Duché de Parme et de Plaisance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Duché de Parme)
Aller à : navigation, rechercher

Duché de Parme et Plaisance
Ducato di Parma e Piacenza (it)

15451859

Drapeau
Drapeau
Blason
Armoiries

Devise : Dirige me Domine
en français : Guide-moi, ô Seigneur

alt=Description de l'image DuchyofParma.png.
Informations générales
Statut Monarchie
Capitale Parme
Langue Dialecte parmesan, italien
Religion Catholicisme
Monnaie écu (sous les Farnèse)
puis lire de Parme
Histoire et événements
1545 Création du duché de Parme
1731 Extinction des Farnèse
1748 Arrivée des Bourbon-Parme, acquisition de Guastalla
1808-1814 Annexion par la France
1814-1847 Marie-Louise d'Autriche, seconde épouse de Napoléon
1847-1859 Retour des Bourbons
1859 Unification italienne

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le duché de Parme et de Plaisance est un ancien État italien dont la ville de Parme était la capitale.

Issu du népotisme pratiqué par le pape Paul III, le duché est créé en 1545 et gouverné, à l'origine, par la famille Farnèse, à laquelle appartient le pontife. Le duché parvient à garder une certaine autonomie et son intégrité territoriale malgré les prétentions de la France, de l'Espagne et de l'Autriche, notamment après la disparition des Farnèse, en 1731, remplacés sur le trône par une branche des Bourbons d'Espagne, les Bourbon-Parme.

Avec le développement des grands États européens, le duché passe d’un État semi-autonome capable de s’engager dans des guerres européennes à un état satellite de l’Espagne, de la France ou de l’Autriche, suivant les périodes. Sa petite taille, sa situation géographique et l’absence de débouché maritime limitent son activité commerciale alors déjà en déclin dans la péninsule italienne, tandis que les guerres qui se déroulent sur son territoire rendent les conditions de vie des habitants difficiles.

Le duché est cependant organisé comme un État autonome disposant d’une administration, de sa propre justice, d’un hôtel des monnaies et de son armée. L’annexion au royaume de Sardaigne met définitivement fin à toutes ses prérogatives.

Géographie[modifier | modifier le code]

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Lorenzo Molossi, haut fonctionnaire du duché sous le règne de Marie-Louise, réalise, à sa demande, une étude statistique qui est publiée par l'imprimerie ducale en 1834 sous le titre de Vocabolario topografico dei ducati di Parma Piacenza e Guastalla. Il décrit les duchés comme comprenant les anciens États Pallavicino situés à Busseto et la principauté Landi située à Borgotaro, l'ensemble étant localisé entre le 44e degré et le 45e degré de latitude boréale et le 26e degré et 28e degré de longitude. Sa forme est quelque peu arrondie, se détachant des Apennins sur le flanc ouest par de larges et profondes vallées qui sont parcourues par de nombreux torrents (principalement le Taro, la Trebbia, l'Enza, la Parma et le Nure). Le point le plus élevé est l'Alpe di Succiso qui culmine à 2 017 mètres[1].

Les vallées sont généralement recouvertes de forêts de hêtres, de chênes verts et de châtaigniers et s'allongent vers les fertiles terres du . De nombreux canaux et de nombreuses routes quadrillent le territoire. La principale, la Via Aemilia, traverse le duché du sud-est au nord-ouest en passant par Parme, Fidenza, Fiorenzuola[1].

Le climat est tempéré. L'air est décrit, par Lorenzo Molossi en 1834, comme généralement salubre, à l'exception de quelques zones du Pô[1].

Géopolitique[modifier | modifier le code]

Le duché est entouré, au sud, par le duché de Modène, au nord, par le Milanais qui est, pendant une longue période, sous domination autrichienne, à l'ouest, par la république de Gênes jusqu'à son annexion par le royaume de Sardaigne et, à l'est, par Mantoue, tour à tour duché puis territoire autrichien. L'Autriche exerce une étroite surveillance sur toute la région, ce qui soulève une hostilité croissante de la part de la population. Guastalla fait partie du duché de 1815 à 1848. Celui-ci est cédé par Charles II de Parme au duché de Modène par le traité secret de Florence du 28 novembre 1844[2]. Le duché prend alors le nom de Ducato di Parma, Piacenza e Stati annessi (Duché de Parme, Plaisance et États annexes), par dérision, la population l'appelle Ducato di Parma, Piacenza e Sassi annessi (Duché de Parme, Plaisance et Cailloux annexes)[3]. Pontremoli devient une province des États parmesans jusqu'en 1859 sous le nom de Lunigiana parmense et comprend six communes du haut val di Magra : Pontremoli, Zeri, Mulazzo, Villafranca in Lunigiana, Bagnone et Filattiera[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le duché parmi les départements français.

En 1545, le pape Paul III crée le duché de Parme et de Plaisance pour le donner à son fils Pierre-Louis Farnèse. Durant trois siècles, le duché est aux mains des Farnèse, huit générations se succèdent avant l'extinction de la dynastie suivi, à partir de 1731, des Bourbons. La domination bourbonienne est interrompue au cours de deux périodes, par les Habsbourg et par l'annexion au Premier Empire français de 1808 à 1814. En 1859, les territoires ducaux sont incorporés à la province d'Émilie et, par la suite, annexés au royaume de Sardaigne après un plébiscite le 5 mars 1860.

Gouvernement[modifier | modifier le code]

Administration et institutions[modifier | modifier le code]

L'administation sous Ranuce Ier

Sous les Farnèse, le duché ne connaît qu'un régime absolutiste sous l'autorité du duc[5]. Dans la continuité de l'administration pontificale, une administration est constituée avec la nomination, par le duc Pierre-Louis, des gouverneurs des villes de Parme et Plaisance (les podestà) et d'un conseil de justice[6].

