférence de presse par la suite[52],[53].

Selon Aftenposten, la Norvège aurait mis en place une diplomatie secrète pour aider à la résolution du conflit sino-tibétain[54].

Lodi Gyari a affirmé le 8 octobre 2008 à la Asia Society à New York que « si le problème n'est pas résolu, alors j'ai peur qu’une partie des Tibétains ne recourra à la violence ». Le dalaï-lama propose d'accepter un rôle pour le Parti communiste et le socialisme dans les secteurs tibétains, une idée qui n'est pas populaire parmi les Tibétains à cause de ressentiments. « Mais quand le dalaï-lama fait une telle déclaration, il n’y a pas de forte opposition à cela. Ceci montre clairement la force et la profondeur de la vénération [pour le dalaï-lama]. Si les Chinois souhaitent trouver une solution, c’est le moment, parce qu'ils ont une personne avec qui ils peuvent s’entendre ». Lodi Gyari présentera des idées sur la façon dont les Tibétains voient l'autonomie au prochain et huitième round de discussion[55].

États-Unis[modifier | modifier le code]

Non reconnaissance du gouvernement tibétain en exil[modifier | modifier le code]

Selon le journaliste du Revolutionary Worker Mike Ely, la position officielle du gouvernement américain étant que le Tibet fait historiquement partie de la Chine, il s’est abstenu de reconnaître le gouvernement tibétain en exil en tant que gouvernement légitime du Tibet[56].

Financement des mouvements tibétains par la CIA[modifier | modifier le code]

Selon des documents officiels américains rendus publics[57], en 1964 la CIA poursuivit son soutien actif aux mouvements tibétains, en particulier « l'entourage du dalaï-lama », la guérilla tibétaine et l'organisation d'opérations de renseignement à l'intérieur du Tibet, notamment par l'envoi de 20 agents secrets, au travers d'un programme destiné à entretenir le concept d'un Tibet autonome. De même, la CIA a soutenu la création de plusieurs Tibet Houses destinées à servir de représentation non officielle pour le dalaï-lama et à maintenir le concept d'une identité politique tibétaine, celle de New York avait pour projet permettre de travailler en étroite collaboration avec les délégations de différents pays soutenant les Tibétains aux Nations unies.

En 1964, ce programme de 1 735 000 dollars prévoyait notamment :

  • Le soutien à une guérilla de 2100 Tibétains installée au Népal (500 000$)
  • Une subvention pour le dalaï-lama (180 000$)
  • Les dépenses du site de formation secret pour les Tibétains dans le Colorado (400 000$)
  • Transport par avion des Tibétains formés vers l'Inde (185 000$)
  • Programme d'éducation pour 20 jeunes officiers tibétains (45 000$)
  • Création de plusieurs Tibet Houses à New York, Genève et (non divulgué)

Les Tibétains en exil et le dalaï-lama ont reconnu depuis de nombreuses années avoir reçu autrefois une aide de la CIA. En 1998, la déclassification des documents de la CIA montre que l'aide directe de la CIA a duré une décennie[58]. Peu de temps après, le gouvernement du dalaï-lama démentait que le dirigeant tibétain ait profité personnellement d'une subvention annuelle de 180 000$[59]. Ce dernier s'est démarqué des opérations de la CIA et de la guérilla tibétaine. Ainsi, dans ses mémoires il écrit : « Quoique j'eusse toujours admiré la détermination de ces guérilleros, leurs activités n'avaient jamais eu mon appui... »[36]. Pourtant, Gompo Tashi Andrugtsang, le chef du mouvement de résistance Chushi Gangdruk, cite dans son autobiographie la lettre que le dalaï-lama lui envoya fin mars début avril 1959, pour lui annoncer sa nomination au rang de général et l'encourager à poursuivre la lutte : « Vous avez mené les forces du Chushi Gandrug avec une détermination inébranlable afin de résister à l'armée d'occupation chinoise dans la défense de la grande cause nationale de la liberté du Tibet. Je vous confère le rang de 'DZASAK' (...) en reconnaissance des services que vous avez rendus au pays. La situation actuelle exige de poursuivre, avec la même détermination et le même courage, votre lutte pleine de bravoure »[60].

Lodi Gyari, représentant du dalaï-lama à Washington déclare ne pas avoir eu connaissance de la subvention annuelle de 180 000 $ destinée au dalaï-lama et de la façon dont elle a été dépensée. Sur le soutien de la CIA aux Tibétains, il déclare : « C'est un secret dévoilé, nous ne le contestons pas »[58].

France[modifier | modifier le code]

Selon China Daily en 2009, après que le premier ministre chinois Wen Jiabao eut demandé à la France de clarifier sa position sur le Tibet, le porte-parole du Ministère français des affaires étrangères, Eric Chevallier, a déclaré que la position de la France était inchangée et que celle-ci rejetait le séparatisme et l'indépendance tibétaine[61].

En France, un Groupe d'études sur le problème du Tibet rassemble des députés de tous partis, et un Groupe d'information internationale sur le Tibet des sénateurs français. L'ancien chef de l'État Nicolas Sarkozy a rencontré le Dalaï-lama le 6 décembre 2008[62].

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Jusqu'au 29 octobre 2008, le gouvernement britannique s'en tenait à la position que la Chine exerçait une suzeraineté sur le Tibet et non une pleine souveraineté. Le Royaume-Uni restait le seul pays à adhérer à la position d'une entité autonome sous protectorat chinois. Désormais, il s'aligne sur les autres pays et reconnaît que le Tibet fait partie intégrante de la République populaire de Chine[63].

Inde[modifier | modifier le code]

L'Inde accueille depuis 1959 le dalaï-lama et le gouvernement tibétain en exil mais n'a pas reconnu celui-ci[citation nécessaire]. Environ 100 000 Tibétains sont réfugiés en Inde[64].

Dès l'arrivée des Tibétains en Inde en 1959, le gouvernement indien leur a donné un large degré d'autonomie dans la conduite des affaires internes de leur communauté, permettant au gouvernement tibétain en exil de gérer programmes sociaux, impôt volontaire, écoles, perspectives d'emploi, et d'autres aspects[1].

Russie[modifier | modifier le code]

En 1992, lors de la visite du dalaï-lama à Touva, république confédérée de la Fédération de Russie, une convention est signée entre le gouvernement de Touva et le gouvernement tibétain en exil établissant des « relations bilatérales dans les domaines de la culture et de la religion[65] ».

Taïwan[modifier | modifier le code]

La constitution de la République de Chine continue de reconnaître que le Tibet fait partie de la Chine[66].

En 2003, le gouvernement de la République de Chine a procédé au démantèlement de la commission ministérielle des Affaires mongoles et tibétaines, dont les fonctions ont été transférées à la Fondation des échanges Taiwan-Tibet nouvellement créée, qui servira de canal de communication semi-officiel entre Taipei et le gouvernement tibétain en exil à Dharamsala, en Inde[67].

Avec cette modification, le gouvernement taiwanais semble mettre un terme à ses revendications sur le Tibet et la Mongolie, attestées par la présence de la commission des Affaires mongoles et tibétaines au sein du Cabinet. Les deux visites à Taipei du dalaï-lama, en 1997 et en 2001, avaient été traitées comme des affaires internationales ne relevant pas de la commission ministérielle[67].

Polémique: propagande du Gouvernement tibétain en exil selon Colin Goldner[modifier | modifier le code]

