Khendjer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Détail du cartouche de Khendjer

Khendjer est un souverain de la XIIIe dynastie. Il est cité par le papyrus de Turin (6.20) mais l'histoire de son règne reste obscure. Des inscriptions relevées dans son complexe funéraire de Saqqarah mentionnent la 5e année de son règne (4 ans, 3 mois et 5 jours).

Peut-être d'origine palestinienne ou syrienne, il pourrait être le chef des forces militaires égyptiennes à l'extérieur de l'Égypte.

L'existence est ce pharaon est enregistrée sur deux papyrus, celui de Brooklyn et de Boulaq.

Amélineau a trouvé un sarcophage martelée à son nom dans le tombeau de Djer, roi à la Ire dynastie.

Selon Ryholt on aurait trouvé des joints cylindriques à son nom à Athribis, des joints de scarabée, et une lame de hache.

Serait-il le même pharaon que l'Horus Djedkheperou (fils d'Hor). Dans ce cas, il ne serait pas le descendant de Amenemhat VIII, mais son ancêtre. Il serait le dernier de la branche d'Hor Ier ?

Son épouse Senbhenas Ire, possède une pyramide dans le complexe funéraire de son époux à Saqqarah.

Sépulture[modifier | modifier le code]

On lui attribue une pyramide à Saqqarah.

D'une hauteur à l’origine de 37 m, et d’une superficie de 52,5 m2, elle se trouve entre la pyramide de Pépi II (VIe dynastie) et de Sésostris III (XIIe dynastie). Découverte en 1929 par Gustave Jéquier, elle est aujourd'hui ruinée et mesure moins d'un mètre.

Le noyau est composée de briques crues, et était recouvert de pierres à chaux, qui ont été récupérées par les tailleurs de pierre, dès l'Antiquité, d'où son état aujourd'hui.

Les structures souterraines du monument sont en parfait état. L'entrée, se trouvant au nord, était à l'origine pavée, avec une descenderie, avec en son milieu un escalier s'enroulant autour des chambres funéraires. Les herses n'ont jamais été mises en place.

La chambre funéraire est constituée d'un bloc de quartzite formant le sarcophage lui-même.

Le temple funéraire, maintenant en ruine, se trouve à l'est de la pyramide. Seuls quelques débris de colonnes et structure de soulagement ont été retrouvés, ainsi que des morceaux d'un pyramidion en granit noir, avec des hiéroglyphes au nom d'un roi Ouserkarê, peut être le nom de couronnement du roi.

Au nord de la pyramide se trouve une chapelle, placée sur une plate-forme, où on accède par deux escaliers. Avec sur le mur nord, une fausse porte en quartzite jaune, entourée par un mur en briques crues.

Au nord-est se trouve, une pyramide de culte, qui a servi de tombeau à deux de ses reines, non loin de tombeaux, que l'on pense appartenir à des membres de la famille royale.

Le complexe funéraire était fermée par un double mur, l'un sans doute en brique crue et l'autre en pierre de chaux.