Loix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Loix
Image illustrative de l'article Loix
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Charente-Maritime
Arrondissement La Rochelle
Canton Ars-en-Ré
Intercommunalité Communauté de communes de l'île de Ré
Maire
Mandat
Lionel Quillet
2008-2014
Code postal 17111
Code commune 17207
Démographie
Gentilé Loidais
Population
municipale
693 hab. (2011)
Densité 103 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 13′ 24″ N 1° 26′ 28″ O / 46.2233333333, -1.44111111111 ()46° 13′ 24″ Nord 1° 26′ 28″ Ouest / 46.2233333333, -1.44111111111 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 10 m
Superficie 6,70 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de Charente-Maritime
City locator 14.svg
Loix

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de Charente-Maritime
City locator 14.svg
Loix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Loix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Loix
Liens
Site web www.loix.fr

Loix est une commune du sud-ouest de la France, située sur la côte nord de l'île de Ré, dans le département de la Charente-Maritime (région Poitou-Charentes). Ses habitants sont appelés les Loidais et les Loidaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de Loix sur l'île de Ré.
  • Le plus petit village et petit port de l'île de Ré, sur 14 km de la côte nord de l'île au cœur des marais salants. Une presqu’île dans l’île, bordée par le Fier d'Ars à l'ouest et la fosse de Loix à l'est. Seule une route, bordée de marais (et marais salants) gagnés sur la mer par endiguement, relie Loix au reste de l’île.
  • Rivage bas, galets, baie et petite plage en forme d'anse au sud est (fosse de Loix).
  • En mer, une tour (phare) : les Ilates.

Activité[modifier | modifier le code]

  • Agriculture : pomme de terre (AOC), vignes, oliviers...
  • Dans le village artisanal : une savonnerie, un atelier de restauration de documents anciens et une fromagerie (chèvres).
  • Ostréiculture.
  • Saliculture, au cœur des marais salants. Un écomusée explique l'histoire de l'or blanc qui faisait jadis la richesse de l'île avec plus de 30 000 tonnes en 1911. Il montre la vie et le savoir-faire des sauniers et l'ingénieux système d'alimentation des bassins. On comptait environ 1 500 sauniers il y a 100 ans, mais avec l’exploitation industrielle des salins du Midi de la France et malgré la création de la Coopérative des sauniers de l’île de Ré en 1942, dans les années soixante, ils ne sont plus qu’une cinquantaine. Depuis les années 1990, la politique de la Communauté de communes de l'île de Ré permet à de jeunes sauniers de reprendre des marais abandonnés et de les moderniser ; les outils traditionnels, simoussi et souvron, côtoient la pelleteuse et les canalisations en PVC, mais la méthode reste identique. On compte actuellement une centaine de sauniers pour une production annuelle de 2 500 tonnes.
  • Tourisme et hébergements : hôtel, un camping, locations saisonnières, chambres d'hôtes.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 1995 Jean-René Girolet    
1995 2001 Lionel Quillet DVD Conseiller général
2001 2008 Lionel Quillet DVD Conseiller général
2008 en cours Lionel Quillet DVD Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 693 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 143 1 189 1 097 1 152 1 266 1 269 1 316 1 350 1 395
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 349 1 288 1 204 1 112 1 015 1 031 1 024 993 957
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
820 780 711 570 535 520 459 454 424
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
439 439 470 433 561 619 703 715 693
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  4. Les fortifications du littoral - La Charente Maritime - R. Desquesne, R. Faille, N. Faucherre, P. Prost, éditions Patrimoine et médias (ISBN 2-910137-03-1)
  5. André Patou sur le site de l'ordre de la Libération
  6. « Notice no IA00043005 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :