Cadavre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cadavre d'un chat, partiellement décomposé
Cadavre de rat (mort empoisonné), partiellement momifié

Le cadavre est ce qui reste du corps d'un organisme vivant humain ou animal dans la période qui suit la mort.

On parle aussi de dépouille mortelle pour le corps humain, et de charogne pour le cadavre d'un animal sauvage. L'état cadavérique est la 3e étape de décomposition d'un corps, il est situé juste avant la dernière étape, dite squelettique.

Devenir des cadavres[modifier | modifier le code]

Des chercheurs étudient à quelle vitesse et comment les cadavres sont naturellement recyclés dans la nature. Des sites spécialisés existent pour les corps humains, afin notamment de faire progresser la médecine légale et mieux renseigner les polices scientifiques

Dans la nature[modifier | modifier le code]

Dans le milieu naturel et les cycles du vivant, les cadavres de petits animaux (jusqu'à la taille d'un canard) sont très rapidement éliminés par des organismes décomposeurs (bactéries, champignons) ou mangés par des organismes nécrophages.

Les cadavres de gros animaux tels que les baleines peuvent mettre des années pour être entièrement décomposés. Certains prédateurs enterrent les cadavres ou les cachent pour revenir les manger plus tard.

Vautours, corvidés et de nombreux mammifères carnivores ou omnivores participent à l'élimination rapide des cadavres.

De nombreux animaux se cachent soigneusement pour mourir. Il est maintenant démontré (hormis peut-être pour les très gros oiseaux) qu'un observateur - même expérimenté et sur un terrain qui lui est familier - a peu de chances de retrouver des oiseaux de petite taille ou de taille moyenne, de la taille d'un canard colvert par ex.) avant ou après leur mort par saturnisme[1], même quand plusieurs dizaines d'oiseaux meurent chaque jour par  ha. Les nécrophages et/ou les insectes nécrophores éliminent rapidement leurs cadavres[1] (en s'empoisonnant eux-mêmes, et en contaminant le réseau trophique).

  • Les petits oiseaux morts échappent quasiment tous aux observateurs ; Par exemple, 250 cadavres de poussins ont été dispersés au hasard (sans être cachés comme le seraient de vrais oiseaux sauvages) dans un paysages agricole (incluant des pâtures), à raison de 50 poussins/ha, chaque jour durant 5 jours. puis chaque jour, une surface (correspondant à 10 % du total, aléatoirement choisie) était fouillée, ceci durant 10 jours : 95,2 % des carcasses étaient encore présentes le jour même, mais il n'en restait en moyenne que 20,8 % après 24 h. Puis environ 70 % des carcasses restantes du jour disparaissent à nouveau dans les 24 h. Sur les 250 carcasses, seules deux ont été retrouvées intactes après 5 jours[2].

Les estimations par extrapolation à partir d'une zone échantillonnée de cette manière sous-estiment donc très fortement la mortalité cumulative d'un territoire. Elles ne reflètent pas du tout le cours de l'épidémie simulée par cette expérience. De plus, la répétition de l'échantillonnage d'un même secteur n'améliorait pas la précision des données recueillies[2].

  • De même pour les oiseaux de taille moyenne ; Deborah Pain a démontré[1] en 1991 qu'en zone fréquemment chassée (Camargue dans ce cas), les charognards et divers prédateurs carnivores ou omnivores (dont autres oiseaux et mammifères, en plus des invertébrés nécrophages) éliminent rapidement (en quelques dizaines d'heures le plus souvent) les cadavres de la taille d'un colvert.

- Plus récemment (2001), Peterson et ses collègues ont montré que 77,8 % des cadavres de canards étaient trouvées par les charognards dans les 24 h suivant la mort[3]. Lors de l'étude de Peterson, un seul canard mort attirait en moyenne 16,6 charognards[3]. Un seul cadavre empoisonné par le plomb peut donc à son tour empoisonner plusieurs charognards (« saturnisme secondaire »), qui eux-mêmes en empoisonneront d'autres après leur mort[3].

- Les modèles et simulations, comme les expériences de terrain concluent à une élimination rapide des cadavres de petite taille[2] et de taille moyenne[1] par les charognards et/ou les invertébrés nécrophages.

