Giorgio Rocca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rocca.
Giorgio Rocca Alpine skiing pictogram.svg
Giorgio Rocca.jpg
Contexte général
Sport Ski alpin
Période active de 1993 à 2010
Biographie
Nationalité sportive Drapeau : Italie Italienne
Naissance 6 août 1975 (38 ans)
Lieu de naissance Coire(Suisse)
Taille 182 cm
Poids de forme 93 kg
Club C.S. Carabinieri
Palmarès
Or Arg. Bro.
Jeux olympiques d'hiver 0 0 0
Championnats du monde 0 0 3
Coupe du monde (globes) 1 0 0
Coupe du monde (épreuves) 11 7 4
* Dernière mise à jour : 16 décembre 2012

Giorgio Rocca, né le 6 août 1975 à Coire, est un skieur alpin italien, actif de 1993 à 2010. Vite considéré comme un grand espoir du ski alpin italien, il a remporté une médaille de bronze aux Championnats du monde junior en 1994 en combiné. Il compte trois médailles aux Championnats du monde, toutes trois en bronze (en slalom en 2003 et 2005, et en combiné en 2005). Véritable spécialiste du slalom, Rocca fait ses débuts en Coupe du monde lors de la saison 1996, monte sur son premier podium en janvier 1999 et remporte sa première victoire en janvier 2003. C'est en slalom qu'il est monté sur 21 de ses 22 podiums dont 11 victoires ainsi que le petit globe de cristal en 2006. Il est l'Italien ayant connu le plus de succès en slalom après Alberto Tomba (35 victoires).

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un père italien et d'une mère suisse, Giorgio Rocca est né à Coire dans le canton des Grisons en Suisse mais à toujours vécu dans la province lombarde de Livigno.

Il est marié depuis 2002 et père de 3 enfants.

Carrière[modifier | modifier le code]

Rocca débute sa carrière en coupe du monde après 3 années à concourir dans les circuits inférieurs en 1996 lors d'un slalom géant disputé à Flachau à l'issue du quel il se blesse gravement au genou droit. Blessure qui le tiendra longuement éloigné de la compétition. Il effectue son retour en coupe du Monde quasiment un an jour pour jour après en janvier 1997 après avoir refait quelques gammes en coupe d'Europe. Après quelques échecs il réussira à marquer ses premiers points 2 mois plus tard lors du slalom pré-olympique de Shigakogen grâce à une 23e place.

En 1998 Rocca est plus régulièrement intégré en coupe du Monde et même si les résultats ne sont pas à la hauteur il parvient à se faire petit à petit sa place dans un groupe technique italien très dense.

Lors de la saison 1999, l'Italien franchit un cap. En effet suite à une intersaison studieuse, il aborde la saison plus fort mentalement et physiquement. Il débute sa saison par une 14e place sur le slalom géant de Sölden. Un mois plus tard Rocca réussi son premier top 10 en coupe du monde lors du slalom d'Aspen ou il prend la 9e place. S'ensuivra un mois de décembre marqué par deux top 10 à domicile (7e du slalom de Sestrières et 9e du géant d'Alta Badia). L'Italien marque quelque peu le pas sur la première quinzaine du mois de janvier (Abandons sur les 2 courses de Kranjska Gora, 16e du slalom de Schladming, 16e et 11e des géants de Flachau et d'Adelboden et 16e du slalom de Wengen) jusqu'au slalom de Kitzbühel ou il obtient son premier podium en coupe du monde grâce à une 3e place à 7 centièmes de secondes du vainqueur Jure Kosir. Ses résultats positifs lui permettent d'être sélectionné en géant et slalom pour les Championnats du monde de ski alpin 1999 à Vail. Il prend la 11e place du géant remporté par le norvégien Lasse Kjus. En slalom cité parmi les principaux outsiders l'italien termine finalement à la 4e place à 8 centièmes de secondes de la 3e place mais surtout à 21 centièmes de secondes de la première place remportée par le finlandais Kalle Palander. touché par cet échec l'Italien finit en roue libre une saison lui ayant cependant permis de s'imposer.

Par la suite Rocca ne parvient pas à confirmer et suite à de nombreuses sorties de piste perd peu à peu confiance traversant 2 saisons très difficiles voyant chuter inexorablement ses performances.

