Dirk Jan de Geer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dirk Jan de Geer
Image illustrative de l'article Dirk Jan de Geer
Fonctions
30e et 33e Président du Conseil des ministres des Pays-Bas
8 mars 192610 août 1929
Monarque Wilhelmine
Prédécesseur Hendrikus Colijn
Successeur Charles Ruijs de Beerenbrouck
10 août 19393 septembre 1940
Monarque Wilhelmine
Prédécesseur Hendrikus Colijn
Successeur Pieter Sjoerds Gerbrandy
Biographie
Nom de naissance Dirk Jan de Geer
Date de naissance 14 décembre 1870
Lieu de naissance Groningue
Date de décès 28 novembre 1960 (à 89 ans)
Lieu de décès Drapeau : Pays-Bas Soest
Nationalité néerlandaise
Parti politique Union chrétienne historique
Conjoint Maria Voorhoeve
Profession avocat
Religion Église réformée néerlandaise

Dirk Jan de Geer
Chefs du gouvernement des Pays-Bas

Jonkheer Dirk Jan de Geer (14 décembre 1870 - 28 novembre 1960) était un noble néerlandais, avocat, homme d'État conservateur et Président du Conseil des ministres des Pays-Bas (1926-1929, 1939-1940). Il fut disgracié pour avoir prôné un règlement de paix entre les Pays-Bas et l'Allemagne nazie en 1940.

Né à Groningue, il était un descendant de la famille de Geer peinte par Rembrandt. Après avoir obtenu son doctorat en droit en 1895, De Geer a travaillé comme journaliste et comme conseiller municipal de Rotterdam (1901-1907). Il fut membre du Parlement sous l'étiquette de l'Union chrétienne historique.

De Geer était un homme politique stable et respecté avant la guerre. Après la fin du cinquième cabinet Colijn, il fut appelé pour former un gouvernement. Cependant, il n'était pas formé pour le rôle de Premier ministre d'une nation en guerre. Quand les Allemands ont attaqué les Pays-Bas le 10 mai 1940, la situation s'envenima très vite et le gouvernement fut obligé de fuir pour Londres.

Une fois à Londres, De Geer préconisa la négociation d'une paix séparée entre les Pays-Bas et la Troisième Reich. Il déstabilisa son gouvernement et le moral néerlandais en déclarant ouvertement que la guerre ne pourrait jamais être gagnée. Il a finalement été démis de ses fonctions à l'initiative ferme de la reine Wilhelmine, et remplacé par Pieter Sjoerds Gerbrandy.

Plus tard, il fut envoyé avec une mission diplomatique aux Indes néerlandaises, actuelle Indonésie. Il n'y parvint jamais : lors d'une escale au Portugal, il partit et retourna auprès de sa famille aux Pays-Bas avec la permission des Allemands. Cela irrita la reine Wilhelmine, qui le traita de traître et de déserteur de la cause néerlandaise. Plus tard, écrivit une brochure controversée avec des « instructions » pour la population sur la façon de coopérer avec les Allemands. Wilhelmine l'avertit que s'il continuait à publier cet ouvrage, il serait poursuivi en justice après la libération. Il continua malgré tout la publication, et fut effectivement traduit en justice après la guerre. Il a été reconnu coupable et déchu de tous ses titres honorifiques. Il mourut 15 ans plus tard à Soest, aigri et toujours persuadé de son innocence.

Son petit-fils est Boudewijn de Geer (ex-footballeur), et son arrière-petit-fils Mike de Geer (également footballeur).