  • Aucune étude ne semble avoir évalué le pourcentage de gros oiseaux (grues, cygnes, cigognes, vautours..) susceptibles d'être retrouvés parmi le nombre total de ceux qui meurent de saturnisme, mais il semble qu'un grand nombre des oiseaux qui meurent chaque année de ce type d'intoxication ne soit jamais retrouvé.
  • Dans les aires protégées et certaines réserves naturelles, on laisse les cadavres être naturellement éliminés, ce qui permet la survie de certains nécrophores et espèces nécrophages. Un suivi vétérinaire est parfois mis en place, avec élimination du cadavre en cas de suspicion de risque d'épidémie.
  • Les vautours ou condors sont parfois volontairement nourris avec des cadavres d'animaux morts à la ferme ou en élevage (moutons, bovins), ce qui limite un peu le risque qu'ils meurent de saturnisme après avoir mangé des animaux tués par balle (c'est par exemple encore la première cause de mortalité du Condor de Californie, le second plus grand oiseau du monde). En Europe cette pratique a été limitée ou interdite au moment où des maladies à prion (vache folle) sont apparues chez les vaches et moutons, pour ne pas risque d'infecter les vautours. Ces derniers ont alors dû chercher leur nourriture bien plus loin, ce qui selon certain aurait poussé des groupes de vautours fauves du sud de la France à explorer de nouveaux territoires, jusqu'en Belgique[4]. En réalité des mouvements annuels vers le nord existaient avant l'interdiction de les nourrir[5]. Les vautours laissent les os, que les gypaètes barbus pourront digérer, grâce à des sécrétions stomacales particulièrement acides, et après les avoir cassés en les emportant en l'air et en les laissant tomber de haut au sol.

Dans les sociétés humaines, aspects socio-culturels[modifier | modifier le code]

Toutes les sociétés semblent avoir éprouvé le besoin de rituels après la mort.

  • Selon, les lieux, les époques, les circonstances et la position sociale du mort, le cadavre est lavé, décoré, peint, embaumé, enterré (parfois dans une position particulière), incinéré, jeté à la mer…
  • Dans le jaïnisme, en Inde, il est interdit de toucher les cadavres.
  • Dans les sociétés occidentales, quand il n'y a dépôt du corps dans des cimetières souterrains de type catacombe, ou incinération (on parle plutôt de crémation pour les cadavres), c'est la tâche du fossoyeur de creuser une tombe pour ensevelir le corps des défunts dans un cimetière. (voir aussi : Catacombes de Rome).
  • Certaines sociétés laissaient ou offraient les cadavres des membres de la tribu aux vautours (ou à d'autres nécrophages). Cette pratique a toujours cours au sein de la communauté parsie en Inde (voir : tour du silence)[6].

Aspect psychologique[modifier | modifier le code]

La vue ou la proximité d'un cadavre humain génère des émotions complexes, notamment probablement parce qu'elle ramène l'individu à l'idée de sa propre mort.

Dans certains troubles psychiques, les personnes arrivent à une identification à un cadavre.

Guerre[modifier | modifier le code]

En temps de guerre, le nombre de cadavres issus d'une mort violente augmente considérablement, ce qui participe aux « horreurs de la guerre » et séquelles de guerre. C'est une source d'épidémies et de contamination de l'eau. La présence de cadavres en grande quantité, de charniers, est criante à tout soldat sur un théâtre de guerre. C'est une des sources de troubles et séquelles psychologiques que connaissent les anciens combattants.

Les progrès des médias font que les sociétés civiles, maintenant via la télévision ou les images satellites ont également connaissance de la présence des cadavres sur les lieux de guerre ou guerre civile. Durant la guerre de Corée, l'effet des combats sur les troupes nord-coréennes contre l'United Nations Partisan Infantry Korea a été avéré par des photos aériennes.

L'emploi de cadavres de pestiférés fut l'une des premières utilisations de l'arme biologique, employée par les Chinois contre des villes assiégées.

À Verdun, le procédé de la verdunisation de désinfection de l'eau a été mis au point du fait de grande quantité de cadavres de chevaux et de soldats pouvant contaminer les points d'eau.

Aspects juridiques[modifier | modifier le code]

Le statut du corps du défun et les modalités de respect de sa dignité [7] varient considérablement avec les époques, les civilisations et selon les couches sociales. Tantôt la coutume ou la religion momifient le cadavre et cherchent à conserver l'apparence d'un corps intact (thanatopraxie...), tantôt le démembrement du corps était une punition posthume ou au contraire un état souhaité par la personne avant sa mort [8].

