Macédoniens (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Macédoniens

Populations significatives par région
Drapeau de la Macédoine Macédoine 1 297 981 (2002)[1]
Drapeau de l'Australie Australie 83 978 (2006)[2]
Drapeau de l'Italie Italie 78 090 (2007)[3]
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 62 295 (2006)[4]
Drapeau de la Suisse Suisse 61 304 (2005)[5]
Drapeau des États-Unis États-Unis 51 733 (2006)[6]
Drapeau du Brésil Brésil 45 000 (1995)[7]
Drapeau du Canada Canada 37 055[8]
Drapeau de la Turquie Turquie 31 518 (2001)
Drapeau de l’Argentine Argentine 180 à 30 000 (1995)[7]
Serbie Serbie 25 847 (2002)[9]
Drapeau de l'Autriche Autriche 13 696 (2001)[10]
Population totale 2 500 000
Autres
Langues

Macédonien (divisé en nombreux dialectes locaux)

Religions

Église orthodoxe macédonienne, Islam, agnosticisme et athéisme

Macédoniens (en macédonien : Македонци transcrit en Makedonci) est le nom d'un peuple slave méridional, associé à la République de Macédoine, issue de la Yougoslavie et indépendante depuis 1992. Ce nom, contesté par la Grèce, est apparu avec l'ORIM au XIXe siècle ; auparavant, les Macédoniens étaient considérés comme des Bulgares. Les Macédoniens parlent le macédonien (considéré comme du bulgare en Bulgarie), langue slave s'écrivant avec un alphabet propre, variante du cyrillique. Les deux tiers environ des Macédoniens vivent en Macédoine, il existe d'importantes communautés macédoniennes à l'étranger, notamment en Australie et dans des pays européens comme l'Italie ou l'Allemagne.

Origines[modifier | modifier le code]

Les ancêtres des Macédoniens actuels ont des origines diverses, d'ailleurs en débat. Les ultra-nationalistes revendiquent une ascendance remontant à l'antique royaume de Macédoine (que la Grèce, pour sa part, considère comme un état grec). Les historiens notent la présence de populations illyres, thraces et celtes, partiellement hellénisées et latinisées durant l'antiquité, avant que les slaves, arrivés dans la région au VIe siècle, ne deviennent progressivement majoritaires[11]. Aujourd'hui, les deux tiers des Macédoniens sont des slaves, environ un quart (au nord-ouest du pays) sont Albanais, le reste étant constitué de Roms, de Valaques et de Turcs. Certains auteurs du début du XXe siècle comme William Z. Ripley[12] considéraient les Macédoniens slaves comme appartenant au peuple bulgare, dont ils étaient un groupe dialectal. D'autres, comme H. N. Brailsford, décrivaient les slavophones de Macédoine (dits aussi Macédoslaves, pour les distinguer des Macédoniens grecs) comme étant aussi proches des Serbes que des Bulgares, mais ne leur prêtaient pas de conscience ethnique claire[13].

L'Académie macédonienne des Sciences et des Arts considère aujourd'hui que, globalement, le génotype moderne macédonien est le résultat de la slavisation des populations autochtones qui vivaient avant l'arrivée des Slaves en Macédoine. Cette position est confirmée par l'ethnographie qui note de grandes similitudes entre les traditions des slaves macédoniens et leurs voisins non-slaves. Les populations absorbées sont principalement grecques, thraces romanisées et illyriennes[11]. La prédominance des Slaves fit disparaître les caractéristiques culturelles de ces groupes, qui adoptèrent un langage slave et une culture slavo-byzantine. En outre, les études génétiques appuient les théories qui démontrent que l'héritage génétique macédonien dérive d'un mélange d'anciens peuples balkaniques et de Slaves européens.

Population[modifier | modifier le code]

Les Macédoniens dans le monde

La grande majorité des Macédoniens vit le long du Vardar, fleuve qui traverse la Macédoine du nord au sud et qui arrose notamment Skopje, la capitale du pays. Le reste de la Macédoine est nettement moins peuplé, en raison de son caractère montagneux. Les Macédoniens représentent environ 66 % de la population totale de la Macédoine[14].

Un nombre mal déterminé de Macédoniens ethniques (au sens de personnes se revendiquant d'une identité ethnique macédonienne, la plupart étant locuteurs du macédonien, d'autres étant assimilés sur le plan linguistique) vivent dans le Nord de la Grèce[15] et dans l'Ouest de la Bulgarie, ainsi que, en raison des migrations urbaines internes, dans d'autres régions de ces pays. Ces deux pays ne reconnaissant pas l'existence de minorités nationales sur leur sol (deux tentatives de former des partis macédoniens ont été jugées inconstitutionelles tant en Grèce qu'en Bulgarie), il n'existe donc aucun recensement officiel permettant d'évaluer précisément le nombre de ces minorités.

Un faible nombre de Macédoniens réside dans les autres pays limitrophes, à savoir l'Albanie et la Serbie; ils y sont généralement concentrés dans les régions frontalières. Une diaspora plus importante est installée dans les pays occidentaux (Australie, Allemagne, Italie, Royaume-Uni…). Cette diaspora résulte d'une émigration économique assez importante qui existe depuis le XIXe siècle.

Il existe par ailleurs des communautés macédoniennes en Roumanie et en Pologne, datant de l'exode des réfugiés slavo-macédoniens originaires de Grèce pendant et après la guerre civile grecque. Sous l'ère communiste, ces deux communautés étaient reconnues comme minorités nationales, avec les droits afférents à ce statut.

Actuellement, seuls les Macédoniens de Roumanie en bénéficient encore. Parmi les groupes ethniques de Roumanie, les Macédoniens sont comptés à part des Bulgares. Ils disposent d'un représentant garanti à la Chambre des députés roumaine. Ce siège est actuellement (2004-2008, 2008-) occupé par Liana Dumitrescu[16].

En revanche, la Pologne post-communiste a retiré le statut de minorité nationale aux Macédoniens et aux Grecs, considérant qu'il ne s'agissait pas de minorités autochtones de Pologne, mais d'immigrés, ne satisfaisant pas aux critères de reconnaissance en tant que minorité nationale[17].

Culture[modifier | modifier le code]

Architecture bulgare à Ohrid

La culture du peuple macédonien est caractérisée par des attributs autant traditionnels que modernes. Elle est fortement influencée par la nature, l'environnement macédonien. L'héritage culturel macédonien est particulièrement associé au folklore, aux costumes, à l'architecture et à l'artisanat.

Certains Macédoniens célèbre[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Macédoine - Recensement de 2002
  2. Australie - Recensement de 2006
  3. Italie - Recensement de 2007
  4. Allemagne - Recensement de 2006
  5. Suisse - Recensement de 2005
  6. États-Unis - Recensement de 2006
  7. a et b Македонски Иселенички Алманах '95, Boško Nasevski, Матица на Иселениците на Македонија, Skopje, 1995, pp. 52 et 53
  8. Canada - Recensement de 2006
  9. Serbie - Recensement de 2002
  10. Autriche - Recensement de 2001
  11. a et b - Encyclopaedia Britannica - Histoire de la Macédoine
  12. Les Races d'Europe, une étude sociologique, William Z. Ripey, 1899
  13. (en) Macedonia, its races and their future, H. N. Brailsford, 1906, p. 101
  14. Colisée.org - La politique des minorités en république de Macédoine
  15. Probablement entre 10 000 et 30 000 locuteurs, en comptant les « Gréco-Macédoniens » hellénophones mais ayant encore une certaine connaissance de la langue macédonienne, selon Jacques Leclerc sur LECLERC, Jacques. "Grèce" dans L’aménagement linguistique dans le monde, Québec, TLFQ, Université Laval, 13 février 2006 - consulté le 5 avril 2007
  16. Liana Dumitrescu, députée de l'Association des Macédoniens de Roumanie, fiche sur le site de la Chambre des députés
  17. Pologne, Données démolinguistiques, 20 mai 2007