Jan Peter Balkenende

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jan Peter Balkenende
Portrait de Jan Peter Balkenende
Portrait de Jan Peter Balkenende
Fonctions
15e Premier ministre des Pays-Bas
(49e chef du gouvernement)
22 juillet 200223 février 2010
(&&&&&&&&&&&027707 ans, 6 mois et 28 jours)
Monarque Beatrix
Gouvernement Balkenende I, II, III et IV
Coalition CDA-VVD-LPF (2002-2003)
CDA-VVD-D66 (2003-2006)
CDA-VVD (2006)
CDA-PvdA-CU (2006-2010)
CDA-CU (2010)
Prédécesseur Wim Kok
Successeur Mark Rutte
Chef politique de l'Appel démocrate-chrétien
1er octobre 20019 juin 2010
Prédécesseur Jaap de Hoop Scheffer
Successeur Maxime Verhagen
Biographie
Nom de naissance Jan Pieter Balkenende
Date de naissance 7 mai 1956 (58 ans)
Lieu de naissance Biezelinge (Pays-Bas)
Nationalité Néerlandaise
Parti politique Appel démocrate-chrétien (CDA)
Conjoint Bianca Hoogendijk
Religion Calvinisme
(Église des Pays-Bas)

Signature

Jan Peter Balkenende
Chefs du gouvernement des Pays-Bas

Jan Pieter Balkenende, dit Jan Peter, né le 7 mai 1956 à Biezelinge, est un homme politique néerlandais membre de l'Appel démocrate-chrétien (CDA).

Élu député aux élections de 1998, il devient chef du CDA trois ans plus tard, puis Premier ministre des Pays-Bas à partir de 2002. Il gouverne d'abord à droite avec une coalition rassemblant le CDA, les libéraux (VVD) et les populistes (LPF). Les dissensions de ces derniers conduisent à la chute du gouvernement moins de trois mois après sa mise en place, et les élections législatives anticipées convoquées peu après permettent à Balkenende de les remplacer par les libéraux de centre-gauche (D66). Ceux-ci quittent la coalition en 2006, après un différend concernant Rita Verdonk, ministre libérale de l'Immigration.

Un nouveau scrutin anticipé est convoqué et il se voit contraint de former une grande coalition l'unissant aux travaillistes (PvdA) et aux calvinistes (CU). Cette nouvelle alliance chute en 2010, du fait du refus du PvdA de maintenir la mission militaire en Afghanistan. Candidat à un quatrième mandat aux élections de 2010, Jan Peter Balkenende est sévèrement battu puisque le CDA, vainqueur des trois précédents scrutins, arrive en quatrième position, ce qui le pousse à annoncer le soir même son retrait de la vie politique.

Du fait de son visage juvénile, de sa coupe de cheveux et de ses lunettes, il a reçu dans le monde politique néerlandais le surnom de Harry Potter, repris régulièrement par les médias européens.

Éléments personnels[modifier | modifier le code]

Formation et carrière[modifier | modifier le code]

Il achève ses études secondaires à Goes en 1974, et entre à l'université libre d'Amsterdam, où il obtient une maîtrise en arts d'histoire en 1979, puis un maîtrise de droit l'année suivante.

Juriste au conseil des universités néerlandaises de 1982 à 1984, il travaille ensuite pendant quatre ans pour l'institut de recherche politique de l'Appel démocrate-chrétien (CDA) jusqu'en 1988. En 1992, il décroche son doctorat de droit.

Vie de famille[modifier | modifier le code]

Balkenende et son épouse, Bianca Hoogendijk, en 2006.

Il est le fils de Jan Pieter Balkenende, un marchand de céréales, et de Thona Johanna Sandee, qui était enseignante.

Il est marié à Bianca Hoogendijk et père d'une fille, Amelie, avec qui il vit à Capelle aan den IJssel. Il loua cependant un appartement à La Haye, et ne vécut donc pas au Catshuis, la résidence officielle du Premier ministre des Pays-Bas. Il fait en outre partie de l'Église protestante des Pays-Bas, qui prêche le calvinisme.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Après avoir été membre du conseil municipal d'Amstelveen, il est élu député à la seconde Chambre des États généraux lors des élections législatives de 1998, remportées par les travaillistes de Wim Kok. Il est alors choisi comme porte-parole du parti pour les finances tout en participant à d'autres sujets comme les affaires sociales, la justice ou les affaires intérieures. Dans son rôle de porte-parole, il a plaidé pour une réduction de la dette publique et un assainissement des finances publiques.

Il est élu président du groupe CDA le 1er octobre 2001, puis désigné tête de liste (lijsttrekker) de la formation le 3 novembre en vue des législatives du 15 mai 2002. Le jour du scrutin, le CDA engrange dix points supplémentaires et redevient, avec 43 députés sur 150, la première formation du pays.

Premier ministre (2002-2010)[modifier | modifier le code]

Premier mandat (2002-2003)[modifier | modifier le code]

Article connexe : Cabinet Balkenende I.

Jan Peter Balkenende est nommé Premier ministre des Pays-Bas le 22 juillet 2002, dix-huit jours après avoir été désigné formateur par la reine Beatrix. Il prend alors la tête d'une coalition gouvernementale rassemblant le CDA, le Parti populaire libéral et démocrate (VVD) et la Liste Pim Fortuyn (LPF, populistes). L'alliance s'écroule au bout d'à peine quatre-vingt six jours, du fait des dissensions internes à la LPF, et de nouvelles élections législatives sont convoquées pour le 22 janvier 2003.

Deuxième mandat (2003-2006)[modifier | modifier le code]

Article connexe : Cabinet Balkenende II.
J.P. Balkenende et le président polonais Aleksander Kwaśniewski en 2005.

Vainqueur du scrutin avec 44 sièges contre 42 au Parti du travail (PvdA), il forme une nouvelle coalition réunissant le CDA, le VVD et le parti réformateur de centre-gauche des Démocrates 66 (D66). Doté d'une courte majorité de 78 sièges sur 150, le gouvernement a procédé durant son mandat à la réforme des services publics, engagé une lutte plus sévère contre la criminalité, adopté une politique d'immigration plus stricte, notamment sous l'impulsion de Rita Verdonk, et procédé à une forte réduction des dépenses publiques. Ces mesures ont conduit à un fort mécontentement de l'opinion publique, notamment vis-à-vis de Balkenende et de son parti. Même si le CDA a réussi, à la surprise générale, à rester le premier parti du pays aux élections européennes, il a subi de lourdes pertes lors des élections locales de 2006. Au début de cette même année, du fait de son impopularité, il est victime d'une tentative de putsch interne visant à le faire remplacer par le ministre de l'Agriculture, Cees Veerman, qui refuse de s'y prêter et apporte son soutien au Premier ministre. Sa popularité connaît ensuite une nette remontée et il finit par dépasser le chef de l'opposition, le travailliste Wouter Bos.

Il a par ailleurs été, du 1er juillet 2004 au 31 décembre 2004, président du Conseil européen dans le cadre de la présidence tournante.

J.P. Balkenende et George W. Bush en 2008.

Gouvernement minoritaire (2006)[modifier | modifier le code]

Article connexe : Cabinet Balkenende III.

Le 30 juin 2006, il est de nouveau contraint de démissionner après le retrait des D66 de la coalition gouvernementale, qui entendent ainsi protester contre l'action de la ministre de l'Immigration Rita Verdonk, du VVD, suite aux révélations faites par la députée VVD Ayaan Hirsi Ali, née en Somalie et qui a menti lors de sa demande de naturalisation. Il prend alors la tête de son troisième cabinet, en réalité un gouvernement minoritaire intérimaire. Au scrutin anticipé du 22 novembre 2006, il arrive pour la troisième fois en tête avec 41 députés.

Troisième mandat (2006-2010)[modifier | modifier le code]

Article connexe : Cabinet Balkenende IV.

Le recul du VVD, l'effondrement des D66 et la percée du Parti pour la liberté (PVV) du populiste Geert Wilders rendant impossible toute alliance à droite, il choisit de former une coalition avec le Parti du travail (PvdA) de Wouter Bos et l'Union chrétienne (CU) d'André Rouvoet.

Suite à la crise financière de 2008, son gouvernement nationalise le 4 octobre 2008 le groupe Fortis Netherlands, qui inclut la banque Dutch ABN Amro[1]. Quelques jours plus tard, il nationalise partiellement l'assureur mondial Internationale Nederlanden Groep (ING), et le recapitalise avec plus de 10 milliards d’euros [2],[1]. Du fait des dissensions sur la question du maintien du contingent néerlandais en Afghanistan, il présente la démission de son gouvernement le 20 février 2010[3], le PvdA s'étant retiré de la coalition en raison de son opposition au maintien des Pays-Bas en Afghanistan. La démission est entrée en vigueur le 23 février.

De nouveau tête de liste du CDA pour les élections législatives anticipées du 9 juin 2010, son impopularité l'empêche de bénéficier du traditionnel « bonus du Premier ministre », et sa formation subit une terrible déroute puisqu'elle n'obtient que 21 sièges, étant ainsi rétrogradée au rang de quatrième force politique du pays, derrière le VVD, le PvdA et le PVV. Jan Peter Balkenende décide alors d'en assumer toute la responsabilité en renonçant à la direction du parti et à son siège de député. La durée de son mandat égale donc celle de son prédécesseur Wim Kok, mais il n'a jamais mené un seul mandat jusqu'au terme prévu.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]