Arménie byzantine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Histoire de l'Arménie
Image illustrative de l'article Arménie byzantine
Origines
Hayasa-Azzi • Nairi
Urartu
Armens
Royaume d'Arménie
Rois d'Arménie :
Orontides • Artaxiades • Arsacides
Histoire médiévale
Marzpanat
Arménie byzantine
Dynastie bagratide
Royaume de Vaspourakan
Arménie zakaride
Royaume arménien de Cilicie
Princes et rois arméniens de Cilicie
Domination étrangère
Domination ottomane
Domination perse
Domination russe
Génocide arménien
Chronologie du génocide arménien
Nombre de victimes du génocide arménien
Histoire moderne
Première république
Arménie soviétique
Séisme de 1988 en Arménie
Guerre du Haut-Karabagh
République d'Arménie
Autres
Chronologie de l'histoire de l'Arménie
Histoire militaire de l'Arménie
Histoire cartographique de l'Arménie

L'Arménie byzantine est la partie de l'Arménie historique qui a été incorporée à diverses époques à l'Empire byzantin.

Du IVe au VIIe siècle[modifier | modifier le code]

Les Byzantins et les Sassanides divisèrent l'Arménie en 387 et en 428, la partie orientale (Arménie perse) passant sous contrôle sassanide et la partie occidentale sous contrôle byzantin, jusqu'à ce que les Arabes reprennent la majeure partie du pays.

Xe et XIe siècles[modifier | modifier le code]

Dès la fin du Xe siècle, les royaumes bagratides et arçrouni de Grande-Arménie tombent les uns après les autres dans l'escarcelle byzantine : le Taron en 968[1], le Tayk en 1001[2], le Vaspourakan en 1021[3] ou 1022[4], Ani en 1045[5], Kars en 1065[6] ; seul le Lorri échappe aux empereurs[6]. Cette domination byzantine, qui voit l'essentiel de la noblesse arménienne migrer vers l'Anatolie et la Cilicie[6], est de courte durée : la menace seldjoukide pointe en effet à l'horizon.

La première incursion se produit en 1045-1046[7], suivie de bien d'autres, et, le 16 août 1064, le sultan Alp Arslan prend Ani[8]. La majeure partie de l'Arménie succombe alors aux assauts seldjoukides, à l'exception du Lorri et de la Siounie[9] ; la bataille de Manzikert, en 1071, consacre la conquête de l'Arménie[10], tout comme la rupture géographique de Byzance avec ce pays[11]. Le pays est alors intégré à la Perse seldjoukide et confié à différents émirs basés notamment à Dvin et à Ganzak[12], les derniers îlots (Lorri et Siounie) succombant au XIIe siècle[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Claude Cheynet (dir.), Le monde byzantin, vol. II : L'Empire byzantin (641-1204), coll. « Nouvelle Clio — L'histoire et ses problèmes », Presses universitaires de France, Paris, 2006 (ISBN 978-2-13-052007-8), p. 33.
  2. Jean-Claude Cheynet (dir.), op. cit., p. 37.
  3. Jean-Claude Cheynet (dir.), op. cit., p. 38.
  4. Gérard Dédéyan (dir.), Histoire du peuple arménien, Privat, Toulouse, 2007 (ISBN 978-2-7089-6874-5), p. 312.
  5. Jean-Claude Cheynet (dir.), op. cit., p. 41.
  6. a, b et c Gérard Dédéyan (dir.), op. cit., p. 313.
  7. René Grousset, Histoire de l'Arménie des origines à 1071, Paris, Payot,‎ 1947 (réimpr. 1984, 1995, 2008) (ISBN 978-2-228-88912-4), p. 585.
  8. René Grousset, op. cit., p. 615.
  9. René Grousset, op. cit., p. 616.
  10. René Grousset, op. cit., p. 629.
  11. Gérard Dédéyan (dir.), op. cit., p. 322.
  12. Gérard Dédéyan (dir.), op. cit., p. 327.
  13. Gérard Dédéyan (dir.), op. cit., p. 328.