Saint-Germain-Laprade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Germain.
Saint-Germain-Laprade
Image illustrative de l'article Saint-Germain-Laprade
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Haute-Loire
Arrondissement Arrondissement du Puy-en-Velay
Canton Canton du Puy-en-Velay-Est
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Puy-en-Velay
Maire
Mandat
Daniel Exbrayat
2008-2014
Code postal 43700
Code commune 43190
Démographie
Population
municipale
3 438 hab. (2011)
Densité 122 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 02′ 20″ N 3° 58′ 12″ E / 45.0389, 3.97 ()45° 02′ 20″ Nord 3° 58′ 12″ Est / 45.0389, 3.97 ()  
Altitude Min. 601 m – Max. 920 m
Superficie 28,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Germain-Laprade

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Germain-Laprade

Saint-Germain-Laprade est une commune française, située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Saint Germain Laprade s'étend sur 2811 hectares du pied du Meygal aux portes du Puy-en-Velay. Par rapport aux autres villes, elle se situe, à 9 km du Puy-en-Velay, 75 km de Saint-Étienne et 132 km de Clermont-Ferrand. Son altitude moyenne avoisine les 677 mètres (altitude minimale 601 mètres - altitude maximale 920 mètres).

Histoire[modifier | modifier le code]

À l’époque gallo-romaine, l’endroit où se trouve le village actuel de Saint-Germain-Laprade était déjà occupé comme l’attestent une voie romaine, de nombreux fragments de poteries et des monnaies de cette époque, une stèle gallo-romaine et surtout le soubassement actuel du clocher constitué d’éléments d’un ancien temple.

Le village tire son nom d’un des deux saints, Saint-Germain l’Auxerrois (384-448) ou Saint-Germain de Paris (496-575) alors que Laprade désigne une étendue de prés.

La première mention d'une église apparaît en 1164. La construction s’est faite en plusieurs étapes. À la structure primitive romane, on a ajouté au XIVe siècle, deux chapelles latérales gothiques, puis au XVIe siècle, deux chapelles au nord. Au XIXe siècle, elle subit d’autres transformations (ouverture d’un oculus, couronnement du clocher…) et au XXe siècle, plusieurs transformations modifièrent une silhouette qui reste particulière et originale.

Le plaid : en 976, eut lieu dans la plaine voisine, un événement considérable. Sous l’épiscopat de Guy d’Anjou se tint un plaid (assemblée de justice) qui permit à cet évêque d’imposer la paix à des seigneurs toujours en guerre. Ce fut un des premiers exemples dans l’Occident médiéval de la victoire du droit sur la force. Le millénaire a été célébré en 1987 par un spectacle historié non loin du lieu d’origine. Plusieurs centaines de villageois y ont participé devant près de 2000 spectateurs.

L’abbaye de Doue (à deux kilomètres), joua un rôle important dans la vie locale. Occupée dès le XIIe siècle par l’ordre des Prémontrés, elle connut des siècles de prospérité avant d’être pillée à la Révolution. Diverses restaurations ont permis de la sauver de la ruine.

Saint-Germain est connu par son château et sa baronnie depuis le XIIe siècle. Diverses familles l’occupèrent : les de Turenne, de Poinsac, de Morgues, de Clérico. Les barons étaient autrefois « hauts justiciers ». Le village est aussi connu pour avoir eté le théâtre d’un tragique épisode des Guerres de religion en 1590 : la garnison dirigée par Gabriel de Morgues fut passée au fil de l’épée.

Saint-Germain devint commune en 1790. Le village est toujours le chef-lieu d’une commune assez étirée comportant d’autres villages anciens comme Fay la Triouleyre, Marnhac, Noustoulet, Servissac, Le Pin, Les Pandraux... Un de ces villages, Blavozy, quitta la commune, à la fin du XIXe siècle pour s’ériger en commune indépendante.

Sur le plan religieux, Saint-Germain-Laprade constitue une paroisse.

Enfin, deux monuments aux morts rappellent la lourde participation des habitants aux guerres mondiales de 1914-1918 et de 1939-194. Un autre monument à Peyrard rappelle que le 14 juillet 1944 trois résistants furent abattus par les Allemands.

Sgl auvergne.jpg
Sgl haute loire.jpg

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de la commune de Saint-Germain-Laprade et les années de leurs mandats :

Début Fin Noms et Prénoms
2001 (en cours) Exbrayat Daniel
1971 2001 Badiou Augusta
1947 1971 Gippet François
1944 1947 Peyrelon Jean Paul

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 438 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 118 1 922 2 006 2 334 2 184 2 469 2 520 2 610 2 450
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 564 2 604 2 607 2 620 2 679 2 611 2 663 2 689 1 913
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 821 1 814 1 760 1 610 1 512 1 522 1 405 1 224 1 187
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 135 1 166 1 491 2 169 2 739 2 992 3 325 3 438 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Liste des sites inscrits ou classés à Saint-Germain-Laprade :

  • Château du Bourg : portail d'entrée, façades et toitures, cuisine avec sa cheminée au sous-sol, grand salon avec son décor, salle à manger avec son décor de toiles au premier étage.
  • Vestiges de l'église de l'ancienne abbaye de Doue y compris la dalle d'enfeu portant sur une épitaphe et encastrée dans l'abside, et la chapelle Sainte-Catherine, ainsi que le sol de l'ancienne emprise de l'abbaye.
  • Ancienne abbaye de Doue : parties suivantes des bâtiments conventuels : aile est, y compris la salle capitulaire et la pièce aux lambris peints ; aile sud, y compris le grand salon lambrissé et la chambre à alcôve dite de l'abbé.
  • Église du Bourg.
  • Château du Villard, façades et toitures de l'ensemble des bâtiments (à l'exclusion de la façade du XIXe siècle) ainsi que le mur de clôture avec son portail.

Photos[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Guy d'Anjou ( - décédé en 996), l'un des principaux inventeurs de la paix de Dieu. Il embrasse la carrière monastique. Devenu évêque du Puy, il dirige les plaids de Laprade (vers 975-980) et de Saint-Paulien dit « du Puy » (vers 993/994).
  • Émile Reynaud, (né 1844 - décédé 1918) - photographe, dessinateur et enseignant français, inventeur du praxinoscope, du théâtre optique, du dessin animé non-cinématographique et précurseur du cinéma. Il étudia dans la bibliothèque du château du Villard, village de la commune. La salle amphithéâtre du Centre culturel municipal de Saint-Germain-Laprade porte son nom en son honneur, elle a été inaugurée en présence de ses descendants en mai 2008.
  • Victor Constant (né 1869 - décédé 1965), homme politique français devenu conseiller municipal du Puy-en-Velay et conseiller d'arrondissement en 1904. Il s'investit pleinement dans la vie politique et sociale, devenant 'vice-président du Syndicat départemental des liquides, administrateur du journal L'Avenir de la Haute-Loire; il était aussi chef du Parti républicain libéral du Puy-en-Velay' et président de l'œuvre des conférences populaires. Il devient maire de Saint-Germain-Laprade en 1908 jusqu'en 1929.
  • Jean-François Régis (né 1597 - décédé 1640), jésuite missionnaire des campagnes et en particulier de l'Ardèche. Canonisé en 1737, il est fêté le 16 juin. Saint Jean-François Régis est le patron des Jésuites de la province de France. Le deuxième cimetière de Saint-Germain-Laprade porte son nom en son hommage, il fut terminé en 1997.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La Commune de Saint Germain Laprade est jumelée avec :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :