Futuroscope

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parc du Futuroscope
Futoroscope Logo.svg
Ouverture 31 mai 1987
Pays Drapeau de la France France
Département Vienne
Commune Chasseneuil-du-Poitou et Jaunay-Clan
Propriétaire Conseil général de la Vienne, Compagnie des Alpes
Type de parc Parc de loisirs
Site Web www.futuroscope.com
Coordonnées
géographiques
46° 40′ 09″ N 0° 22′ 08″ E / 46.6692, 0.36946° 40′ 09″ Nord 0° 22′ 08″ Est / 46.6692, 0.369

  Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Futuroscope

  Géolocalisation sur la carte : Vienne

(Voir situation sur carte : Vienne)
Futuroscope

Le Parc du Futuroscope est un parc de loisirs français à thème technologique, scientifique, d'anticipation et ludique, dont les attractions mélangent approches sensorielles et projections d'images.

Il est situé dans le département de la Vienne sur les communes de Chasseneuil-du-Poitou et Jaunay-Clan, à 10 kilomètres au nord de Poitiers[1]. Le Parc est entouré d'une technopole implantée sur la commune de Chasseneuil-du-Poitou. Le complexe est accessible par l'autoroute A10 (sortie no 28), par la RN10, et par le TGV par une gare dédiée.

Le Futuroscope est le 2e Parc d'attractions en termes de fréquentation totale, avec plus de 44 millions de visiteurs depuis son ouverture en 1987, et 1,46 million de visiteurs en 2013[2].

Entreprise[modifier | modifier le code]

Le Tapis Magique (Voyageurs du Ciel et de la Mer).
Pavillon du Futuroscope (La Cité du Numérique).
Vue du Parc depuis les passerelles
Parc vu depuis la D910.

Créé par le Conseil général de la Vienne, sous l'impulsion de René Monory, le parc du Futuroscope est géré depuis le 14 janvier 2011 par une société anonyme (Société du Parc du Futuroscope) dont la Compagnie des Alpes est le principal actionnaire à 45 %. Le directoire est présidé par Dominique Hummel depuis 2002, le conseil de surveillance est présidé par Dominique Marcel (Compagnie des Alpes) depuis 2011.

Précédemment, depuis novembre 2002, le Parc était géré par une Société d'Économie Mixte (SEML Nouvelle du Parc du Futuroscope) dont le Conseil général de la Vienne était actionnaire majoritaire à 70 % (associé à la Caisse des dépôts, Unibail-Rodamco et I Parks depuis 2006).

Le Futuroscope est aussi le 2e Parc de France par son chiffre d'affaires (76 M€ de chiffre d’affaires en 2013) derrière Disneyland Paris, mais devant le Parc Astérix (73 M€) et le Puy du Fou (63,75 M€)[3].

En 2012, le Parc emploie environ 750 personnes équivalent temps plein, dont 380 à durée indéterminée[4].

Les activités de maintenance technique et l'entretien des bâtiments, attractions et espaces verts sont assurés depuis 2002 par la société Dikéos (aujourd'hui filiale du groupe Dalkia France)[5].

Selon l'INSEE, le site du Futuroscope génère au moins 10 600 emplois directs et induits[6].

Logos[modifier | modifier le code]

L'ancien emblème du parc était le Pavillon du Futuroscope, une sphère posée sur un prisme triangulaire. Depuis 2003, le symbole actuel est le Kinémax (un autre pavillon du parc), stylisé comme une fleur à cinq pétales de multiples couleurs symbolisant le futur, l'image, la sensation, l'émotion et la connaissance. Le logotype actuel depuis début 2007 utilise la police Platelet.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Attractions et expériences[modifier | modifier le code]

Le slogan principalement retrouvé dans les publicités à la télévision ou à la radio est « Faites vous plaisir, osez de nouvelles expériences ! ». Le terme d'« expérience » est employé depuis 2007 pour désigner chaque attraction du Parc[réf. nécessaire]. Ce concept de communication s'est inspiré de la définition même du mot expérience: « Tout ce qui est appréhendé par les sens et constitue la matière de la connaissance humaine »[7].

Programmation 2014[modifier | modifier le code]

Voici les attractions présentes sur le programme 2014, classées suivant leur numérotation :

Article détaillé : Pavillons du Futuroscope.

L'expérience du Futuroscope est diversifiée : spectacles vivants, simulateurs combinés aux images, parcours participatifs, activités de plein air et projection sur écrans géants.

La totalité des attractions sont intérieures, à l'exception du spectacle nocturne, des jeux de plein air et de quelques animations en accès libre.

Nom de l'attraction Nom du pavillon Description Durée
1 La Machine à voyager dans le temps Parcours scénique avec projections 3D et effets 4D, dans l'univers des Lapins Crétins 6 min
2 La Vienne Dynamique Pavillon de la Vienne Film dynamique avec effets sensoriels 12 min
3 Chocs Cosmiques Cosmoscope Film sur écran hémisphérique type planétarium 23 min
4 Voyageurs du Ciel et de la Mer Tapis Magique Film Imax sur deux écrans 16 min
5 Le Monde des Enfants 20 attractions et jeux en plein air Accès libre
6 Virus Attack Cinéma Dynamique 2 Film dynamique 5 min
7 Mission Hubble Imax 3D Film Imax 3D 32 min
8 iMagic Imagic Spectacle vivant de grande illusion 25 min
9 8e Continent, le Jeu 360° Jeu interactif avec pistolets laser (CinemAction) 7 min
10 Lady Ô Théâtre alphanumérique / Lac aux Images Spectacle nocturne son et lumière (inclus dans la visite) 20 min
11 Cyber Avenue Galerie de jeux d'arcade Accès libre
12 La Gyrotour Tour d'observation 5 min
13 Destins sauvages Le Kinémax Film Imax 40 min
14 Habitat Zéro Carbone Maison bioclimatique Accès libre
15 Les Yeux Grands Fermés Pavillon de l'imaginaire Walkthrough sensoriel dans le noir 20 min
16 Les Ailes du Courage Pavillon de l'imaginaire Film 3D 40 min
17 Le Petit Prince Pavillon de l'imaginaire Film 4D 12 min
18 Monstres des Mers Solido Film Imax, 3D, écran hémisphérique 20 min
19 Arthur, l'Aventure 4D Imax 3D Dynamique Film 4D, dynamique, sur dôme Imax 5 min
20 Danse avec les Robots Pavillon des robots Robocoaster 2 min
22 La Cité Pavillon du Futuroscope Espace détente, jeux vidéo, installations artistiques multimédia Accès libre
23 Madagascar : Fragments de vie Exposition de photos géantes en plein air Accès libre
24 Le Jardin des Énergies Parcours interactif en plein air Accès libre
25 Everest Omnimax Film Imax, écran hémisphérique (ouverture les jours de grandes affluences)[8]. 40 min

Épices du Futuroscope[modifier | modifier le code]

Le Futuroscope présente aussi des animations, installations ou expositions extérieures, en accès libre. Depuis 2009, Le Parc accueille des œuvres de land'art sur un thème différent chaque année.

  • Passion d'avenir by Renault : exposition de 70 photos géantes en plein air.
  • Le Chemin vers l'infini : exposition de photos, à l'arrière de l'Imax 3D.
  • Land art et sculptures de Jean-Louis Toutain, œuvres d'art contemporain, disséminées sur tout le Parc.
  • Fantaisie Aquatique : spectacle aquatique de jour, sur le Lac aux Images.
  • L'Aquacirque : fontaines et spectacle aquatique sur la place de l'Europe.
  • Arboretum : l'évolution du végétal, tout le long de l'allée principale du Parc.

Histoire[modifier | modifier le code]

Compagnie des Alpes Groupe Amaury

Année Visiteurs

(en millions)

1987 0,225
1988 0,55
1989 0,75
1990 0,9
1991 1,0
1992 1,3
1993 1,9
1994 2,5
1995 2,8
1996 2,9
1997 2,8
1998 2,65
1999 2,35
2000 2,3
2001 1,95
2002 1,6
2003 1,16
2004 1,355
2005 1,435
2006 1,48
2007 1,60
2008 1,61
2009 1,68[9]
2010 1,825[10]
2011 1,741[11]
2012 1,730[12]
2013 1,464[12]

Le projet (1983-1987)[modifier | modifier le code]

René Monory, président du Conseil général de la Vienne, imagine au début des années 1980 une cité du futur. Le but de ce projet est de « créer les conditions les plus favorables au développement d'un département rural en perte de vitesse ». Ce projet auquel peu de personnes croyaient au départ a néanmoins abouti avec succès au site du Futuroscope que l'on connaît actuellement et qui ne cesse de grandir aujourd'hui, plus de 25 ans après sa naissance.

Le 24 octobre 1983, le conseil général de la Vienne décide le lancement d'un "observatoire du futur", un équipement présentant les nouvelles techniques de l'information et de la communication. Le 21 janvier 1984, l'"observatoire du futur" est baptisé "Futuroscope", il sera implanté sur les communes de Jaunay-Clan et Chasseneuil-du-Poitou. Un concours est lancé aux architectes : Le jury après deux délibérations choisit deux équipes lauréates ex-aequo : Laming-Salignat et Tuloup et associés avec pour mission de réaliser le projet Laming-Salignat. Compte tenu du nombre d'architectes ainsi concernés, tous les associés se sont effacés, laissant Laming et Tuloup poursuivre seul l'étude[réf. nécessaire].

Les membres de la Commission Futuroscope parcourent le monde à la découverte de différents concepts pour le site : en particulier, l'exposition internationale de Tsukuba au Japon (où ils ont découvert le procédé cinématographique Imax) et le parc EPCOT en Floride ont donné aux élus l'idée de concept d'un parc de loisirs à divertissement éducatif (ludotainment) avec des spectacles technologiques. Le 11 décembre 1984, pose de la première pierre du Pavillon du Futuroscope par René Monory et les élus du conseil général, « 475 millions de de secondes avant l'an 2000 » ; un parchemin symbolique est enfoui dans les fondations du bâtiment. Le 4 février 1985, le conseil général décide la création d'un espace plus vaste autour de ce bâtiment, un "Parc du Futur" avec plusieurs pavillons thématiques (cinéma, santé, agriculture, temps, communication…). En novembre 1985, le chantier du "pavillon du cinéma" (le Kinémax) débute.

Mais le projet du Parc évolue grandement au fil du chantier. Certains éléments initiaux du projet, tel que les Galaxies du futur, le Pavillon de la Santé, le Pavillon du Temps, le Pavillon de l'Agriculture, sont alors abandonnés. À leur place, d'autres pavillons présentant différents procédés cinématographiques sont créés les années suivantes : le Futuroscope devient peu à peu le Parc Européen de l'Image. Le projet de "Parc du Futur" se recentre alors pleinement sur les techniques de l'image. Le nom "Futuroscope", qui désignait seulement le tout premier pavillon, qualifie alors l'ensemble du site.

Pendant l'été 1986, le chantier du Futuroscope est accessible aux visiteurs. Thierry Breton, le futur ministre des Finances, en est nommé Directeur Général et ce jusqu'en 1990.

Montée en puissance (1987-1997)[modifier | modifier le code]

Le Parc du Futuroscope fut annoncé comme un parc tourné vers le futur et proposant des films toujours plus novateurs et régulièrement renouvelés dans un contexte technologique toujours plus avancé. Le but avoué était d'en prendre plein les yeux et de ressentir un maximum de sensations fortes.

Le projet gagne peu à peu en notoriété aux yeux de la classe politique locale et nationale, majoritairement sceptique jusqu'alors. Le 31 mai 1987, inauguration du Parc, en présence du premier ministre Jacques Chirac. Daniel Bulliard prend ses fonctions de président du directoire. Le Parc est ouvert jusqu'à fin août. Cette première partie comporte alors deux attractions majeures : le Kinémax et le Pavillon du Futuroscope, ainsi qu'une zone ludique, une petite usine robotisée (pavillon Tetra Pak) et deux restaurants (Le Cristal et L’Entracte). Non loin, une aire de formation et une aire d’activités technologiques, en chantier, commencent à former la Technopole du Futuroscope. En 1988, ouverture du premier Cinéma dynamique, du Monde des Enfants et du Showscan (1re partie du Pavillon de la Communication). En 1989, le Cinéma en relief, le Cinéma 360° et la deuxième partie du Pavillon de la Communication offrent aux visiteurs de nouveaux spectacles. Cette même année, le premier Palais des Congrès ouvre ses portes au cœur du Parc (actuellement les Illusions Magiques). La sixième étape du Tour de France arrive au Futuroscope. Le nombre de visiteurs augmente progressivement, passant de 255 000 visiteurs à son ouverture en 1987 jusqu'à 1 000 000 de visiteurs en 1991.

En 1990 l’Omnimax et la Gyrotour ouvrent[13]. Le Futuroscope produit son premier film en 360° sur le Tour de France cycliste dont le départ a lieu sur le site le 1er juillet. Le Tour de France 1990 part du Futuroscope. L'année suivante au printemps, ouverture du Cinéautomate, ainsi que l'accueil du millionième visiteur. En 1992, inauguration du Tapis Magique et des Paysages d’Europe. Le Futuroscope coproduit son premier film en relief, Thomas et les Lions. En 1993, inauguration du Solido[13].

Les débuts sont en effet très prometteurs et les visiteurs sont au rendez-vous, alors que le parc étend chaque saison son calendrier d'ouverture, jusqu'à rester ouvert toute l'année à partir de février 1994. En 1994, ouverture du Pavillon de la Vienne (La Vienne Dynamique) et du Cinéma Dynamique 2 au printemps, puis de l’Aquascope pendant l'été[13]. À l’occasion du centenaire du cinéma en 1995, inauguration d’Images Studio, un parcours scénique en omnimover[13]. Dans le même temps, un nouveau Palais des Congrès, offrant une capacité d’accueil plus importante, ouvre face à l’entrée du parc (Téléport 1). Le parc accueille l'émission Intervilles le 12 juillet qui se déroule sur le lac aux images. Création de la SEML "Futuroscope Destination", agence de réservation hôtelière et billetterie à distance. L'année suivante en 1996, ouverture de L’IMAX 3D, avec la projection de Guillaumet, les Ailes du Courage, une fiction en relief réalisée par Jean-Jacques Annaud. Le Showscan devient le Cinéma Haute Résolution.

Le Futuroscope fête ses 10 ans en 1997, et atteint cette année la barre des 2 900 000 visiteurs[réf. nécessaire], chiffre jamais égalé depuis. Un nouveau spectacle nocturne, Le Lac aux Images[13], est présenté cette année-là, le Cinéautomate devient Ciné-Jeu, et Cyber Avenue ouvre les portes du cybermonde aux visiteurs. Le Pavillon de la Communication présente un film produit par le Futuroscope, Les Autoroutes de l’Information.

Déclin, ère Amaury (1998-2002)[modifier | modifier le code]

En 1998, Cyber Avenue s’agrandit avec Cybermédia et offre désormais sur 1 600 m2 un vaste espace de découverte du multimédia, d’internet, et des jeux vidéo et virtuels. Imagic propose un spectacle mêlant l’image et l’illusion. Le Cinéma Dynamique 2 devient Astratour avec un film à la découverte des satellites produit par le Futuroscope ; le 17 juillet, le parc accueille de nouveau l'émission Intervilles. En 1999, ouverture des Images du Goût et de l’Atelier du Goût dans le Pavillon du Futuroscope[13].

Mais à partir de 1998, le parc connaît un lent déclin de sa fréquentation. Le Conseil général de la Vienne, considérant que le site du Futuroscope est parvenu à sa maturité, décide de céder le Parc au privé. Le site est toujours la propriété du département mais l'exploitation du Parc est cédée au Groupe Amaury en mars 2000 pour 42 millions d'euros.

En mars 2000, le Parc est racheté par le Groupe Amaury, puis prend le nom Planète Futuroscope l'année suivante. Philippe Laflandre alors devient directeur du Parc en remplacement de Daniel Bulliard. Le 1er avril, ouverture d’un simulateur en IMAX 3D : Le Défi d'Atlantis[13]. Le 13 juin, ouverture de la gare du Futuroscope qui permet aux visiteurs d’accéder directement au cœur du parc via une passerelle enjambant la RN 10. Le 1er juillet, le départ du 87e Tour de France cycliste se déroule au Futuroscope. Le 24 mars 2001 a lieu l’inauguration des nouveautés : CyberWorld à l'Imax 3D, OceanOasis au Kinémax, Superstition au Dynamique 1, et Métropole Défi au Ciné-Jeu. Le 18 avril, le Futuroscope accueille son 25 millionième visiteur. Au printemps 2002, ouverture de l'attraction Destination Cosmos, en remplacement du pavillon Aquascope, agrandi. Un nouveau spectacle nocturne conçu par Yves Pépin : Le Miroir d’Uranie et deux nouveaux films : Sur les traces du Panda au Kinémax, et Plongeurs sans Limite à l'Omnimax.

Mais le déclin de la fréquentation du parc s'aggrave, conduisant à des pertes en 2001 de l'ordre de 7,6 millions d'euros. Le parc, rebaptisé Planète Futuroscope début 2001, passe tout près de la faillite en 2002. Pour expliquer ces difficultés, on invoque un manque de renouvellement de ses attractions, une inexpérience du groupe Amaury dans le métier des parcs de loisirs avec une stratégie et une nouvelle identité mal définies.

Reprise et relance (2003-2007)[modifier | modifier le code]

En novembre 2002, le Parc est repris par le Conseil général de la Vienne, et réintégré dans le domaine public sous la forme d'une société d'économie mixte locale (SEML), dont les actionnaires sont le conseil général de la Vienne (60 % des parts) et le Conseil Régional Poitou-Charentes (20 % des parts) ; les 20 % des parts restants sont détenus par le privé (Groupe Amaury principalement). Dominique Hummel prend la direction du parc et fixe une politique de développement de nouveaux projets ambitieux. Le parc vise alors les 2 millions de visiteurs pour 2002, l'objectif est manqué avec 1,3 million de visites, en raison du retour d'une longue période de fermeture hivernale, tout en restant accessible pour les évènements d’entreprises et les forfaits hôteliers spéciaux. Un nouveau logo symbolise le Kinémax.

Le Futuroscope renouvelle huit de ses attractions en 2003, et commence à diversifier son offre vers des contenus plus interactifs, dont une nouvelle attraction, La Cité du Numérique, 2 films IMAX Space Station 3D et Percussions du Monde, 2 films dynamiques, 2 nouveaux spectacles, Les mélodies Aquatiques et Les Grandes Illusions, le Pavillon de la Créativité ainsi qu'une grande exposition de photographies en plein air. Fermeture de Métropole Défi. Tout au long de la saison des spectacles musicaux, du théâtre de rue, des festivals et des compétitions internationales (Coupe du monde de Jeux vidéo en juillet).

Le Parc est fermé le 11 novembre 2003, puis rouvre le 7 février 2004. En 2004, une politique tarifaire offensive est mise en place avec une réduction des prix d'entrée pour les jeunes. Un festival des meilleurs films IMAX est présenté en début de saison. Le Cinéma Dynamique 2 est doté des dernières innovations et propose plusieurs films. Jacques Perrin produit en exclusivité un nouveau film pour le Tapis Magique, Voyageurs du Ciel et de la Mer. Le Rêve d’Icare promet de nouvelles sensations à l'Omnimax. De nouveaux jeux virtuels font leur apparition à la Cité du Numérique. Trois nouveautés au Monde des Enfants : le Tourbillon, la Tour des Costauds et Éclabousse (renommé l'Aspergeoir en 2007).

Beaucoup d'attractions sont renouvelées en 2005, dont Star du Futur ! (remplaçant Images Studio), La Légende de l'Étalon Noir au Kinémax, un film dynamique Péril sur Akryls au Dynamique 1, et Les Yeux Grands Fermés, un parcours dans le noir dans le monde des non-voyants, présenté par des guides aveugles, au Pavillon de la Communication. En février, ouverture de Kegopolis Warriors, jeu grandeur nature, à la Cité du Numérique. Le 27 avril, le Parc reçoit son 30 millionième visiteur, et reprend sa place de 2e parc de loisirs le plus visité de France et de 5e d'Europe. Réhabilitation des boutiques de l'entrée : Comptoir de la Vienne, Spatium Bazaar, H2O, Signes du Monde, l' Alambik à Bombek. Une petite piste de ski est aménagée dans le Parc pour les vacances de Noël. Cependant, le parc ne reçoit que 1,43 million de visiteurs en 2005. Il a annoncé un chiffre d'affaires de 59 millions d'euros, en hausse de 10 % et consacre à la communication un budget équivalent à 10 % de ce chiffre d'affaires. Cet investissement permet de dynamiser le parc et d'attirer les visiteurs d'une année sur l'autre. Après avoir chuté à 40 % il y a quelques années, le taux de « revisites » est remonté à 60 %.

En 2006, le Parc innove sous le signe de l’Année des Robots : le 5 avril, inauguration de Danse avec les Robots dans le nouveau Pavillon des Robots, attirant environ 15 % de visiteurs de plus que l'année passée pour le seul mois d'avril. Le Parc coédite aussi avec FYP Éditions le livre Robots extraordinaires, chronologie inversée des robots dans tous les domaines de 2050 à 1950. Un robot peintre et des robots-chiens Aibo de Sony arrivent également à la Cité du Numérique. Le Zoo des Robots présente au 360° une exposition de 6 robots animés expliquant l'anatomie de vrais animaux. Un nouveau film en relief est diffusé à l’IMAX 3D, le Seigneur du Ring. Nouveau jeu au Monde des Enfants : Le Balancier des Fortiches. Un nouveau spectacle nocturne, la Forêt des Rêves, fait également partie des nouveautés de l'année. Arrivée de trois nouveaux actionnaires (Caisse des dépôts, Unibail, I.Parks), le Groupe Amaury quitte l'actionnariat. Plus d'1,4 million de visiteurs, soit un niveau légèrement supérieur à 2005.

Intervilles au Futuroscope affrontant Saintes contre Tours (2007).

En 2007, de nouveaux films IMAX sont diffusés : Sous les Mers du Monde au Solido et Expédition Nil bleu au Kinémax. La Vienne Dynamique devient La Vienne Dynamique + d'effets. L'exposition photographique "l'Odysée Sibérienne" de Nicolas Vannier est également enrichie, une autre exposition photo sur les 20 ans du Futuroscope voit le jour. Le Parc ouvre ses portes à l'art en accueillant dans ses allées des œuvres de land-art et des sculptures de Jean-Louis Toutain. En avril, nouvelle attraction aquatique (Splash Battle), Mission Eclabousse, au Monde des Enfants, en remplacement des bouées. Encore cinq nouveaux films au Meilleur du Dynamique. Le Cinéma 360° représente Couleurs Brésil lors de hautes affluences. Le logo de 2002 est légèrement modifié, se dotant de courbes, telle une composition florale. Le Parc fête son vingtième anniversaire le 2 juin avec un concert évènement en partenariat avec la radio Alouette. Le 9 juillet, le Parc accueille également le jeu télévisé Intervilles opposant Saintes et Tours, sur le Lac aux Images.

Premier rapport officiel[modifier | modifier le code]

En février 2007, la Cour des Comptes a consacré une partie[14] de son rapport annuel au "dossier Futuroscope" et a dressé un premier bilan officiel au sujet du parc d'attractions. Il apparaît notamment que plus de 240 millions d'euros de fonds publics ont été consacrés à cette initiative du conseil général de la Vienne et que l'avenir du Parc était particulièrement incertain. Ce rapport reprend de manière synthétique deux rapports d'observations définitives portant l'un sur la gestion de la société d'économie mixte locale exploitant le parc du Futuroscope et l'autre sur le département de la Vienne, rendus public début 2007[15],[16],. Antérieurement, la chambre régionale des comptes avait déjà examiné certains aspects liés au Futuroscope[17],[18].

Retour aux bénéfices (2008-…)[modifier | modifier le code]

Mais l'augmentation de la fréquentation en 2007 (1,598 million de visiteurs) et 2008 (1,61 million de visiteurs) permet enfin au parc de renouer avec les bénéfices.

En 2008, le Parc ouvre de nouveau du 9 février au 4 janvier 2009. Les Animaux du Futur, une nouvelle attraction de type dark ride, utilisant la technique de la réalité augmentée, est présentée dans un nouveau pavillon ouvert le 5 avril, entre les Jardins d'Europe et le Pavillon de la Vienne ; La Citadelle du Vertige, parcours-spectacle présenté au 360° ; ainsi que deux nouveaux films, Dinosaures à l' Omnimax (à la place de la Légende de l'Etalon Noir), et Laponie Express, au Cinéma Dynamique 1 (à la place de Péril sur Akryls), présenté dès décembre 2007, Glacier run au Meilleur du Dynamique. Un nouveau restaurant ouvre ses portes, Comptoirs du monde, en remplacement de Planète Burger. Le parc du Futuroscope accueille une nouvelle fois le jeu télévisé Intervilles en direct sur France 3, le 23 juin (Paris contre Marseille). Le 35 millionième visiteur est accueilli le 10 juillet. Le 27 décembre, 8000 personnes sont évacuées du Parc à la suite d'une fausse alerte à la bombe. En 2009, le Parc se dote d'un nouveau spectacle nocturne Le Mystère de la Note Bleue en remplacement de La Forêt des Rêves, de nouveaux films comme Chocs Cosmiques au Cosmoscope en remplacement de Destination Cosmos, Les Astromouches à l'Imax 3D en remplacement des Mondes Virtuels, Ecodingo au Cinéma dynamique 1 en remplacement de Laponie Express. En avril, le Monde des enfants est complété par 3 nouveaux jeux. Les Animaux du Futur se voit apporter quelques modifications (réouverture le 4 avril). Le fondateur du parc, René Monory, s'éteint le 11 avril 2009.