Dans un article intitulé The Myth of Tibet. How a dictatorial regime of monks is romantically transfigured, le psychologue Colin Goldner écrit que l’on ne saurait se fier, par principe, aux affirmations des partisans des exilés tibétains. Quand elles ne sont pas entièrement fabriquées, ces affirmations sont en général exagérées ou renvoient à des événements qui ne sont plus d’actualité. L’allégation du gouvernement tibétain en exil selon laquelle « la vie quotidienne des Tibétains dans leur propre pays » est marquée par « la torture, la terreur intellectuelle, la discrimination et un mépris total de la dignité humaine », est de la propagande pure et simple visant à susciter la compassion et les dons d’argent. De même, les accusations d’avortements forcés et de stérilisations massives de femmes tibétaines, de la submersion du territoire par les colons chinois, de la destruction systématique du patrimoine culturel tibétain, ne cadrent pas avec la réalité observable[68].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Keila Diehl, Echoes from Dharamsala: music in the life of a Tibetan refugee community, University of California Press, 2002, (ISBN 978-0-520-23044-6), p. 116 : « From the start, the government of India has granted Tibetans a large degree of autonomy in running the internal affairs of their communities, allowing Dharamsala’s government-in-exile to regulate welfare programs, an internal voluntary taxation system, schools, employment opportunities, and other aspects. »
  2. Dalaï-lama, Sofia Stril-Rever, Appel au monde, Éditions du Seuil, 2011, 360 p., p. 1942 (livre numérique) : « À ce jour, le gouvernement tibétain en exil n'est reconnu par aucune chancellerie. »
  3. a et b Martine Bulard, Chine-Tibet, des identités communes, article publié le 30 avril 2008 sur le blogue Planète Asie : « Rappelons que les Nations unies n’ont jamais inclus le Tibet dans les pays à décoloniser (avant comme après 1971 – date du remplacement de Taïwan par la Chine populaire) et qu’aucun pays n’a reconnu le « gouvernement » tibétain en exil et donc la possibilité d’une indépendance ».
  4. a et b (en) Barry Sautman, China's strategic vulnerability to minority separatism in Tibet, in Asian Affairs: An American Review, 32, 2 (Summer 2005), 87 (32) : « no state recognizes the TGIE or the claim that Tibet was independent ».
  5. (en) Ursula Bernis, Exiled from Exile (1996-1999), site Dorje Shugden Devotees Charitable and Religious Society : « Exile Tibetans consider it [their administration in Dharamsala] the Tibetan government per se even though neither India nor any other country recognizes it as such ».
  6. a et b Claude Arpi, Tibet, le pays sacrifié, Calmann-Lévy, 2000, chap. 24, p. 302.
  7. a et b Interview with Kasur Thubten Juchen Namgyal, 15 mars 1997
  8. a et b Astrid Fossier, La communauté internationale et la question tibétaine, Irenees, juin 2003 : « Seule l’Inde, qui a accordé le droit d’asile au dalaï-lama en 1959, ainsi qu’à son entourage, aux membres de son gouvernement puis aux milliers de Tibétains réfugiés, exprime aujourd’hui une position claire à l’égard du gouvernement tibétain en exil. »
  9. a et b DIIR, Offices of Tibet, Department of Information and International Relations, « Under the DIIR are the CTA's foreign missions in 11 countries. They function as the official agencies of the CTA and are based in New Delhi, Kathmandu, Geneva, New York, Tokyo, London, Moscow, Brussels, Canberra, Pretoria and Taipei. »
  10. Ursula Bernis est une nonne bouddhiste soutenant Dordjé Shougdèn(en) DIIR,Vested interest group up in arms against the Dalai Lama, 2 septembre 1999 « […] and Ursula Bernis, the two westerners quoted by him, are also supporters of the Shugden cult »
  11. a et b (en) Ursula Bernis, op. cit. : « However, a charter to administer the very different situation in exile was not implemented until 1991 […] It is a simpler document than the draft constitution and it passed the Assembly of People's Deputies by a simple majority. Hailed as a "leap forward" in democratizing Tibetan politics, Tibetan Parliament in Exile, p. 16. it instituted several novel practices for the exile government such as election of ministers (Tib.: kalon) by the people's deputies in their Assembly or parliament. Nevertheless, the preamble states the nature of the government to be the union of religious and political affairs in continuity with the Ganden Potang government of Tibet established by the Fifth Dalai Lama in 1642. The Dalai Lama continues to be its unelected head and the political system remains without institutionalized opposition. (...) The effort to democratize has not extended to separate the domains of religion and politics ».
  12. (en) Central Tibetan Administration, « In 2001 the Tibetan parliament, on the advice of His Holiness the Dalai Lama, amended the Charter to provide for direct election of the Kalon Tripa (the highest executive authority) by the exile populace. The Kalon Tripa, in turn, nominates the other Kalons (cabinet members), and seeks the parliament’s approval for their appointment. »
