Peter Coyote

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coyote.

Peter Coyote

alt=Description de l'image Peter_Coyote_crop.jpg.
Nom de naissance Rachmil Pinchus Ben Mosha Cohon
Naissance 10 octobre 1941 (71 ans)
Colver, Pennsylvanie, (États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Acteur
Films notables

Dennis Ryland, Les 4400 (2004-2007) série TV

Agent spécial Virgil "Web" Webster, The Inside : Dans la tête des tueurs (2005) série TV

Peter Coyote, de son vrai nom Rachmil Pinchus Ben Mosha Cohon, est un acteur américain né le 10 octobre 1941 à Colver, en Pennsylvanie (États-Unis).

Peter Coyote parle couramment le français, mais avec un certain accent. Dans son film Bon voyage, Jean-Paul Rappeneau a ainsi pu placer Coyote dans la peau d'un journaliste anglais, travaillant en réalité comme espion pour les Allemands.

Biographie[modifier | modifier le code]

Peter Cohon, connu sous le nom de Peter Coyote est originaire de Pennsylvanie. Dans les années 60 il intègre la San Francisco Mime Troupe, une troupe de théâtre de rue californienne, avant de participer à la fondation des Diggers, un groupe contre-culturel anarchiste mêlant vie en squat autogéré, théâtre subversif et freeganisme[1].

Il débute au cinéma dans Die laughing en 1980 et apparaît dans E.T. l'extraterrestre en 1982. Il joue dans de nombreux téléfilms et séries et collabore souvent avec des cinéastes étrangers (Diane Kurys pour Un homme amoureux en 1987, Walter Salles pour A grande arte en 1991, Roman Polanski pour Lunes de fiel en 1992, Pedro Almodovar pour Kika en 1993). On le voit notamment en 2003 dans Bon Voyage et en 2010 dans Flashforward...

Avec Glenn Close, il commenta la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'hiver de 2002 à Salt Lake City.

Dans les doublages ou les publicités à la radio, sa voix rappelle étrangement celle de Peter Fonda.[réf. nécessaire]

Filmographie[modifier | modifier le code]

comme acteur[modifier | modifier le code]

comme narrateur[modifier | modifier le code]

comme producteur[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les Diggers. Révolution et contre-culture à San Francisco (1966-1968) ; Alice Gaillard, L’Echappée, Montreuil, 2009

Lien externe[modifier | modifier le code]