Pyrrhus de Constantinople

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pyrrhus ou Pyrrhos de Constantinople († 1er juin 654 à Constantinople) a été le patriarche de Constantinople du 20 décembre 638 au 29 septembre 641, succédant à Serge Ier, et à nouveau entre le 9 janvier et le 1er juin 654.

Pyrrhus s’est montré l'un des plus durables partisans du monothélisme. Lors des émeutes qui suivent la mort de l'empereur Héraclius, il est renversé et exilé en Afrique. Pyrrhus est rappelé d'exil sous le règne d’Héraclonas et de sa mère Martine. Il est renversé une seconde fois et doit à nouveau s’enfuir en Afrique. En juillet 645, il entretient une controverse avec le théologien Maxime le Confesseur (Disputatio cum Pyrrho) à laquelle participe Grégoire, exarque byzantin de Carthage ; ces échanges le font renoncer au monothélisme.

Ayant renoncé à l’hérésie, Pyrrhus fait un voyage à Rome sur l’invitation du patriarche d'Occident, le pape Théodore Ier. Il revient à Constantinople où il se déclare à nouveau en faveur du monothélisme[1]. Cette apostasie lui vaut d’être condamné par le pape à Rome, un anathème confirmé lors d’un synode au Latran en 649. Il meurt à la pentecôte 654 après avoir à nouveau porté le titre de patriarche de Constantinople pendant quelques mois.

Pierre de Constantinople lui succède.

Référence aux éditions[modifier | modifier le code]

  • CPG 7615-7618.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Pyrrhos I. » (voir la liste des auteurs)

  1. (de) Hans-Georg Beck, « Geschichte der orthodoxen Kirche im byzantinischen Reich », dans Kurt Dietrich Schmidt, Ernst Wolf, Die Kirche in ihrer Geschichte: ein Handbuch, Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen, 1997 (ISBN 3-525-52312-2), S. D. 59.

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • (de) Eckhard Reichert, « Pyrrhos », sur Biographisch-bibliographischen Kirchenlexikon (consulté le 16 janvier 2011)