Prunières (Isère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Prunières.
Prunières
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton La Mure
Intercommunalité Communauté de communes de la Matheysine, du Pays de Corps et des Vallées du Valbonnais
Maire
Mandat
Michel Toscan
2014-2020
Code postal 38350
Code commune 38326
Démographie
Population
municipale
377 hab. (2011)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 53′ 38″ N 5° 45′ 49″ E / 44.8938888889, 5.76361111111 ()44° 53′ 38″ Nord 5° 45′ 49″ Est / 44.8938888889, 5.76361111111 ()  
Altitude 820 m (min. : 592 m) (max. : 1 617 m)
Superficie 8,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative d'Isère
City locator 14.svg
Prunières

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique d'Isère
City locator 14.svg
Prunières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Prunières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Prunières

Prunières est une commune française située dans le département de l'Isère en région Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Pruniérans.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Prunières est située à 3 km de La Mure, sur la route des corniches du Drac qui conduit vers le lac de Monteynard. Situé en face du Trièves, ce village bénéficie d'un climat abrité des vents du nord (bise) qui balayent le plateau de la Matheysine.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Michel Toscan    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 377 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
323 325 296 308 376 364 345 345 293
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
310 337 316 292 312 307 293 275 267
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
236 249 235 232 220 237 223 294 374
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
348 331 268 263 299 312 351 373 376
2011 - - - - - - - -
377 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Puits des Rioux : Le puits des Rioux s'élève sur la commune de Prunières. Creusé en 1942 jusqu'à 400 m de profondeur, il s'appelait alors « Puits Henri de Renéville » en souvenir d'un des derniers propriétaires. En 1946, l'exploitation de l'anthracite est centralisée autour du bassin du Villaret de Susville. Un réseau de galeries est alors aménagé en sous-sol, desservi au nord et au sud par le puits du Villaret et celui des Rioux à Prunières. Malgré sa fermeture en 1986, le chevalement de mine ainsi que la salle des machines conservés sur le puits des Rioux témoignent de cette activité qui a marqué profondément l'identité de la Matheysine tout entière. Deux catastrophes majeures se sont produites sur le site : 8 morts le 16 janvier 1946 et autant le 4 mai 1971.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Communes de l'Isère