Émilie Pellapra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Émilie Louise Marie Françoise Joséphine de Pellapra, par son mariage comtesse de Brigode, puis princesse de Chimay est née à Lyon le 11 novembre 1806 et morte au château de Menars (Loir-et-Cher) le 22 mai 1871.

Officiellement fille de Françoise-Marie-Emilie Le Roy, (elle-même fille d’Amable Le Roy, maître imprimeur de Lyon, et de Marie-Angélique Chevrillon) et de son mari, Henri de Pellapra, riche financier devenu sous l’Empire receveur des Finances (dont Magloire Perinne fut le fondé de pouvoir), Émilie Pellapra laissait entendre qu’elle était la fille naturelle de Napoléon Ier. Ce dernier aurait eu une aventure avec sa mère lors d’une étape à Lyon.

La petite histoire date toutefois cette aventure d’avril 1805, alors que Napoléon se rendait en Italie pour s’y faire couronner. Mais cette date est incompatible avec la naissance de l’intéressée en novembre 1806. Pour cela, il aurait fallu que Napoléon séjournât à Lyon en février 1806. Or, aucun séjour dans cette ville ne semble avoir eu lieu à cette époque et, selon plusieurs auteurs (notamment André Gavoty dans le Bulletin de l'Institut Napoléon d'avril 1950), Napoléon n'aurait rencontré Mme Pellapra qu'en 1810.

Émilie Pellapra épousa, le 2 avril 1825, le comte Louis-Marie de Brigode (1777-1827) qui mourut peu après, non sans qu’ils aient eu des jumeaux :

Elle se remaria le 30 août 1830 avec le prince Joseph de Riquet de Caraman (1808-1886), 17e prince de Chimay, dont elle eut quatre enfants :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Une fille de Napoléon. Mémoires d'Émilie de Pellapra, comtesse de Brigode, princesse de Chimay. Paris, La Sirène, 1921. Introduction de la princesse Bibesco.
  • Émilie Pellapra, princesse de Chimay. Un destin singulier. Souvenirs 1806-1859. Paris, Lacurne, 2014; 256 pages (ISBN 9782356030146). Préface de Jean Tulard, notes et annexes de René de Fougerolle, index de plus de 700 noms.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Confirmation du titre de marquis de Brigode du Hallay-Coëtquen, par arrêté ministériel du 5 mai 1883, en exécution d'un décret présidentiel du 12 mars 1872.