Alphabet glagolitique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Glagolitique
Image illustrative de l'article Alphabet glagolitique
Alphabet glagolitique et ses équivalents en cyrillique (version bulgare).
Caractéristiques
Type Alphabet
Langue(s) Vieux-slave
Direction De gauche à droite
Historique
Époque IXe siècle - XIIe siècle
Créateur Saint Cyrille, sur la base de l'alphabet grec
Système(s) parent(s) Protosinaïtique

 Phénicien
  Grec
   Glagolitique

Système(s) dérivé(s) Cyrillique
Codage
Unicode U+2C00 à U+2C5E
ISO 15924 Glag

L'alphabet glagolitique (ou glagolitsa, en russe et en bulgare : Глаголица ; serbe : Глагољица ; ukrainien : Глаголиця) est le plus ancien alphabet slave. Il est utilisé dans la Grande-Moravie par saints Cyrille et Méthode. Il tire son nom du vieux mot slave glagoljati qui signifie « dire ». Il est couramment utilisé, au Moyen Âge, en Croatie, en Bulgarie ou au Monténégro, sporadiquement en Bohême. Au cours du Xe siècle, l'alphabet cyrillique a progressivement remplacé l'alphabet glagolitique par substitution aux lettres glagolitiques des lettres grecques correspondantes, même si le cyrillique a gardé après quelques modifications certaines lettres étrangères à l'alphabet grec, comme Ж, Ч, Ш, Щ.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cet alphabet slave est utilisé, dans le royaume de Grande-Moravie, au IXe siècle, par saints Cyrille et Méthode, pour traduire la bible chrétienne en vieux slave afin de rendre accessibles les saintes écritures aux Slaves dans le cadre de l’évangélisation des populations de la Grande-Moravie. Il est aussi utilisé pour l'évangélisation des Balkans.

En 1248, l'évêque de Senj est autorisé par le pape Innocent IV à utiliser le vieux-slave et l'alphabet glagolitique dans la liturgie. Un certain nombre de stèles écrites en glagolitique au XIe siècle, dont la stèle de Baška et la stèle de Valun (hr), probablement plus ancienne et moins riche, mais bilingue et dans les alphabets glagolitique et latin, ainsi que de nombreux missels dont quelques incunables, prouvent effectivement la persistance de cette écriture dans la liturgie de Croatie jusqu'au XVIIIe siècle. L’Évangéliaire de Reims, dont la première partie, du XIe siècle, est écrite en cyrillique, est complétée à Prague, à la fin du XIVe siècle en glagolitique. Un peu antérieur, le Codex Gigas, écrit en Bohême au XIIIe siècle, écrit en latin, contient une page détaillant l’alphabet glagolitique, témoignage de l’usage persistant de cette écriture chez les Slaves de l’ouest.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

L'alphabet a deux variantes, ronde et carrée. La variante ronde est dominée par des cercles et des courbes légères, la variante angulaire (ou croate) comprend de nombreux angles droits et quelquefois des trapèzes ; elle utilise de nombreuses ligatures typographiques que l'on peut comparer aux alphabets latin ou cyrillique[1].

La table suivante représente chaque lettre classée alphabétiquement, avec une représentation de sa variante arrondie, son nom, sa représentation phonétique approximative, la lettre grecque ou hébraïque équivalente utilisée littéralement (si cela est possible), et la lettre en cyrillique moderne correspondante si elle existe.

Graphie Nom
(cyrillique)
Nom
(transcrit)
Phonème Équivalent
grec ou hébreu
Équivalent
cyrillique
Az Азъ Az /a/ Α А
Buki Буки Bouki /b/ Б
Vedi Веди Vedi /v/ Β В
Glagol Глаголи Glagoli /g/ Γ Г
Dobro Добро Dobro /d/ Δ Д
Jest Есть Est /ɛ/, /jɛ/ Ε Е
Zhivete Живете Jivete /ʓ/ Ж
Dzelo Зело Zelo /d͡ʑ/ Ζ Ѕ
Zemlja Земля Zemlia /z/ Ζ З
, Izhe Иже Ije /i/ Η Й
I И, Ижеи I, Ijeï /i/ Ι І
Dzherv Гѥрв Gierv /ɟ/ Ћ, Ђ
Kako Како Kako /k/ Κ К
Ljudi Люди Lioudi /l/, /ʎ/ Λ Л
Mislete Мыслете Myslete /m/ Μ М
Nash Наш Nach /n/, /ɲ/ Ν Н
On Он On /ɔ/ Ο О
Pokoj Покой Pokoï /p/ Π П
Rtsi Рцы Rtsy /r/, /rʲ/ Ρ Р
Slovo Слово Slovo /s/ Σ С
Tverdo Твердо Tverdo /t/ Τ Т
Uk Ук Ouk /u/ ΟΥ У
Fert Ферт Fert /f/ Φ Ф
Kher Хер Kher /x/ Χ Х
Oht От Ot /o/ Ω Ѡ, Ѿ
Tsi Цы Tsy /t͡ɕ/ ץ Ц
Cherv Червь Tcherv /t͡ʆ/ Ч
Sha Ша Cha /ʆ/ ש Ш
Shta Шта Chta /ʆtʲ/ Щ
Jer Ер Er /ɘ̯/ Ъ
Jery Еры Ery /ɨ/ Ы
Jerj Ерь Er' /ɪ̯/ Ь
Jat Ять Iat' /jæ/, /æ/ Ѣ
GlagolitsaJo.gif Ё Io /jɔ/
Ju Ю Iou /ju/ Ю
Jus Malij Юс малый Ious maly /ɛ̃/[2] Ѧ
Jus Malij Jotirovannij Юс малый йотированный Ious maly îotirovanny /jɛ̃/ Ѩ
Jus Bolshoj Юс большой Ious bolchoï /ɔ̃/ Ѫ
Jus Bolshoj Jotirovannij Юс большой йотированный Ious bolchoï ïotirovanny /jɔ̃/ Ѭ
Thita Фита Fita /f/, /θ/ Θ Ѳ
Izhitsa Ик Ik /v/, /i/, /y/ Υ Ѵ

Divers[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fucic, Branko : Glagoljski natpisi. (In: Djela Jugoslavenske Akademije Znanosti i Umjetnosti, knjiga 57.) Zagreb, 1982. 420 p.
  • Fullerton, Sharon Golke : Paleographic Methods Used in Dating Cyrillic and Glagolitic Slavic Manuscripts. (In: Slavic Papers No. 1.) Ohio, 1975. 93 p.
  • Gosev, Ivan : Rilszki glagolicseszki lisztove. Szofia, 1956. 130 p.
  • Jachnow, Helmut : Eine neue Hypothese zur Provenienz der glagolitischen Schrift - Überlegungen zum 1100. Todesjahr des Methodios von Saloniki. In: R. Rathmayr (Hrsg.): Slavistische Linguistik 1985, München 1986, 69-93.
  • Jagic, Vatroslav : Glagolitica. Würdigung neuentdeckter Fragmente, Wien, 1890.
  • Kiparsky, Valentin : Tschernochvostoffs Theorie über den Ursprung des glagolitischen Alphabets In : M. Hellmann u.a. (Hrsg.): Cyrillo-Methodiana. Zur Frühgeschichte des Christentums bei den Slaven, Köln 1964, 393-400.
  • Miklas, Heinz (Hrsg.) : Glagolitica: zum Ursprung der slavischen Schriftkultur, Wien, 2000.
  • Steller, Lea-Katharina: A glagolita írás In: B.Virághalmy, Lea: Paleográfiai kalandozások. Szentendre, 1995. ISBN 963-450-922-3
  • Vais, Joseph : Abecedarivm Palaeoslovenicvm in usum glagolitarum. Veglae, [Krk], 1917. XXXVI, 74 p.
  • Vajs, Josef : Rukovet hlaholske paleografie. Uvedení do knizního písma hlaholskeho. V Praze, 1932. 178 p, LIV. tab.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Glagolitic Script - Round and Square Glagolica », Kodeks, Université de Bamberg (consulté le 26 juin 2010)
  2. Les langues slaves, sauf le polonais (voir ogonek), qui a adopté l’alphabet latin, ont perdu l’antique nasalisation des voyelles. Cette lettre et les suivantes sont devenues désuètes en glagolitique et en cyrillique.