Napoléon-Louis Bonaparte (1804-1831)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Napoléon-Louis Bonaparte (homonymie), Louis II et Maison Bonaparte.
Louis II
Louis II
Louis II
Titre
Roi de Hollande
1er13 juillet 1810
(&&&&&&&&&&&&&01212 jours)
Prédécesseur Louis Ier
Successeur Napoléon Ier (annexion du royaume de Hollande par l'Empire français)
Guillaume Ier (roi des Pays-Bas)
Grand-duc de Berg et de Clèves
18099 juin 1815
Prédécesseur Napoléon Ier
Successeur dernier titulaire

(rattachement à la Prusse)

Biographie
Dynastie Maison Bonaparte
Nom de naissance Napoléon-Louis Bonaparte
Date de naissance 11 octobre 1804
Lieu de naissance Paris (France)
Date de décès 17 mars 1831 (à 26 ans)
Lieu de décès Forlì (États pontificaux)
Père Louis Bonaparte
Mère Hortense de Beauharnais
Conjoint Charlotte Bonaparte

Napoléon-Louis Bonaparte (1804-1831)
Monarques des Pays-Bas

Napoléon-Louis Bonaparte, en néerlandais Napoleon Lodewijk II, Prince français et altesse impériale (1804), Prince royal de Hollande (1806), né à Paris le 11 octobre 1804[1] et mort à Forlì, en Italie, le 17 mars 1831[2], est le deuxième fils du roi de Hollande Louis Bonaparte et d'Hortense de Beauharnais, fille de Joséphine de Beauharnais. Il porte le titre de Grand-duc de Berg de 1809 à 1815, et est Roi de Hollande du 1er au 13 juillet 1810, date à laquelle son oncle Napoléon Ier annexa les Pays-Bas.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il épouse sa cousine Charlotte Bonaparte, fille de Joseph Bonaparte et de Julie Clary.

À la suite des Trois Glorieuses qui renversent Charles X en France, Napoléon-Louis et son frère cadet, Louis Napoléon, espèrent que s’ouvre pour eux une ère nouvelle, mais la loi du 11 septembre 1830, votée par la nouvelle assemblée orléaniste qui craint une offensive bonapartiste, stipule à nouveau l'interdiction de séjour des Bonaparte dans le Royaume[3].

Les fils Bonaparte sont indignés, ce qui amène la reine Hortense à partir avec eux pour Rome afin de les éloigner de la France. Ils sont néanmoins rapidement impliqués dans les conspirations des carbonari visant à favoriser la cause de l'unité italienne et à déposséder le pape de son pouvoir séculier[4].

Les deux frères participent ainsi aux insurrections dans les territoires pontificaux de l'Italie centrale, avant de devoir finalement se replier sur Bologne, où ils se retrouvent encerclés par l'armée autrichienne et les armées pontificales, décidées chacune à leur régler leur sort[5].

Repliés sur Forlì, les deux frères doivent aussi faire face à une épidémie de rougeole qui emporte de nombreux soldats, déjà affaiblis par leurs blessures. Le 17 mars 1831, il succombe à l'épidémie tandis que Louis-Napoléon subit à son tour les effets de la maladie[6].

Il est enterré à Saint-Leu-la-Forêt en Île-de-France.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Eric Anceau, Napoléon III, ed. Tallandier, 2008, p. 27.
  2. Eric Anceau, op. cit., p. 56.
  3. Milza 2006, p. 58-59
  4. Milza 2006, p. 59 et suivantes
  5. Milza 2006, p. 62 et suivantes
  6. Milza 2006, p. 68

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Pierre Milza, Napoléon III, Perrin collection « Tempus »,‎ 2006

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir