Finnois (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le peuple finnois. Pour la langue finnoise, voir Finnois.

Finnois

Populations significatives par région
Drapeau de la Finlande Finlande plus de 5 100 000[1]
Drapeau des États-Unis États-Unis 700 000[2]
Drapeau de la Suède Suède 470 000
Drapeau du Canada Canada 120 000[3]
Drapeau de la Russie Russie 34 000[4]
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 16 000[5]
Drapeau de l'Estonie Estonie 11 000[6]
Drapeau de l'Australie Australie 8 619[7]
Drapeau de la Norvège Norvège 6 000 à 15 000 et 60 000 en incluant les Kvènes[8],[9],[10]
Drapeau de l'Espagne Espagne 5 000[7]
Population totale 6 à 7 millions (est
Autres
Langues

Finnois, suédois

Religions

Protestantisme luthérien, orthodoxie, religion finnoise antique

Ethnies liées

Caréliens, Kvènes, Ingriens, Estoniens, Magyars

Les termes Finnois (avec une majuscule) et peuple finnois (en finnois : suomalaiset, en suédois : finnar) désignent en français le groupe ethnique associé historiquement à la Finlande ou la Fennoscandie. Le terme Finlandais désigne quant à lui un « habitant ou un natif de la Finlande ». Nous nous garderons bien ici de faire la confusion. Cet article porte en effet sur le peuple finnois.

Résumé[modifier | modifier le code]

Comme pour la plupart des groupes ethniques, la définition des Finnois peut varier. D'habitude, dans toutes les définitions, le terme Finnois inclut toutes les populations de Finlande parlant le finnois. Ce groupe peut également inclure les habitants de Finlande suédophones, ainsi que les personnes parlant le finnois mais habitant en Suède. D'autres populations plus restreintes en nombre peuvent être considérées ou non, selon le cas, comme finnoises. C'est notamment le cas pour les Kvènes en Norvège, les Tornédaliens de Suède et les Finnois ingriens de Russie. Les Finnois peuvent être également subdivisés, selon les dialectes en usage, en sous-groupes traditionnellement baptisés heimo, mais ces sous-groupes sont devenus moins pertinents avec l'intensification des migrations internes, lesquelles ont eu tendance au fil du temps à homogénéiser ces populations.

Linguistiquement, le finnois, parlé par la plupart des Finnois, est à rapprocher des autres langues fenno-baltiques comme l'estonien ou le carélien, tandis que le suédois, parlé par les Finlandais suédophones, n'y est pas rattaché, de près ou de loin. Il s'agit d'une langue faisant partie de la famille des langues indo-européennes. Le finnois comprend des emprunts lexicaux venant du suédois ou d'autres langues germaniques, ou même d'autres langues indo-européennes, selon différentes couches d'entrée, tandis que le suédois a peu emprunté au finnois ou aux langues fenno-baltiques.

Génétiquement, les Finnois semblent constituer un groupe relativement homogène, avec un patrimoine génétique en grande partie commun avec le reste des autres peuples européens[11],[12].

Définition[modifier | modifier le code]

Le centre du registre finlandais de la population conserve des informations concernant le lieu de naissance, la citoyenneté et la langue maternelle des personnes vivant en Finlande, mais pas spécialement d'information sur l'ethnie auxquelles elles appartiennent[13] Comme pour toutes les ethnies, l'ethnogenèse est un questionnement important pour ce qui concerne les Finnois. L'histoire des langues, vivantes ou mortes, est considérée traditionnellement comme un facteur clé pour la définition d'un peuple et de sa descendance.

Finnois finnophones[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Finnois.

Du point de vue linguistique, en plus des Finlandais parlant le finnois, les Kvènes de Norvège, les Tornédaliens du nord de la Suède et les Ingriens de Russie sont considérés comme faisant partie des peuples finnois. Les finnophones constituent la grande majorité des peuples finnois.

Finlandais suédophones[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Suédois en Finlande.

Le territoire de la Finlande actuelle fit autrefois partie du Royaume de Suède, et ce durant plusieurs siècles. De ce fait, une petite communauté suédophone subsiste en Finlande. L'appartenance ethnique de ces Finlandais suédophones (ou Suédois de Finlande) reste discutée, prônant d'un côté l'aspect la nature colonisatrice d'un peuple, de l'autre son changement de langue.

En Finlande, la langue maternelle constitue le seul et unique critère qui distingue les finnophones des suédophones[14]. En général, les Finlandais suédophones se considèrent comme étant autant Finlandais que la majorité finnophone, mais ils ont leur propre identité distincte de celle des autres, et veulent être reconnus en tant que tels. Ceci signifie en clair que pour les Finlandais suédophones, ils ne se sentent pas finnois. Dans une enquête menée en 2005 par l'Assemblée suédoise de Finlande parmi les Finlandais suédophones, à la question « que signifie pour vous votre identité ? », 82 % des personnes s'étant exprimées répondent « Appartenir à une culture propre, mais avant tout être Finlandais »[15].

De plus, on peut remarquer que les Finlandais suédophones remplissent quatre des critères principaux allant vers la constitution d'un groupe ethnique distinct : auto-identification comme une ethnie distincte, langue, structure sociale et ascendance[11],[16] Le dernier critère, à savoir une différenciation génétique, reste en suspens. Cf. infra.

Finnois de Suède (ou suédois)[modifier | modifier le code]

Cette catégorie inclut les immigrés récents de Finlande ainsi que les finnophones (ou les personnes d'ascendance finnophone) installés en Suède depuis des siècles. On estime qu'environ 470 000 Finnois de première ou deuxième génération vivent en Suède dont à peu près la moitié parle finnois. La majorité d'entre eux quitta la Finlande pour s'installer en Suède après la Seconde Guerre mondiale, avec un pic en 1970 puis à un rythme moins soutenu. Il existe également depuis longtemps des minorités finnophones en Suède, par exemple dans le Tornedalingar (la Tornédalie finnoise) et en Dalécarlie. De ce fait, le finnois est une des cinq langues officielles de minorités présentes en Suède[17].

Autres groupes finnois[modifier | modifier le code]

Dans certains textes plus anciens, le terme de "Finnois" a pu être utilisé de manière générale pour désigner d'autres peuples fenniques, dont les Izhoriens, les Ingriens, les Caréliens ou encore les Vepses.

Terminologie[modifier | modifier le code]

Le mot finnois pour « peuple finnois » ou « Finnois » est « suomalaiset » (« suomalainen » au singulier).

Les mots finnois et suédois pour les populations suédophones de Finlande sont respectivement « suomenruotsalaiset » et « finlandssvenskar », qui se traduisent tous deux par « Suédois de Finlande ». En suédois de Finlande, on fait usuellement la distinction suivante : la nation finlandaise se décompose en deux sous-parties complémentaires, les finnophones (en suédois de Finlande : « finnar ») et les Finlandais suédophones (« finlandssvenskar »), qui forment en compagnie d'autres minorités plus restreintes le peuple finlandais (finländare) dans son ensemble. En suédois parlé hors la Finlande, en particulier en Suède, le terme « finländare » est peu utilisé, et ces distinctions ne sont que rarement faites.

Une traduction habile et exacte de cette terminologie dans les langues étrangères, y compris en suédois de Suède, est périlleuse, car ces termes rendent de manière très fine la totalité des questions linguistiques relatives à la nation finlandaise, questions qui sont intimement intriquées dans le processus de cristallisation de la perception que la nation finlandaise a eu d'elle-même, dans l'interprétation de son histoire, mais également parce qu'elles l'affectent encore aujourd'hui. En réalité, le tout premier sujet qui fut abordé lors du processus d'éveil nationaliste au XIXe siècle fut très exactement la question de la langue.

Il n'en reste pas moins qu'en français, il reste délicat de définir avec précision quelles expressions traduisent le mieux les termes finnois et suédois (de Finlande) « suomalaiset » (« finländare », « finnar ») et « finlandssvenskar » (« suomenruotsalaiset »). Néanmoins, en anglais, l'expression « Swedish-speaking Finns » (« Finnois suédophones ») semble être l'expression la plus utilisée à la fois pour désigner ces populations[18] et par ces populations pour se désigner elles-mêmes[19], bien que le terme « Finland Swedes » (« Suédois de Finlande ») reste encore largement utilisé, au moins chez les auteurs anglophones non nés en Fennoscandie. On peut également constater d'après ce même document[19] que la tendance serait voisine en français, à savoir de désigner ces populations par l'expression « Finlandais suédophones ». Il n'est toutefois pas fait mention de Finnois suédophones[20].

Une même difficulté apparaît lorsqu'il s'agit de désigner le mieux possible les habitants de Suède finnophones, ayant une ascendance finnoise, finlandaise ou encore finnophone. Parmi les termes utilisés en anglais, on compte le traditionnel « Sweden Finns » (« Finlandais suédois ») ou le plus moderne « Finnish Swedes » (« Suédois finlandais »), à la place desquels il semblerait préférable de faire la différence entre les « Finnish immigrants » (« immigrés finlandais ») arrivés récemment et l'« Indigenous Finnish ethnic minority in Sweden » (« minorité finnoise indigène de Suède »)[21].

Comme la signification de ces différentes expressions a pu changer souvent au cours des temps, il se peut que leur usage et leur signification varie par rapport à celle utilisée ici, notamment dans les travaux étrangers ou plus anciens.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Les références historiques relatives à l'Europe du Nord sont rares et les noms donnés à ses peuples bien souvent obscurs. De ce fait, leur étymologie ainsi que celle des zones géographiques qu'ils habitaient restent difficiles à établir. Des noms comme Fenni, Phinnoi, Finnum, ou Skrithfinni / Scridefinnum ont été utilisés dans des textes relativement peu nombreux, et ce au cours des deux millénaires qui nous précèdent, concernant un peuple se situant dans le nord de l'Europe, mais le sens réel de ces termes reste sujet à discussion. Les premières mentions de ce type sont généralement interprétées comme désignant les peuples de chasseurs-cueilleurs ayant occupé primitivement la Fennoscandie, dont les descendants les plus directs à notre époque pourraient être les Saamis[22]. Ces ethnonymes, d'origine non ouralienne, semblent être d'origines germaniques, et à rapprocher de mots comme finthan (en vieux haut allemand « trouver », « remarquer »), fanthian (« chercher », « essayer ») ou fendo et vende (« piéton », « randonneur » ; moyen haut allemand pour vende)[23]. Une autre interprétation étymologique associe les ethnonymes en fen avec une approche plus toponymique. Enfin, une autre théorie rapproche les mots finn et kven dans une origine commune. Dans les eddas et les sagas islandaise, (écrits entre les 11 et 14e siècles), qui constituent certaines des plus anciennes sources fiables en la matière, du fait de leur proximité géographique, les mots comme finnr et finnas ne sont pas utilisés de manière constante. La plupart du temps, toutefois, ils semblent désigner des habitants nomades des zones septentrionales, ce qui semble correspondre aux Saamis.

Il est intéressant de remarquer qu'il existe une connexion étymologique directe entre Saamis et Finnois dans les langues finno-ougriennes actuelles. Une théorie propose par exemple que les toponymes Sapmi (Laponie en same), Suomi (Finlande en finnois) et Häme (Tavastie en finnois) ont la même origine[23], laquelle proviendrait du mot proto-balte *zeme, signifiant pays[23]. Comment, pourquoi et quand ces désignations commencèrent à concerner spécifiquement les populations du sud-ouest de la Finlande (Finlande véritable, Varsinais-Suomi en finnois), puis par la suite toute la Finlande moderne, nul ne le sait.

Parmi les premiers documents écrits désignant l'ouest de la Finlande comme la terre des Finnois se trouvent deux inscriptions runiques sur des pierres. L'une est à Söderby, en Suède, et porte l'inscription finlont (Rundata : U 582 †), et l'autre se trouve au Gotland, île suédoise de la mer Baltique, cette fois-ci portant l'inscription finlandi (G 319 M), datant du XIe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fille et paysanne finnoises en tenue traditionnelle de Ruokolahti, à l'est de la Finlande, dessinées par Severin Falkman en 1882.
Article détaillé : Histoire de la Finlande.

Si l'on considère l'ascendance du peuple finnois, les considérations actuelles font valoir l'exceptionnelle continuité que l'on retrouve dans les découvertes archéologiques[24] et leur environnement linguistique (plus moderne et plus concret). Les données archéologiques laissent supposer que le territoire des Finnois a connu la diffusion progressive d'influences culturelles provenant de nombreuses sources venant du sud-est au sud-ouest, selon des modifications graduelles des techniques, plutôt qu'à la suite d'arrivées et de migrations brutales.

Les vecteurs ayant répandu la langue ainsi que la chronologie du développement du finnois parmi les populations fenniques restent également incertains. Sur la base de comparatifs linguistiques, on pense que la séparation entre les langues fenniques et les langues sames a eu lieu durant le IIe millénaire av. J.-C., la racines proto-ouraliennes communes à toutes ces langues remontant probablement au VIe voire au VIIIe millénaire av. J.-C.. Le débat reste également entier sur quand est-ce que les langues ouraliennes ou finno-ougriennes commencèrent à être parlées dans la région, mais on pense raisonnablement que cela a dû arriver aux environs de l'Âge de la pierre[24].

Comme le finnois n'a été transposé à l'écrit qu'au cours du XVIe siècle, il ne reste plus grand chose comme témoignage du mode de vie des premiers Finnois. Par exemple, l'origine d'icônes culturels que constituent par exemple le sauna, le kantele (instrument de musique) ou le Kalevala (l'épopée nationale finnoise) reste plutôt obscure.

Les Finnois suédophones descendent de paysans et de pêcheurs qui s'installèrent sur les côtes finlandaises entre 1000 et 1250[19], des immigrés s'étant installés lors de la domination suédoise[25] et des Finnois qui adoptèrent le suédois comme langue maternelle[19].

Subdivisions des Finnois[modifier | modifier le code]

On pense que les Finnois sont originaires de deux populations différentes, chacune ayant parlé son propre dialecte du proto-finnois (kantasuomi). Ainsi, on fait généralement une distinction entre les Finnois de l'Ouest et les Finnois de l'Est. Si l'on va plus loin, il existe encore des sous-groupes de ces groupes, appelés heimo[26],[27], qui dépendent des dialectes et des cultures locales. Bien que ces subdivisions s'appuient ostensiblement sur des conceptions et des répartitions remontant à l'Âge de la Pierre, la théorie des heimo a été construite selon les dialectes en usage pendant la montée en puissance du mouvement fennomane au XIXe siècle. On peut comparer cette démarche à celle des Douze Tribus d'Israël.

  • Finnois de l'Ouest[28] :
    • Häme : Tavastiens ou gens de Häme (hämäläiset) ;
    • Ostrobotnie : Ostrobotniens (pohjalaiset) ; les Ostrobotniens du Sud (eteläpohjalaiset) ont un dialecte et une identité très particuliers ;
    • Finlande du Sud-Ouest : varsinaissuomalaiset ;
    • Västerbotten, en Suède : groupe parlant le meänkieli, dialecte du finnois parlé dans le Grand Nord.
  • Finnois de l'Est :
    • Ingrie : Finnois ingriens (inkerinsuomalaiset) ;
    • Carélie : Finnois caréliens (karjalaiset) ; les dialectes caréliens du finnois sont distincts du carélien parlé en Russie, et la plupart des gens en Carélie du Nord parle des dialectes savoniens ;
    • Savonie : Savoniens (savolaiset), parlant le savo.
  • Émigrés
    • Skogfinn de Suède (Metsäsuomalaiset) et de Norvège ;
    • Émigrés finnois en Suède (ruotsinsuomalaiset) ;
    • Kvènes (kveenit) du Finnmark et du comté de Troms, en Norvège ;
    • Autres émigrés finnois (ulkosuomalaiset).
  • Les suédophones se subdivisent également en plusieurs dialectes.

Les provinces historiques de Finlande et de Suède se rapprochent assez fidèlement de ces subdivisions. Les régions de Finlande, vestige de l'ancien système administratif du pays, peuvent également être considérées comme pouvant refléter les manifestations contemporaines des identités locales.

Actuellement, les Finnois vivant pour la plupart dans les zones urbanisées, ils ne se reconnaissent plus dans le concept de 'heimo' ni ne s'identifient fortement à l'un d'entre eux, bien que l'usage des dialectes ait connu un regain d'intérêt dernièrement. Les Finnois des zones urbanisés ne connaissent en général pas de dialecte, et utilisent le finnois standard ou l'argot urbain. Mais ils peuvent reparler en dialecte lorsqu'ils sont amenés à retourner dans leur région d'origine.

Génétique[modifier | modifier le code]

Carte génographique ; haplogroupes R, U, K, U5, M9, LLY22G, correspondant aux pays Baltes et à la Fennoscandie.

D'après une étude menée en 1990 par quatre scientifiques de l'Université de Pavie utilisant des marqueurs classiques  :

« Nous avons analysé des données relatives à trois peuples européens ne parlant pas des langues indo-européennes : les Hongrois, les Lapons (sic, i.e. les Sames) et les Finnois. Les principales analyses comparées montrent que les Lapons (sic) sont presque exactement à l'intermédiaire entre des peuples se trouvant géographiquement près des monts Oural et parlant des langues ouraliennes et les Européens d'Europe centrale et du Nord. Les Hongrois et les Finnois sont [quant à eux] fondamentalement plus proches des Européens. Une analyse des mélanges génétiques entre ancêtres ouraliens et européens montre que les Lapons (sic) sont à un peu plus de 50 % d'origine européenne, les Hongrois à 87 % et les Finnois à peu près à 90 %. Il existe une concordance tangible entre ces conclusions et les données historiques disponibles sur la Hongrie. On en connaît moins long sur les Finnois, et encore moins sur les Lapons (sic)[29]. »

Plus récemment, les scientifiques ont utilisé les marqueurs de l'ADN mitochondrial (ADN-mt, suivant la lignée matrilinéaire) et de l'ADN du chromosome Y (ADN-Y, lignée patrilinéaire) afin de reconstituer l'histoire des peuplements humains[30]. En substance, les types de marqueurs ADN-mt rencontrés chez les Finnois ne diffèrent pas fondamentalement de ceux rencontrés dans les autres populations européennes[31]. L'haplogroupe U5 est, pense-t-on par exemple, l'haplogroupe le plus ancien d'Europe. Il se trouve à une fréquence assez faible dans toute l'Europe, mais apparemment plus fréquemment chez les Finnois, les Estoniens et les Sames[32].

Concernant le chromosome Y, les haplogroupes les plus fréquents sont l'haplogroupe N1c (58 %), l'haplogroupe I (29 %), l'haplogroupe R1a (7,5 %) et l'haplogroupe R1b (3,5 %)[33]. L'haplotype N1c qui constitue un sous-type de l'haplogroupe N (ADN-Y), apparaît principalement chez les Yakoutes de Sibérie (90 %), dans les pays baltes (40 %) et en Russie. Il est âgé de 10 000 à 20 000 ans et entré en Europe il y a quelque 12 000 à 14 000 ans par l'Asie[12].

Une étude portant sur les autosomes (soit sur l'ensemble du génome, 10 000 marqueurs répandus sur l'ensemble des chromosomes plutôt que sur quelques sites des gonosomes et de l'ADN-mt que mettent en jeu les analyses précédentes) corrobore partiellement les études précédentes[34]: les finnois ont plus d'affinité du point de vue du genotype avec les européens, notamment polonais, germain et anglais, qu'avec les populations africaines, indiennes ou altaïques. Toutefois, « en relation avec leur langue ouralique non-indo-européenne, et étude précédente sur les chromosomes Y, les finnois montrent à l'évidence une affinité marquée envers les populations d'Asie centrale (altaïque) »[34]. Les peuples européens ont leur patrimoine classable en trois composants principales suivant un axe nord-sud et est-ouest (étude partielle, certains peuples comme les français n'étant peu ou pas représentés): péninsule ibérique (basques et espagnols), Europe centrale (polonais, allemands) avec îles britanniques (anglais et irlandais), et enfin Europe du sud-est (grecs, arméniens, italiens partiellement). Les finnois étant classé dans le deuxième groupe, ils montrent donc peu d'affinité avec les peuples méditerranéens, les arméniens ou les basques, plus avec les peuples voisins directs (polonais et allemands). À noter qu'à distance géographique égale, les finnois montre globalement plus d'affinité avec les peuples de l'Altaï que les arméniens, qui eux montrent plus d'affinité avec les populations de l'Inde. Toutefois pour plusieurs marqueurs génétiques, les génotypes indiens se placent à mi-chemin entre le génotype finnois et altaïque[34].

Génétique des Finnois suédophones[modifier | modifier le code]

Un petit nombre d'études ayant porté sur la question a tendance à montrer que les Finnois suédophones, génétiquement parlant, ont plus à voir avec les autres Finnois qu'avec les Suédois[35],[11]. Auparavant, on pensait que l'existence de l'haplogroupe I1a sur les deux rives du golfe de Botnie reflétait la diffusion du marqueur d'une rive à l'autre, mais des études récentes montrent que le I1a semble avoir une histoire différente d'une rive à l'autre. Dans le même document[36], il est fait état d'"un déficit de recoupements entre Finnois et Suédois dans les résultats SAMOVA[37]" et les chercheurs constatent que "la présence de l'haplogroupe en Finlande et en Carélie n'est pas seulement due à l'influence suédoise"[38]. Aujourd'hui encore, certaines personnes pensent encore, à tort, que les Finnois suédophones sont plus apparentés, génétiquement ou culturellement parlant, aux Suédois qu'aux Finnois. Cette opinion était particulièrement répandue au XIXe siècle alors que les scientifiques confondaient les concepts de langue et d'ethnie (alors appelée "race")[39].

Théories sur les origines des Finnois[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, la théorie du chercheur finlandais Matthias Castrén prévalait, affirmant que "le berceau originel des Finnois" se trouvait à l'ouest de la Sibérie centrale[40]. Par la suite, l'idée d'un berceau commun pour l'ensemble des peuples de langues finno-ougriennes mena le situa dans une zone entre la Volga et la Kama, en Russie d'Europe. Jusque dans les années 1970, la plupart des linguistes pensait que les Finnois n'étaient pas arrivés en Finlande avant les premiers siècles de notre ère. Mais l'accumulation des témoignages archéologiques montra bientôt que la Fennoscandie a été habitée de façon continue depuis l'ère glaciaire, contrairement à ce que l'on pensait alors, c'est-à-dire que la zone avait connu plusieurs intervalles d'inhabitation. Parmi les conclusions qui en furent tirées, on en conclut que les ancêtres des Finnois commencèrent à occuper la région il y a des milliers d'années, peut-être en plusieurs vagues successives. Pendant ces périodes de migration, il est fort possible que les ancêtres, tant culturels que linguistiques, chasseurs-cueilleurs, des Sames aient été repoussés progressivement vers les régions les plus septentrionales[41]