  13. (en) Dalai Lama will resign as political leader, Radio France internationale, 10 mars 2011
  14. Dominique Bari, Qui est vraiment « Sa Sainteté le dalaï-lama » ?, L'Humanité, 12 août 2008.
  15. Julien Cleyet-Marel, La « Charte du peuple tibétain » a-t-elle une valeur juridique ?, Le Mensuel de l'Université
  16. Entretien avec M. Kelsang Gyaltsen, envoyé de Sa Sainteté le dalaï-lama auprès de l’Union européenne.
  17. a et b Thomas Laird, Dalaï-Lama, Christophe Mercier, Une histoire du Tibet : Conversations avec le dalaï-lama, Plon, 2007, (ISBN 978-2-259-19891-2).
  18. Pascal Ceaux, « Le dalaï-lama demande un dialogue sans conditions », L'Express, 23 avril 2008 : « Le dalaï-lama a maintes fois répété que son projet d'autonomie s'inscrivait dans un cadre démocratique et laïque ».
  19. Le Dalaï-Lama, « Mon autobiographie spirituelle », Recueillie par Sofia Stril-Rever, Presses de la Renaissance, 2009, (ISBN 2-7509-0434-X), page 216-217 :« Je suis partisan de la démocratie laïque […] Nous avons récemment mis en route des changements qui vont renforcer la démocratisation de notre administration exil. Pour plusieurs raisons, j'ai décidé que je ne serai ni chef, ni même partie prenante du gouvernement, le jour où le Tibet recouvrera son indépendance. Le prochain dirigeant du gouvernement tibétain devra être élu au suffrage populaire. (Discours d'avril 1993, prononcé à Washington) »
  20. Entretien avec M. Kelsang Gyaltsen, envoyé de Sa Sainteté le dalaï-lama auprès de l’Union européenne, Astrid Fossier, Genève, juillet 2003
  21. Audrey Garric, Le dalaï-lama renonce à son rôle politique mais pas à son influence, 10 mars 2011, « Mais en 1990, par souci d'amorcer une démocratisation du régime, il cesse de nommer les membres du cabinet, désignés depuis par le Parlement. Puis, en 2001, il décide de modifier la Constitution : le gouvernement devient dirigé par un premier ministre élu par les Tibétains en exil, soit près de 150 000 personnes – vote auquel ne participent pas les 6 millions de Tibétains de Chine. Le rôle politique du dalaï-lama se voit alors restreint à des fonctions honorifiques, telles qu'un rôle de représentation sur la scène internationale ou la nomination de trois des quarante-trois députés du Parlement. »
  22. Tibet : opposition au retrait du dalaï-lama, AFP, 15 mars 2011
  23. Phurbu Thinley, Dalai Lama asks Tibetans to embrace democratic change, rejects parliament's resolution, Phayul, 19 mars 2011.
  24. Kelsang Gyaltsen, Légitimité et rôle de l’Administration centrale tibétaine, 20 juin 2011
  25. (en) Ursula Bernis, op. cit. « [...] the Tibetan exile government in Dharamsala is not legitmately a government by legal and international standards ».
  26. (en) Fiona McConnell, De facto, displaced, tacit: the sovereign articulation of the Tibetan Government in Exile, in Political Geography, 28, 2009, 343-352 : « The Tibetan Government in Exile (TGIE) remains internationally unrecognized and lacks de jure sovereignty over territory in both Tibet and in exile. However, this exiled administration claims legitimacy as the official representative of the Tibetan population, performs a number of state-like functions in relation to its diasporic ‘citizenry’ and attempts to make its voice heard within the international community. ».
  27. Roland Barraux, Histoire des Dalaï-lamas, Albin Michel, 1993, (ISBN 2-226-13317-8), p. 345
  28. Anne-Marie Blondeau in Le Tibet est-il chinois ?, Albin Michel, 2002, (ISBN 2-226-13426-3), p. 89
  29. Mongolian and Tibetan Affairs Commission sidelining Taiwan-Tibet Exchange Foundation?, 24 juin 2009, Tibetan Review
  30. Le Congrès américain vient de réaffirmer avec force son soutien financier à l’égard du Tibet
  31. Nomination d'un coordinateur spécial européen sur le Tibet
  32. Tibet : un peuple en danger
  33. Interview de Samdhong Rinpoché
  34. Special Coordinator for Tibetan Issues
  35. Pierre-Antoine Donnet, Tibet mort ou vif, Édition Gallimard; 1990: Nouv. éd. augm 1993, (ISBN 2070328023) p. 296
  36. a et b dalaï-lama, Au loin la liberté, autobiographie, Fayard 1990, Livre de poche 1993 (ISBN 978-2-253-06498-5).
  37. (en) Barry Sautman, “All that Glitters is Not Gold”: Tibet as a Pseudo-State, in Maryland Series in Contemporary Asian Studies, No 3-2009, p. 6 : « in every TGIE cabinet from 1991 to 2001 there was at least one minister from the Dalai Lama's family. » (Lobsang Sangay, Tibet: Exiles' Journey, Journal of Democracy - Volume 14, Number 3, July 2003, pp. 119-130.
  38. (en) Ursula Bernis, op. cit. : « In Tibet, a family member of a Dalai Lama was legally barred from holding office, something that changed in exile. »
  39. ORGANISATION DE L’ADMINISTRATION TIBETAINE EN EXIL, 18 avril 2007
  40. NEW KASHAG FORMED, Departement of Home
  41. Le dalaï-lama peut-il démissionner?
  42. Groupe interparlementaire d'amitié - France-Tibet, Le Tibet en exil : à l'école de la démocratie, Site du Sénat.