L'organisation administrative s'accompagne de différents bureaux (ufficio) et de commissions dénommées congregazioni[6]. Parmi les bureaux, il existe un office de la trésorerie et des comptes[7], une magistrature de la chambre et des notaires de la chambre qui sont chargés de gérer les biens du duché[8], un office des frontières[9] et un office du compartito chargé de lever les taxes en fonction de la catégorie des terrains[10]. Parmi les commissions, il y a celle dite « au-dessus des communes » destinée à vérifier l'équité des taxes[10], celle des cavamenti qui gère les eaux et les canaux[11] et une commission de la santé. L'enseignement est confié aux Jésuites au sein des collèges San Rocco et Santa Caterina dit collège des nobles[12].

En ce qui concerne la justice, Pierre-Louis instaure, à Plaisance, un conseil suprême de justice et des grâces, qui constitue la plus haute magistrature. Déplacé à Parme par les successeurs du souverain[13], ce conseil est assisté des magistrats civils (uditori civili) et criminels (uditori criminale) chargés de toutes les causes civiles[14]. Sous Octave, afin d'assurer l'impartialité des organismes, les gouverneurs et la moitié des membres des secrétariats et des magistratures ne sont pas originaires du duché[15].

En 1594, Ranuce Ier établit les Constituzioni qui fixent de manière définitive les structures de l'État, les pouvoirs du conseil suprême de justice et des grâces, le fonctionnement des procédures civiles et des rentes ducales[16].

Sous le règne des Bourbons, le régime évolue vers le despotisme éclairé[17] et un grand nombre d'administrations sont réformées. Ainsi, le gouverneur de Parme est placé à la tête du conseil suprême de justice et des grâces[18]. Toutes les magistratures financières sont regroupées en une magistrature suprême des finances royales, tandis que la gestion des biens ducaux est rassemblée dans une « ferme générale »[19]. Lors de la présence autrichienne, les magistrats de la chambre sont remplacés par une direction des finances royales avant d'être rétablis par les Bourbons[19] et une juridiction suprême, destinée « à défendre et à revendiquer les droits de la souveraineté contre tous les abus », est créée. Cette juridiction est maintenue par les Bourbons jusqu'en 1788, sous le nom de junte royale de juridiction[20]. Elle est associée à une surintendance royale des lieux pieux et du patrimoine des pauvres destinée à vérifier le patrimoine des couvents et les lieux pieux du duché[21].

En 1814, l'Autriche pourvoit à l’administration du duché, elle met en place un conseil d'État présidé par un ministre d'État[22] qui dispose de la presque totalité des pouvoirs : l'administration publique, les finances et la caisse impériale, la justice et les affaires militaires[23]. La censure s'applique afin de sauvegarder la réputation de la famille régnante et restreindre l'information sur les événements politiques étrangers tels que les mouvements insurrectionnels, afin d'éviter leur propagation[24]. L'administration est complétée d'une chambre et d'un tribunal des comptes[25], un service des contributions directes et du cadastre[26], une direction du patrimoine de l'État[27].

Dés 1816, deux ministères, l'intérieur et les finances, remplacent la fonction de ministre d'État. En 1821, s'ajoute un secrétariat d'État et son cabinet et, en janvier 1831, un conseil intime d'État est créé, dirigé par un secrétaire d'État. L’administration du pays est alors divisée en quatre sections dirigées par un directeur : la justice et la police, l'intérieur, les finances, et les eaux et routes avant de revenir, dès juin 1831, à un découpage en deux sections, selon le terme employé, les finances et l'intérieur[28]. En 1846, l'administration est de nouveau réformée avec la création de trois départements : justice, intérieur et finances, auxquels s'ajoute, en 1851, un département des affaires étrangères[28].

Plaisance dispose d'un tribunal d'appel alors que Parme est le siège du tribunal suprême de révision. Chaque ville a par ailleurs un tribunal d'instance[5].

Organisation territoriale[modifier | modifier le code]

Édition du Giornale del Taro alors que Parme est la préfecture du département français du Taro.

Lors de l'occupation française, le territoire est divisé en quatre circonscriptions administrés par un sous-préfet dont les chefs-lieux sont Parme, Plaisance, Borgo San Donnino (actuellement Fidenza) et Guastalla, auxquels s'ajoute en 1806 Bardi. En 1806, le territoire de Guastalla est cédé à Pauline Bonaparte[29]. Les territoires parmesans sont divisés par le préfet Hugues Nardon en treize communes avant de devenir le département français du Taro en 1808. Il intègre pleinement les institutions françaises, le département dispose de six députés membres du Corps législatif[30].

Avec la Restauration, l'organisation territoriale est redéfinie par un règlement organique en 1814. Le duché est divisé en deux « gouvernements » : celui de Parme qui comprend Parme, Guastalla, Borgo Taro et une partie de la région de Borgo San Donnino (Borgo San Donnino, Salso, Bussetto, Zibello, San Secondo, Soragna, Fontanellato, Noceto et Pellegrino), et celui de Plaisance qui comprend Plaisance, Monticelli d'Ongina, Cortemaggiore, Firenzuola, Castell'Arquato, Lugagnao, Carpaneto et le reste de la région de Borgo San Donnino. En 1821, le territoire est divisé en 14 districts administrés par un commissaire du gouvernement et en communes. Les villes de Parme et Plaisance sont, quant à elles, administrées par un conseiller d'État dont le titre est « délégué du gouvernement »[31]. Les deux « gouvernements » sont sous l'autorité d'un ministre directement dépendant de Marie-Louise[32].

En 1831, l'administration territoriale est revue. Parme et Plaisance gardent leur statut de « gouvernements » tandis que Borgo San Donnino, Guastalla et Borgo Taro deviennent des « commesseria ». En 1849, avec la cession de Guastalla, Pontremoli devient une « commesseria » puis, en novembre, les circonscriptions prennent le nom de provinces dirigées par un préfet, les gouverneurs de Parme et Plaisance restant en place[31].

Lors de l'annexion au royaume de Sardaigne en 1861, la nouvelle province de Parme se compose de 52 communes et est subdivisée en trois circonscriptions (Parme, Borgo San Donnino et Borgotaro)[33].

Grands aménagements[modifier | modifier le code]

Octave Farnèse est un grand bâtisseur. En 1558, il débute à la demande de son épouse Marguerite d'Autriche la construction du palais Farnèse à Plaisance[34]. Il choisit de résider à Parme et pour établir sa cour, il fait construire en 1564 le palais ducal du Giardino ainsi que de vastes édifices qui prennent le nom de palais ducal de la Pilotta sous Ranuce Ier[35]. Sur le plan militaire, Octave et son fils Alexandre poursuivent le projet de Pierre-Louis en faisant construire une citadelle composée de cinq bastions sur le modèle de celle d'Anvers[36], cependant Parme ne connait pas une politique d'aménagement immobilière digne d'une capitale[37].

Sous le règne des Bourbons, Guillaume Du Tillot fait ouvrir la route vers la Ligurie jusqu'à Bardi [38] et rénover la ville de Parme. Ennemond Alexandre Petitot, assisté de Jean Baptiste Boudard, modernise le centre ville, réalisant un boulevard arboré dénommé le Stradone à l'extrémité duquel se trouve un casino encore dénommé ainsi actuellement[39]. Il rénove également la façade de l'église de San Pietro Apostolo dans un style néo-classique[40].

Le premier grand ouvrage réalisé sous le règne de Marie-Louise est la construction du pont sur le Taro conçu par Antonio Cocconcelli qui occupe 300 ouvriers[41]. Les travaux commencent en 1816 et durent trois ans, non sans de longues interruptions dues à des crues du fleuve. L'inauguration a lieu le 10 octobre 1819[42]. Marie-Louise relance le projet napoléonien d'une route pour traverser les Apennins. Elle mène à sa fin le chantier du cimetière de la Villetta[41].

Pour répondre aux nécessités d'hygiène, elle fait construire à la Ghiaia les beccherie, un bâtiment qui rassemble les boucheries[41]. On lui doit, ainsi qu'à l'architecte de cour Nicola Bettoli, l'aménagement néoclassique de sa capitale[41]. Après l'aménagement du théâtre Farnèse, Marie-Louise, qui aime la musique, fait construire le nouveau théâtre ducal[N 1], maintenant teatro regio, dont la construction débute en 1821 pour s'achever en 1829, pour un coût astronomique de 1 190 664 lires[43].

Armée[modifier | modifier le code]

L'armée ducale de Parme naît avec le duché, en 1545, mais c'est Octave qui, en 1581, la structure en un organisme militaire stable au travers de milices. Celles-ci se composent d'un tiers de la population masculine apte à faire le service militaire. Rapidement, il s'avère que cette organisation pénalise la production agricole, et les paysans peuvent dès lors être exemptés en échange du paiement d'une taxe. Ils doivent cependant conserver chez eux leur armement et assurer du service, notamment l'ordre public. Cette diminution de la conscription nécessite de faire appel à des mercenaires[44].

À partir de 1694, François Farnèse, par nécessité et sûrement par goût des affaires militaires, réorganise et renforce les forces armées du duché. Comme tous les princes d'Italie, son but est de préparer Parme à faire face, sans pour autant y participer, aux futurs conflits du XVIIIe siècle[44] qui mettront à contribution tous les États, leur faisant subir une partie du poids financier de ces guerres au travers de tributs ou de réquisitions de produits agricoles[N 2].

En 1701, la guerre de Succession d'Espagne pousse François Farnèse à enrôler vingt-huit compagnies, soit 2 400 hommes, dont les frais sont à la charge du duché. Il instaure une taxe sur les perruques et les couvre-chefs féminins. L'armement reste insuffisant, puisqu'un tiers des troupes est armé de piques[45]. L'armée, qui se compose de 3 500 soldats réguliers, aurait pu contribuer à convaincre les belligérants de ne pas utiliser le duché comme champ de bataille, mais cela n'est pas le cas[46]. Impressionné par la conduite de l'infanterie irlandaise lors de la bataille de Crémone, en 1702, il en engage une compagnie dont il fait ses gardes[47]. En 1707, en raison du poids financier de l'occupation autrichienne, François Farnèse se résout à congédier une partie des troupes régulières. Il ne reste alors plus que deux régiments composés de quatorze compagnies qui portent pour noms leurs lieux de garnison, Parme et Plaisance[48].

De 1702 à 1713, une fonderie, installée dans le jardin du palais ducal de Parme, réalise au moins quatre canons et diverses pièces mineures en bronze[49]. François, en sa qualité de grand magistère du Sacre Militaire de l'Ordre Constantin de Saint-Georges, met sur pied en 1717 le régiment Constantinien qui prend part à la guerre de Venise contre les Turcs en Dalmatie[50].

En 1731, après la disparition du dernier duc Farnèse, Antoine, les Autrichiens, qui occupent le duché, congédient les lanciers et les troupes de fortune qui rejoignent en partie la république de Venise à la demande de celle-ci. Certains entrent au service de l'armée autrichienne, comme en témoigne la présence d'une compagnie de Parmesans au sein des troupes autrichiennes qui répriment avec les troupes génoises, la même année, une révolte en Corse[51].

Avec l'arrivée de Don Carlos précédé de troupes espagnoles en 1734, les dernières unités des ducs farnésiens sont dissoutes, à l'exception des milices[52].

Parme et ses territoires devenus département du Taro, les lois françaises s'appliquent qui s'accompagnent de la conscription militaire[53] dépendant de la 28e division de Gênes[29]. Chaque district doit fournir de 500 à 1 000 hommes ce qui est à l'origine du mécontentement de la population et de révoltes, durement réprimées[53].

Au retour de Marie-Louise, un décret du 20 août 1814 crée un corps de Dragons, qui lors de l'annexion au royaume de Sardaigne intègre le corps des Carabiniers[54]. Charles III, qui se passionne pour la chose militaire, fait croître les effectifs de ses troupes jusqu'à 6 000 hommes[55]. En raison de la charge financière qu'ils représentent, son épouse Louise-Marie réduit le nombre de soldats à 2 700 hommes lorsqu'elle accède à la régence[56].

Économie[modifier | modifier le code]

Le duché connaît des crises économiques structurelles ou liées au contexte international. Ainsi, les dépenses engagées par Alexandre pour guerroyer dans les Flandres sont telles qu'elles affectent les finances publiques, et le duc met fin à nombre de commissions créées par son père[37]. Sous Ranuce II, les crises économiques mettent à mal la banque Monte Farnese qu'il avait créée à Rome pour recueillir le capital des épargnants en s'appuyant sur le prestige de son nom[57].

Au XVIIIe siècle, avec la disparition du modèle féodal, le duché connaît une crise financière auquel la mégalomanie des Farnèse, par leur ponction sur l'État et les localités, a largement contribué. Celle-ci s'accompagne d'exemptions et de privilèges à diverses catégories telles que le clergé, la noblesse, les militaires. Guillaume Du Tillot, soutenu par la France et l'Espagne, s'attaque aux privilèges ecclésiastiques, notamment à leurs propriétés qui sont exonérées de tout impôt[58]. Il modernise le cadastre ainsi que la comptabilité du duché en séparant les comptes de la cour de ceux du duché[59].

Le duché de Parme ne dispose pas de débouché maritime, ce qui limite sa capacité à faire du commerce international, comme en témoigne l'accord avec les marchands génois afin de bénéficier, sous les Farnèse, du marché méditerranéen[60]

Artisanat, industrie et agriculture[modifier | modifier le code]

Les unités de mesure dans le duché de Parme

Après l'annexion par la France napoléonienne, le système de mesure local prend fin au profit de celui institué par les autorités françaises, mais il est remis en vigueur après la chute de l'empire selon la volonté de la duchesse Marie-Louise[61]. Les unités en vigueur dans le duché de Parme étaient les suivantes :

  • Les longueurs
    • Braccio (bras) = 12 once (once) x 12 punti (point) = 0,5452 m
    • Pertica (au pluriel pertiche, perches) = 6 braccia
    • Braccio di sete (bras de soie) = 0,5878 m
    • Braccio di tela (bras de toile) = 0,6395 m
  • Les superficies
    • Biolca (au pluriel Biolche) = 72 Tavole = 30,8144 ares = 3 081,439 m2
    • Tavola (table) = 12 Piedi (pied) = 42,80 m2
    • Piede (pied) = 144 once = 3,57 m2
    • Oncia (once)= 0,29750 m2
    • Staio = 12 tavole x 4 perches au carré

Employée dans l'Émilie et au-delà, la biolca est une unité de mesure très disparate d'une région à l'autre, puisqu'elle correspond à la surface que peut labourer en un ou deux jours une paire de bœufs, soit de 3000 à 6 000 m2.

  • Les capacités
    • Staio (sac) = 2 mine = 16 quartaroli = 47,040 litres
    • Brenta = 36 pinte x 2 Boccali = 71,672 litres
  • Les poids
    • Libbra (livre) = 12 once x 24 denari =328 g
    • Rubbo = 25 libbre

Sous les Bourbons, Guillaume Du Tillot tente de résoudre le chômage. La faible productivité et les faibles connaissances techniques sont des maux endémiques[59], même si la présence à Parme d'une cour, d'institutions et d'une université alimente un commerce de luxe et le développement d'un artisanat local[62]. Du Tillot cherche à développer la production artisanale d'articles de mode, de plumes, draps, gants, de verre et de meubles, et à attirer des maîtres artisans français et suisses pour acquérir leur savoir-faire[59],[63]. Les activités de transformation agricole sont celles des cocons et de la soie, de la transformation du lait et la production de viande de porc[63].

En ce qui concerne la transformation du lait notamment en parmigiano reggiano, une charte de 1612 impose aux producteurs de parmesan l'interdiction d'importer des meules de fromage issues de l’aire Cornocchio, Fontevivo, Madregolo, Noceto et des environs de Parme, ce qui constitue une appellation d'origine protégée avant la lettre. Au cours de son voyage à travers l'Italie en 1644, Pierre Duval, géographe officiel de Louis XIV de France, note que les Vénitiens achètent de grandes quantités de parmesan pour Constantinople[60]. Cependant la production du fromage parmigiano reggiano décroît au cours du XVIIIe siècle, en raison des saccages des troupes d'occupation qui utilisent le bétail pour leur alimentation, s'accaparant les meules. Ils sont à l'origine d'épizooties, dénombrées en 1703, 1713, 1738, 1746 et 1797[60].

Du Tillot prend des mesures pour protéger la production aussi bien en termes d'importation que d’exportation. En 1755, le duc Philippe Ier transforme à l'inverse de grandes zones de pâturage en réserves de chasse. Les difficultés s’accroissent pendant la période napoléonienne lorsque les occupants favorisent les produits français en imposant des droits de douane à l’exportation. Cela profite aux producteurs de Lodi[60].

À partir de 1815, la faible activité manufacturière connaît aussi la concurrence française et britannique[62]. Avec l'intégration du duché au royaume de Sardaigne, l'activité artisanale et commerciale diminue en raison de la concurrence que constituent les autres villes du royaume. Il en est de même de nombreux établissements étatiques et d'institutions publiques tels que l'imprimerie ducale, l'armée et le collège militaire[33].

Tout au long de l'existence du duché, les conditions de vie de sa population restent difficiles, surtout dans les campagnes. Malgré l'introduction de la culture de la pomme de terre par Du Tillot en 1768[62] et les tentatives de modernisation de l'agriculture par Giambattista Guatteri, celle-ci reste très arriérée et ne permet pas de nourrir convenablement la population[64].

Monnaie[modifier | modifier le code]

Lors de la création du duché, le duc Pierre-Louis obtient du pape Paul III le pouvoir de frapper monnaie[10], renouvelant ainsi un droit ancestral. En effet, l'histoire de la monnaie, à Parme et à Plaisance, débute probablement sous le règne du roi Didier de Lombardie mais c’est Charlemagne qui, au cours d’un de ses séjours à Parme (781 ou 787), aurait donné le droit de battre monnaie, comme en témoignent deux pièces avec les lettres PARM. Un « Hôtel des monnaies », la zecca en italien, aurait donc été fondé à l'époque du premier duc, dans les deux villes[65]. Suivant les périodes, les monnaies portent le nom de sou, ducatone, testone ou lire[65].

L'émission de monnaie se poursuit durant toute la durée du duché, d'abord sous les Farnèse, depuis Alexandre, avec un des premiers thalers de 80 sous frappé dans la péninsule italienne, jusqu'à Ranuce II. Ferdinand de Bourbon rénove l’Hôtel des monnaies sous l’impulsion de Du Tillot. En raison de son éloignement de la cour, ce n’est qu'en 1783 que l'Hôtel des monnaies produit des pièces, 10 sous, une doppia da otto et une doppia da tre. Ferdinand Ier, apprenant que des pièces étrangères identiques à celles émises mais d’une valeur inférieure circulent dans le duché, rappelle toutes les pièces nationales pour les marquer et les différencier des pièces étrangères. Il ordonne aussi que le cours des monnaies des villes de Plaisance et Parme soit uniformisé et, en 1799, l’Hôtel des Monnaies de Plaisance est fermé[65].

Sous l’occupation napoléonienne, l’Hôtel des monnaies est mis en sommeil et Moreau de Saint-Méry conserve le système monétaire des Bourbons. Un décret impérial de janvier 1807 établit le rapport entre la monnaie parmesane et le franc, 4 lires et 1 sous pour 1 franc avant d’évoluer à 4 lires, 4 sous et un denier en 1809[65].

Sous Marie-Louise, le matériel de l’Hôtel des Monnaies de Parme est jugé inutilisable et c’est l’Hôtel des monnaies de Milan, alors capitale du royaume lombardo-vénitien, un état satellite de l'empire d'Autriche, qui est sollicité. Au cours de cette période, le système monétaire s'avère fluctuant : les monnaies étrangères sont en libre circulation et sont équivalentes à la monnaie nationale, ce qui a un effet néfaste sur le commerce. Pour mettre fin à ce désordre, un décret du 22 juillet 1819 prévoit la mise en circulation de pièces d’or et d’argent, des lires, qui sont frappées à Milan. Ce n’est que dix ans plus tard qu'un taux de change est mis en place pour les monnaies étrangères[65].

Après le retour des Bourbons au pouvoir, Charles III envisage de rouvrir l’Hôtel des monnaies. Il confie cette tâche à Donnino Bentelli qui réalise une pièce de cinq lires, mais elle est jamais mis en circulation en raison de l’assassinat du duc. En 1859, lors de l’annexion du duché par le royaume de Sardaigne, l'Hôtel des monnaies disparaît définitivement[65].

Société[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

En 1573, Parme est une capitale de 20 000 habitants. La population grimpe à 46 000 avant la peste de 1630 qui élimine de 15 000 à 20 000 d'entre eux. En 1698, un recensement de l'évêché dans les 31 paroisses indique 29 741 habitants puis la population continue à croître : 44 000 habitants en 1771 et 55 000 en 1727[66]. En 1771, Parme et les territoires environnants comptent 177 000 âmes tandis que le duché en comprend 335 000[59]. Ces chiffres sont approximatifs en raison de l'afflux de population dans la ville lors des différentes guerres[66]

En 1815 la population du duché s'élève à 426 512 habitants, l'écart avec l'année 1821 s'expliquant par les famines et les épidémies de typhus[67],[68],[69] :

Évolution démographique
1771 1821 1822 1823 1824 1825 1826 1827 1828
335 000 411 847 417 098 420 675 425 959 432 916 435 844 441 171 445 633
1829 1830 1831 1832 1833 1853 - - -
448 769 451 875 454 080 460 759 465 673 500 000 - - -


La population est en majorité analphabète. Elle reste soumise à la gestion féodale des propriétaires terriens, ce qui conduit les paysans à abandonner la campagne. Ils viennent renforcer les rangs des mendiants en ville[64] ou émigrent. Cette situation perdure au XVIIIe siècle et au-delà. La population des montagnes part souvent de l'automne au printemps pour la Toscane ou la Corse, tandis que la population de la plaine du se rend en Lombardie. Compte tenu de la pauvreté de la population, le gouvernement français qui administre le duché abaisse à un franc la taxe sur les passeports tandis que Marie-Louise la supprime. Le phénomène prend une telle importance que son successeur réalise, en 1858, une campagne de statistique pour en mesurer l'ampleur[70].

L'émigration ne se limite pas à la péninsule et dès 1816, les autorités constatent une augmentation de la demande de passeports pour Gênes et les Amériques, ce qui s'explique par la famine qui suit les changements climatiques liés à l'éruption volcanique du Tambora en Indonésie et par l'organisation d'un trafic vers l'étranger par le directeur de la police ducale. Les archives de Parme de 1858 montrent une émigration vers de nombreux pays : la France, le Royaume-Uni, l'Espagne, l'Allemagne et même des contrées plus surprenantes telles que Constantinople ou Saint-Pétersbourg. Une statistique concernant Paris indique 92 personnes habitant rue Sainte-Marguerite et 54 à proximité, au 14 rue d'Aligre, dont les deux tiers sont des musiciens ambulants[69].

L'exode des enfants est particulièrement important. Afin de réduire le nombre de bouches à nourrir, les enfants, dès 12 ans, sont confiés à des marchands ambulants ou à des joueurs d'orgue de Barbarie pour, dans le meilleur des cas, un salaire mensuel reversé directement aux parents. Les conditions de vie de ces enfants sont désastreuses : ils sont souvent contraints à des marches interminables, mal vêtus, mal chaussés et mal traités. Certains meurent des mauvais traitements reçus de leurs patrons. Le journal La Repubblica évoque, dans un article de 2009, l'exode de 2 022 enfants dont 512 ne reviennent pas[71]. De telles situations provoquent des débats dans différents journaux européens. Le 27 octobre 1852, Charles III tente de mettre fin à l'émigration des mineurs et émet une loi qui interdit la sortie du territoire des enfants s'ils ne sont pas enregistrés sur le passeport d'un parent[72]. La loi est publiée dans tous les pays mais avec le retour des famines, des dérogations sont rapidement accordées[70],[73].