La théorie développée par Kalevi Wiik, professeur émérite en phonétique à l'Université de Turku, durant les années 1990 porte à la controverse. D'après lui, les ancêtres des Finnois vécurent pendant les glaciations dans une des trois régions libres de glaces au sud de l'Europe, qu'il appelle le refuge, les deux autres zones ayant été des zones de regroupement pour les populations parlant des langues indo-européennes et basques. D'après cette théorie, les peuples de langues finno-ougriennes se dirigèrent vers le nord lors du retrait des glaces. Ils peuplèrent l'Europe centrale et septentrionale, tandis que les Basques occupèrent l'Europe occidentale. Lorsque l'agriculture se répandit à partir du sud-ouest de l'Europe, les langues indo-européennes qui l'accompagnaient furent adoptées par les populations de chasseurs-cueilleurs qu'elle convertissait. Durant ce processus, les peuples finno-ougriens d'une part et basques d'autre part s'indo-européanisèrent, en quelque sorte. Toujours d'après Wiik, c'est de ces mélanges que les langues celtiques, germaniques, slaves et baltes naquirent. Du fait de leur isolement, les ancêtres des Finnois ne changèrent pas de langue[42]. La théorie de Wiik, soutenue par Ago Künnap, Kyösti Julku et Angela Marcanio, s'est attirée de fortes critiques de la part de la communauté scientifique. En particulier, Raimo Anttila, Petri Kallio et les frères Ante et Aslak Aikio ont formulé de vifs reproches à la théorie de Wiik, allant même jusqu'à soulever les liens de ses confrères avec l'extrême droite[43],[41]. Les échanges les plus virulents eurent lieu dans le journal finlandais Kaltio pendant l'automne 2002. Depuis, le calme est retombé, chaque bord restant sur ses positions[44].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Registre central de la population finlandaise, 31 décembre 2006. Ce chiffre correspond au nombre d'habitants de la Finlande, qu'ils soient citoyens finlandais ou non, vivant en Finlande, dont la langue maternelle est le finnois ou le suédois, et qu'ils soient nés en Finlande ou à l'étranger.
  2. Ancestry 2000, par Angela Brittingham and G. Patricia de la Cruz
  3. This is Finland - Lien mis à jour 15/9/10
  4. (ru) Population de la Russie
  5. (fi) Siirtolaisuusinstuutti, Euroopassa asuneet Suomen kansalaiset maittain 1971-2002 (Institut des migrations. Citoyens finlandais habitant en Europe, par pays, 1971-2002). Version du 21 novembre 2007.
  6. Statistiques démographiques, Ministère des Affaires étrangères estonien, 2007
  7. a et b (fi) Siirtolaisuusinstuutti Institut des migrations. Citoyens finlandais habitant en Australie.
  8. (en) Koivukangas, K. (2005). Finland – A Land of Emigrants, Virtual Finland, Institute of Migration, Finland.
  9. (nn) Arbeids- og inkluderingsdepartementet. (2000-2001). Om nasjonale minoriteter i Norge, Consulté le 22 mars 2008.
  10. Saressalo, L. (1996). Kveenit. Tutkimus erään pohjoisnorjalaisen vähemmistön identiteetistä. Helsinki : Suomalaisen Kirjallisuuden Seuran Toimituksia.
  11. a, b et c

    « Since the (two) population (groups') genetic, ecological and socioeconomic circumstances are equal, Swedish speakers’ longer active life is difficult to explain by conventional health-related risk factors. »

    (Comme le patrimoine génétique des (deux) populations, leur environnement écologique et socioéconomique sont identiques, le fait que les suédophones aient une vie active plus longue est difficile à expliquer par les critères conventionnels de risques sanitaires). Cf. Hyyppä, M.T., & Mäki, J. (Décembre 2003). Social participation and health in a community rich in stock of social capital. Health Education Research. 18-6. pp.770-779.

  12. a et b A counter-clockwise northern route of the Y-chromosome haplogroup N from Southeast Asia towards Europe par Rootsi, S., Zhivotovsky, L. A., et al. (2006) dans European Journal of Human Genetics [PDF].
  13. Statistiques démographiques pour la Finlande en 2006. (en)
  14. Horn, F., et Niemi, H. (2004). "National minorities of Finland, the Swedish speaking Finns". Virtual Finland. Helsinki : Ministère des Affaires Étrangères.
  15. En suédois : Både att höra till en egen kultur, men också att vara en finländare bland alla andra. En finnois : Kuulumista omaan kulttuuriin, mutta myös suomalaisena olemista muiden joukossa.) Voir "Folktingets undersökning om finlandssvenskarnas identitet – Identitet och framtid". Folktinget. 2005. (sv) et (fi)
  16. Allardt and Starck, 1981 ; Bhopal, 1997.
  17. Sverigefinnar (Les Finnois de Suède) par le Kulturförvaltningen (la direction de la culture) de la ville de Stockholm. (sv)
  18. National Minorities of Finland, The Swedish-speaking Finns, article sur Virtual Finland. (en)
  19. a, b, c et d (fr) (sv) La Finlande suédophone - Folktinget [PDF]
  20. Il n'en reste pas moins que pour la clarté de cet exposé, nous garderons pour la suite l'expression « Finnois suédophone » qui, nous semble-t-il[Qui ?], permet de distinguer les personnes appartenant au groupe ethnique finnois, des « Finlandais suédophones », personnes parlant suédois et ayant la citoyenneté finlandaise, sans pour autant être finnois.
  21. Habituellement, les populations immigrées sont désignées, en anglais, ainsi que dans la plupart des autres langues, par un groupe nominal. Celui-ci est constitué, en anglais toujours, d'abord par un adjectif, indiquant le nouveau pays de résidence, suivi d'un nom, désignant cette fois le pays ou l'ethnie d'origine. Ainsi, l'expression « Sweden Finns » (qui se traduit littéralement « Finlandais suédois », où « Finlandais » est le nom, donc désigne le pays d'origine, et suédois l'adjectif qui désigne le nouveau pays d'accueil) correspond à cette méthode de désignation. Toutefois, depuis toujours, les immigrants arrivant aux États-Unis sont désignés « de façon inverse », l'adjectif antéposé donnant l'ethnie ou le pays d'origine, et le nom le pays d'arrivée. Ainsi, « Finnish Americans », et jamais « American Finns ». On a donc affaire à des « Américains finlandais » et non à des « Finlandais américains ». La locution « Finnish Swedes » correspond à cette méthode d'appellation plus moderne. Cette méthode est de plus en plus utilisée dans de nombreux pays, notamment du fait qu'elle permet de mettre l'accent sur le fait que le nouvel arrivant accède, y compris dans la façon dont il est désigné, à un statut de citoyen totalement égal à tout autre citoyen du pays d'accueil, tout en garantissant que les informations relatives à ses origines culturelles ne sont pas perdues pour autant. D'autres termes plus récents sont utilisés. Il s'agit de « Finnish ethnic minority in Sweden » et « Finnish immigrants », soit respectivement et de façon littérale « minorité finlandaise de Suède » et « immigrés finlandais ». Ces appellations sont actuellement mises en avant parce qu'elle permettent une distinction claire entre ces deux groupes de population vraiment différents du point de vue chronologique, et pour lesquels l'usage d'une seule expression est douteux, puisque dans leur cas les locutions « Finnish Swedes » et « Finland Swedes » sont souvent confondues pour désigner les « Swedish-speaking Finns », à savoir les Finlandais suédophones. On peut également remarquer que de nombreux locuteurs finnophones et suédophones (et francophones dans notre cas) ne sont pas conscients du fait qu'en anglais le mot « Finn », ailleurs que dans l'article servant de base à cette traduction (en:Finns) signifie usuellement « habitant ou personne native de Finlande » ([1], « http://encarta.msn.com/encnet/features/dictionary/DictionaryResults.aspx?refid=1861611591 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-05-06) et a seulement parfois également le sens de « membre d'un peuple parlant finnois ou une langue fennique » [2] (comme notre « Finnois » avec une majuscule français).
  22. Who were the Fenni? (Qui étaient les Fennis ?) sur Virtual Finland. (en)
  23. a, b et c Abstract d'un article de Suomalais-Ugrilainen Seura (Société finno-ougrienne) : Grünthal, R. (1997). Livvistä liiviin. Itämerensuomalaiset etnonyymit. Castrenianumin toimitteita. 51. ISBN 952-5150-00-3.
  24. a et b Préhistoire de la Finlande sur Virtual Finland. (en)
  25. Le suédois en Finlande sur Virtual Finland.(en)
  26. Heimo est souvent mal traduit par "tribu", mais un heimo relève plus d'une parenté dialectale et culturelle que d'une parenté génétique. De ce fait, il rassemble un groupe de personnes bien plus hétérogène qu'une tribu. À titre d'illsutration, voir l'extrait issu de Hänninen, K. (1929, 4e édition). Kansakoulun maantieto ja kotiseutuoppi yksiopettajaisia kouluja varten. Helsinki : Osakeyhtiö Valistus, Raittiuskansan Kirjapaino Oy. Dans cet extrait de manuel scolaire[3], heimo est utilisé comme un concept généralisateur. Consulté le 25 mars 2008. (fi)
  27. In Sedergren, J. (Été 2002). Evakko – elokuva ja romaani karjalaispakolaisista. Ennen & nyt. 3/2002. Consulté le 25 mars 2008[4]. (fi), il est question d'une critique de film, lequel est l'occasion de discuter de la question de l'évacuation des Finnois de Carélie, et mettant en avant la question des heimo.
  28. D'après Topelius, Z. (1876, 2e édition). Maamme kirja. Lukukirja alimmaisille oppilaitoksille Suomessa. Finlande : Johannes Bäckvall. (fi) Consulté le 25 mars 2008. (fi) À partir de la page 187 se trouvent les caractéristiques des différents heimo listés ici.
  29. Abstract de Guglielmino, C.R., Piazza, A., Menozzi, P., et Cavalli-Sforza, L.L. (Septembre 1990). Uralic genes in Europe. Amrican Journal of Physiology and Anthropology. 83(1). pp.57-69. [5]
  30. Voir pour le peuple finnois le Suomi DNA-projekti (projet ADN-Finlande), ainsi que le projet génographique de le National Geographic Society.
  31. De récentes recherches menées sur l'ADN-mt, lesquelles permettent d'établir des faits remontant à plusieurs dizaines de milliers d'années, "corroborent l'hypothèse d'un génotype européen pour les Finnois".[6] Lien mort
  32. Projet génographique de la National Geographic Society.
  33. (N3=312/536), Regional differences among the Finns: a Y-chromosomal perspective, Lappalainen at al. 2006
  34. a, b et c Marc Bauchet et al. Measuring European Population Stratification with Microarray Genotype Data, The american journal of human genetics, volume 80, numéro 5, mai 2007, Pages 948-956.
  35. La fréquence de l'haplogroupe N3 est plus grande chez la population suédophone d'Ostrobotnie que par exemple chez les finnophones d'Ostrobotnie du Sud. Toutefois, il existe également des points de rapprochement avec les Suédois : "Le lien le plus évident à la population scandinave est la plus grande fréquence de l'haplogroupe I1a en Scandinavie (Västerbotten et Norrbotten) (Rootsi et al., 2004) et en Finlande-Occidentale, où l'haplogroupe atteint son maximum avec une fréquence de l'ordre de 40 %. Cela suggère une grosse influence suédoise sur les régions les plus occidentales de la Finlande". Cf. Lappalainen, T., Koivumäki, S., Salmela, S., Huoponen, K, et al. (Juillet 2006). « Regional differences among the Finns: A Y-chromosomal perspective » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-05-06. Gene. 376-2. pp.207-215. [PDF]
  36. Lappalainen et al., juillet 2006.
  37. Logiciel spécialisé dans les recoupements génétiques des populations[7]. (en)
  38. "L'étonnante diversité des marqueurs I1a parmi les populations finnoises de l'Est et baltiques, et le déficit d'association entre Finnois de l'Ouest et Suédois dans les analyses SAMOVA tendent à montrer que le I1a a été impliqué dans des courants migratoires divergents, passant par la Suède d'une part et par les pays Baltes d'autre part, et que la présence de l'haplogroupe en Finlande et en Carélie n'est pas simplement due à l'influence suédoise." Cf. Migrations in the Baltic region inferred from Y chromosomes and mtDNA, billet posté le 28/02/2008 sur le blog Dienekes' Anthropology Bolg. Consulté le 26/03/2008.
  39. "Au cours de la période révolue de la controverse linguistique (finlandaise), la langue était souvent assimilée à la nationalité et à la race, et les points de vue racistes n'ont pas manqué dans l'histoire des langues nationales de la Finlande. Les recherches actuelles rejettent néanmoins la plupart des doctrines raciales présentées comme vérité scientifique par le passé. Les Finnois suédophones, les fameux Suédois finlandais, sont tout aussi proches génétiquement des Finnois que des Suédois." Passage traduit de la page 5 (à partir de "Menneiden kieliriitojen aikana...") d'un document officiel rédigé par un comité d'experts, commandité par le Ministère de la Justice finlandais. Cf. Kielilakikomitea. (2000). Kansalliskielten historiallinen, kulttuurinen ja sosiologinen tausta (Arrière-plan historique, culturel et sociologie des langues nationales). Työryhmämuistio Kielilakikomitea (Note de synthèse du comité sur la langue). Helsinki : Oikeusministeriö.
  40. Lehikoinen, L. (1986). D.E.D Europaeus kirjasuomen kehittäjänä ja tutkijana. Virittäjä. pp.178–202. (fi), avec résumé en allemand en page 200. Consulté le 27/03/2008. [PDF]
  41. a et b Aikio, A., & Aikio, A. (2001). Heimovaelluksista jatkuvuuteen – suomalaisen väestöhistorian tutkimuksen pirstoutuminen. (Continuités dans les courants migratoires - Éléments exploratoires sur l'Histoire du peuplement de la Finlande). Muinaistutkija. 2001-4. Consulté le 27/03/2008. (fi)
  42. Pour une présentation de la théorie de K. Wiik, voir Julku, K. (2002). « http://www.kaltio.fi/index.php?53 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-05-26 Suomalaisten kaukaiset juuret]. (Les racines anciennes des Finnois). Kaltio. 2002-3. Consulté le 27/03/2008. (fi)
  43. Anttila, R., & Kallio, P. (2002). « Suur-Suomen tiede harhapoluilla » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-05-26. Kaltio. 2002-4. Consulté le 27/03/2008. (fi). Le titre de cet article se traduit à peu près "La théorie de la Grande Finlande sur de mauvaises voies". Le terme Suur-Suomi, "Grande Finlande", était en usage en Finlande à l'entre-deux-guerres, dans les milieux nationalistes, appelant à une reconstruction politique incluant la Finlande, mais aussi la Carélie orientale, l'Ingrie, l'Estonie, la péninsule de Kola, ainsi que les parties le plus au nord de la Suède et de la Norvège.
  44. L'intégralité des articles relatifs à ce débat sont disponibles (en finnois) sur accessible « le site de Kaltio » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-05-26.