Parfois, l'absence de cadavre ne permet pas de conclure avec certitude au décès d'une personne (cas de Henry Wilde, second sur le Titanic).

L'identification des cadavres est un aspect des enquêtes policières ; en France, les cadavres non identifiés sont enregistrés, depuis 2005, au fichier des personnes recherchées (FPR).

Lors de l'affaire du massacre de la Saint-Valentin (1929), lors de la guerre des gangs de Chicago, une erreur d'identification a été commise au début de l'enquête, laissant à croire qu'un des patrons du crime était parmi les individus tombés.

Il est aussi nécessaire d'effectuer la datation des cadavres en état de décomposition en médecine légale et en anatomo-pathologie, pour en déterminer l'historique. Elle a lieu lors d'une autopsie notamment en recherchant les différentes espèces de mouches qui s'y sont développées.

En plus de la notion qui existait déjà d'atteinte à la sépulture, le droit français a inscrit dans le code pénal (en 1994) la notion d'atteinte à l'intégrité du cadavre[9], avec trois exceptions possibles et devant être justifiées[10] :

Une restauraton du corps pouvant être réalisée après l'autopsie médicolégales (ou judiciaires) (dans un cadre réglementé par la loi en France[12]).

Identifier un cadavre[modifier | modifier le code]

Pour identifier un mort, les inspecteurs doivent tout d'abord déterminer l'avancement de la décomposition, qui est classé en quatre classes : la première étape est considérée comme deux jours après la mort, la seconde est l'étape des premiers signes de décomposition (ventre creusé, yeux blanc...) La troisième étape, l'étape cadavérique est celle ou la peau commence à disparaître, et les os apparaissent elle est située environ à trois mois après la mort, quant à la quatrième, c'est l'étape de décomposition totale, plus de peau, de cheveux ni d'ongles. Ensuite les inspecteurs examinent son dossier dentaire, ses bijoux, ses biens personnels, ses papiers (permis de conduire…), ses empreintes digitales, ses dossiers médicaux, son âge, et demandent aux témoins ou aux familles de le décrire physiquement ou de visionner le corps pour confirmer que c'est bien la personne recherchée.

De plus, ils analysent les marques extérieures comme les tatouages, les taches de vin, ou encore les cicatrices.

Depuis peu, l'analyse de l'ADN peut aussi être utilisée.

Œuvres artistiques liées à la présence de cadavres[modifier | modifier le code]

Dans les légendes et les œuvres fantastiques, les morts-vivants sont des cadavres animés, en général par magie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Pain, D.J., 1991. Why are lead-poisoned waterfowl rarely seen? The disappearance of waterfowl carcasses in the Camargue, France. Wildfowl 42, 118–122
  2. a, b et c Wobester, G., Wobester, A.G., 1992. Carcass disappearance and estimation of mortality in a simulated die-off of small birds. J. Wildlife Dis. 28, 548–554
  3. a, b et c Peterson, C.A., Lee, S.L., Elliott, J.E., 2001. Scavenging of waterfowl carcasses by birds in agricultural fields of British Columbia. J. Field Ornithol. 72, 150–159.
  4. Une centaine de vautours fauves ont survolé la Belgique au cours de ce week-end
  5. Voir l'avis de Michel Terrasse (ornithologue)
  6. Zoroastrian funerals. BBC. 2 octobre 2009.
  7. Duguet, A. M. (2010). Le statut du corps après la mort et le respect de sa dignité. La Revue de Médecine Légale, 1(3), 79-80
  8. Bagliani, A. P. (1992) Démembrement et intégrité du corps au XIIIe siècle. Terrain. Revue d’ethnologie de l’Europe, (18), 26-32.
  9. La violation de sépulture et l’atteinte à l’intégrité du cadavre : Les risques auxquels s’exposent les fossoyeurs, article de la Revue Résonance funéraire
  10. Rambaud, C., Mireau, É., & Durigon, M. (2005, June). Responsabilité du médecin légiste dans l’autopsie pédiatrique. In Annales de Pathologie (Vol. 25, No. 3, pp. 197-203). Elsevier Masson
  11. Bizouard, M. (2001). L’expertise génétique post mortem. Labyrinthe, (8), 109-111.
  12. Delannoy, Y., Becart-Robert, A., Houssaye, C., Pollard, J., Cornez, R., Tournel, G., ... & Hedouin, V. (2013). Restauration des corps après autopsies: aspects législatifs, techniques et éthiques. La Presse Médicale, 42(2), 145-150.