Lors de l'intégration dans le royaume de Sardaigne, le nombre d'habitants s'élève à 256 029 personnes[N 3]. 7 % de la population vit dans les centres urbains, tandis que 54,5 % des sujets vivent dans des maisons disséminés sur le territoire. La population de Parme diminue au cours de la décennie suivante en raison de la réduction du nombre d'activités artisanales et commerciales qui suit la fin du duché. Un recensement effectué la même année montre que l'industrie est très peu développée, avec 897 établissements, et essentiellement alimentaire : 372 moulins à grains, des laiteries, des producteurs de viandes et des fabricants de pain et de pâtes. Ces fabriques emploient en moyenne 5 salariés, une seule atteint 100 salariés. De plus, elles sont très en retard technologiquement, seules deux utilisant des moteurs à vapeur[33].

Le taux d'analphabétisme dans la nouvelle province représente 81,6 % de la population, soit un taux supérieur à la moyenne nationale (80,4 %) et régionale (78,1 %). Vingt ans plus tard, il n'atteint plus que 41,5 %. La population qui parle plus ou moins bien l'italien est estimée à 2,5 %, l'essentiel des habitants s'exprimant en dialecte parmesan[33].

Religion[modifier | modifier le code]

Le duché est de confession catholique. Parme a un passé religieux ancien : érigée en diocèse avant 366, le premier évêque connu est Urbain[74].

L'Église du duché connaît les mêmes événements que celle de l'Europe catholique. L'Inquisition prend ses fonctions en 1588 et est supprimée par Ferdinand de Bourbon en 1769. Elle est réinstaurée en août 1780 jusqu’aux premières années du XIXe siècle. Cette interruption provoque la perte d’un grand nombre d’archives. Il existe deux sièges de l'Inquisition : à Plaisance, dans le couvent dominicain de San Giovanni in Canale (compétent sur Crémone et Crema au début de son instauration), et à Parme, dans le couvent dominicain de San Pietro Martire à l’intérieur de la Pilotta. Cette institution est occupée par une trentaine d’inquisiteurs qui doivent être âgés d’au moins quarante ans, être titulaires d'un magistère en théologie et ne pas être originaires du duché[75].

Il existe peu d’informations sur le nombre de personnes poursuivies, bien qu’une note de 1769 évoque 165 dossiers pour les deux siècles d’existence du tribunal. Les cas les plus délicats sont traités par Rome. La tâche principale du bureau est de s’assurer du respect de la pensée religieuse. Ainsi, en septembre 1677, 1 200 ouvrages sont brûlés devant la chapelle de l'Inquisition à la Pilotta. L’institution juge les cas de vols d’objets religieux, de blasphèmes, de fréquentation de juifs et de lecture de livres interdits[75].

Au cours de la période des Lumières, Du Tillot, soutenu par les cours bourboniennes, France, Espagne, Naples et conseillé par le théatin Paciaudi, s'oppose aux privilèges ecclésiastiques. En octobre 1764, il publie une loi, condamnée par le Saint-Siège, qui interdit le passage des biens en biens de mainmorte. Les Jésuites sont chassés en février 1768 et les biens de nombreux ordres sont confiés aux instituts de bienfaisance et d'instruction publique[76].

Cette politique se renouvelle en 1810, alors que le duché est un département français. En 1810, Napoléon abolit par décret les confraternités et les ordres monastiques, ce qui provoque la fermeture de centaines d'églises et de couvents[77]. Ils deviennent la propriété du « Monte Napoleone » et sont revendus, permettant ainsi l'émergence d'une nouvelle bourgeoisie[78]. Nombre de ces ordres et couvents sont rétablis sous Marie-Louise[79].

Le duché est partagé en quatre diocèses : Parme divisée en 7 préfectures, 29 vicariats et 323 paroisses, Plaisance avec 33 vicariats et 362 paroisses, Borgo San Donnino (l'actuelle Fidenza érigée en siège épiscopale en 1601 par Clément VIII[80]) avec 7 vicariats et 56 paroisses et Guastalla avec 12 paroisses[81]. Le duché comprend huit synagogues[5].

Culture[modifier | modifier le code]

Le théâtre Farnèse.

Dès le règne d'Octave Farnèse, le duché est le centre d'une grande activité musicale qui attire des compositeurs comme Claudio Merulo[82]. La musique est enseignée dans le collège des Nobles, institué par Ranuce Ier et qui reçoit des jeunes nobles de toute l'Europe. Des mélodrames sont présentés dans le théâtre Farnèse, construit à partir de 1618 dans les murs du palais de la Pilotta. Il peut recevoir mille personnes et dispose d'une vaste scène[16]. En 1603, une compagnie des violons formée de cinq artistes est constituée et, en 1621, Francesco Pio, un compositeur parmesan, devient préfet de la musique[83].

Sous les Bourbons, l'art typographique prend de l'essor grâce à la venue de Bodoni qui modernise la typographie ducale et crée, en 1735, la Gazzetta di Parma qui paraît encore actuellement[84]. L'académie royale des beaux-arts (1752) et la bibliothèque royale (1762) qui souscrit à trente abonnements à l'Encyclopédie sont créés[63].

En 1821, Marie-Louise crée également le Conservatoire de Parme, où étudiera bien plus tard le grand chef d'orchestre Arturo Toscanini. Le compositeur symbole du Risorgimento, Giuseppe Verdi, auquel Marie-Louise avait accordé une bourse d'études, lui consacre une de ses premières œuvres, I Lombardi alla prima crociata (1843)[85].

Dans le palais de la Pilotta, Marie-Louise fait installer une bibliothèque, un musée archéologique et une pinacothèque. Parmi les nombreuses œuvres, on trouve aussi la statue de la duchesse représentée en Concorde, d'Antonio Canova. En 1833, elle fait créer une salle pour les Archives d'État et, en 1834, l'expansion de la bibliothèque est achevée. La souveraine fait fusionner le collège Lalatta et le collège des Nobles en une seule institution, le Collège Marie-Louise, toujours existant, qui est confié à l'ordre des Barnabites[41],[86]. Elle fonde l’École de la compagnie des enfants de troupe destinée aux enfants des officiers et sous-officiers[41].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'ancien théâtre se trouve dans le Palazzo di Riserva de la rue Garibaldi, qui abrite aujourd'hui le Musée Glauco Lombardi.
  2. En 1695, le gouvernement de Parme décrète un impôt extraordinaire à la charge des propriétaires : 4 lires par biolche de plaine, 3 lires par collines médiocres, 2 lires par montagnes, 10 % des revenus fruitiers, 5 % des locations de maisons, 20 lires par biolche de jardin en ville (Archives d'État de Parme).
  3. Comparativement, la seule ville de Naples a 447 065 habitants tandis que Turin en a 204 715.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Molossi 1834, p. XI, XVII
  2. Lopresti 1999, p. 134
  3. (it) « Vescovi, Clero e Cura Pastorale: Studi Sulla Diocesi Di Parma Alla Fine dell'ottocento » (consulté le 30 avril 2012)
  4. (it) « La storia di Pontremoli » (consulté le 10 juin 2012)
  5. a, b et c Nuovo dizionario geografico,1831, p. 733
  6. a et b Parente, p. 374.
  7. Parente, p. 376.
  8. Parente, p. 375.
  9. Parente, p. 377.
  10. a, b et c Parente, p. 378.
  11. Parente, p. 379.
  12. Parente, p. 380.
  13. Parente, p. 383.
  14. Parente, p. 384.
  15. Marchi, 1988, p. 260
  16. a et b Marchi, 1988, p. 275
  17. (it) A. Spagnoletti, « Assolutismo illuminato » (consulté le 17 février 2013)
  18. Parente, p. 387.
  19. a et b Parente, p. 388.
  20. Parente, p. 389
  21. Parente, p. 390.
  22. Parente, p. 396-397
  23. Parente, p. 396
  24. (it) Valeria Barca et Mario Palazzino, « Cittadini minorenni. La censura nelle carte dell'Archivio di Stato di Parma », sur Archivio di Stato di Parma (consulté le 3 mars 2013)
  25. Parente, p. 398
  26. Parente, p. 403
  27. Parente, p. 404
  28. a et b Parente, p. 394
  29. a et b (it) « Ducato di Parma, Piacenza e Guastalla (mag. 1796-ott. 1802) e Amministrazione generale francese (1802-1808) » (consulté le 2 mars 2013)
  30. Stella 1988, p. 337
  31. a et b Parente, p. 395
  32. Marchi, 1988, p. 198
  33. a, b, c et d « L’epoca della destra storica a Parma nelle carte dei prefetti », sur Parma e la sua storia (consulté le 14 juillet 2012)
  34. (it) « La storia del palazzo » (consulté le 24 février 2013)
  35. Marchi, 1988, p. 223
  36. Marchi, 1988, p. 247
  37. a et b Marchi, 1988, p. 259
  38. Marchi, 1988, p. 372
  39. Marchi, 1988, p. 316
  40. Marchi, 1988, p. 319
  41. a, b, c, d, e et f Lasagni, 1999, p. Absburgo Lorena Maria Ludovica Leopoldina
  42. Mezzadri, 1978, p. 82, 83
  43. Goldoni, 1991
  44. a et b Zannoni 1981, p. 12
  45. Zannoni 1981, p. 19
  46. Zannoni 1981, p. 25
  47. Zannoni 1981, p. 31
  48. Zannoni 1981, p. 41
  49. Zannoni 1981, p. 32
  50. Turchi 1983, p. 65-68
  51. Zannoni 1981, p. 65
  52. Zannoni 1981, p. 66
  53. a et b Marchi, 1988, p. 336
  54. (it) « Rivista dei Carbibieri reali » (consulté le 2 mars 2013)
  55. Lopresti 1999, p. 136
  56. Lopresti 1999, p. 137
  57. Marchi, 1988, p. 261
  58. Marchi, 1988, p. 312
  59. a, b, c et d Marchi, 1988, p. 310
  60. a, b, c et d (it) « Una vaccheria benedettina tra Sei e Settecento: l’organizzazione produttiva casearia del cenobio di S.Giovanni Evangelista di Parma » (consulté le 11 mars 2013)
  61. La Gazzetta di Parma, Ubaldo Delsante: Parma, provincia francese page 5, édition du 26 mai 2008
  62. a, b et c Touring Club Italiano, 1998, p. 59
  63. a, b et c (it) « Le tecnologie agroalimentari nel parmense » (consulté le 11 mars 2013)
  64. a et b (it) « “Teatro d’agricoltura”: le campagne parmensi nelle inchieste agrarie del secolo dei Lumi », sur Università degli Studi di Parma, Facoltà di Economia (consulté le 10 juin 2012)
  65. a, b, c, d, e et f (it) Michele Lopez, « Aggiunte alla zecca e moneta parmigiana del Padre Ireneo Affo » (consulté le 11 février 2013)
  66. a et b Bazzi et Benassi, 1908, p. 279.
  67. Molossi 1834, p. XXII
  68. (it) « Popolazione in Italia nel 1853 » (consulté le 10 juin 2012)
  69. a et b (it) « L' emigrazione parmense nell'Ottocento (1800 - 1861 » (consulté le 10 juin 2012)
  70. a et b (it) « L’emigrazione stagionale nel Ducato di Parma 1816 fuga in America », sur Direzione generale per gli archivi (consulté le 10 juin 2012)
  71. (it) Stefania Parmeggiani, « Il racket dei baby mendicanti bimbi della montagna scomparsi nel nulla », sur La Repubblica Parma (consulté le 8 février 2013)
  72. (it) Massimo Angelini, « Mestieri girovaghi e moralismo storiografico, Studi sulla "tratta dei fanciulli" nell'Appennino settentrionale » (consulté le 8 février 2013)
  73. (it) « I bambini » (consulté le 31 août 2012)
  74. « Diocesi di Parma » (consulté le 14 juillet 2012)
  75. a et b Luca Ceriotti et Federica Dallasta, Il posto di Caifa, l'Inquisizione a Parma negli anni dei Farnese, éditeur Franco Angeli, 2008.
  76. Stella 1988, p. 312, 322, 331
  77. Stella 1988, p. 336
  78. Stella 1988, p. 335-336
  79. Stella 1988, p. 340
  80. (it) « Chiesa di Fidenza » (consulté le 16 février 2013)
  81. Molossi 1834, p. XXIII
  82. Marchi, 1988, p. 276
  83. (it) « la musica a Parma » (consulté le 24 février 2013)
  84. Marchi, 1988, p. 325
  85. Schiel, 1985, p. 339
  86. (it) Marzio Dall'Acqua, Enciclopedia di Parma, Milan-Parme, Franco Maria Ricci,‎ 1998, p. 438

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (it) Nuovo dizionario geografico universale statistico-storico-commerciale, Venise, Giuseppe Antonelli,‎ 1831 (lire en ligne)
    Nouveau dictionnaire géographique universel statistique-historique-commercial
  • (it) Codice penale per gli Stati di Parma, Piacenza, Parme, Reale tipografia,‎ 1820 (lire en ligne)
    Code pénal de États de Parme, Plaisance
  • (it) Marzio Dall'Acqua, Enciclopedia di Parma. Dalle origini ai giorni nostri, Parme, Franco Maria Ricci,‎ 1998
    Encyclopédie de Parme. Des origines à nos jours.
  • (it) Luigi Alfieri, Parma, la vita e gli amori. Storia della città dal Mille al Millenovecento, Parme, Silva,‎ 1993 (ISBN 88-7765-042-7)
    Parme, la vie et les amours. histoire de ville de l'an Mille au XXe siècle.
  • (it) Luigi Alfieri, Gigli azzurri. Storia di casa Farnese, Parme, Silva,‎ 1995
    Lys bleus. Histoire de la maison Farnèse.
  • (it) Alberto Mario Banti, Il Risorgimento italiano, Bari, Laterza,‎ 2011, 236 p. (ISBN 978-88-420-8574-4) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
    Le Risorgimento italien.
  • (it) Tullo Bazzi et Umberto Benassi, Storia di Parma (Dalle origini al 1860), Parma, Battei,‎ 1908 (lire en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
    Histoire de Parme
  • (it) Ferdinando Bernini, Storia di Parma (Dalle terramare al 1914), Parma, Battei,‎ 1954
    Histoire de Parme, des origines à 1860.
  • Geneviève Chastenet, Marie-Louise, l'impératrice oubliée, Paris, J'ai lu,‎ 1982 (ISBN 2-277-22024-8)
  • (it) Roberto Lasagni, Dizionario biografico dei Parmigiani,‎ 1999 (lire en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
    Dictionnaire biographique des Parmesans
  • (it) Luca Goldoni, Maria Luigia donna in carriera, Milan, Rizzoli,‎ 1991 (ISBN 88-17-84132-3) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
    Marie-Louise femme de carrière
  • (it) Lucia Lopresti, Granducato di Parma e Piacenza, Demetra, Altante della Storia,‎ 1999, 143 p. (ISBN 88-440-1033-6[à vérifier : ISBN invalide]) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
    Grand-duché de Parme et Plaisance.
  • O. M., Quelques notices sur le comte Philippe François Magawly-Cerati de Calvy, Paris, Librairie scientifique française et orientale,‎ 1846, 97 p. (lire en ligne)
  • (it) Adele Vittoria Marchi, Parma e Vienna, Parma, Artegrafica Silva,‎ 1988
    Parme et Vienne.
  • (it) Achille Mezzadri, Carlo Francesco Caselli consigliere intimo di Maria Luigia, Parme, Battei,‎ 1978 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
    Carlo Francesco Caselli, conseiller intime de Marie-Louise
  • (it) Lorenzo Molossi, Vocabolario topografico di Parma, Piacenza e Guastalla, Parme,‎ 1834 (lire en ligne), p. 52-59 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
    Vocabulaire topographique de Parme, Plaisance et Guastalla
  • (en) George F. Nafziger et Marco Gioannini, The Defense of the Napoleonic Kingdom of Northern Italy, 1813-1814, Greenwood Publishing Group,‎ 2002, 351 p. (lire en ligne)
    La défense du royaume de l'Italie septentrionale napoléonienne.
  • (it) Maria Parente, Archivio di Stato di Parma (lire en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
    Archives d'État de Parme
  • (it) Rosario Romeo, Vita di Cavour, Bari, Laterza,‎ 2011 (1re éd. 1984) (ISBN 978-88-420-7491-5) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
    La Vie de Cavour
  • (it) Antonio Domenico Rossi, Ristretto di storia patria ad uso dei Piacentini, Plaisance,‎ 1833 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (it) Irmgard Schiel, Maria Luigia - Una donna che seppe amare e che seppe governare, Milan, Longanesi,‎ 1997 (ISBN 88-304-0232-X) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
    Marie-Louise - Une femme qui sut aimer et qui sut gouverner
  • (it) Gianfranco Stella, Parma, Quaderni Parmensi,‎ 1988 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (it) Marcello Turchi, Origini, problemi e storia dell'Ordine Constantininano di San Giorgio di Parma, Parma, Donati,‎ 1983 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
    Origines, problèmes et histoire de l'Ordre constantinien de Saint-Georges de Parme
  • (it) Mario Zannoni, L'esercito farnesiano dal 1694 al 1731, Palatina,‎ 1981 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
    L'armée des Farnèse de 1694 à 1731.
  • (it) Mario Zannoni, Napoleone Bonaparte a Parma nel 1805, MUP,‎ 2006 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
    Napoléon Bonaparte à Parme en 1805.
  • Emilia Romagna, Touring Club Italiano,‎ 1998, 1087 p. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]