C'est lors de la saison 2002, l'italien effectue rapidement son retour au premier plan dès le premier slalom de la saison disputé dans des conditions difficiles à Aspen ou malgré un gros dossard Rocca prend la 2e place à seulement 10 centièmes de secondes du jeune croate Ivica Kostelic. Ce podium inespéré le relance en vue de l'objectif olympique. Deux semaines plus tard Rocca confirme son retour en terminant 2e du slalom à domicile de Madonna di Campiglio derrière l'américain Bode Miller. Le mois suivant il enchaine avec des places d'honneur en slalom (6e à Kranjska Gora, 7e à Wengen, 4e à Kitzbühel) et aborde les Jeux olympiques d'hiver de 2002 à Salt Lake City confiant et parmi les principaux outsiders du slalom disputé sur la piste très sélective de Snowbasin à Deer Valley. Il termine 26e du Géant. Sur le slalom il part très vite à la faute se blessant légèrement au poignet. Il met fin à sa saison et finit 7e du classement du slalom.

Pour la saison 2003, Rocca choisi de ne pas disputer de géants et de ne se concentrer que sur le slalom. Après un début de saison mitigé qui le voit néanmoins terminer 2e du KO Slalom de Sestrières derrière Ivica Kostelic, Rocca remporte un mois plus tard son premier succès en coupe du monde à Wengen devant le surprenant japonais dossard 65 Akira Sasaki et Ivica Kostelic. Il se présente aux Championnats du monde de ski alpin 2003 à Sankt Anton parmi les favoris du slalom malgré 2 échecs récents sur les slaloms autrichiens de janvier. Engagé sur le combiné il démontre sa confiance sur cette piste en remportant les 2 manches de slaloms mais termine finalement huitième. Quatrième après la première manche du slalom mais proche du podium l'italien parvient à s'engager en seconde manche et finit médaillé de bronze derrière Ivica Kostelic et le suisse Silvan Zurbriggen. Transcendé par sa première médaille internationale Rocca finit la saison sur 2 podiums dans la tournée asiatique (2e à Yongpyong derrière Palander et 3e à Shigakogen derrière Palander et Rainer Schönfelder) et surtout la 2e victoire de sa carrière lors du slalom des finales à Lillehammer devançant Palander et Manfred Pranger. Il finit la saison au 4e rang du classement du slalom.

En 2004, Rocca débute la saison en slalom sur la lancée de la précédente par une 4e place à Park City, 2 podiums à Madonna di Campiglio (2e derrière Kostelic) et à Flachau (3e derrière Palander et Pranger) mais surtout remporte sa 3e victoire à Chamonix devant le local Pierrick Bourgeat et Miller le positionnant à la 1re place du classement du slalom avant les classiques du mois de janvier. Cependant la suite de sa saison sera beaucoup moins régulière aux avants postes et malgré quelques places d'honneurs (8e à Adelboden, 7e à Sankt Anton et 9e à Kranjska Gora) il rétrogradera finalement à la 4e place du classement du slalom se façonnant un peu plus à 29 ans l'image d'un slalomeur à fort potentiel mais incapable de gérer la pression inhérente à la gestion d'un statut de leader.

2005 est une grande saison pour Giorgio Rocca qui empile 4 podiums en coupe du monde dont 3 victoires (Flachau devant Schönfelder et Alois Vogl, Chamonix devant Benjamin Raich et Markus Larsson et Kranjska Gora devant Andre Myhrer et Raich) mais son irrégularité (24e à Sestrières, abandon à Wengen et Kitzbühel, 21e à Schladming, 15e à Lenzerheide) le feront encore échouer au 4e rang de la discipline. engagé à la mi saison pour les Championnats du monde de ski alpin 2005 à Bormio en combiné et slalom, le transalpin fait comme toujours office de favori du slalom même si la piste selon lui ne lui correspond guère. Il passe outre cette difficulté pour remporter la médaille de bronze en combiné derrière Raich et Aksel Lund Svindal mais aussi en slalom derrière encore Raich et Schönfelder ce slalom lui laissant cependant un gout amer à cause d'une seconde manche ratée

