Louis de France (1661-1711)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Louis de France

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Le « Grand Dauphin » devant le siège de Philipsbourg (1688).

Titre

Prince héritier de France et de Navarre

1er novembre 1661 — 14 avril 1711
(49 ans, 5 mois et 13 jours)

Prédécesseur Louis, dauphin de France
Successeur Louis, dauphin de France
Fonctions militaires
Conflit Guerre de la Ligue d’Augsbourg
Biographie
Titulature Fils de France
Dauphin de France
Dynastie Maison de Bourbon
Nom de naissance Louis de France
Surnom « Le Grand Dauphin »
Naissance 1er novembre 1661
Fontainebleau (France)
Décès 14 avril 1711 (à 49 ans)
Meudon (France)
Sépulture Nécropole de Saint-Denis
Père Louis XIV de France
Mère Marie-Thérèse d’Autriche
Conjoints Marie Anne Christine de Bavière
Marie-Émilie de Joly de Choin
Liaison Marie-Armande de Rambures (1662-1689)
Enfants Louis de France
Philippe de France
(Philippe V d'Espagne) Roi d’Espagne
Charles de France
Religion Catholicisme
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Héritiers du trône de France

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Louis de France.

Louis de France, dit Monseigneur, ou le Grand Dauphin après sa mort, est né à Fontainebleau le 1er novembre 1661 et mort au château de Meudon le 14 avril 1711.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils aîné de Louis XIV et de Marie-Thérèse d’Autriche, il naquit le 1er novembre 1661 au château de Fontainebleau. Son père assista à l’accouchement et le Grand Dauphin enfin né, le roi courut à la fenêtre et annonça : « La reine est accouchée d’un garçon ! ». En son honneur, une nouvelle appellation fut créée : « Monseigneur ». Le 5 juin 1662, un grand carrousel est donné en l'honneur de sa naissance sur la place qui porte désormais le nom de « place du Carrousel ». Jusqu’à 7 ans, il eut pour gouvernante Madame de la Motte. Ensuite, il eut pour gouverneur le très sévère duc de Montausier, Charles de Sainte-Maure — qui servit, dit-on, de modèle à Molière pour son Misanthrope[1] — et pour précepteur l’évêque de Condom, puis de Meaux, Jacques-Bénigne Bossuet, assisté de Pierre-Daniel Huet. Louis de France est, jusqu’en 1674, un élève appliqué. C’est à lui qu’est dédié le premier recueil des Fables de La Fontaine en 1668.

Il reçoit une éducation qui lui apprend davantage l’obéissance à son père que l’art de gouverner le royaume. Ses précepteurs en revanche lui transmettent le goût des antiquités (médailles, inscriptions, sculpture). Monseigneur avait commencé à collectionner, vers 1681, alors qu’il avait vingt ans, et, outre les porcelaines, il appréciait particulièrement les gemmes. Il était secondé en la matière, depuis 1680 jusqu’à son décès, par son conseiller le fameux orfèvre Philippe Van Dievoet dit « Vandive » (1654-1738), officier de la Garde-Robe du Roi, attaché à la personne du Dauphin. Saint-Simon brosse du caractère du jeune dauphin un portrait sévère:

Ce prince, héritier nécessaire puis présomptif de la couronne, naquit terrible et sa première jeunesse fit trembler. Dur et colère jusqu'aux derniers emportements, et jusque contre les choses inanimées; impétueux avec fureur, incapable de souffrir la moindre résistance, même des heures et des éléments, sans entrer dans des fougues à faire craindre que tout ne se rompit dans son corps. [...] Enfin, livré à toutes les passions et transporté de tous les plaisirs; souvent farouche, naturellement porté à la cruauté; barbare en railleries et à produire les ridicules avec une justesse qui assommait. De la hauteur des cieux il ne regardait les hommes que comme des atomes avec qui il n'avait aucune ressemblance, quels qu'ils fussent.[2]

Il épouse Marie Anne Christine de Bavière le 7 mars 1680. Ils eurent comme enfants :

Veuf en 1690, il épousa secrètement en 1695 sa maîtresse Marie-Émilie de Joly de Choin (1670-1732), dame d’honneur de sa demi-sœur préférée la princesse douairière de Conti, que cette dernière avait renvoyée.

Le Grand Dauphin en famille

Bien qu’il ait lui aussi épousé sa maîtresse, le roi n’approuva pas cette union. Le Dauphin se retira dans son château de Meudon[3] où se forma une sorte de contre-pouvoir à la politique de Louis XIV.

Opposé à la révocation de l’édit de Nantes (1685), il se signala également par sa bravoure au combat, notamment pendant la Guerre de la Ligue d’Augsbourg (1688 à 1697).

Fier de son sang, il ne craignit pas de réclamer avec une vigueur inaccoutumée pour son fils cadet le duc d’Anjou, l’héritage de la couronne d’Espagne sur laquelle sa mère lui avait donné des droits (1700).

Victime d’une attaque d’apoplexie en 1701, il mourut de la petite vérole le 14 avril 1711 à 11h30 du soir et à l’âge de quarante-neuf ans en son château vieux de Meudon, dans la chambre de son Grand Appartement Frais. Son fils, le duc de Bourgogne, ne fut finalement jamais roi car il décéda avant Louis XIV, mais le cadet Philippe fonda la Maison de Bourbon en Espagne qui détient encore le trône de ce pays.

Activités militaires[modifier | modifier le code]

Chevalier des Ordres à sa naissance, il fut reçu le 1er janvier 1682. Furent créés pour lui :

Titres[modifier | modifier le code]

1661 - 1711 S.A.R. Monseigneur le Dauphin

Ascendance[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le père Nicolas Petit, auteur d'une Vie du duc de Montausier (1729, tome II, p. 129) affirme que le duc ne se montra pas blessé des intentions prêtées gratuitement au poète à ce sujet.
  2. Duc de Saint-Simon, Mémoires, année 1712 (cité dans Saint-Simon "Cette pute me fera mourir" Intrigues et passions à la cour de Louis XIV, introduction et notes par François Ravier, Le Livre de Poche, 2011, p. 319-320.
  3. Château dont le potager portera son nom : le potager du Dauphin

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Matthieu Lahaye, Louis, Dauphin de France. Fils de roi, père de roi, jamais roi, DEA sous la direction de Joël Cornette soutenu à l’université Paris VIII, 2005.
  • Matthieu Lahaye, « Louis Ier d’Espagne (1661-1700) : essai sur une virtualité politique », in Revue historique, no 647, septembre 2008.
  • Matthieu Lahaye, Le fils de Louis XIV. Réflexion sur l’autorité dans la France du Grand Siècle, thèse sous la direction de Joël Cornette à l’Université Paris VIII, 2011.
  • Matthieu Lahaye, Le fils de Louis XIV. Monseigneur le Grand Dauphin, Seyssel, Champ Vallon, 2013.
  • Charles IX. Récit d’histoire par Louis Dauphin et Bossuet, édité par Régine Pouzet, Clermont-Ferrand, Adosa, 1993, 298 p., 8 pl. (ISBN 2-86639-002-4)
  • Jean-Pierre Maget, "Monseigneur, Louis de France, dit Le Grand Dauphin, fils de Louis XIV". Thèse sous la direction de Dominique Dinet, université de Strasbourg, 2010.
  • Collectif, "Le Grand Dauphin, Fils de Louis XIV, Seigneur de Meudon" Éditions APAM (Association Publications Amis de Meudon), 2011.

Article connexe[modifier | modifier le code]