Lettret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lettret
Vue sur le village de Lettret
Vue sur le village de Lettret
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Arrondissement de Gap
Canton Canton de Tallard
Intercommunalité Communauté de communes de Tallard - Barcillonnette
Maire
Mandat
Rémy Oddou-Stefanini
2014-2020
Code postal 05130
Code commune 05074
Démographie
Gentilé Lettretiens
Population
municipale
176 hab. (2012)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 28′ 09″ N 6° 03′ 42″ E / 44.4691666667, 6.0616666666744° 28′ 09″ Nord 6° 03′ 42″ Est / 44.4691666667, 6.06166666667
Altitude 600 m (min. : 591 m) (max. : 960 m)
Superficie 4,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte administrative des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Lettret

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Lettret

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lettret

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lettret
Liens
Site web lettret.fr

Lettret est une commune française située dans le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Lettretiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Étymologie du toponyme : 'Lettret' pourrait avoir la même origine que le mot français 'étroit', et le latin 'strictus' du même sens. On retrouve un homophone Le Trait. C'est sur les rives de la Seine. Le lieu a une configuration similaire. Le vieux village était adossé à une falaise et exposé sud. Il est fort probable que la situation du village, dans ce passage étroit est à l'origine du toponyme.
  • Graphies: Lettret, en occitan 'L'estrech'. (on trouve un hameau 'Estrech' dans la même configuration à Saint-Paul-sur-Ubaye). Elle apparaît dans les écrits en 1271 sous le nom latin de 'Villa strictus' et 'Villa de Strictis'. On la retrouve en 1317 en 'Castrum de Strechis'. Ce toponyme va évoluer en 'Strichti', 'Estrichti', et 'L'Etroig' dans les archives du château Picomtal des Crots. En 1789, comme tant de communes françaises, se retrouve rebaptisé en 'Le Trait'[1].
  • Prononciations locales : ....

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1805 1805 Dominique Ricard    
1805 1806 Pierre Faure    
1806 1821 Louis Bonhomme    
1821 1832 Jean-Pierre Davin    
1832 1841 Pierre, Antoine Ricard    
1841 1843 Melchior Farnaud    
1843 1863 Jean-François Laffrey    
1863 1865 Achille Faure    
1865 1884 Jean-Jacques Farnaud    
1884 1888 Eugène Leautier    
1888 1893 Emile Ricard    
1893 1901 Eugène Champollion    
1901 1904 Auguste Dusserre    
1904 1908 Emile Ricard    
1908 1929 Auguste Jauffret    
1929 1934 Jacques Farnaud    
1934 1935 Adrien Devoluy    
1935 1945 Jacques Farnaud    
1945 1948 Joachim Mallet    
1948 1959 Aimé Farnaud    
1959 1964 Carmen Mallet    
1964 1969 Jacques Farnaud    
1969 1978 Henri Vidou    
1978 2001 Georges Cogno    
2001 avril 2009 Jean-Michel Portigliati UMP  
mai 2009 juin 2011 Michel Rousselle    
juin 2011 mars 2014 Gérard Parmentier    
avril 2014 en cours Rémy Oddou[2] DVG Maitre de conférences

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 176 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
130 125 114 134 128 105 121 131 129
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
127 128 118 114 118 117 128 105 108
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
90 81 90 73 84 72 70 59 67
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012
73 61 55 81 92 109 153 165 176
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. VOCABULAIRES et TOPONYMIE des pays de MONTAGNE Robert LUFTClub Alpin Français de Nice – Mercantour 2006
  2. « Liste des maires du département des Hautes-Alpes (mise à jour 15 mai 2014) », sur le site de la préfecture des Hautes-Alpes,‎ (consulté le 14 mars 2015).
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2012.