Charlotte Bonaparte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maison Bonaparte.
Le prince Napoléon-Louis

Charlotte-Napoléone Bonaparte (Paris, 31 octobre 1802Sarzana (Italie), 3 mars 1839) est la fille cadette de Joseph Bonaparte et de Julie Clary. Elle eut une sœur, Zénaïde d'un an son aînée. Sa tante maternelle Désirée Clary était l'épouse de Jean-Baptiste Bernadotte qui devint régent puis roi de Suède jusqu'en 1844.

Elle est la nièce de Napoléon Ier, empereur des Français et roi d'Italie. À ce titre elle est une princesse impériale dotée du prédicat d'altesse impériale (1804). Napoléon Ier ayant octroyé la couronne Espagnole au père de Charlotte, la fillette fut dotée du titre d'infante d'Espagne de 1808 à 1813 date à laquelle son père fut chassé d'Espagne par les troupes anglaises et la résistance populaire.

Artiste de talent et élève de Jacques-Louis David lors de son séjour à Bruxelles, Charlotte constitua au fil de sa vie une série d'albums où se succèdent des aquarelles et autres dessins qui saisissent les paysages que traversa cette voyageuse en exil après la chute de l'Empire.

Elle épousa le prince Napoléon Louis Bonaparte, son cousin germain (fils de Louis Bonaparte ex-roi de Hollande et de Hortense de Beauharnais. Neveu de l'ex-vice-roi d'Italie Eugène de Beauharnais et de la grande-duchesse Stéphanie de Bade, il était le cousin germain de l'impératrice Amélie du Brésil, de la reine Joséphine de Suède, de la princesse Eugénie de Hohenzollern-Hechingen. Affilié à la Charbonnerie italienne, le jeune homme mourut à l'âge de 27 ans dans la clandestinité soit en combattant les armées papales et autrichiennes soit d'une épidémie de rougeole en 1831). Leur union était restée stérile.

Après la mort de son mari, on lui prête plusieurs aventures ; enceinte, en 1838, elle décide de regagner la France mais meurt en couche sur le chemin du retour à Sarzana, sur la côte ligure.

Titres[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Gaston Sirjean, Généalogie des Maisons souveraines d'Europe, 1961.

Lien externe[modifier | modifier le code]