  43. (en) Jane Ardley, The Tibetan independence movement: political, religious and Gandhian perspectives, Routledge, 2002 (ISBN 978-0-7007-1572-5), (ISBN 978-0-7007-1572-5), p. 44 : « The Dalai Lama, during the debate on the charter, spoke strongly [I]n favour of naming the Tibetan polity a 'secular' state. He denied that secularism meant the absence of religion but rather the word implies that the state will not discriminate among religions. The combination of spiritual and secular values could be achieved through the commitment to non-violence and peace whereas the naming of religion would narrow the scope of the charter. ».
  44. (en) Me-Long - Issue 03.
  45. Friedrich-Naumann-Stiftung für die Freiheit - Tibetans in-exile.
  46. (en) A change at the top.
  47. Cécile Calla, La chancelière Angela Merkel reçoit le dalaï-lama et mécontente Pékin, Le Monde, 24 septembre 2007.
  48. France-Tibet Île-de-France, Vers un boycott des jeux Olympiques 2008, 5 juillet 2007.
  49. (en) Statement on Sino-Tibetan Dialogue by Envoys of His Holiness the Dalai Lama.
  50. (en) All Tibetan people should be under one single administration: Lodi Gyari.
  51. « Les négociateurs chinois et tibétains ne parviennent à aucun résultat », Le Monde.,‎ 5 mai 2008
  52. (en) Envoys will brief His Holiness the Dalai Lama on 7 May
  53. (en) Lodi Gyari’s Statement on the Recent Talks.
  54. (en) Norway trying to broker peace between China and Tibet.
  55. (en) Special Envoy Fears Possible Violence if Talks Fail, site web Phayul.com.
  56. (en) Mike Ely, The True Story of Maoist Revolution in Tibet, The Earthly Dreams of the Dalai Lama, in Revolutionary Worker, #767, August 7, 1994 : « U.S. imperialism was never particularly interested in Tibet--except as a platform for pressuring China. The U.S. never intended to install the lamaists as rulers over some future "independent Tibet." Like every other government in the world, the U.S. government officially held that Tibet was historically part of China, and the U.S. government never recognized the Dalai Lama's organization as a legal "government-in-exile." »
  57. (en) Questions Pertaining to Tibet, Foreign Relations of the United States, 1964-1968, Volume XXX, China, Department of State Washington, DC.
  58. a et b (en) CIA Gave Aid to Tibetan Exiles in '60s, Files Show, Los Angeles Times, 15 septembre 1998.
  59. (en) World News Briefs; Dalai Lama Group Says It Got Money From C.I.A..
  60. (en) Dramatic Events in Lhasa : « A few days earlier, I had received a letter from His Holiness who was then at Lhuntse Dzong with some of His senior officials, trying to set up a temporary government there. The letter read in part : "You have led the Chushi Gandrug force with unshakeable determination to resist the Chinese occupation army for the great national cause of defending the freedom of Tibet. I confer on you the rank of 'DZASAK'(the highest military rank equivalent to General) in recognition for your service to the country. The present situation calls for a continuance of your brave struggle with the same determination and courage." »
  61. (en) France reiterates opposition to Tibet independence, China Daily, 14 mars 2009.
  62. Nicolas Sarkozy «serein» a rencontré le dalaï-lama.
  63. (en) Britain's suzerain remedy, The Economist, 6 novembre 2008.
  64. (en) Tibet in exile.
  65. O. M. Xomušku, Religija v istorii kul'tury tuvincev, Moscou, 1994, p. 110.
  66. (en) Barry Sautman, op. cit. : « The ROC constitution continues to recognize that Tibet is part of China.103 (103 Constitution of the Republic of China, http://www.gio.gov.tw/info/news/constitution.htm. See also South China Morning Post, “Tibetans in Taiwan Appeal for Residency,” Jan. 1, 2009). »
  67. a et b (en) New Tibetan organization to be opened, Taipei Times, 20 janvier 2003
  68. (en) Colin Goldner, The Myth of Tibet. How a dictatorial regime of monks is romantically transfigured, traduction publiée sur le site eunacom.net d’un article en allemand paru dans la revue diesseits sous le titre Mythos Tibet [# 49/1999, pp. 14-15] : « one cannot trust, in principle, the pronouncements of the exiled Tibet supporters-scenario: These are, if not totally invented out of thin air, as a rule hopelessly exaggerated and/or refer to no longer actual happenings. The contention of the Dalai Lama’s exiled government that "the daily life of the Tibetans in their own land" are dictated by "torture, mental terror, discrimination and a total disrespect for of human dignity" is pure propaganda meant to collect sympathy points or monetary contributions; such accusations do not reflect today’s realities in Tibet. Likewise, the accusations of forced abortions and blanket area sterilizations of Tibetan women, of a flooding of the land by Chinese colonists, of systematic destruction of the Tibetan cultural heritage do not agree with the facts ».


Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]