Parti pour la liberté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Partij voor de Vrijheid
Image illustrative de l'article Parti pour la liberté
Logo officiel
Présentation
Chef Geert Wilders
Fondation 22 février 2006
Siège Amsterdam
Première Chambre
10 / 75
Seconde Chambre
12 / 150
Parlement européen
4 / 26
Idéologie Nationalisme
Libéral-conservatisme
Euroscepticisme
Anti-Islam
Affiliation européenne Alliance européenne pour la liberté
Couleurs rouge, blanc et bleu
Site web www.pvv.nl

Le Parti pour la liberté (Partij voor de Vrijheid, abrégé PVV) est un parti politique nationaliste néerlandais fondé en 2006 par Geert Wilders.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 2 septembre 2004, le député Geert Wilders, élu du Parti populaire libéral et démocrate à la Seconde chambre, quitte son groupe parce qu’il était en désaccord avec la politique menée par son parti. Il décide de ne pas rendre son siège et de créer son propre groupe, le Groep Wilders, dont il était le seul membre. Il adopte des positions fermes mais nuancées sur ses thèmes de prédilection que sont l’immigration et la justice. Le 22 février 2006, le Parti pour la liberté est créé afin de se présenter aux élections législatives de 2006.

Au cours des années, le PVV connaît une ascension fulgurante : se présentant pour la première fois aux élections législatives en 2006, il obtient 5,9 % et 9 sièges à la Seconde chambre, devenant ainsi la cinquième force politique du pays. Aux élections européennes de 2009, le parti parvient à recueillir 16,9 % des suffrages, et reçoit alors 4 sièges (sur 25) au Parlement européen, il devient alors la seconde force politique du pays. Lors de sa première participation aux élections municipales en 2010, le PVV est arrivé en tête à Almere (9 sièges sur 39) et deuxième à La Haye (8 sièges)[1].

Les élections législatives de 2010, provoquées par la démission du gouvernement néerlandais, confirment la percée du parti sur la scène politique des Pays-Bas : il est en effet considéré comme le grand gagnant de ces élections, rassemblant 15,4 % des suffrages et passant de 9 à 24 sièges (sur 150) et devenant ainsi la troisième force politique du pays. À la suite de ces résultats, la reine Beatrix a demandé d’envisager une future coalition entre les libéraux du VVD et le PVV[2]. C’est finalement un gouvernement minoritaire qui est formé entre le VVD et le CDA mais avec le soutien du PVV. Cette stratégie du PVV est payante puisqu’en 2011, un sondage[3] montrait que 25 % des électeurs du PVV et 1/6 de l’ensemble des électeurs pensent que Geert Wilders est ministre du gouvernement Rutte.

Les élections législatives de 2012, provoquées à la suite du désaccord du parti avec le gouvernement Rutte sont un échec pour Geert Wilders. Le parti passe de 15 à 10 % des voix, au profit des libéraux et des sociaux-démocrates. le PVV entre dans l'opposition tandis que le PvdA et le VVD s'unissent pour gouverner et former ainsi le Cabinet Rutte II (79 députés, soit 52,9 % de sièges).

Ligne politique[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Son programme comprend des éléments nationalistes, conservateurs et libéraux : on compare les positions du parti sur certains sujets, notamment sa fermeté en ce qui concerne l’immigration et la justice, à celle de la populiste Liste Pim Fortuyn, mais il se définit davantage comme d’inspiration conservatrice et libérale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Parti pour la liberté.