2006 marquera la grande année de Giorgio Rocca. En effet très motivé par l'échéance olympique à domicile l'italien est imbattable en début de saison et domine les 5 premiers slaloms (Beaver Creek devant Stephane Tissot et Ted Ligety, Madonna di Campiglio devant Raich et Palander, Kranjska Gora devant Thomas Grandi et Ligety, Adelboden devant Ligety et Raich et Wengen devant Palander et Vogl). Seul son illustre compatriote Alberto Tomba fit mieux avec 7 victoires consécutives. Cette série prend fin sur des sorties lors des slaloms autrichiens juste avant les Jeux olympiques. Ces échecs laissent transparaitre un léger doute quant à la capacité de Rocca d'assumer un statut de grand favori du slalom olympique. 2 semaines plus tard Giorgio Rocca à le privilège de prononcer le serment olympique des athlètes lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'hiver de 2006 à Turin. Engagé en combiné et en slalom l'italien doit compiler avec la pression mise par les médias et l'opinion publique. Il termine 5e d'un combiné dominé par le jeune américain Ligety à seulement 4 centièmes de la 3e place. En slalom il s'élance dossard 1, après un départ correct son ski gauche part en vissage et éjecte l'italien en dehors du tracé à l'entrée du mur final le laissant pantois de longues minutes à suivre d'un regard triste les autres slalomeurs. Par la suite Rocca finit sa saison sans conviction déjà assuré du globe du slalom qui selon ses mots n'effacera pas totalement sa déception olympique.

La saison 2007 bien que démarrant sous de bons auspices pour l'italien avec un podium à Levi (derrière Raich et Larsson) n'est pas du même niveau. Il continue cependant à enchainer de belles places d'honneur en slalom (4e à Alta Badia, 6e à Adelboden et 5e à Schladming) lui permettant d'aborder les Championnats du monde de ski alpin 2007 à Are avec un minimum de confiance. Il se blesse aux adducteurs en sortant lors de la première manche du slalom dominé par Matt. Blessure l'obligeant à mettre un terme à sa saison qu'il finit au 13e rang du classement du slalom.

L'italien effectue son retour sur les skis la saison suivante lors du slalom de Reiteralm (abandon). L'italien moins constant réalise une saison décevante qui marque un net déclin dans ses performances dans une discipline qui voit pointer une nouvelle génération de skieurs talentueux comme Jean-Baptiste Grange, Jens Byggmark ou encore Felix Neureuther. Il termine la saison au 13e rang du classement du slalom.

2009 est une saison correcte pour Rocca qui le voit notamment renouer à 34 ans avec les joies du podium lors du slalom de Garmisch qu'il termine 2e derrière son compatriote Manfred Moelgg. Podium qui lui permet de reprendre confiance en vue des Championnats du monde de ski alpin 2009 à Val d'Isère qui seront les derniers de la carrière de Rocca qui a annoncé en début de saison qu'il mettrait un terme immédiat à sa carrière la saison suivante à l'issue des Jeux olympiques d'hiver de 2010 à Vancouver dernier grand objectif de l'italien. Sur une face de Bellevarde très sélective l'italien ne parviendra pas à finir la première manche à cause d'une faute d'intérieur sur le haut du tracé et finit la saison par 2 sorties de piste lors des slaloms Kranjska Gora et d'Åre. Il finit la saison à la 12e place du classement du slalom.

En 2010, Après un bon début de saison marqué par deux top 10 (8e à Levi et Alta Badia), Rocca annonce le 9 janvier 2009 sa retraite sportive après une nouvelle blessure aux adducteurs pendant l'entraînement du slalom d'Adelboden[1] qui marque la fin de son dernier objectif olympique.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Giorgio Rocca a participé à deux reprises aux Jeux olympiques en 2002 et 2006. Ses plus grandes chances de médailles étaient en slalom. Outsider en 2002, il part à la faute en première manche. Favori en 2006 à Turin, il réédite la même performance.

Épreuve / Édition Descente Super G Géant Slalom Combiné
JO 2002
Drapeau : États-Unis Salt Lake City
26e Abandon
JO 2006
Drapeau : Italie Turin
Abandon 5e

Légende :

  • — : Giorgio Rocca n'a pas participé à cette épreuve

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Giorgio Rocca a remporté trois médailles lors des Championnats du monde, les trois du même métal. En 2003, cité parmi les favoris, il répond aux attentes avec une troisième place en slalom. En 2005, il obtient de nouveau le bronze mais en combiné cette fois-ci puis réédite en slalom la même performance qu'en 2003. En 2007, une blessure en première manche du slalom l'oblige à mettre un terme à sa saison.

