Craponne-sur-Arzon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie À ne pas confondre avec Craponne, commune située dans le département du Rhône.
Craponne-sur-Arzon
L'hôtel de ville (gauche), l'église Saint-Caprais (milieu), le donjon (droite).
L'hôtel de ville (gauche), l'église Saint-Caprais (milieu), le donjon (droite).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Haute-Loire
Arrondissement Puy-en-Velay
Canton Craponne-sur-Arzon
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Craponne
Maire
Mandat
Laurent Mirmand
2014-2020
Code postal 43500
Code commune 43080
Démographie
Population
municipale
2 171 hab. (2011)
Densité 65 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 19′ 55″ N 3° 50′ 56″ E / 45.3319444444, 3.84888888889 ()45° 19′ 55″ Nord 3° 50′ 56″ Est / 45.3319444444, 3.84888888889 ()  
Altitude Min. 771 m – Max. 1 063 m
Superficie 33,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Craponne-sur-Arzon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Craponne-sur-Arzon

Craponne-sur-Arzon est une commune française, située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Craponne, signifiant littéralement source du rocher (de crap, rocher, et onna, eau d’une source)[réf. souhaitée], est cité pour la première fois dans un document vers 990[réf. souhaitée]. Situé dès l’époque gallo-romaine au carrefour de voies stratégiques, le bourg campagnard de Craponne se développa en ville marchande, où se tenaient marchés et foires, ainsi qu’en témoignent encore de nombreux toponymes (rue de la friperie, Marchédial, etc.). À l’ère féodale, le bourg était entouré d’une muraille d’enceinte, construite en 1450, de laquelle deux petites tours défensives ont été préservées jusqu’à aujourd’hui, et défendu en outre par un château, démoli, à l’exception du donjon, en 1576. Ce château appartint jusqu'en 1240 aux barons de Beaumont, avant de passer aux mains des seigneurs de Chalençon, qui deviendront les Polignac en 1420.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Craponne-sur-Arzon.svg

Description :

Parti : au premier fascé d'argent et de gueules de six pièces, au second d'azur à la fasce d'or, accompagné en chef d'une fleur de lys d'argent et en pointe d'un étui de crosse du même.

Administration[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Christian Robert UMP  
mars 2014 en cours Laurent Mirmand DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 171 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 533 3 293 3 215 3 262 3 828 3 779 3 763 4 036 3 627
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 781 3 630 3 847 3 731 3 713 3 601 3 693 3 530 4 082
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 767 3 830 3 713 3 379 3 320 3 087 3 219 3 064 2 891
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
2 925 3 004 3 086 3 186 3 008 2 653 2 217 2 171 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le donjon.
Église Saint-Caprais : nef gothique.
  • Le bourg a gardé deux tours défensives de l’ancienne enceinte murée : la tour du Marchédial (au nord-est) et la tour Pasturel (à l’est), toutes deux datant de la fin XVIe siècle.
  • Le donjon[3], haute tour carrée datant du XIIe ou du début du XIIIe siècle, est le seul élément à subsister de l’ancien château démoli en 1576. Répondant à une finalité militaire, la tour, d’aspect austère, n’est percée que de deux portes, d’une étroite fenêtre, et de trous de boulin près du sommet, propres sans doute à recevoir des consoles amovibles devant supporter autrefois un hourdage de bois.
  • L’église Saint-Caprais[4], sise à l’emplacement de l’ancienne chapelle castrale, fut élevée aux XIVe et XVe siècles, puis reconstruite aux alentours de 1500, mais la fondation d'une église est mentionnée dès la fin du XIIe siècle. L’édifice, de style gothique languedocien, assez rare dans le Velay, se compose, outre d’un chœur et d’une abside pentagonale, de cinq travées de nef : la troisième, la plus ancienne, pourrait dater du XIVe, tandis que les deuxième et quatrième travées remontent à 1416 ; la première travée, à l’ouest, ainsi que la façade occidentale, sont datées de 1782. Le toit d’ardoises et la flèche du clocher sont du XIXe siècle. Parmi le mobilier et les décorations sont à signaler : une descente de croix de Guy François (1640), un socle de statue de Pierre Vaneau (XVIIe), la chaire et les boiseries de Gabriel Samuel (1735), vitraux de 1866.
  • Plusieurs hôtels particuliers et maisons du XVIIIe au XIXe siècles sont protégées au titre des monuments historiques : l’hôtel Calemard de Montjoly[5] (XVIIe et XVIIIe siècles), racheté par la commune et aménagé en Maison du Patrimoine ; l’hôtel de Vinols d’Ineyre[6] (XVIIe), avec imposante façade Louis XIV ; et la boucherie-charcuterie Girard[7] (fin XIXe et début XXe).
  • L’hôtel de ville (1913), de style néoroman et néorenaissance, est un don de Félix Allard, entrepreneur de travaux publics, à sa ville natale.
  • La chapelle d'Aubissoux.
  • Le Chemin de César, à l'est de Craponne, entre les lieux-dits Aubissoux et Theux-Fraisse, qui correspond à un chemin de St.-Jacques-de-Compostelle.
  • La Bolène, voie préhistorique, traverse la commune dans le sens nord-sud (de Pontempeyrat à Chomelix).

Événement[modifier | modifier le code]

Depuis 1993, Craponne est devenu la capitale européenne de la musique country puisque la commune accueille le premier et le plus grand festival de musique country[8] d'Europe chaque année le dernier week-end de juillet.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Famille Torrilhon, dont Jean Baptiste, développeur plus qu'inventeur du Caoutchouc synthétique (attribuée à Bouchardat vers 1879) qui fit la fortune de Clermont Ferrand, de Michelin et de l'Auvergne comtemporaine. Un nom de rue à Clermont-Ferrand lui est associé en reconnaissance de son œuvre ;
  • Fabien Delon (1904-1978), y est né le 12 mars 1904. Il est le père d'Alain Delon (1935).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :