Alphabet cyrillique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.
Cyrillique
Image illustrative de l'article Alphabet cyrillique
Exemple d’écriture en alphabet cyrillique
Caractéristiques
Type Alphabet
Langue(s) Plusieurs langues slaves, ainsi que de nombreuses langues de l’ancienne URSS :
Drapeau de la Biélorussie Biélorussie
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie
Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine
Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan
Drapeau du Kirghizistan Kirghizistan
Drapeau de la Macédoine Macédoine
Drapeau de la Mongolie Mongolie
Monténégro Monténégro
Drapeau de la Russie Russie
Serbie Serbie
Drapeau du Tadjikistan Tadjikistan
Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Historique
Époque Variantes archaïques dès 940
Système(s) parent(s) Proto-Sinaïtique

 Phénicien
  Grec
   Glagolitique
    Cyrillique

Système(s) apparenté(s) Latin, copte, arménien
Codage
Unicode U+0400 à U+04FF
U+0500 à U+052F
ISO 15924 Cyrl

L’alphabet cyrillique (bulgare et macédonien : кирилица ; en russe : кириллица ; en ukrainien : кирилиця ; en biélorusse : Кірыліца ; en ruthène/rusyn : кырилиця ; en serbe : ћирилица et ćirilica) est un alphabet bicaméral de trente lettres, créé vers la fin du IXe siècle en Bulgarie[1] par des disciples du frère Cyrille (peut-être Clément d'Ohrid, premier archevêque de la Bulgarie), à partir du grec dans sa graphie onciale et de l’alphabet glagolitique.

Il est notable que la valeur phonétique des lettres empruntées correspond, mutatis mutandis, à celle qu’elles avaient dans le grec de l’époque. Par exemple, le Β bêta (prononcé [b] en grec classique, mais [v] en grec médiéval) est devenu le В (v) cyrillique ; il a donc fallu créer une lettre de façon à obtenir un graphème pour le phonème [b], en l’occurrence une modification du ve, soit Б.

Depuis l’entrée de la Bulgarie dans l’Union européenne le 1er janvier 2007, le cyrillique est devenu le troisième alphabet officiel de l’Union européenne après le latin et le grec.

Usages de l'alphabet cyrillique[modifier | modifier le code]

Distribution de l'alphabet cyrillique
  •      Pays où il est utilisé en tant qu'écriture principale
  •      Pays où il est utilisé avec une autre écriture officielle

L'alphabet cyrillique est principalement utilisé pour écrire plusieurs langues slaves (plus spécifiquement, les langues des peuples slaves orthodoxes, les peuples slaves catholiques ayant adopté l'usage de l'alphabet latin) :

Il sert également à écrire de nombreuses langues non slaves ou non indo-européennes parlées sur le territoire de la Russie, comme l'oudmourte, le khanty, le nénètse ou l'ossète, ainsi que le mongol ou même le doungane, un dialecte du mandarin. Pour ces langues, il est souvent complété par des signes diacritiques ou des caractères spéciaux, destinés à noter des phonèmes qui n'existent pas en russe. On peut consulter à ce propos l'article Diacritiques de l'alphabet cyrillique. L'alphabet cyrillique est également utilisée pour écrire des langues turkophones d'anciens pays de l'URSS, comme le Kazakh au Kazakhstan ou l'Ouzbek en Ouzbékistan.

Jusqu'en 1857, une variété d'alphabet cyrillique[2] a également servi à transcrire le roumain ; son emploi a perduré ponctuellement jusqu'en 1918 en Bessarabie. En outre, de 1940 à 1989 (et jusqu'à nos jours en Transnistrie) les pouvoirs soviétique et post-soviétique ont imposé, pour le roumain parlé en URSS (sous le nom de « moldave »), l'usage de l'alphabet cyrillique russe moderne (légèrement adapté), translittéré en lettres latines en Moldavie.

Dans cet article, ne seront traités que les aspects de l'alphabet cyrillique servant à écrire le russe. En effet, dans les autres langues l'utilisant, les lettres peuvent avoir une toute autre valeur. Par exemple, en bulgare ъ (dit ер голям (èr goliam)) se prononce comme le ă roumain et le щ se prononce cht.

Origine[modifier | modifier le code]

Bible présentée dans l'église du village de Koumanovo (Bulgarie).

Le fait que Constantin Cyrille, dit le Philosophe, ait créé l'alphabet et les premières traductions en vieux-slave est incontestable. Mais une des questions les plus intéressantes, restée sans réponse univoque encore actuellement, porte sur la création au cours d'une période relativement brève de deux alphabets slaves, à savoir l'alphabet cyrillique et l'alphabet glagolitique. Les avis ne s'accordent pas tous pour affirmer lequel des deux a été créé par Constantin Cyrille.

BULGARIE, 10 Leva or célébrant le 1100e anniversaire de l’alphabet slave avec la représentation de Saint Cyrille et de Saint Méthode

Selon l'hypothèse la plus répandue sur la création des deux alphabets, le cyrillique ferait son apparition, chronologiquement, après le glagolitique. D'un point de vue acoustique et graphique, le cyrillique est basé sur l'onciale grecque. Ce serait le Bulgare Clément d'Ohrid, un des disciples de Constantin (Cyrille), qui l'aurait créé, lui donnant le nom de son professeur, en signe de respect. La plupart des scientifiques attribuent l'alphabet glagolitique à Constantin (Cyrille). Il correspond à la composition phonétique de l'ancien slave et possède une graphie originale; certains chercheurs indiquent que le dessin des lettres suit les règles de la section dorée (les rapports du petit et du grand côté à l'ensemble sont identiques). Si, entre l'alphabet glagolitique et l'alphabet cyrillique, il existe une certaine continuité, ils n'en comportent pas moins des différences significatives. L'alphabet cyrillique remplaça rapidement l'alphabet glagolitique, d'abord en Bulgarie orientale, et notamment dans la capitale de l'époque, Preslav. À l’école d'Ohrid l'alphabet glagolitique fut plus largement répandu, et employé plus longtemps. Il existe quelques monastères au bord de la Mer Adriatique, en Croatie, où le glagolitique a été utilisé en cryptographie jusqu'au XIXe siècle.

Selon la seconde hypothèse, Constantin (Cyrille) serait l'auteur des deux alphabets, ce qui signifierait qu'il aurait traduit les principaux livres liturgiques deux fois. En 855, il aurait créé l'alphabet cyrillique dérivé de l'écriture grecque en l'adaptant au langage slave, pour traduire ensuite les livres liturgiques pour les besoins des slaves de la région du fleuve de Brégalnica (Macédoine du nord-ouest). Plus tard, en 862-863, il aurait créé l'alphabet glagolitique, recopiant les livres déjà traduits afin de donner à sa mission en Grande-Moravie une expression chrétienne universelle.

De nos jours l'alphabet cyrillique est employé non seulement par les Russes, mais également par les Serbes, les Monténégrins, les Macédoniens, les Bulgares, les Ukrainiens, les Biélorusses aussi bien que par beaucoup d'autres peuples non-slaves de l'ex-URSS, ainsi que par les Mongols : environ deux cents millions de personnes en tout.

L'œuvre de Cyrille et Méthode a été continuée par leurs disciples Clément, Naum, Anguélari (ru), Gorazd et Sava qui, à leur arrivée en Bulgarie, ont reçu le soutien du roi de Bulgarie Boris Ier. Chacun des cinq étudiants a sa propre fête religieuse, mais de plus, le 27 juillet on célèbre les deux saints, Cyrille et Méthode, et leurs cinq élèves, ensemble. Saints Cyrille et Méthode ont été proclamés copatrons de l'Europe en décembre 1980.

Les ecclésiastiques vivant surtout dans la région de l'Adriatique du nord ont continué à utiliser l'écriture glagolitique jusqu'à la fin du XVIIe siècle, après quoi elle n'a été maintenue que dans la liturgie; et le dernier document en glagolitique date de la fin du XIXe siècle.

L'alphabet cyrillique doit, plus ou moins directement, plusieurs de ses caractéristiques innovantes par rapport au modèle grec, voire certaines de ses lettres, au glagolitique.

Dans la religion orthodoxe, le 24 mai, jour de l’alphabet slave et des Saints-Frères Cyrille et Méthode, est une fête qui n'a que peu d'analogues : jour de l'écriture, de l'éducation et de la culture. C'est la fête de l'éveil spirituel, de l'aspiration au perfectionnement à travers la science et la culture. Les lettres créées par Cyrille et Méthode, leurs traductions des livres liturgiques en vieux-slave, la défense du droit de chaque peuple à glorifier Dieu dans sa propre langue, ont une importance historique pour tous les peuples slaves. Leur œuvre est humanitaire et démocratique, commune à tous les Slaves et au service de la grande idée humaine d'égalité de tous dans le domaine spirituel.

Lettres[modifier | modifier le code]

Alphabet originel[modifier | modifier le code]

Ce tableau présente :

  • Les éventuelles variantes d'une lettre indiquées entre parenthèses sont utilisés dans les cas où l'informatique ne permet pas un rendu fidèle.
  • Les valeurs numériques des lettres cyrilliques diffèrent de celles de leurs équivalents glagolitiques.
  • La prononciation est donnée selon l'alphabet phonétique international ; les valeurs entre parenthèses sont des notations utilisées par les slavistes.
  • Le nom est indiqué en transcription latine, puis entre parenthèses en vieux slave et en slavon d'église.
Lettre Écriture Valeur
numérique
Prononciation Nom Remarques
А, а La lettre "А". 1 /a/ az (азъ) La forme de la lettre a évolué tardivement vers celle du a latin
Б, б La lettre "Б". /b/ buky (букы, буки) Son tracé est une déformation de la lettre В.
В, в La lettre "В". 2 /v/ vědě (вѣдѣ, вѣди) Cette lettre provient du β (bêta) grec majuscule (Β)[3].
Г, г La lettre "Г". 3 /g/ glagoli (глаголи) Cette lettre provient du γ (gamma) grec majuscule (Γ).
Д, д La lettre "Д". 4 /d/ dobro (добро) Cette lettre provient du δ (delta) grec majuscule (Δ).
Є, є (Е, е) La lettre "Є". 5 /ɛ/ êst (ѥстъ, есть) Cette lettre peut être prononcée mouillée.
Ж, ж La lettre "Ж". /ʒ/ živěte (живѣте)
Ѕ, ѕ, Ꙃ, ꙃ La lettre "Ѕ". 6 /dz/ zelo (ѕѣло, ѕѣлѡ) Variante de la suivante.
З, з, Ꙁ, ꙁ La lettre "З". 7 /z/ zemlâ (земля)
И, и La lettre "И". 8 /i/ iže (иже) nommé également « i–huitaine » ; Cette lettre provient du η (êta) grec majuscule (Η) que les Grecs prononcent "i" aujourd'hui.
І, і, Ї, ї La lettre "І". 10 /i/ i ou ižei (ижеи) nommé « i–dizaine ».
К, к La lettre "К". 20 /k/ kako (како, какѡ)
Л, л La lettre "Л". 30 /l/ lûdiê (людиѥ, люди) Cette lettre provient du λ (lambda) grec majuscule (Λ).
М, м La lettre "М". 40 /m/ myslite (мыслите, мыслѣте)
Н, н La lettre "Н". 50 /n/ naš´ (нашь, нашъ) Originellement la barre était penchée vers la droite.
О, о La lettre "О". 70 /o/ on (онъ) Le tracé de cette lettre peut s'approcher d'un losange.
П, п Early Cyrillic letter Pokoi.png 80 /p/ pokoi (покои, покой) Cette lettre provient du π (pi) grec majuscule (Π).
Р, р Early Cyrillic letter Ritsi.png 100 /r/ r´ci (рьци, рцы) Cette lettre provient du ρ (rhô) grec majuscule (Ρ).
С, с Early Cyrillic letter Slovo.png 200 /s/ slovo (слово) provient du sigma lunaire (ϲ).
Т, т Early Cyrillic letter Tvrido.png 300 /t/ tverdo (тврьдо, твердо)  
Ѹ, ѹ, У, у Early Cyrillic letter Uku.png (400) /u/ uk (укъ) Cette lettre provient du digraphe o + u
Ф, ф Early Cyrillic letter Fritu.png 500 /f/ frt (фрътъ, фертъ) Cette lettre provient du φ (phi) grec majuscule (Φ).
