Lorànt Deutsch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Deutsch et Matković.

Lorànt Deutsch

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Lorànt Deutsch à la cérémonie des Molières 2014

Nom de naissance Laszlo Matekovics
Naissance 27 octobre 1975 (38 ans)
Alençon, Orne, France
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Acteur
Films notables Le Raid (2002)
3 zéros (2002)
Ripoux 3 (2003)
L'Américain (2004)
Jean de La Fontaine, le défi (2007)

Lorànt Deutsch[1],[2], pseudonyme de Laszlo Matekovics[3], est un acteur et écrivain français, né le 27 octobre 1975 à Alençon[4],[5].

Biographie[modifier | modifier le code]

Lorànt Deutsch est né d'un père juif d'origine hongroise[6] et d'une mère française catholique. Sa famille paternelle ayant fui la répression communiste hongroise de 1956 ; il grandit à Sablé-sur-Sarthe[7]. Il découvre la comédie au centre culturel de cette ville mais se passionne d'abord pour le football. À douze ans, il est recruté par le FC Nantes dans le cadre Sport-études. Deux ans plus tard, il abandonne puis rejoint sa sœur à Paris où il s'installe chez ses grands-parents à la cité de l'Abreuvoir à Bobigny[6]. Il obtient le baccalauréat ES, et étudie à la Sorbonne où il entame un double cursus en philosophie, ainsi qu'en langues orientales qu'il achève en 1998. Son cursus « langue et civilisation hongroise », lui permet de tenter le concours d'« inspecteur pour Interpol en Europe centrale » auquel il échoue[8]. Il hésite alors sur sa vocation : « Je voulais être journaliste, historien, professeur d’histoire ou de philosophie. J’avais aussi très envie de travailler dans la police. J’ai d’ailleurs passé plusieurs concours pour entrer dans la police nationale, mais j’ai superbement échoué. J’ai en effet obtenu 6 à la dissertation philosophique. Avec une licence de philo, mention bien, j’ai fait très fort ! J’étais vraiment déçu : je voulais travailler dans la police scientifique, chercher les grands criminels... »[9].

C'est dans une MJC qu'il prend goût au théâtre. Plus tard, sa sœur l'inscrit au théâtre Mouffetard dans le Ve arrondissement de Paris[10].

Carrière[modifier | modifier le code]

Cinéma et théâtre[modifier | modifier le code]

En 1990, il se présente pour la première fois aux auditions d'une série de télévision franco-québécoise. Premier contrat ; pendant cinq ans, il tient le rôle de Tom, un garçon français jouant les détectives avec sa sœur par alliance québécoise, dans Les Intrépides. Il met ensuite sa carrière artistique entre parenthèses en faveur de ses études, sans toutefois renoncer aux cours de théâtre qu'il continue à fréquenter. Ni aux plateaux, d'ailleurs, puisque pendant cette période, il est présent dans de nombreuses publicités, dont les plus célèbres restent Yop et la série des spots Gervais au slogan : « Charles Gervais, il est odieux, mais c'est divin. »

En 1998, après avoir achevé ses études, il entame sa carrière avec la sortie du film Le Ciel, les Oiseaux et... ta mère ! de Djamel Bensalah. En 2003, on le remarque avec son rôle « d'élève » des deux policiers dans les Ripoux 3 de Claude Zidi, période qui marque également un tournant via l'obtention de l'Étoile d'or de la révélation masculine 2003 et du prix Jean-Gabin 2004, ainsi qu'une nomination aux Césars 2003, pour Le Raid, de Djamel Bensalah et 3 zéros, de Fabien Onteniente.

En 2005 et 2006, il se consacre plus intensément au théâtre où il interprète le rôle de Mozart dans la pièce Amadeus, aux côtés de Jean Piat, puis en septembre 2006, il joue dans la pièce d'Oscar Wilde, L'Importance d'être Constant, au théâtre Antoine à Paris, mise en scène par Pierre Laville. Il incarne également en 2006 Jean-Paul Sartre jeune dans un téléfilm, Les Amants du Flore, avec Anna Mouglalis dans le rôle de Simone de Beauvoir, puis incarne Jean de La Fontaine dans un film de Daniel Vigne sorti en avril 2007. À l'automne 2009, il joue le rôle principal de la pièce Le Roman d'un trader, où son personnage s'inspire de Jérôme Kerviel[11],[12].

Acteur à la verve facétieuse mais toutefois pudique (à diverses reprises, par exemple le 24 novembre 2008 dans l'émission Le Fou du Roi, sur France Inter, Lorànt Deutsch a déclaré qu'il refusait de se montrer nu à l'écran, refus qu'il a notamment exprimé lors du tournage des Amants du Flore et du Plaisir de chanter), il cultive quelques jardins secrets comme l'histoire, le foot et la musique classique.

Sa voix (dont le rythme rapide lui confère une certaine gouaille, un ton enjoué et énergique) a été utilisée pour divers médias : pour des dessins animés (voxographie détaillée ci-dessous), pour des reportages (par exemple, il fut la voix off dans un reportage sur La fabuleuse histoire du jeu vidéo[13]), ainsi que pour des séries radios (il prête ainsi sa voix à une série audio diffusée sur France Info du 31 mai au 18 juin 2010 : Les Français parlent aux Français « Cette série, écrite par Jacques Pessis et dite par Lorànt Deutsch, retrace, 70 ans après, la campagne de résistance engagée par l’Appel du général de Gaulle le 18 juin 1940. Elle rend hommage aux « soldats du micro » et à la radio elle-même, devenue une arme de résistance. »[14]).

Littérature[modifier | modifier le code]

Lorànt Deutsch au festival d'Angoulême 2013.

Après cinq ans de recherches et d'écriture, Lorànt Deutsch présente le 9 septembre 2009 son premier livre, Métronome, l'histoire de France au rythme du métro parisien, tiré à 8 000 exemplaires par l'éditeur Michel Lafon. Fort de son succès, l'ouvrage sera réimprimé à plusieurs reprises. Au sujet de sa passion pour l'Histoire de France, Lorànt Deutsch déclare qu'il ne se considère « certainement pas » comme un « historien » : « Je n’ai pas cette prétention. Ce qui m’amuse, c’est de raconter l’histoire et de donner envie aux gens de la découvrir. Je suis juste un passionné. Mais je m’appuie sur les grands auteurs et ce que j’écris est véridique »[15]. Six mois après sa sortie, plus de 330 000 exemplaires ont été vendus[16] et plus de 500 000 en octobre 2010, date à laquelle est publiée une version illustrée de l'ouvrage. La publication de cet ouvrage en forme d'hommage à l'histoire de Paris vaut à Lorànt Deutsch d'être décoré en juin 2010 de la médaille de vermeil de la Ville de Paris par le maire de la capitale Bertrand Delanoë[17],[18].

Ce succès incite France 5 à en faire une adaptation sous forme de quatre documentaires. À la suite de sa diffusion en mai 2012, cette adaptation et le livre ont fait l'objet de diverses critiques de la part de plusieurs professeurs d'histoire et de militants politiques, qui reprochent à l'ouvrage diverses erreurs et l'accusent d'être biaisé par les opinions monarchistes de son auteur[19],[20],[21],[22],[23]. Lorànt Deutsch s'est pour sa part défendu de toute démarche idéologique[24]. Le groupe PCF-Parti de gauche du conseil de Paris s'est fait le relais de cette controverse en demandant à la mairie de Paris de cesser de promouvoir un livre « orienté idéologiquement »[25],[26]. Le 11 juillet 2012, le conseil de Paris a rejeté le vœu en ce sens du groupe PCF-PG[24],[27]. L'acteur déclare en novembre 2012 ne pas avoir été « touché » par cette affaire, « même [s'il a] quand même été traité de nazi ou de révisionniste » : « J’ai surtout le sentiment d’un énorme gâchis. J’ai découvert que l’histoire était un champ de bataille où chacun défend sa chapelle. Alors qu’au départ je crois qu’on se bat tous dans le même camp. Pour donner l’envie aux gens d’ouvrir des livres d’histoire »[15]. En 2013, plusieurs des détracteurs de Lorànt Deutsch le mettent à nouveau en cause, dans le livre Les Historiens de garde[28].

En 2012, il signe la préface du livre de Patrick Buisson, Le Paris de Céline, et figure également sur la couverture. L'ouvrage est tiré d'un film documentaire également réalisé par Patrick Buisson, Paris Céline : Sur les pas de Céline avec Lorànt Deutsch. Avant sa parution, ce livre était présenté par l'éditeur comme coécrit par les deux hommes[29],[30].

En novembre 2012, parait le premier tome d'une série de bande dessinée, Histoires de France, qu'il coscénarise avec Sylvain Runberg, le dessin étant confié à Eduardo Ocaña. Deux autres tomes sont annoncés pour 2013[31],[15].

Le 26 septembre 2013, il publie chez Michel Lafon Hexagone, « un voyage de 2 600 ans, pour suivre le mouvement des peuples qui ont fait la France »[32]. Le livre, initialement tiré à 220 000 exemplaires, a été réimprimé dès sa parution[33],[34]. Un certain nombre d'historiens ont critiqué le livre pour certaines de ces erreurs historiques et surtout pour l'idéologie qu'il défendrait[35],[36],[37]. Dans un article du Huffington Post, ses positions politiques sont à nouveau remises en cause par les auteurs du livre Les Historiens de garde, cette fois ci pour sa vision, qu'ils jugent marquée à droite, de la bataille de Poitiers[38] : l'un d'eux, Christophe Naudin, accuse notamment Lorànt Deutsch d'avoir « une vision quasi-maurrassienne de l’histoire »[39]. Hadrien Desuin dans le magazine Causeur juge « grotesque » cette mise en cause de Lorànt Deutsch[40].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il rencontre la comédienne Marie-Julie Baup alors qu’il joue en 2005 la pièce Amadeus au théâtre et se marie avec elle le 3 octobre 2009 à Loix sur l'île de Ré[41]. Ils ont deux filles, Sissi (née le 29 décembre 2010) et Colette (née le 10 mai 2012) et un garçon Laslo (né à la mi-mai 2014)[42].

Opinions politiques et religieuses[modifier | modifier le code]

Dans l'émission On n'est pas couché de Laurent Ruquier diffusée le samedi 27 novembre 2010, il se déclare fier d'être catholique, en référence à l'actualité récente, notamment l'appel du Pape Benoît XVI à savoir accueillir les légitimes diversités humaines, et les précisions de sa position vis-à-vis de la distribution du préservatif. Il confie également que selon lui, la religion jouera un grand rôle dans la vie des gens à l'avenir, et qu'« un concordat sera nécessaire ».

Interviewé par Arlette Chabot le 29 avril 2011, jour du mariage du prince William et de Kate Middleton, il se déclare royaliste de tendance orléaniste, partisan du « comte de Paris », révélant tirer ses convictions de la fréquentation, « sur les bancs de l'école », du fils de Bertrand Renouvin, ancien candidat de la Nouvelle Action française à l'élection présidentielle de 1974[43]. Lui-même se définit comme « royaliste de gauche »[8].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Lorànt Deutsch, photographié en 2004 par le Studio Harcourt.

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Voix off[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Livre audio[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Il a reçu la médaille d'honneur de la ville de Paris (ordre grand vermeil) 2010 et il est Chevalier des arts et des lettres depuis 2010.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • William Blanc, Aurore Chéry, Christophe Naudin, Les historiens de garde : De Lorànt Deutsch à Patrick Buisson, la résurgence du roman national, Inculte, 2013, 224 p. (ISBN 979-1091887083).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Orthographié aussi Laurent Deutsch à ses débuts (cf. le générique des Intrépides).
  2. Ce prénom hongrois n'a pas de rapport avec le Laurent latin. Il signifie celui qui aime les chevaux, un équivalent de Philippe (interview dans Libération, Portrait, no 9433, 10 septembre 2011.
  3. Lorant Deutsch, "Puck" électrique, Paris Match, 31 octobre 2011
  4. Certains articles de presse le disent natif de Sablé-sur-Sarthe, ville où il a grandi, mais l'intéressé lui-même précise être né à Alençon : Lorànt Deutsch: «Le Métronome, c'est mon bébé», TV Magazine Le Figaro, 5 avril 2012
  5. Lorànt Deutsch, le grand petit prince, L'Express, 29 janvier 2010
  6. a et b Interview de Lorant Deutsch par Isabelle Morizet, émission Il n’y a pas qu’une vie dans la vie sur Europe 1, 6 janvier 2012
  7. Métronome, le carton de Lorànt Deutsch !, Ouest-France, 21 décembre 2010
  8. a et b Nicolas Chapuis, « Pavés, pas pris », sur liberation.fr,‎ 10 septembre 2011
  9. Lorànt Deutsch : mes 20 ans, L'Étudiant, 22 mars 2010
  10. Caroline Sallé, « Lorànt Deutsch attaqué par des élus communistes », sur Le Figaro,‎ 11 juillet 2012
  11. L'affaire Kerviel au théâtre avec Lorànt Deutsch en trader, AFP, 27 août 2009
  12. Quand l'acteur Lorànt Deutsch s'inspire de Kerviel au théâtre, Claire Gatinois, Le Monde daté du 29 août 2009
  13. La fabuleuse histoire du jeu vidéo
  14. Les Français parlent aux Français, france-info.com
  15. a, b et c Le Parisien, « Lorànt Deutsch continue l’histoire en BD », 27 novembre 2012. Consulté le 6 février 2013.
  16. « Classement Datalib des ventes de livres », sur le site Libération, le 4 mars 2010.
  17. Lorànt Deutsch reçoit la médaille de vermeil, compte Dailymotion de la mairie de Paris, 4 juin 2010
  18. Les communistes parisiens n'aiment pas "Le Métronome", Le Point, 8 juillet 2012
  19. "Métronome" : 3 ans après, le best-seller dézingué par des sites d'histoire, sur le site d'Arrêt sur images.
  20. Oups, j'ai marché dans Lorànt Deutsch, sur www.goliards.fr. Consulté le 8 mars 2012.
  21. Le « Métronome » de Lorànt Deutsch, un livre idéologique ?, sur rue89, le 20 mai 2012
  22. [1], sur www.goliards.fr. Consulté le 8 avril 2012.
  23. Pour en finir avec Lorant Deutsch et le Métronome, sur le site l'Histoire pour Tous, 29/04/2012
  24. a et b « Polémique sur Métronome : Lorànt Deutsch se défend d'être « un idéologue », Le Point, 10 juillet 2012.
  25. [2]
  26. Le Front de gauche de Paris face au Métronome orienté de Lorant Deutsch. L'Humanité 10 juillet 2012
  27. « Lorànt Deutsch : l'offensive des communistes tourne court », Le Figaro, 11 juillet 2012.
  28. "Les Historiens de garde", Huffington Post, 28 mars 2013
  29. Sylvie Santini, « Lorànt Deutsch : les mauvaises fréquentations », M le magazine du Monde, 26 octobre 2012. Consulté le 76 février 2013.
  30. « Lorànt Deutsch, un prochain livre avec Patrick Buisson », 17 juillet 2012, sur le site de Observatoire des Journalistes et de l’Information Médiatique (OJIM). Consulté le 6 février 2013.
  31. « BD : Lorànt Deutsch s'intéresse aux duos de l'Histoire de France », 22 novembre 2012, sur le site de la RTBF. Consulté le 6 février 2013.
  32. http://www.michel-lafon.fr/livre/1281-Hexagone.html
  33. Les historiens hurlent, Lorànt Deutsch cartonne, Zineb Dryef, rue89, 06/10/2013
  34. BATAILLE – Le nouveau livre de Lorànt Deutsch fait encore des histoires, blog lemonde.fr, 4 octobre 2013
  35. "Lorànt Deutsch a une vision quasi-maurrassienne de l’histoire", entretien Christophe Naudin, nouvelobs.com, 5-10-2013
  36. Le dernier livre de Lorànt Deutsch fait (de nouveau) polémique, Le Point.fr - Publié le 05/10/2013
  37. LORÀNT DEUTSCH, LA CROIX ET LE CROISSANT, leshistoriensdegarde.fr, 1 octobre 2013
  38. Lorànt Deutsch et le mythe de l'invasion musulmane, W. Blanc, A. Chéry, C. Naudin, huffingtonpost.fr, 30/09/2013
  39. "Lorànt Deutsch a une vision quasi-maurrassienne de l’histoire", Le Nouvel Observateur, 5 octobre 2013
  40. Lorànt Deutsch sème sa zone dans l’Hexagone, Hadrien Desuin, causeur.fr, 23 octobre 2013
  41. « Lorànt Deutsch s'est marié aujourd'hui à l'île de Ré ! », sur Le Parisien,‎ 3 octobre 2003
  42. « Lorànt Deutsch, papa d'un petit garçon », sur Le Parisien,‎ 26 mai 2014
  43. Arlette Chabot et Lorànt Deutsch, interview « Lorant Deutsch s’assume en "royaliste" », 29 avril 2011, Europe1.fr, dans le cadre de l'émission « Europe soir », animée par Nicolas Poincaré. Consulté le 7 janvier 2013.
  44. Lundi 15 Octobre 2012 : LORANT DEUTSCH, RTL.fr, 8 octobre 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]