Joseph-Boniface Franque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Franque.
L’Impératrice Marie-Louise veillant sur le sommeil du Roi de Rome, Musée de Versailles, 1811.

Joseph-Boniface Francou[1], dit Franque, né en 1774 à Buis-les-Baronnies et mort à Naples en 1833, est un peintre français.

Frère jumeau de Jean-Pierre Franque, Joseph-Boniface bénéficiera, comme son frère, d’une aide financière, décidée par la Convention nationale ; décret du 15 janvier 1792. Les deux frères seront alors élèves de David. Dans l’atelier de ce dernier, ils seront proches du groupe des Barbus animé par Quays.

En 1812, Joseph-Boniface quittera la France pour l’Italie, à la suite d’Élisa Bonaparte, et sera nommé, l’année suivante, professeur de dessin à l’Académie de Carrare, par la suite il s’établit comme professeur de dessin à l’Académie des Beaux-Arts de Naples, dont il deviendra la directeur.

Envois aux salons[modifier | modifier le code]

  • 1806, n° 207, Hercule arrachant Alceste des Enfers [1], tableau disparu lors de l’incendie du château de Meudon en 1871, réplique exposée à Paris en 2006, Galerie Terrades, n° 12 du catalogue, en voie d’acquisition en 2007 par le musée des beaux-arts de Valence[2] ;
  • 1808, Daphnis montrant à jouer de la flûte à Chloé ;
  • 1810, Allégorie sur l’état de la France avant le retour d’Égypte ;
    • Portrait de S. E. Asher-Kan, ambassadeur de Perse ;
  • 1812, L’Impératrice contemplant le roi de Rome endormi, Château de Versailles ;
    • L’Empereur, le matin de la bataille de la Moskowa ;
  • 1827, Scène de l’Éruption du Vésuve, Philadelphie, Philadelphia Museum of Art.

Œuvres conservées dans les musées[modifier | modifier le code]

  • Bordeaux, Musée des Beaux-Arts, Deux personnages devant une fenêtre, huile sur toile, 36,3 par 27, signé[3] J. Franque ;
  • Philadelphie, Philadelphia Museum of Art, Scène de l’éruption du Vésuve, huile sur toile, 295 par 228 m, vers 1827. Provenance: acheté par Madame André Cabanel, marchande de tableaux à Paris, rue de Seine, (selon elle, le tableau provient d’une vente à l’hôtel Drouot le 19 janvier 1969), vente par Madame Cabanel à la Galerie Heim de Londres, acheté par le musée en 1972 grâce au George W.  Elkins Fund.[2] ;
  • Rueil-Malmaison, Château de la Malmaison, Joachim Murat, roi de Naples (1767-1815), huile sur toile, 93 par 75 cm.[3] ;
  • Versailles, château de Versailles et de Trianon, L’Impératrice Marie-Louise veillant sur le sommeil du Roi de Rome, huile sur toile, 52 cm par 45 cm, 1811[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Par la suite, les frères Francou préfèrent se faire appeler Franque.
  2. La Tribune de l’Art, Brève du 5/5/07
  3. Ce tableau ne serait pas signé, il serait possible de l’attribuer, plutôt à Jean-Baptiste Mallet, en comparaison avec la célèbre œuvre de cet artiste, vendue par la galerie Marcus au Château-Musée de Dieppe : Une salle de bain gothique.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :