Buissard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Buissard (homonymie).
Buissard
Le hameau de Rissents vu de Buissard-village
Le hameau de Rissents vu de Buissard-village
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Gap
Canton Saint-Bonnet-en-Champsaur
Intercommunalité Communauté de communes du Champsaur
Maire
Mandat
Charles Paravisini
2014-2020
Code postal 05500
Code commune 05025
Démographie
Gentilé Buissardins
Population
municipale
184 hab. (2011)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 39′ 27″ N 6° 08′ 45″ E / 44.6575, 6.145844° 39′ 27″ Nord 6° 08′ 45″ Est / 44.6575, 6.1458  
Altitude Min. 1 026 m – Max. 1 340 m
Superficie 2,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte administrative des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Buissard

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Buissard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Buissard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Buissard

Buissard est une commune française située dans le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Buissardins.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Buissard est situé sur la rive droite du Drac, en bas des pentes du pic Queyrel, au sud-ouest du massif des Écrins. La commune a la forme d'un triangle bordé par le torrent de Buissard au nord et à l'ouest, le ravin de la Chapelle à l'est, et le Drac au sud. Le territoire de la commune, fortement accidenté, est constitué de bocages herbeux ; le voisinage du Drac associe taillis et étendues caillouteuses.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 292 hectares ; l'altitude varie entre 1 026 et 1 340 mètres[1].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La route de Saint-Bonnet à Chabottes passe au bas de la commune. On n'accède aux villages de Buissard ou de Rissents que par deux petites routes montant de la « nationale », qui se croisent entre les deux villages.

Saint-Bonnet-en-Champsaur, chef-lieu du canton, est à six kilomètres à l'ouest de Buissard. Gap, la préfecture, est à une vingtaine de kilomètres au sud, par Pont-de-Frappe et le col de Manse.

Le réseau départemental 05voyageurs dessert Buissard par un « Service régulier à la demande » (SRD)[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Lieudits et hameaux[modifier | modifier le code]

La population de la commune est principalement regroupée dans deux villages : Buissard, qui donne son nom à la commune, au centre, et Rissents, le chef-lieu administratif, à l'ouest, sur un promontoire. Des constructions nouvelles se développent le long de la route qui borde le Drac, autour du lieudit les Vachiers.

Logement[modifier | modifier le code]

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 113, alors qu'il était de 84 en 1999[a 1].

Parmi ces logements, 70,3 % étaient des résidences principales, 28,7 % des résidences secondaires et 1,0 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 80,8 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 19,2 % des appartements[a 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 76,7 %, stable par rapport à 1999 (77,8 %)[a 3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 11[3].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie, au hameau de Rissents
Liste des maires successifs[4]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1995 mars 2001 Patrick Pellegrin    
mars 2001 mars 2008 Jean-Pierre Vallet    
mars 2008 en cours Charles Paravisini    

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Buissard relève du tribunal d'instance de Gap, du tribunal de grande instance de Gap, de la cour d'appel de Grenoble, du tribunal pour enfants de Gap, du conseil de prud'hommes de Gap, du tribunal de commerce de Gap, du tribunal administratif de Marseille et de la cour administrative d'appel de Marseille[5].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 13 août 2013, Buissard n'est jumelée avec aucune commune[6].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 184 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
197 183 193 189 212 207 194 181 198
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
187 189 193 173 154 152 176 142 142
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
142 152 135 122 112 101 118 107 118
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
109 102 91 111 100 100 156 164 184
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Buissard est située dans l'académie de Grenoble.

Elle n'administre ni école maternelle ni école élémentaire communales[9].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 32 237 €, ce qui plaçait Buissard au 10 337e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[10].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 104 personnes, parmi lesquelles on comptait 77,9 % d'actifs dont 69,5 % ayant un emploi et 8,4 % de chômeurs[a 4].

On comptait 18 emplois dans la zone d'emploi, contre 19 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 74, l'indicateur de concentration d'emploi[Note 3] est de 24,5 %, ce qui signifie que la zone d'emploi n'offre qu'un emploi pour quatre habitants actifs[a 5].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2010, Buissard comptait 25 établissements : 11 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 3 dans l'industrie, 4 dans la construction, 2 dans le commerce-transports-services divers et 5 étaient relatifs au secteur administratif[a 6].

En 2011, trois entreprises ont été créées à Buissard[a 7].

Un chantier d'extraction de matériaux du lit du Drac est installé au pied de Buissard.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église au hameau de Rissents.

La commune contient quatre monuments et neuf objets répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[11] :

  • une ferme construite en 1774[12] où l'on peut voir un linteau remarquable[13]
  • l'église paroissiale Saint-Barthélémy construite en 1848-1859 et sise au lieu-dit Rissents[14] qui contient elle-même :
    • le tableau Remise du Rosaire à saint Dominique et sainte Catherine de Sienne[15] ;
    • le tableau la Bonne mort de saint Joseph[16] ;
    • le tableau Martyre de saint Barthélémy[17] ;
    • la croix de procession[18] ;
    • la statuette Immaculée Conception[19] ;
    • la statue saint Joseph[20] ;
    • l'autel[21] ;
    • le mobilier[22] ;
  • une ferme construite en 1859[23] ;
  • des fermes construites entre 1774 et 1872[24].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  3. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  5. EMP T5 - Emploi et activité.
  6. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  7. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne]
  2. Site 05voyageurs
  3. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  4. Site de la préfecture des Hautes-Alpes, consulté le 9 mai 2008 (fichier au format Excel)
  5. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et ds libertés (consulté le 13 août 2013).
  6. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 13 août 2013).
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  9. « Annuaire : Résultats de recherche », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 13 août 2013).
  10. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 novembre 2012).
  11. « Buissard », base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Ferme », base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Linteau », base Palissy, ministère français de la Culture
  14. « Église paroissiale Saint-Barthélémy », base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « tableau (tableau d'autel) : Remise du Rosaire à Saint Dominique et sainte Catherine de Sienne », base Palissy, ministère français de la Culture
  16. « la Bonne mort de saint Joseph », base Palissy, ministère français de la Culture
  17. « Martyre de saint Barthélémy », base Palissy, ministère français de la Culture
  18. « Croix de procession », base Palissy, ministère français de la Culture
  19. « Statuette : Immaculée Conception », base Palissy, ministère français de la Culture
  20. « Statue (demi-nature) : saint Joseph », base Palissy, ministère français de la Culture
  21. « autel (2, en pendant, autel tombeau, autel secondaire) : autel de la Vierge, autel de saint Joseph », base Palissy, ministère français de la Culture
  22. « Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Barthélémy », base Palissy, ministère français de la Culture
  23. « tableau (tableau d'autel) : Remise du Rosaire à Saint Dominique et sainte Catherine de Sienne », base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. « Fermes », base Mérimée, ministère français de la Culture