Nicolas François Mollien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mollien.
Nicolas François Mollien
François-Nicolas, comte Mollien
François-Nicolas, comte Mollien
Fonctions
Conseiller à la ferme générale
1778 –
Ministre du Trésor Public
1806 – 1814
Biographie
Date de naissance 28 février 1758
Lieu de naissance Rouen
Date de décès 20 avril 1850
Lieu de décès Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Profession Conseiller d'État

Nicolas François, comte Mollien est un homme politique français, né à Rouen, le 28 février 1758 et mort à Paris le 20 avril 1850.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après de brillantes études, Mollien entra en 1778, protégé par le duc de Richelieu, dans les bureaux du contrôleur général des finances Taboureau des Réaux. Il y fut chargé en 1781 de la surveillance de la ferme générale, dont il augmenta le rendement annuel de quatorze millions. Il obtint en récompense une pension de 3 000 livres jusqu'à la Révolution. Il participe ensuite à l'élaboration des nouvelles barrières d'octroi de Paris puis à la préparation du traité de commerce franco-anglais en 1786.

Il reste dans l'administration des Finances au début de la Révolution dont les autorités l'envoient en 1791 dans le Lot et dans l'Eure, en tant que directeur des Domaines et de l'Enregistrement.

Destitué et incarcéré sous la Terreur, le financier gagne en 1794 l'Angleterre où pendant cinq années, il étudie les institutions financières britanniques. À son retour en France après le coup d'État du 18 Brumaire, Napoléon Ier le nomme directeur de la Caisse de garantie et d'amortissement. À ce poste il soutient la rente, et devient en 1804 conseiller d'État de Bonaparte en matière de finances. De janvier 1806 à 1814, il est ministre du Trésor public (il succède à Barbé-Marbois après la faillite des Négociants réunis) et le principal conseiller financier de l'Empereur. Exécutant sa tâche avec conscience et compétence, il tente de mettre de l'ordre dans les finances impériales, de plus en plus compliquées, et institue la Caisse de service chargée de surveiller les mouvements des fonds (l'ancêtre du Trésor public). Il introduit la notion de comptabilité en partie double. Le ministre surveille aussi les opérations de la Banque de France, diminue les créances des fournisseurs d'État. Dans l'intérêt de ne pas dilapider les fonds publics, il s'oppose fréquemment aux subventions accordés aux industriels.

Il est fait comte de l'Empire en 1808 et reçoit vers la même époque la grand-croix de l'ordre de l'Union[1]. À son retour de l'île d'Elbe, Napoléon le rappelle au ministère des Finances durant les Cent-Jours.

Sous la Seconde Restauration, Mollien refuse en 1818 le portefeuille des Finances mais accepte l'année suivante d'être élevé à la pairie. Il devient ainsi pair de France en 1819.

Il est enterré au cimetière de Morigny-Champigny où il possédait avec sa seconde épouse, la filleule de Louis-César de Saint-Léon, le château de Jeurre où il entreprit des travaux d'agrandissement en 1809. Sa seconde femme était Adèle-Rosalie Collart-Dutilleul, dame d'honneur de la reine Amélie et sœur de Jules Collart-Dutilleul, Procureur général près la Cour des comptes.

Il a laissé d'intéressants Mémoires publiés en 1845 sous le titre de Mémoires d'un ministre du Trésor public, où il critique entre autres la création de la Banque de France.

Les papiers personnels de Nicolas François Mollien sont conservés aux Archives nationales sous la cote 132AP[2].

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Orn ext comte de l'Empire GCLH.svg
Blason Nicolas François Mollien (1758-1850).svg
Armes du comte Mollien et de l'Empire

Parti : au 1, d'azur, à une gerbe d'or ; au 2, d'azur, à trois chevrons alaisés et superposés, surmontés de trois étoiles rangées, le tout d'or[3],[4] ; au canton des Comtes Ministres brochant.[5],[6]

Publications[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mollien (F. N.), Mémoires d’un ancien ministre du Trésor public, de 1800 à 1814, Paris, Fournier, 4 vol., 1837, éd. non mise en vente. Réédités chez Fournier en 1845, 4 vol., sous le titre Mémoires d’un ministre du Trésor public, 1780-1815. Nouvelle éd. en 1898, 3 vol., sous le titre : Comte Mollien, Mémoires d’un ministre du Trésor public, 1780-1815, avec une notice de Charles Gomel.
  • Roger Biot, Fameux Rouennais, Rouennais fameux, Rouen, PTC, coll. « Témoignages »,‎ 2005, 203 p. (ISBN 2-35038-011-4, OCLC 62750163), « François Nicolas Mollien gestionnaire de l'Empire », p. 7-13
  • « Nicolas François Mollien », dans Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français,‎ 1889 [détail de l’édition]

Sources partielles[modifier | modifier le code]

  • A. Decaux et A. Castelot, Le Grand Dictionnaire d'histoire de la France, éd. Perrin, 1979.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Testu, Almanach impérial pour l'année 1810 : présenté à S.M. l'Empereur et Roi par Testu, Paris, Testu,‎ 1810 (lire en ligne)
  2. Archives nationales
  3. Armorial de J.B. RIETSTAP - et ses Compléments
  4. Source : Armory of the French Hereditary Peerage (1814-30) sur www.heraldica.org
  5. Source : www.heraldique-europeenne.org
  6. Nicolas Roret, Nouveau manuel complet du blason ou code héraldique, archéologique et historique : avec un armorial de l'Empire, une généalogie de la dynastie impériale des Bonaparte jusqu'à nos jours, etc., Encyclopédie Roret,‎ 1854, 340 p. (lire en ligne)