Tu (ethnie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir TU.
Costumes traditionnels Tu.

Les Tu constituent l'un des 56 groupes ethniques officiellement identifiés par la République populaire de Chine. La plupart d'entre eux vivent dans le district autonome de Huzhu dans l’est de la province de Qinghai certains dans la province de Gansu. Ils étaient environ 240 000 à la fin du XXe siècle[1].

Les Tu s’identifient comme « Mongour » (Mongol, également écrit « Monguor » ou « Mongor »), ou comme « Tsagaan mongghol » (ou « Chahan Mongguer »), qui signifie littéralement Mongols blancs. Cependant, ils sont catégorisés en tant que minorité séparée dans la République populaire de Chine, en raison du fait qu'ils sont issus à la fois des Tibétains et des Turcs[réf. souhaitée].

Langue[modifier | modifier le code]

La langue des Tu appartient à la branche mongole de la famille des langues altaïques. Le vocabulaire de base est très proche de celui de la langue Mongole, mais le langage est plus proche de celui parlé par les minorités Dongxiang et Bonan. Ce n'est pas une langue écrite.

Religion[modifier | modifier le code]

célébration de Nadun

La religion des Tu est un mélange harmonieux de bouddhisme tibétain, de taoïsme, et de chamanisme. Dans de nombreux villages Tu, un temple bouddhiste et un sanctuaire coexistent. Alors que les moines bouddhistes sont vus ordinairement dans la plupart des villages, les prêtres et les chamans taoïstes sont très peu présents et officient sur l'ensemble de la région. Le chaman officie principalement comme médium par transe pendant la célébration de Nadun.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les légendes populaires parmi les Tu du district autonome de Huzhu racontent que leurs ancêtres étaient des soldats mongols sous les ordres d’un général de Gengis Khan du nom de Gerilite (ou Geretai). Ils se marièrent avec les Houers, population indigène de ce qui est maintenant le district de Huzhu. « Houer » désignait en langue tibétaine les bergers nomades qui vivaient dans le nord du Tibet.

Les archives chinoises disent aussi que des troupes mongoles firent leur apparition à Xining (capitale actuelle de la province du Qinghai) sous la dynastie Yuan.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 241 198 exactement selon le recensement de 2000 : (en)(zh) China Statistical Yearbook 2003, p. 48

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]