Épreuve / Édition Descente Super G Géant Slalom Combiné
Mondiaux 1999
Drapeau : États-Unis Vail
11e 4e
Mondiaux 2001
Drapeau : Autriche Sankt-Anton
15e
Mondiaux 2003
Drapeau : Suisse Saint-Moritz
médaille de bronze, monde 8e
Mondiaux 2005
Drapeau : Italie Bormio
médaille de bronze, monde médaille de bronze, monde
Mondiaux 2007
Drapeau : Suède Åre
Abandon
Mondiaux 2009
Drapeau : France Val d'Isère
Abandon

Légende :

  • médaille de bronze, monde : troisième place, médaille de bronze
  • — : Giorgio Rocca n'a pas participé à cette épreuve

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

  • Meilleur classement au général : 13e en 2006.
  • 1 petit globe de cristal :
    • Vainqueur du classement du slalom en 2006.
  • 22 podiums dont 11 victoires.

Différents classements en coupe du monde[modifier | modifier le code]

Rocca compte 167 départs en Coupe du monde entre 1996 et 2010. Il marque ses premiers points lors de la saison 1997 lors d'un slalom à Shigakogen. Il compte 22 podiums dont 11 victoires. 22 de ses podiums sont en slalom et un en combiné. Son meilleur classement au général est une 13e place en 2006, saison où il remporte son unique globe de cristal de slalom (succédant entre autres à ses compatriotes Gustav Thöni et Alberto Tomba).

Saison / Épreuve Général Descente Super G Géant Slalom Combiné
Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points
1997 126e 8 - - - - - - 54e 8 - -
1998 133e 5 - - - - 51e 54 - - - -
1999 28e 269 - - - - 17e 114 13e 155 - -
2000 64e 99 - - - - 37e 29 33e 70 - -
2001 79e 58 - - - - - - 29e 58 - -
2002 30e 286 - - - - - - 7e 286 - -
2003 21e 438 - - - - - - 4e 438 - -
2004 17e 452 - - - - 38e 23 4e 429 - -
2005 18e 402 - - - - 50e 12 4e 390 - -
2006 13e 597 - - - - 29e 50 1er 547 - -
2007 37e 244 - - - - 34e 20 11e 213 39e 11
2008 47e 196 - - - - - - 13e 196 - -
2009 38e 210 - - - - - - 12e 210 - -
2010 80e 64 - - - - - - 26e 64 - -

Détail des victoires[modifier | modifier le code]

Toutes les victoires de Giorgio Rocca sont en slalom. Sa première victoire intervient le 19 janvier 2003 à Wengen. Au long de sa carrière, ce sont onze victoires qu'il collectionne, faisant de lui le deuxième Italien le plus performant en slalom derrière Alberto Tomba. Lors de la saison 2005, il remporte cinq slaloms d'affilée, lui permettant de remporter le petit globe de cristal de la discipline.

Saison / Épreuve Descente Super G Géant Slalom Combiné Total
2002-03 Drapeau : Suisse Wengen
Drapeau : Norvège Lillehammer
2
2003-04 Drapeau : France Chamonix 1
2004-05 Drapeau : Autriche Flachau
Drapeau : France Chamonix
Drapeau : Slovénie Kranjska Gora
3
2005-06 Drapeau : États-Unis Beaver Creek
Drapeau : Italie Madonna di Campiglio
Drapeau : Slovénie Kranjska Gora
Drapeau : Suisse Adelboden
Drapeau : Suisse Wengen
5
Total 0 0 0 11 0 11

Championnats du monde junior[modifier | modifier le code]

Très tôt, Rocca a suscité des attentes comme en témoigne sa médaille de bronze lors des Championnats du monde junior 1994 en combiné.

Épreuve / Édition Descente Super G Géant Slalom Combiné
Mondiaux 1993
Drapeau : Italie Colere
- - - 6e -
Mondiaux 1994
Drapeau : États-Unis Lake Placid
9e 33e 18e 9e médaille de bronze

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]