Fin 2009, le Parc renouvelle l'attraction Imax 3D dynamique avec Arthur, l'aventure 4D, attraction créée par Luc Besson, inspirée de l'univers d'Arthur et les Minimoys. Ouverte le 19 décembre 2009, cette attraction[19] reprend la technique du Défi d'Atlantis avec l'ajout d'effets sensoriels 4D, une file d'attente et un préshow à thème et deux ascenseurs panoramiques. Deux nouveaux films dès février 2010 : Blues sur la Louisiane au Kinémax, et Moi Van Gogh à l'Omnimax. De multiples aménagements ont lieu cette année : création pour le printemps d'un nouveau pré-show pour le Pavillon de la Vienne (dispositif scénique mêlant projection d'images sur mur d'eau), restructuration de l'Illico Resto au Monde des Enfants, rénovation du pavillon Imagic (augmentation de la capacité et nouveaux accès depuis les passerelles), nouvelles animations artistiques et interactives à la Cité du Numérique (Le Jardin des Arts), création d'une nouvelle zone ludique. Après une augmentation de fréquentation de 7 % entre 2008 et 2009 (avec des pointes à + 15 % en moyenne durant les vacances scolaires), la saison 2010 s'annonce encore plus forte avec une progression de 10 % de février à fin août[20] (avec un record de + 48 % de fréquentation lors du mois février[21]), due au succès de l'attraction Arthur, l'Aventure 4D ouverte à Noël 2009. La fréquentation du Parc dépasse 1,8 million de visiteurs à la fin de la saison 2010.

Reprise par la Compagnie des Alpes (2011-…)[modifier | modifier le code]

Fort d'un bon état de santé financière enfin retrouvée, la Compagnie des Alpes (CDA) a annoncé en mars 2010 son souhait d'entrer dans le capital du Futuroscope et en devenir le principal actionnaire[22]. Des négociations ont eu lieu avec le Conseil Général de la Vienne entre avril et octobre 2010 pour établir un nouveau montage financier. Le 14 janvier 2011, le Conseil Général de la Vienne transfère une partie de ses parts à la Compagnie des Alpes, pour 30 millions d'euros.

Une nouvelle SA, exploitant le Futuroscope, est créée à la place de la SEML actuelle, dont la CDA devient l'actionnaire principal à 43 %. Le Conseil Général de la Vienne constitue le restant des ses parts (38 %) dans une nouvelle société, la SEM Patrimoniale de la Vienne, avec d'autres actionnaires publics (Caisse des dépôts et consignations, Grand Poitiers, Communauté d'agglomération du Pays Châtelleraudais), l'actionnariat public disposant encore d'une minorité de blocage. Le Conseil Général de la Vienne continue de financer les nouvelles attractions et les travaux de grosses réparations jusqu'à fin 2011, la Société du Parc du Futuroscope les reprenant intégralement à sa charge dès début 2012. Le 2 janvier 2011, le Futuroscope annonce une fréquentation de 1,825 million de visiteurs pour l'année 2010 (+ 5 % par rapport à 2009). La fréquentation du parc est en hausse pour la septième année consécutive. Le chiffre d'affaires est de 87 millions d'euros (+ 10 % par rapport à l'année 2009)[10], avec un résultat net de 10 millions d'euros, le plus fort depuis 1987.

Dès février 2011, un nouveau film Imax au Solido (Monstres des Mers 3D), et un nouveau film dynamique au Dynamique 2 (Coup de foudre à Pizza Hill). Une nouvelle maison écologique, Ma maison pour agir, s'installe également au cœur du Parc. Dès avril, ouverture d'une nouvelle attraction ludique, interactive et multisensorielle : Le 8e Continent, au pavillon 360° (en remplacement de La Citadelle du Vertige). Début juillet, ouverture d'une nouvelle attraction en 4D sur Le Petit Prince au Pavillon de la Communication, renommé par la suite Pavillon de l'Imaginaire. Le 22 juillet, le Parc accueille son 40 millionième visiteur. En novembre 2011, Arthur, l'Aventure 4D est sacrée meilleure attraction au monde par l'association internationale Themed Entertainment Association[23]. Le 17 décembre, lancement anticipé de la saison 2012, marquant les 25 ans du Parc, avec l'ouverture officielle du Petit Prince et du nouveau spectacle iMagic de Bertran Lotth, mis en scène par Arthur Jugnot. Le Peuple du Futur, famille de personnages humains venant de l'an 2112, arrive sur le Parc à la rencontre des visiteurs.

En février 2012, nouvelle version de La Vienne Dynamique avec l'ajout d'écrans latéraux en salle et passage au numérique ; lancement du Festival Imax, reprogrammation de 6 films ayant marqué les visiteurs durant l'histoire du Parc. En avril 2012, augmentation de la capacité du Cinéma Dynamique 2 et fermeture définitive du Cinéma Dynamique 1 ; ouverture du Jardin des Énergies, nouveau parcours en lieu et place des Jardins d'Europe. Le samedi 23 juin 2012, le Parc célèbre ses 25 ans avec un grand concert gratuit en partenariat avec Alouette, rassemblant 18 000 spectateurs. L'attraction Les Animaux du Futur ferme définitivement ses portes le 30 septembre 2012 pour laisser la place à un nouveau projet en 2014. Le Cinéma Dynamique 1 ferme également définitivement ses portes en décembre 2012.

La saison 2013 s'annonce sur le thème de la musique. Une nouvelle version de l'attraction Danse avec les Robots, créée avec la participation du DJ Martin Solveig, est inaugurée le 22 décembre 2012. À partir de février, est présenté le nouveau spectacle nocturne Lady Ô, réalisé par Skertzò, sur une musique originale composée par Bruno Coulais et une histoire contée par Nolwenn Leroy ; le spectacle a été officiellement inauguré le 13 avril en présence de ces artistes. D'avril à août 2013, un film en relief avec effets sensoriels sur l'univers des Beatles, Fab 4D, est projeté au Pavillon de l'imaginaire en alternance avec Le Petit Prince. Hors de la thématique musicale, plusieurs nouveaux films sont projetés dès février : Destins Sauvages à l‘Imax 3D, et Tahiti Extrême au Kinémax, et un nouveau film dynamique, L'Attaque des Drones, qui enrichit la sélection du Festival du Dynamique. À partir d'avril, l'Aérobar, conçu par la société Aerophile SA, permet aux visiteurs de boire un verre à 35 mètres de hauteur, les pieds dans le vide avec un panorama sur les pavillons du Futuroscope.

Après une saison 2013 décevante en termes de fréquentation, le parc s'engage dans un nouveau plan de développement pour renouveler cinq pavillons dans les 4 années à venir, pour un investissement de 46 millions d'euros par la Compagnie des Alpes, plus 8 millions d'euros du département (en tant que propriétaire)[24]. Ce plan vise essentiellement à reconvertir la plupart des salles de projection IMAX et pavillons vacants en d'autres types d'attractions inédites.

Grande nouveauté 2014, une nouvelle attraction dans l'univers des Lapins Crétins créée en partenariat avec Ubisoft, La Machine à voyager dans le temps, ouvre en décembre 2013 dans l'ancien pavillon des Animaux du Futur. Dès février 2014, le nouveau film Imax Mission Hubble est proposé à l'Imax 3D, ainsi qu'un film dynamique inédit au Dynamique 2, Virus Attack, réalisé en partenariat avec l'INSERM. Fin août, le Parc annonce une hausse de fréquentation de + 17 % durant l'été 2014 par rapport à l'été 2013. Selon Dominique Hummel, 1 visiteur sur 2 déclare être venu au Futuroscope pour découvrir en premier lieu la nouvelle attraction des Lapins Crétins.

Profil des visiteurs[modifier | modifier le code]

En 2012[25], le parc réalise 38 % de ses ventes individuels sur internet [26], contre 31 % aux caisses du Parc.

Sa clientèle est à 94 % française, mais il accueille également des étrangers (6 % de la fréquentation totale), en partie grâce aux vols low-cost (aéroport de Poitiers-Biard). La clientèle étrangère est principalement espagnole pour 39% (3 millionième visiteur espagnol accueilli le 6 juin 2009[27]), puis britannique pour 24% (2 millionième visiteur britannique accueilli le 8 juillet 2010), du Benelux pour 23%, 9% de Suisse, et 5% d'autres pays.

60% des visiteurs sont des "revisiteurs". Les visiteurs sont à 77% des individuels, et à 20% des groupes, dont 10% de groupes d'adultes et 10% de scolaires (proportions en baisse depuis 2008, plus de 5,5 millions depuis 1987). Le Parc reçoit également 3 % de clientèle d'affaires, notamment en janvier, lorsque le parc est fermé au public.

On observe une nouvelle baisse de fréquentation du parc depuis la saison 2011, mais le panier moyen par visiteur continue à progresser.[réf. nécessaire]

Architecture[modifier | modifier le code]

Pavillon de la Vienne (La Vienne Dynamique).
Imax 3D Dynamique (Arthur, l'Aventure 4D).
Article détaillé : Pavillons du Futuroscope.

Les pavillons du Futuroscope sont signés par l'architecte Denis Laming. Ces bâtiments sont principalement composés de métal, de verre semi-réfléchissant, d'alucobond, matériaux modernes. L'emploi de formes géométriques élémentaires (sphère, triangle, cube, cylindre…) ou minérales (goutte d'eau, cristal…) donne aux pavillons un style à la fois moderne et intemporel, présentés comme des « archisculptures ».

L'emploi des noms des pavillons n'est presque plus utilisé publiquement depuis 2001, au profit du nom du film ou de l'expérience qu'ils contiennent.

Voici la liste des années d'ouverture des principaux bâtiments et espaces en plein air :

Année Pavillon ou espace Commentaires
1987 Pavillon du Futuroscope, Kinémax, Théâtre alphanumérique La sphère blanche surplombant le pavillon est démontée en octobre 2012 suite à l'usure et à la rouille de sa structure métallique[28].
1988 Dynamique 1, Pavillon de la Communication* Le Pavillon de la Communication est bâti en trois phases, achevé en 1989.
1989 Cinéma 360°, Cinéma en Relief*, Le Monde des Enfants Cinéma en Relief est détruit en 2005.
1990 Gyrotour, Omnimax Salle ouverte à Omnimax en 1990, cube construit en 1991.
1991 Cinéautomate, Lac II (Monde des Enfants) Cinéautomate est fermé depuis 2003.
1992 Tapis Magique, Paysages d'Europe* * Sera transformé de tow boat ride en walkthrough en 2000 (le Jardin des Énergies en 2012)
1993 Solido
1994 Pavillon de la Vienne, Aquascope, Dynamique 2
1995 Images Studio Fermé depuis 2010.
1996 Imax 3D
2000 Imax 3D Dynamique, Gare TGV-Futuroscope
2002 Cosmoscope Extension et reconversion de l'Aquascope.
2006 Pavillon des Robots Emplacement de l'ex-Cinéma en Relief.
2008 Les Animaux du Futur

Technopole[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Technopole du Futuroscope.
Logo de la Technopole.

