Constantin III (empereur byzantin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Constantin III.
Constantin III
Empereur byzantin
Image illustrative de l'article Constantin III (empereur byzantin)
Monnaie à l'effigie d'Héraclius et de ses fils Constantin III et Héraclonas
Règne
11 février 641 - 25 mai 641
3 mois et 14 jours
Période Héraclides
Précédé par Héraclius
Suivi de Constant II
Héraclonas
Biographie
Nom de naissance Heraclius Novus Constantinus
Naissance 3 mai 612
Décès 25 mai 641 (29 ans)
Constantinople
Père Héraclius
Mère Fabia Eudocia
Épouse Gregoria Anastasia
Descendance Constant II
Théodose
Manyanh?
Liste des empereurs byzantins

Constantin III (latin : Heraclius Novus Constantinus, grec : Κωνσταντίνος Γ'), (né le 3 mai 612, mort le 24/25 mai 641) est brièvement empereur byzantin de 12 février à 24/25 mai 641. Il appartient à la dynastie Héraclide qui a régné de 610 à 711[1].

Constantin III est couronné en 613[modifier | modifier le code]

Fils d'Héraclius et de sa première femme, l'impératrice Fabia Eudocia, il est couronné et associé au trône comme coempereur dès le 22 janvier 613, mais monte finalement sur le trône avec son demi-frère Héraclonas, fils de l'impératrice Martine, seconde épouse d'Héraclius, lequel a été couronné en 638. Âgé de 29 ans tandis qu'Héraclonas n'en a que 15, il est l'empereur réellement responsable du gouvernement, bien qu'étant d'ailleurs de santé très précaire: même du vivant de son père, il ne fut apparemment jamais associé à aucune campagne militaire et ne quitta guère Constantinople. En 639 il prit le titre de consul. Il devra attendre 641 pour régner seul.

Organisation du sauvetage de l'Egypte avec Cyrus de Phase et politique de rapprochement avec Rome[modifier | modifier le code]

Il a notamment la tâche de défendre Constantinople contre les Perses de 622 à 629. Il s'emploie à organiser le sauvetage de l'Égypte, la province la plus riche et la plus peuplée de l'Empire, alors en pleine invasion musulmane: les troupes de l'émir Amr ibn al-As, entrées dans la province en décembre 639, y avaient déjà mis les forces byzantines en déroute pendant l'été 640 (bataille d'Héliopolis) et faisaient le siège de la forteresse de Babylone. Constantin rappelle le patriarche melkite d'Alexandrie et préfet d'Égypte, Cyrus de Phase, écarté par Héraclius pour avoir signé un accord avec les Musulmans. Il prépare avec lui l'envoi d'une nouvelle armée en Égypte, mais pendant ce temps Babylone d'Égypte tombe (en avril) et les troupes arabes se portent sur Alexandrie pour l'assiéger.

Il commence également à se rapprocher de Rome pendant son règne[2].

Règne du 12 février au 24/25 mai 641[modifier | modifier le code]

Constantin meurt le 24 ou 25 mai 641, après seulement quelques mois de règne, probablement des suites d'une tuberculose or phthisie chronique, mais Martine est accusée de l'avoir empoisonné afin que son propre fils accapare le pouvoir. Une révolte s'ensuivit contre Martine à qui on coupa la langue et Héraclius II qui eut le nez coupé et furent exilés[3]. Sous son règne, Constantin III supprima l’Ekthesis qui avait été proclamé par Héraclius en 638 et à laquelle avaient souscrit le patriarche Pyrrhus de Constantinople et tous les évêques. Ce décret avait été condamné par le pape Jean IV en 640 et avait causé la rupture avec l'Église de Constantinople[4].

Il fut sépulté dans l'église des Saints-Apôtres en Constantinople.

Constant II le Pogonat lui succède[modifier | modifier le code]

Constantin laisse deux fils de sa femme et cousine germaine Gregoria Anastasia, décédée après 650, fille du général Nicétas et de sa tante paternelle Gregoria : Héraclius (le futur Constant II) et Théodose, général en 654 et consul honoraire en 656, qui rallient très vite le soutien des ennemis de Martine et d'Héraclonas. Héraclius est proclamé empereur à l'âge de onze ans avec le soutien de l'armée avant la mort de son père. Il devient Constant II le Pogonat. C'est le patriarche Paul II qui est chargé de la régence. L'empire byzantin est alors réduit à la partie originelle ancienne de la Grèce, la Crête, Ravenne, Carthage et Ceuta[5]. Le sénat sera chargé de la régence[6].

Il peut aussi être le père de Manyanh, femme d'Yazdgard III, le dernier roi de Perse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :