La Motte-en-Champsaur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Motte-en-Champsaur
Le village de la Motte.
Le village de la Motte.
Blason de La Motte-en-Champsaur
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Gap
Canton Saint-Bonnet-en-Champsaur
Intercommunalité Communauté de communes du Champsaur
Maire
Mandat
Bernard Nicolas
2014-2020
Code postal 05500
Code commune 05090
Démographie
Population
municipale
221 hab. (2011)
Densité 4,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 44′ 00″ N 6° 04′ 08″ E / 44.7333333333, 6.06888888889 ()44° 44′ 00″ Nord 6° 04′ 08″ Est / 44.7333333333, 6.06888888889 ()  
Altitude Min. 1 014 m – Max. 3 164 m
Superficie 52,8 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte administrative des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
La Motte-en-Champsaur

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
La Motte-en-Champsaur

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Motte-en-Champsaur

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Motte-en-Champsaur
Liens
Site web la-motte-en-champsaur.com

La Motte-en-Champsaur est une commune française située dans le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Motte est une commune du Champsaur, située dans la vallée de la Séveraissette. Le point culminant de la commune est le Vieux Chaillol (3 163 m). Le chef-lieu est situé exactement au débouché de la vallée sur la vallée du Drac, où va se jeter la Séveraissette.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom occitan mota, transcrit « motte » en français, désignait une butte ou hauteur, éventuellement artificielle, sur laquelle on construisait un château fort[1]. Comme de nombreux autres villages de l'aire occitane ou francoprovençale (La Motte-du-Caire (Alpes-de-Haute-Provence), La Motte-d'Aveillans (Isère), etc.), la Motte-en-Champsaur a donc comme origine un château, aujourd'hui disparu.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1931, la commune de Molines, située en amont sur la Séveraissette, a été intégrée à la Motte, qui a donc étendu son territoire à la totalité du haut bassin de la Séveraissette.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[2]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Claire Bouchet DVG suppléante du député PRG Joël Giraud
mars 2014 en cours Bernard Nicolas    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 221 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
407 438 429 350 409 408 427 427 448
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
435 431 408 395 384 429 403 397 417
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
388 408 307 301 310 314 313 289 238
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
222 182 151 167 155 177 176 175 204
2011 - - - - - - - -
221 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de la Motte

L'église paroissiale, au village ; la chapelle de Molines, dans l'intérieur.

La vallée de la Séveraissette, qui pénètre profondément dans le massif en direction de l'est ; route carrossable jusqu'à Molines-en-Champsaur (5 kilomètres). En saison sèche, la rivière accuse une perte sur plusieurs kilomètres, et dévoile un lit caillouteux.

Le hameau de Molines-en-Champsaur, ancien village retiré à l'intérieur du massif (altitude 1 250 m), point de départ de randonnées pédestres vers le vallon du Roy (ruines d'anciens habitats, alt. 1 400 m) et le sommet du Vieux Chaillol (alt. 3 163 m) par l'ouest.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

« De gueules au chardon d'or accompagné de trois croissants du même, deux en chef et un en pointe. »[5].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Astor, Dictionnaire des noms de familles et noms de lieux du Midi de la France, Éditions du Beffroi, Millau, 2002, (ISBN 2-908123-59-2), pp. 526-527.
  2. Site de la préfecture des Hautes-Alpes, consulté le 9 mai 2008 (fichier au format Excel)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  5. Champsaur, sur vexil.prov.free.fr, site de la Vexillologie provençale