Fabia Eudocia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Fabia Eudocia est une impératrice byzantine, première femme de l'empereur Héraclius.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de la province d'Afrique, fille d'un propriétaire terrien nommé Rogas et de sa femme Proba - fille de Probus et de sa femme Aviena, petite-fille paternelle de Areobindus (fils de Flavius Areobindus Dagalaiphus Areobindus et de sa femme Anicia Juliana) et de sa femme Georgia et peut-être la petite-fille-maternelle mais certainement une relative proche de Rufius Magnus Faustus Avienus et de sa femme Barbara -, elle fut fiancée à Héraclius alors que celui-ci résidait dans la province auprès de son père, exarque de Carthage à partir de l'an 600 environ. Portant à l'origine le nom latin de Fabia, elle en changea pour le nom grec d'Eudocia.

Avant le renversement de l'empereur Phocas par Héraclius en octobre 610, elle résida un temps en Cappadoce, province d'origine de son fiancé, auprès de la mère de celui-ci Épiphania. Le 5 octobre 610, jour même de l'exécution de Phocas, leur mariage fut célébré et les deux époux couronnés successivement en la chapelle Saint-Étienne du palais impérial de Constantinople, par le patriarche Serge Ier. Fabia Eudocia donna deux enfants à Héraclius:

  • Eudocia (ou Epiphania), née le 7 ou 11 juillet 611 dans le palais d'Hiéreia, sur la rive asiatique du Bosphore, fiancée en ca. 625 ou ca. 631 avec un prince Turque, mort en combat en 631, et mariée avec Harbis Ier, roi des Khazars de 630 à 640 ;
  • Héraclius Constantin, futur empereur Constantin III, né le 3 mai 612 dans le palais de Sophianae, dans la banlieue de Constantinople.

L'impératrice mourut le 12 ou 13 août de la même année, dans le palais des Blachernes, en Constantinople, dans une crise d'épilepsie, et fut sépultée dans l'église des Saint-Apôtres en Constantinople. Ses funérailles solennelles furent entachées d'un terrible acte de barbarie, rapporté par le patriarche Nicéphore : une jeune servante qui s'amusait par étourderie à cracher depuis une hauteur atteignit par mégarde la dépouille mortelle de l'impératrice, transportée dans les rues de la capitale ; la malheureuse fut saisie et brûlée vive.

Sources[modifier | modifier le code]