Х, х Early Cyrillic letter Khieru.png 600 /x/ hěr (хѣръ) Cette lettre provient du χ (chi) grec majuscule (Χ).
Ѡ, ѡ La lettre "Ѡ". 800 /oː/ o (о) Cette lettre fut tardivement nommée « Oméga » (Омега). Il existe la ligature Ѿ, ѿ ot
Ц, ц Early Cyrillic letter Tsi.png 900 /ʦ/ ci (ци, цы) Cette lettre provient du ץ hébreu final.
Ч, ч Early Cyrillic letter Chrivi.png 90 /ʧ/ črv (чрьвь, червь) Cette lettre provient du צ hébreu.
Ш, ш Early Cyrillic letter Sha.png /ʃ/ ša (ша) Cette lettre provient du ש (shin) hébreu.
Щ, щ Early Cyrillic letter Shta.png /ʃt/ šta (ща) À l'origine, la barre inférieure était au centre. Prononciation variable en slavon d'église.
Ъ, ъ Early Cyrillic letter Yeru.png /u̯/ êr (ѥръ, еръ) jer ou yer ; actuel signe dur très rare en russe contemporain, courant en bulgare où il a valeur d'une voyelle (notée â), disparu des autres alphabets cyrilliques.
Ы, ы Early Cyrillic letter Yery.png /ɨ/ êry (ѥры, еры) ligature cyrillique de ъ et і ; transcription habituelle : y, en russe contemporain, le son correspond à celui du ı turc.
Ь, ь Early Cyrillic letter Yeri.png /i̯/ êr´ (ѥрь, ерь) actuel signe mou marquant la palatalisation.
Ѣ, ѣ Early Cyrillic letter Yati.png /æː/, /ieː/ ât´ (ıать ou ять) jat' ou yat'. Cette lettre est disparue de tous les alphabets cyrilliques contemporains. Elle fut supprimée du russe en 1917, et du bulgare en 1945.
Ю, ю Early Cyrillic letter Yu.png /ju/ û (ю) Cette lettre provient de l'ancienne ligature іоу (iou).
Ꙗ, ꙗ, (ІА, ıa) Early Cyrillic letter Ya.png /ja/ a yodisé (А йотированное) En slavon d'église, cette lettre était confondue avec la lettre Ѧ, absente du cyrillique.
Ѥ, ѥ Early Cyrillic letter Ye.png /jɛ/ é yodisé (Е йотированное) après une voyelle ou л, н, р
Ѧ, ѧ, Я, я Early Cyrillic letter Yusu Maliy.png (900) /ɛ̃/ petit jus (юс малый)
Ѫ, ѫ Early Cyrillic letter Yusu Bolshiy.png /õ/ grand jus (юс большой)
Ѩ, ѩ Early Cyrillic letter Yusu Maliy Yotirovaniy.png /jɛ̃/ юс малый йотированный
Ѭ, ѭ Early Cyrillic letter Yusu Bolshiy Yotirovaniy.png /jõ/ grand jus yodisé (юс большой йотированный)
Ѯ, ѯ Early Cyrillic letter Ksi.png 60 /ks/ ksi (кси) Cette lettre provient du ξ grec.
Ѱ, ѱ La lettre "Ѱ" issu du grec. 700 /ps/ psi (пси) Cette lettre provient du ψ (psi) grec.
Ѳ, ѳ La lettre "Ѳ" utilisé pour passer du grec au russe. 9 /f/ fita (фита) Cette lettre n'était utilisée que pour la traduction du grec. Cette lettre provient du θ (thêta) grec.
Ѵ, ѵ La lettre "Ѵ" supprimée en 1917. 400 ijitsa (izica) (ижица) Cette lettre fut supprimée du russe en 1917. Cette lettre provient de l'υ (upsilon) grec.

Alphabets contemporains[modifier | modifier le code]

Alphabet cyrillique contemporain russe[modifier | modifier le code]

L'alphabet cyrillique utilisé pour le russe compte 33 lettres depuis 1917. Avant cette date, l'alphabet dit « prérévolutionnaire » en comprenait quatre de plus. Celles-ci sont repérées dans le tableau par un fond coloré.

Cette écriture étant bicamérale, il existe deux variantes pour chaque lettre, capitale et minuscule. Le tableau suivant détaille l'alphabet actuel ; il se lit comme suit:

  • Capitales et minuscules ;
  • nom de la lettre telle que prononcée lorsqu'on l'épelle ; on a adopté ici une transcription et non une translittération afin de rendre explicite le nom en question ;
  • translittération : le premier signe indiqué suit la norme ISO 9 de 1995 ; les suivants, si les usages divergent, proviennent d'autres systèmes fréquemment utilisés ;
  • prononciation phonétique selon l'API ;
  • prononciation imagée, orthographiée selon les usages français.
Capitale Minuscule Nom Translittération Prononciation
(API)
Prononciation
(français)
А а a a [a] a
Б б be b [b] b
В в ve v [v] v
Г г ge g [g] g dur
Д д de d [d] d
Е е je [ʲe]
Ё ё jo io [ʲo] io
Ж ж že j [ʒ] j
З з ze z [z] z
И и i i [i] i
Й й i kratkoié
и краткое
ï [j] ï
І і i s totchkoï
и с точкой
ì [i] i
К к ka k [k] k
Л л el l [l] l
М м em m [m] m
Н н en n [n] n
О о o o [o] o
П п pe p [p] p
Р р er r [ɾ] r roulé
С с es s [s] s dur
Т т te t [t] t
У у ou ou [u] ou
Ф ф ef f [f] f
Х х kha kh [x] ch allemand dans Achtung !
Ц ц tse ts [ʦ] ts
Ч ч če tch [ʧ] tch
Ш ш ša ch [ʃ] ch
Щ щ šča chtch [ʃʧ] chtch
Ъ ъ tvjordyj znak
твёрдый знак
, - [palat.] muet
Ы ы y
(jery, еры)
y [ɨ] i tendu
Ь ь miagkiï znak
мягкий знак
’, ' + [palat.] y
Ѣ ѣ yat’
ять
ě [ʲɛ]
Э э è oborotnoje
э оборотное
è [ɛ] è
Ю ю ju you [ʲu] iou
Я я ja ia [ʲa] ia
Ѳ ѳ f̀ita
Ѳита
[f] ~ [fʲ]
Ѵ ѵ ižica
ижица
[i] i

Alphabet cyrillique contemporain bulgare[modifier | modifier le code]

Le système bulgare officiel de translittération a été conçu en 1995 pour la Commission bulgare pour les toponymes antarctiques[4], et entériné par la Loi bulgare sur la translittération de 2009[5].

Autres langues[modifier | modifier le code]

Pour une description des alphabets actuels basés sur le cyrillique, voir Position des lettres du cyrillique dans les alphabets (ru).

Graphie manuscrite et cursive[modifier | modifier le code]

La graphie manuscrite cursive des lettres cyrilliques diffère autant de la graphie imprimée que le font nos lettres latines. De plus, dans certaines éditions l'italique imprimée minuscule suit le tracé des lettres cursives (ce qui, typographiquement, montre la différence entre des obliques et des italiques). Certaines cursives ne sont cependant pas identiques selon qu'elles sont manuscrites ou imprimées (ces lettres sont repérées par la couleur bleue) :

Cyrillique cursif.png

Légende
Rangée 1 : caractères d'imprimerie en romaine ; rangée 2 : caractères d'imprimerie en italique ; rangée 3 : caractères manuscrits cursifs.

Enfin, en serbe et en macédonien, les italiques cursives des minuscules бгдпт ont encore un autre œil, parfois plus proche encore de la graphie manuscrite :

Cyrillique serbe russe.PNG

Note: dans ces langues, la lettre д en minuscule romaine se trace δ.

Graphie serbe. La dernière lettre, ш minuscule, peut être marquée d'un trait souscrit.

Codage informatique[modifier | modifier le code]

De nombreux codages ont été inventés pour gérer l'alphabet cyrillique[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La paternité de l’alphabet est attribuée à la Macédoine ou à la Bulgarie, au gré des points de vue. Cette question est empreinte de nationalisme.
  2. А а, Ъ ъ (= ӑ), Б б, Β β, Ґ γ, Δ δ, Є є, ζ ʝ, С с, І ι, К к, Λ λ, М м, Ν н, О о, П п, Р р, Т m, Υ υ, Ф ф, Х х, Џ џ (= ҭ), Ч ч, Ш ш, Щ щ (= şt), Ђ ђ (= î, â), Ξ ξ (= x), Ζ z : Denis Deletant, Slavonic letters in Moldova, Wallachia & Transylvania from the tenth to the seventeenth centuries, Ed. Enciclopedică, Bucharest 1991.
  3. Si le β grec se prononçait sans doute originellement [b], il a pris la prononciation [v] dès l'époque byzantine.
  4. (en) Toponymic Guidelines for Antarctica, Antarctic Place-names Commission of Bulgaria, Sofia, 1995.
  5. (bg) Journal officiel, No. 19, 13 mars 2009.
  6. The Cyrillic Charset Soup Roman Czyborra 1998-05-25 .. 1998-11-30 http://aspell.net/charsets/cyrillic.html

Bibliographies[modifier | modifier le code]

  • Ivan G. Iliev / Иван Г. Илиев, Short History of the Cyrillic Alphabet / Кратка история на кирилската азбука, Пловдив / Plovdiv,‎ 2012 (ISBN 978-619-7016-02-4, présentation en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :