Anders Fogh Rasmussen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rasmussen.
Anders Fogh Rasmussen
Anders Fogh Rasmussen, en 2008.
Anders Fogh Rasmussen, en 2008.
Fonctions
12e secrétaire général de l'OTAN
En fonction depuis le 1er août 2009
Prédécesseur Jaap de Hoop Scheffer
Successeur Jens Stoltenberg (désigné)
49e Premier ministre du Danemark
27 novembre 20015 avril 2009
(7 ans, 4 mois et 9 jours)
Monarque Margrethe II
Gouvernement Fogh Rasmussen I, II et III
Législature 64e, 65e et 66e
Coalition Venstre-KF
Prédécesseur Poul Nyrup Rasmussen
Successeur Lars Løkke Rasmussen
Ministre de l'Économie
18 décembre 199019 novembre 1992
Premier ministre Poul Schlüter
Gouvernement Schlüter IV
Prédécesseur Niels Helveg Petersen
Successeur Thor Pedersen
Ministre de la Fiscalité
10 septembre 198719 novembre 1992
Premier ministre Poul Schlüter
Gouvernement Schlüter II, III et IV
Prédécesseur Isi Foighel
Successeur Peter Brixtofte
Biographie
Date de naissance 26 janvier 1953 (61 ans)
Lieu de naissance Ginnerup (Danemark)
Nationalité Danoise
Parti politique Venstre
Diplômé de Université d’Aarhus
Religion Luthéranisme
(Église du peuple danois)

Anders Fogh Rasmussen
Ministres d'État danois

Anders Fogh Rasmussen (né le 26 janvier 1953) est un homme politique danois.

Nommé Premier ministre le 27 novembre 2001, il démissionne de ses fonctions le 5 avril 2009, après sa nomination, à la fonction de secrétaire général de l'OTAN, intervenue lors du sommet de l'OTAN Strasbourg-Kehl 2009. Il prend ses nouvelles fonctions le 1er août 2009, succédant au Néerlandais Jaap de Hoop Scheffer. Il sera remplacé le 1er octobre 2014 par le Norvégien Jens Stoltenberg.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et débuts en politique[modifier | modifier le code]

Il a dans ses jeunes années été le sosie du chanteur français Sacha Distel[1].

Économiste de formation il entre au parlement danois à 25 ans en 1978[2]. Il est plusieurs fois ministre dans le gouvernement conservateur de Poul Schlüter (1982-1993)[2], puis devient en 1998 président du parti libéral Venstre. Qualifié de personne « ne souriant que peu souvent » et « au contact direct pouvant aller jusqu'à la brutalité, » sa perception d'homme « de gauche » est très limitée, il est davantage considéré comme un ultralibéral « foncièrement américanophile »[1].

Premier ministre[modifier | modifier le code]

Il prend en 2001 la tête d'une coalition de centre-droit constituée de son parti libéral et du Parti populaire conservateur (Det Konservative Folkeparti en danois) qui a pris le pouvoir en 2001 avec le soutien du parti populaire danois (extrême droite) et qui a été réélue en février 2005 et en novembre 2007. Son gouvernement a adopté des mesures restrictives contre l'immigration en provenance de pays ne faisant pas partie de l'espace économique européen (en visant plus particulièrement les demandeurs d'asile et les mariages arrangés) et a gelé les taux d'imposition. Il a écrit plusieurs livres sur la taxation et la structure gouvernementale. De manière générale, Rasmussen est favorable à la libéralisation de l'économie, aux privatisations et pour un État de taille limitée.

Il succède dans cette fonction à Poul Nyrup Rasmussen, et après sa démission, est remplacé par Lars Løkke Rasmussen[1].

Réformes fiscales et administratives[modifier | modifier le code]

Pendant son mandat, certaines taxes ont baissé, mais les membres conservateurs de sa coalition ont réclamé encore plus de baisses d'impôts à plusieurs reprises. Il a également effectué une réforme administrative qui a diminué le nombre de communes et remplacé les treize comtés par cinq régions. De plus, une réforme concernant la police et le système judiciaire est en cours.

Politique étrangère[modifier | modifier le code]

Très impliqué en politique étrangère, on lui doit à l'issue de la présidence danoise de l'Union européenne lors du sommet européen de 2002, l'extension de l'Union aux pays de l'Est. Proche de l'administration Bush, il soutiendra en 2003 la guerre en Irak en y envoyant des troupes danoises, mettant fin à près de 100 ans de non engagement militaire du pays[2]. Il soutiendra la détention contestée de terroristes présumés à Guantánamo[2]. Sous son gouvernement, le Danemark sera l'un des premiers pays a envoyer des troupes en Afghanistan[2], faisant du Danemark le premier contributeur de l'Otan par le nombre de soldats impliqués rapporté à la population[2] (et celui qui a subi le plus de pertes proportionnellement à sa population[2]).

Secrétaire général de l'OTAN[modifier | modifier le code]

Anders Fogh Rasmussen est candidat au poste de Secrétaire général de l'Alliance atlantique pour la première fois en 1995, mais Jacques Chirac qui voit en lui « l'homme des Américains » met son veto[3].

Il est choisi pour remplacer Jaap de Hoop Scheffer au poste de secrétaire général de l'OTAN lors du sommet de Strasbourg-Kehl le 4 avril 2009, avec entre autres le soutien de la France, de l'Allemagne, du Royaume-Uni et des États-Unis ; à cette occasion, la Turquie exprime ses réticences envers cette candidature, notamment en raison de la gestion de Rasmussen des caricatures controversées de Mahomet publiées en 2005 dans un journal danois. Avant cette nomination, il était candidat à la présidence du Conseil européen, finalement remportée par Van Rompuy ; son désistement à la candidature venait précisément de cette nomination au secrétariat général de l'OTAN[réf. nécessaire].

Selon les révélations de WikiLeaks, les États-Unis l'auraient fait espionner en 2009, par l'intermédiaire d'un membre de son entourage[4] et mis sur écoute[1].

En mars 2014, à la suite du référendum en Crimée qui voit la majorité de la population voter pour l'indépendance de la péninsule vis-à-vis de l'Ukraine, il a des mots extrêmement sévères vis-à-vis de la Russie appelant à résister au « tyran » et déclarant ne pas exclure « un recours à la force »[5]. Sa dernière intervention à la tête de l'OTAN a lieu lors du sommet de Newport, au Pays-de-Galles, en septembre 2014[1].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est marié à Anne-Mette Rasmussen et a trois enfants. Il parle couramment l'anglais et il a une bonne connaissance du français[2],[6]. Il est propriétaire d'un mas près de Sète[1].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f [radio] Quentin Dickinson, Anders Fogh Rasmussen, secrétaire général de l'OTAN, France Culture (chronique radiophonique), coll. « Trait pour trait »,‎ 4 septembre 2014 (présentation en ligne, écouter en ligne). Chronique de min 18 s diffusée le 4 septembre 2014 sur France Culture.
  2. a, b, c, d, e, f, g et h "Portrait - Rasmussen, un fidèle allié des États-Unis à la tête de l'Otan", Le Point, 4 avril 2009.
  3. Eric Mousson Lestang, Les guerres du Danemark, La Nouvelle Revue d'Histoire, no 72, mai-juin 2014, p. 21-23
  4. (fr) tempsreel.nouvelobs.com : WikiLeaks - les États-Unis ont espionné le chef de l'OTAN.
  5. Crimée : à quoi joue le secrétaire général de l’OTAN ?, Dominique Jamet, bvoltaire.fr, 21 mars 2014
  6. Rasmussen répond en français à une interview enregistrée diffusée sur Soir 3, journal télévisé présenté par Patricia Loison, France 3, mercredi 22 juin 2011, 22h45.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]