Le Bersac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Bersac
Blason de Le Bersac
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Arrondissement de Gap
Canton Canton de Serres
Intercommunalité Communauté de communes du Serrois
Maire
Mandat
Dominique Drouillard
2014-2020
Code postal 05700
Code commune 05021
Démographie
Gentilé Bersacois
Population
municipale
152 hab. (2011)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 24′ 45″ N 5° 45′ 02″ E / 44.4125, 5.7506 ()44° 24′ 45″ Nord 5° 45′ 02″ Est / 44.4125, 5.7506 ()  
Altitude Min. 636 m – Max. 1 299 m
Superficie 8,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Bersac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Bersac

Le Bersac est une commune française située dans le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Bersacois.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune Le Bersac est située à 4 km de Serres.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le Bersac portait autrefois le nom de Barsanum. Dans ce cas, on trouve l’origine de ce mot dans les langues latine et grecque : de « Bar », en grec signifiant un lieu ou un air (dans le sens de pesanteur, comme baromètre) et de sanum qui en latin signifie sain, pur. Ainsi le Bersac devrait son nom à l’air sain qu’y s’y respire, et à la brise légère, même les jours de canicule.

Une autre théorie explique que le Bersac-Barzas en 1203, devrait son nom à celui d’un homme gaulois « Bergius » avec le suffixe « -acum » indiquant la propriété. Cette théorie est reprise par André Faure dans son ouvrage « Noms de lieux et noms de familles des Hautes-Alpes ».

Le Bersac était un hameau du village important de Savournon.

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Des ateliers de débitage et de polissage du silex ont été mis au jour au lieu-dit Serre Muret dont on conserve les collections au musée de Gap. Une densité insolite de tumuli se trouve sur la rive gauche du Buëch, notamment au quartier de Guire : c’est l’indice d’un important peuplement à l’époque de l’Homo Faber dont le mode de vie ne portait à bâtir que de petits hameaux défendus par des murailles de pierre sèche.

Le Bersac est accroché au flanc sud de la montagne d’Arambre. Celle-ci doit son nom probablement à cette déesse voconce Allambrina. En effet cette montagne est connue jusqu’au XVIIIe siècle sous le nom d’Allambre. Dans cette région, Allambrina était le nom d’une source-divinité, à laquelle les gaulois rendaient un culte spécial, comme ils le faisaient à l’encontre des sources pérennes.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
... avril 1793 Denis Debeaux ... ...
avril 1793 mars 1797 Jean Marrou ... ...
floréal An V août 1801 François Debeaux ... ...
thermidor An 9 mars 1814 Joseph Gabriel Brun ... ...
mars 1814 février 1829 Jean-Claude Moullet ... ...
février 1829 septembre 1848 Louis Marcel Brun ... ...
septembre 1848 août 1852 Dominique Bonthoux ... ...
août 1852 juin 1855 Louis Marcel Brun ... ...
juin 1855 janvier 1881 Jean-Louis Brun ... ...
janvier 1881 mai 1888 Sylvain Brun ... ...
mai 1888 mai 1892 Gratien Taxil ... ...
mai 1892 août 1897 Antoine Tourtet ... ...
août 1897 mai 1904 Salomon Givaudan ... ...
mai 1904 septembre 1906 Claristin Sube ... ...
septembre 1906 mai 1912 Zénon Reynaud ... ...
mai 1912 mai 1925 Etienne Roman ... ...
mai 1925 avril 1930 Ernest Isnard ... ...
avril 1930 avril 1944 Gabriel Lombard ... ...
avril 1944 mai 1953 Louis Martin ... ...
mai 1953 juin 1959 Gabriel Lombard ... ...
juin 1959 mars 1989 Robert Tourtet ... ...
mars 1989 mars 2001 Christian Brun ... ...
mars 2001 janvier 2004 Jacqueline Blanchard ... ...
janvier 2004 mars 2008 Christian Brun ... ...
mars 2008 en cours Dominique Drouillard[1] ... ...

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 152 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
180 179 198 167 212 199 203 227 219
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
204 196 192 172 177 205 190 173 150
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
153 168 148 124 123 109 101 103 107
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
125 112 102 118 97 134 154 154 155
2011 - - - - - - - -
152 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Distinctions culturelles[modifier | modifier le code]

Le Bersac fait partie des communes ayant reçu l’étoile verte espérantiste, distinction remise aux maires de communes recensant des locuteurs de la langue construite espéranto.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vestiges de la préhistoire
  • Maison seigneuriale du 15e s. remaniée
  • Église du XIXe s. (Saint-Laurent)
  • Musée privé de l’agriculture ; faune et flore

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la préfecture des Hautes-Alpes, consulté le 9 mai 2008 (fichier au format Excel)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011