Sous l'impulsion du conseil général de la Vienne, s'est développée en même temps que le parc une technopole, organisée en cinq "téléports" sur 200 hectares, en construction permanente. Plus de 160 entreprises sont installées sur le site pour une surface de plus de 150 000 m2 de bureaux. En 2006, la technopole a construit en plus 25 000 m2 de bureaux pouvant accueillir tout types d'entreprises[29]. Un parc hôtelier propose 2 000 chambres allant de une à quatre étoiles[30]. La Technopole a attiré environ 3 000 étudiants[31] et un peu plus de 700 chercheurs qui travaillent en laboratoire sur les études aérodynamiques, les combustions, la mécanique et la physique des matériaux, mais aussi dans les domaines de l'aéronautique, des biomécaniques et des nouvelles technologies[32]. La technopole du Futuroscope possède également une cinquantaine de salles de réunion de toutes capacités en plus du Palais des congrès de 8 000 m2[30].

Le site comprend entre autres les locaux du Cned, le Lycée pilote innovant (LPI) de Jaunay-Clan), une formation en intelligence économique et une en Communication à l'ICOMTEC, une antenne de l'ESCEM, une formation de la faculté de droit de Poitiers (le Magistère en droit des TIC), une partie de la faculté des sciences de l'Université de Poitiers (le SP2MI) et l'ENSMA depuis 1993), l'IAAT, un Palais des Congrès (1995) remplaçant l'ancien auparavant au sein du Parc, une antenne du CNASEA, le centre d'appel de Carglass, la direction d'Aréas Assurances, une pépinière du Centre d'Entreprises et d'Innovation de la Vienne, le nouveau siège de la Chambre de commerce et d'industrie de la Vienne, le centre européen de recherche et de formation de ZTE

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'expression "Futuroscope de Poitiers", fréquemment utilisée dans les médias, est donc incorrecte.
  2. Classement des parcs d’attractions Français les plus visités en 2012, Chiffres Themed Entertainment Association 2012
  3. Communiqué de presse 14/05/2014
  4. [ http://www.dailymotion.com/video/xovf03_les-contrats-de-professionalisation_news Vidéo : Les contrats de professionnalisation au Futuroscope]
  5. [ http://www.dikeos.fr/ Site de Dikéos]
  6. Actualités Insee Poitou-Charentes no 115 - septembre 2013
  7. Le Petit Larousse
  8. « Everest - omnimax, 19/04/2014 »
  9. Dépêche AFP, 3 janvier 2010
  10. a et b TEA Global Attractions Attendance Report 2011, p. 26-27
  11. TEA Global Attractions Attendance Report 2011, p. 47
  12. a et b TEA Global Attractions Attendance Report 2013, p. 53
  13. a, b, c, d, e, f et g « Futuroscope : son histoire », sur http://www.location-poitiers.com/ (consulté le 30 avril 2012)
  14. Trois aménagements à vocation culturelle et de loisirs - voir pages 458 à 465 [PDF]
  15. [PDF] Rapport consacré en 2006 au Parc du Futuroscope.
  16. [PDF] Rapport consacré en 2006 en particulier à la vente et au rachat du parc par le département de la Vienne
  17. [PDF] Rapport consacré en 2002 aux investissements du département de la Vienne dans le parc
  18. [PDF] Rapport consacré en 2006 au Palais des congrès du Futuroscope
  19. Article d'Arnaud Wajdzik dans Ouest-France, http://www.ouest-france.fr/actu/multimedia_detail_-Arthur-4D-clou-du-Futuroscope_3725-1385116_actu.Htm
  20. [PDF] Communiqué de presse du Parc, 27 août 2010.
  21. http://www.tourmag.com/Futuroscope-la-frequentation-decolle-en-fevrier_a37183.html
  22. Communiqué du Conseil Général de la Vienne, 3 juin 2010. http://www.cg86.fr/TPL_CODE/TPL_ACTUALITE/PAR_TPL_IDENTIFIANT/123/273-actualites.htm
  23. Futuroscope : Arthur 4D reçoit son prix à Los Angeles - La Nouvelle République du Centre-Ouest.fr
  24. Le Futuroscope va investir 46 M€La Nouvelle République du Centre-Ouest.fr, 16 janvier 2014
  25. Dossier corporate 2013 sur le site Presse du Futuroscope
  26. Le site internet du Futuroscope récompensé d’un Top Com d’Or, PressMyWeb.com, 6 novembre 2012
  27. [PDF] Communiqué de presse, 8 juin 2009
  28. Le Futuroscope perd la boule… - octobre 2012
  29. voir http://www.futuroscope-technopole.com/20_bureaux/bureaux.php
  30. a et b voir http://www.futuroscope-technopole.com/21_congressistes/congressistes.php
  31. voir http://www.futuroscope.com/l-entreprise
  32. voir http://www.futuroscope-technopole.com/19_chercheurs/chercheurs.php

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :