Lettons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le peuple letton. Pour la langue lettone, voir Letton.

Lettons

Description de l'image  Latvian song festival by Dainis Matisons, 2008.jpg.
Populations significatives par région
Drapeau de la Lettonie Lettonie 1 320 600
Drapeau des États-Unis États-Unis 87 564[1]
Drapeau de la Russie Russie 28 520[2]
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni plus de 20 000 (2004)[3]
Drapeau du Brésil Brésil 20 000[4]
Drapeau du Canada Canada 20 000
Drapeau de l'Australie Australie 18 938[5]
Drapeau de l’Irlande Irlande 13 999[6]
Population totale 1 540 000
Autres
Langues

Letton ainsi que russe, anglais et allemand comme langues secondaires

Religions

Luthérianisme, catholicisme, orthodoxie de Lettonie, Église baptiste, Renouveau charismatique (dont Église nouvelle génération), Dievturība

Ethnies liées

Baltes, Lituaniens, Kursenieki, Latgaliens

Les Lettons ou Lettes (en letton : latvieši), forment la population indigène balte de la Lettonie, où ils représentaient environ 62,1 % de la population en 2011.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Lettons se réfèrent parfois à eux-mêmes en utilisant l'ancien termes de Latvji, qui semble avoir son origine dans le mot Latve, nom donné à une rivière ayant eu son cours dans ce qui serait actuellement l'Est de la Lettonie. Une tribu fennophone, connue sous le nom de Lives, s'installa parmi les Lettons et transforma le mot Latve en Latvis, ce qui signifie « les défricheurs », terme avec lequel les colons allemands du Moyen Âge désignaient également les autochtones. Ces colons allemands changèrent à leur tour le mot en Lette et baptisèrent leur petite colonie initiale du nom de Livland.

La forme latine, Livonia, désigna progressivement l'intégralité des territoires constituant la Lettonie d'aujourd'hui ainsi que le Sud de l'Estonie, passés progressivement sous contrôle allemand. Lettons et Lituaniens sont les seuls survivants de taille des peuples baltes médiévaux, et le letton et le lituanien les principales langues survivantes des langues baltes, branche à part entière des langues indo-européennes.

Culture[modifier | modifier le code]

La culture lettone a subi des influences historiques, culturelles et religieuses variées, notamment pendant les siècles d'occupation et de colonisation par les peuples germaniques et scandinaves.

La Lettonie orientale (le Latgale), reste toutefois fortement marquée par les influences culturelles et linguistiques russes et polonaises. Cette société, fortement cultivée, met un accent sur l'éducation, laquelle est gratuite et obligatoire jusqu'à dix-huit ans. La plupart des Lettons font partie de l'Église évangélique luthérienne, mais il existe également des minorités russes orthodoxes, et le Latgale est majoritairement catholique.

À la fin du XVIIIe siècle, une petite mais active communauté se réclamant des Frères Moraves joua un rôle important dans le développement de la littérature lettone, avant d'être phagocytée par le courant dominant du Luthéranisme.

Langue[modifier | modifier le code]

La langue nationale lettone est le letton. Les Latgalins parlent également le latgalien, considéré par certains comme un dialecte du letton. Lors de la domination soviétique, le gouvernement central imposa l'usage de russe dans l'administration et dans le système éducatif de la RSS lettone, comme dans toutes les autres républiques soviétiques (processus de russification).

De ce fait, un certain nombre des Lettons pratiquent encore le russe comme seconde langue, même si les plus jeunes montrent une certaine réticence vis-à-vis de cette langue. De nombreux membres de la diaspora lettone hors ex-URSS pratiquent aussi, comme seconde langue, la langue parlée dans leur pays d'accueil.

Diaspora[modifier | modifier le code]

Il existe une diaspora lettone datant de l'après-Seconde Guerre mondiale. Cette diaspora se trouve aux États-Unis, au Canada (l'ancienne présidente lettone Vaira Vīķe-Freiberga y a vécu de nombreuses années), en Russie (y compris des suites des déportations de dizaines de milliers de Baltes dans les goulags sibériens). Depuis l'entrée de la Lettonie dans l'Union européenne en 2004, il existe des communautés lettones en Irlande et au Royaume-Uni.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]